//img.uscri.be/pth/f72732c0df66841a6ae6af1aa4c488573e3028ec
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Récits morts. Un rêve égaré

De
93 pages
Il s’agit du songe d’un personnage qu’on ne connaîtra pas, mais qui subit et agit dans son rêve sous les traits et le nom de Dantale.
Deux figures occupent la plus grande partie de son esprit, tandis que d’autres passent, comme des contradictions de son corps en sommeil – les unes précises, certaines presque fugitives.
Deux éléments déterminent le rêve autant que le texte et la nature des personnages : la lumière d’une part (sa forme et son intensité), d’autre part la hauteur ou la profondeur qu’occupent les visions dans le cerveau endormi.
Récits morts est paru en 2008.
Voir plus Voir moins
morts Un rêve égaré
DE BERNARD-MARIE KOLTÈS
AFUITE À CHEVAL TRÈS LOIN DANS LA VILLE,roman, 1984. QUAI OUEST,suivi deUN HANGAR,À LOUEST,théâtre, 1985. DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON,théâtre, 1986. LECONTE DHIVER(traduction de la pièce de William Shakespeare),théâtre, 1988. LANUIT JUSTE AVANT LES FORÊTS, 1988. LERETOUR AU DÉSERT,suivi deCENT ANS DHISTOIRE DE LA FAMILLESERPENOISE,théâtre, 1988. COMBAT DE NÈGRE ET DE CHIENS,théâtre, 1983-1989. ROBERTOZUCCO,suivi deTABATABAetCOCO,théâtre, 1990. PROLOGUE ET AUTRES TEXTES, 1991. SALLINGER,théâtre, 1995. LESAMERTUMES,théâtre, 1998. L’HÉRITAGE,théâtre, 1998. UNE PART DE MA VIE. Entretiens (1983-1989), 1999 (“double”, o n 69). PROCÈS IVRE,théâtre, 2001. LAMARCHE,théâtre, 2003. LE JOUR DES MEURTRES DANS LHISTOIRE D’HAMLET,théâtre, 2006. DES VOIX SOURDES,théâtre, 2008. RÉCITS MORTS. UN RÊVE ÉGARÉ,théâtre, 2008. NICKELSTUFF,scénario, 2009. LETTRES, 2009.
KOLTÈS
Récits morts Un rêve égaré
ÉDITIONS DE MINUIT
2008 by L É M ES DITIONS DE INUIT 7, rue BernardPalissy, 75006 Paris www.leseditionsdeminuit.fr
En application des articles L. 12210 à L. 12212 du Code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des GrandsAugustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l’éditeur.
Koltès a écritRécits mortsau début de 1973, pour le Théâtre du Quai. Les répétitions commencèrent en février et la pre mière représentation fut donnée à Strasbourg, le 27 avril. Pendant les représentations, l’auteur projeta un plan de tournage pour le film qu’il voulait réaliser à partir de la pièce : les effets escomp tés au théâtre ne le satisfaisaient pas. En juin, il s’installa à La Valette, près d’Abreschviller dans les Vosges, pour écrire et commencer les repérages. Puis il parcourut les Vosges alsa ciennes, du nord au sud, visita les ruines des châteaux médiévaux, fit un voyage à Dunker que et, finalement, le film fut tourné au cours de l’été. C’estLa Nuit perdue.
s’agit du songe d’un personnage qu’on ne connaîtra pas, mais qui subit et agit dans son rêve sous les traits et le nom de Dantale. Deux figures occupent la plus grande partie de son esprit, tandis que d’autres passent, comme des contradictions de son corps en sommeil – les unes précises, certaines presque fugitives. Deux éléments déterminent le rêve autant que le texte et la nature des personnages : la lumière d’une part (sa forme et son intensité), d’autre part la hauteur ou la profondeur qu’oc cupent les visions dans le cerveau endormi.