Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Lire un extrait Achetez pour : 1,99 €

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Publications similaires

La jonque dorée

de la-piterne

L'Amour médecin

de bnf-collection-ebooks

Vous aimerez aussi

Extrait de la publication
DUMÊMEAUTEUR
Dom Juan ou le Festin de pierre, Librio n° 14 Le Bourgeois gentilhomme, Librio n° 235 L’École des femmes, Librio n° 277 L’Avare, Librio n° 339 Tartuffe, Librio n° 476 Le Malade imaginaire, Librio n° 536 Les Femmes savantes, Librio n° 585 Le Médecin malgré lui, Librio n° 598 Le Misanthrope, Librio n° 647 Les Précieuses ridicules, n° 776 George Dandin ou le Mari confondu, Librio n° 1071
Extrait de la publication
Molière
Les Fourberies de Scapin
Comédie Représentée pour la première fois à Paris sur le théâtre de la salle du Palais-Royal le 24 mai 1671 par la Troupe du Roi
Texte intégral
Extrait de la publication
© E.J.L., 2013 pour le supplément
Extrait de la publication
PERSONNAGES
ARGANTE, père d’Octave et de Zerbinette
GÉRONTE, père de Léandre et de Hyacinte
OCTAVE, fils d’Argante et amant de Hyacinte
LÉANDRE, fils de Géronte et amant de Zerbinette ZERBINETTE, crue Égyptienne et reconnue fille d’Argante, et amante de Léandre HYACINTE, fille de Géronte et amante d’Octave
SCAPIN, valet de Léandre, et fourbe
SILVESTRE, valet d’Octave
NÉRINE, nourrice de Hyacinte
CARLE, fourbe
Deux porteurs
La scène est à Naples.
Extrait de la publication
Acteurs à la création HUBERT DU CROISY BARON
LA GRANGE
Mlle BEAUVAL
Mlle MOLIÈRE
MOLIÈRE LA THORILLIÈRE DE BRIE
Extrait de la publication
ACTE PREMIER
SCÈNE PREMIÈRE
Octave, Silvestre
OCTAVE. – Ah! fâcheuses nouvelles pour un cœur amoureux! Dures extrémités où je me vois réduit ! Tu viens, Silvestre, d’ap-prendre au port que mon père revient ? SILVESTRE. – Oui. OCTAVE. – Qu’il arrive ce matin même ? SILVESTRE. – Ce matin même. OCTAVE. – Et qu’il revient dans la résolution de me marier ? SILVESTRE. – Oui. OCTAVE?. – Avec une fille du seigneur Géronte SILVESTRE. – Du seigneur Géronte. OCTAVE. – Et que cette fille est mandée de Tarente ici pour cela ? SILVESTRE. – Oui. OCTAVE?. – Et tu tiens ces nouvelles de mon oncle SILVESTRE. – De votre oncle. OCTAVE. – À qui mon père les a mandées par une lettre ? SILVESTRE. – Par une lettre. OCTAVE. – Et cet oncle, dis-tu, suit toutes nos affaires. SILVESTRE. – Toutes nos affaires. OCTAVE. – Ah! parle, si tu veux, et ne te fais point, de la sorte, arracher les mots de la bouche.
Extrait de la publication
9
Extrait de la publication
Extrait de la publication