Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB

sans DRM

Le Voyage de monsieur Perrichon

De
134 pages

BnF collection ebooks - "MAJORIN, se promenant avec impatience. Ce Perrichon n’arrive pas ! Voilà une heure que je l’attends... C’est pourtant bien aujourd’hui qu’il doit partir pour la Suisse avec sa femme et sa fille..."


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

propos deBnF collection ebooks
BnF collection ebooksest éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France. Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs,BnF collection ebookspour vocation de faire a découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés. Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.
Personnages
PERRICHON LE COMMANDANT MATHIEU MAJORIN ARMAND DESROCHES DANIEL SAVARY JOSEPH,domestique du commandant JEAN,domestique de Perrichon MADAME PERRICHON HENRIETTE,sa fille UN AUBERGISTE UN GUIDE UN EMPLOYÉ DE CHEMIN DE FER COMMISSIONNAIRES VOYAGEURS
Acte I
La gare du chemin de fer de Lyon, à Paris. Au fond, barrière ouvrant sur les salles d’attente. Au fond, à droite, guichet pour les billets. Au fond, à gauche, bancs, marchande de gâteaux ; à gauche, marchande de livres.
Scène première
MAJORIN, UN EMPLOYÉ DE CHEMIN DE FER, VOYAGEURS, COMMISSIONNAIRES
MAJORIN,se promenant avec impatience. Ce Perrichon n’arrive pas ! Voilà une heure que je l’attends… C’est pourtant bien aujourd’hui qu’il doit partir pour la Suisse avec sa femme et sa fille…
Avec amertume.
Des carrossiers qui vont en Suisse ! des carrossiers qui ont quarante mille livres de rente ! des carrossiers qui ont voiture ! Quel siècle ! Tandis que, moi, je gagne deux mille quatre cents francs… un employé laborieux, intelligent, toujours courbé sur son bureau… Aujourd’hui j’ai demandé un congé… j’ai dit que j’étais de garde. Il faut absolument que je voie Perrichon avant son départ… je veux le prier de m’avancer mon trimestre… six cents francs ! Il va prendre son air protecteur… faire l’important !… un carrossier ! ça fait pitié ! Il n’arrive toujours pas ! on dirait qu’il le fait exprès !
S’adressant à un facteur qui passe suivi de voyageurs.
Monsieur, à quelle heure part le train direct pour Lyon ?…
Demandez à l’employé.
Il sort par la gauche.
Merci… manant !
LE FACTEUR,brusquement.
MAJORIN
S’adressant à l’employé qui est près du guichet.
Monsieur, à quelle heure part le train direct pour Lyon ?…
L’EMPLOYÉ,brusquement. Ça ne me regarde pas ! voyez l’affiche.
Il désigne une affiche à la cantonade à gauche.
Merci…
MAJORIN
À part.
Ils sont polis dans ces administrations ! Si jamais tu viens à mon bureau, toi !… Voyons l’affiche…
Il sort par la gauche.
Scène II L’EMPLOYÉ, PERRICHON, MADAME PERRICHON, HENRIETTE
Ils entrent par la droite.
PERRICHON Par ici !… ne nous quittons pas ! nous ne pourrions plus nous retrouver… Où sont nos bagages ?…
Regardant à droite ; à la cantonade.
Ah très bien ! Qui est-ce qui a les parapluies ?…
Moi, papa.
Et le sac de nuit ?… les manteaux ?…
Les voici !
HENRIETTE
PERRICHON
MADAME PERRICHON
PERRICHON Et mon panama ?… Il est resté dans le fiacre !
Faisant un mouvement pour sortir et s’arrêtant.
Ah ! non ! je l’ai à la main !… Dieu, que j’ai chaud !
MADAME PERRICHON C’est ta faute !… tu nous presses, tu nous bouscules !… je n’aime pas à voyager comme ça !
PERRICHON C’est le départ qui est laborieux… une fois que nous serons casés !… Restez là, je vais prendre les billets…
Donnant son chapeau à Henriette.
Tiens, garde-moi mon panama…
Au guichet.
Trois premières pour Lyon !…
L’EMPLOYÉ,brusquement. Ce n’est pas ouvert ! Dans un quart d’heure !
PERRICHON,à l’employé. Ah ! pardon ! c’est la première fois que je voyage…
Revenant à sa femme.
Nous sommes en avance.
MADAME PERRICHON Là ! quand je te disais que nous avions le temps… Tu ne nous as pas laissés déjeuner !
PERRICHON Il vaut mieux être en avance !… on examine la gare !
À Henriette.
Eh bien, petite fille, es-tu contente ?… Nous voilà partis !… encore quelques minutes, et, rapides comme la flèche de Guillaume Tell, nous nous élancerons vers les Alpes !
À sa femme.
Tu as pris la lorgnette ?
Mais oui !
MADAME PERRICHON
HENRIETTE,à son père. Sans reproches, voilà au moins deux ans que tu nous promets ce voyage.
PERRICHON Ma fille, il fallait que j’eusse vendu mon fonds… Un commerçant ne se retire pas aussi facilement des affaires qu’une petite fille de son pensionnat !… D’ailleurs, j’attendais que ton éducation fût terminée pour la compléter en faisant rayonner devant toi le grand spectacle de la nature !
MADAME PERRICHON Ah çà ! est-ce que vous allez continuer comme ça ?…
Quoi ?…
PERRICHON
MADAME PERRICHON Vous faites des phrases dans une gare !
PERRICHON Je ne fais de phrases… j’élève les idées de l’enfant.
Tirant de sa poche un petit carnet.
Tiens, ma fille, voici un carnet que j’ai acheté pour toi.
Pour quoi faire ?…
HENRIETTE
PERRICHON Pour écrire d’un côté la dépense, et de l’autre les impressions.
Quelles impressions ?…
HENRIETTE
PERRICHON Nos impressions de voyage ! Tu écriras, et moi je dicterai.
MADAME PERRICHON Comment ! Vous allez vous faire auteur à présent ?
PERRICHON Il ne s’agit pas de me faire auteur… mais il me semble qu’un homme du monde peut avoir des pensées et les recueillir sur un carnet !
Ce sera bien joli !
MADAME PERRICHON
PERRICHON,à part. Elle est comme ça, chaque fois qu’elle n’a pas pris son café !
UN FACTEUR,poussant un petit chariot chargé de bagages. Monsieur, voici vos bagages. Voulez-vous les faire enregistrer ?…
PERRICHON Certainement ! Mais, auparavant, je vais les compter… parce que, quand on sait son compte… Un, deux, trois, quatre, cinq, six, ma femme, sept, ma fille, huit, et moi, neuf. Nous sommes neuf.
Enlevez !
Dépêchons-nous !
Pas par là, c’est par ici !
LE FACTEUR
PERRICHON,courant vers le fond.
LE FACTEUR
Il indique la gauche.
Ah ! très bien !
Aux femmes.
Attendez-moi là !… ne nous perdons pas !
Il sort en courant, suivant le facteur.
PERRICHON