//img.uscri.be/pth/b901d636717c0f44ffa762d779092823c8e8ac88
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Macbeth

De
91 pages
À la suite d’une bataille victorieuse, le valeureux Macbeth fait la rencontre de trois sorcières. Celles-ci lui prédisent un destin exceptionnel qui le mènera jusqu’au trône d’Écosse. Poussé par son épouse, Macbeth tue le roi pour prendre sa place, réalisant ainsi la prédiction des sorcières. Mais cet assassinat précipite le héros dans une spirale infernale de meurtres qui l’entraîneront dans les abîmes de la folie… Inspirée des Chroniques d’Holinshed, Macbeth est l’une des tragédies les plus populaires de Shakespeare.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Macbeth
-
ÀDÉCOUVRIRENLIBRIO: DAUTRESPIÈCESDESHAKESPEARE!
Le Songe d’une nuit d’été, Librio n° 841 Richard III, Librio n° 478 Le Roi Lear, Librio n° 351 Othello, Librio n° 178 Hamlet, Librio n° 54 Roméo et Juliette, Librio n° 9
William Shakespeare
Macbeth
Traduit de l’anglais par François-Victor Hugo
Texte intégral
-
EAN 9782290136157
PERSONNAGES
Duncan, roi d’Écosse. Malcolm, ses fils. Donalbain,}
Macbeth, Banquo,
 généraux de l’armée du roi. }
Macduff, Lenox, Ross, nobles d’Écosse. Menteith, Angus, } Caithness, Fléance, fils de Banquo. Siward, comte de Northumberland, général de l’armée anglaise.
Le jeune Siward, son fils.
Seyton, officier de la suite de Macbeth.
Le fils de Macduff.
Un médecin anglais. Un médecin écossais. Un soldat. Un portier. Un vieillard.
Lady Macbeth.
Lady Macduff.
Une suivante de lady Macbeth.
Hécateet trois sorcières.
Le spectre de Banquoet autres apparitions.
seigneurs,gentilshommes,officiers,soldats, assassins,serviteursetmessagers.
La scène est en partie en Écosse, en partie en Angleterre.
ACTE I
Macduff. – N’espère plus dans ce charme. Que l’ange que tu as toujours servi t’apprenne que Macduff a été arraché du ventre de sa mère avant terme !
MacbethMaudite soit la langue qui me dit cela ! car elle vient. – d’abattre en moi le meilleur de l’homme. Qu’on ne croie plus désormais ces démons jongleurs qui équivoquent avec nous par des mots à double sens, qui tiennent leur promesse pour notre oreille et la violent pour notre espérance !… Je ne me battrai pas avec toi.
MacduffAlors, rendstoi, lâche ! Et vis pour être le spectacle. – et l’étonnement du siècle. Nous mettrons ton portrait, comme celui de nos monstres rares, sur un poteau, et nous écrirons des sous : « Ici on peut voir le tyran. »
MacbethJe ne me rendrai pas. Pour baiser la terre devant. – les pas du jeune Malcolm, ou pour être harcelé par les malédic tions de la canaille ! Bien que la forêt de Birnam soit venue à Dunsinane, et que tu sois mon adversaire, toi qui n’es pas né d’une femme, je tenterai la dernière épreuve ; j’étends devant mon corps mon belliqueux bouclier : frappe, Macduff ; et damné soit celui qui le premier criera : « Arrête ! assez ! »(Ils sortent en se battant.)
scène9
Retraite. Fanfare. Rentrent, tambour battant, enseignes déployées, Malcolm,levieux Siward, Ross, Lenox, Angus, Caithness, Menteithet des soldats.
Malcolm. – Je voudrais que les amis qui nous manquent fussent ici sains et saufs ! SiwardIl faut bien en perdre. Et pourtant, à voir ceux qui. – restent, une si grande journée ne nous a pas coûté cher. Malcolm. – Macduff nous manque, ainsi que votre noble fils. Ross,à Siward. –Votre fils, milord, a payé la dette du soldat : il n’a vécu que jusqu’à ce qu’il fût un homme ; à peine sa prouesse
90