Thèse pour la licence . Robert-Edmond Langlois d'Estaintot...

De
Publié par

1828. 15 p. ; in-4.
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : mardi 1 janvier 1828
Lecture(s) : 5
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 15
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

FACULTÉ DE DROIT DE PARIS.
THÈSE
POUR LA LICENCE.
L'acte public, sur les matières ci-après, sera soutenu le samedi 23 août 1828,
à 7 heures du matin,
Par ROBERT-EDMOND-LANGLOIS D'ESTAINTOL, né à Fultot ( Seine-
Inférieure ).
PRÉSIDENT, M. DE PORTETS , PROFESSEUR,
!MM. BLONDEAU,
DEMANTE, PROFESSEURS,
DUFRAYËË,
PONCELÉT, . suppiiAKT.
Le Candidat répondra en outre aux questions qui lui seront faites sur les autres
matières de l'enseignement.
PARIS.
IMPRIMERIE DE CARPENTIER-MÉRICOURT,
RUE TRAÎNÉE , N°l5, PRES S.-EUSTACIIE.
4828.
tt&UIBIIS UBSIttigUEik
OPTIM^E MATBI.
JUS ROMANUM.
DE PACTIS INTERDEMPTOREM ET VENDITOREM COMPOSITIS.
Cod. liv. i, tit 54.
DE LEGE COMMISSORIA. — DE IN D1EM ADDICTIONE.
ff. iS, tit. a et 3.
TITUITTS FBXMUS.
Quanguam solo cônsensu perficiatur emptio venditio, nihi-
lominus ex cônsensu alia accedunt, quse vel modum adjiciunt
vel formam dant huic contractai, nimirum pacta.
De celeberrimis tantùm pactis in hâc thesi disseremus.
i° Pacto addictionis in diem;
2° Legê commissoriâ.
SECTION I".
De in diem addictione.
ART. I. Addictio in diem est pactum <juo res emptori hâc
lege venditur, uisi quis intra diem dictam meliorem conditionem
fecerit, quod quidem duobus modis fieri potest : nam si hoc
agitur, ut meliore conditione allatâ à contractu discedatur, erit
pura emptio cruae sub conditione resolvitur, sin autem hoc agitur,
4
ut perficiatur emptio, nisi melior conditio offeratur, erit emptio
conditionalis.
ART. II. Adeventum istius pactiduo concurrere debent : i»ut
n'ovus, emptor sit ac verus ; 20 ut melior conditio diem proefini-
tum offeratur.
Quidquid enim ad utilitatem venditoris pertinet, pro meliore
conditione haberi débet, velut, sifacilior offeratur pretii solutio,
vel maturior, locus solvendi opportunior, persona secundi emp-
toris magis idonea, vel denique si conditio venditioni accedens
levior sit.
ART. III. Venditori meliorem conditionem oblatam abjicere
licet, sequi que primam quas.i meliorem; tamen aliter, si hoc
erat nominatim actum, ut liceret resilire emptori, meliore con-
ditione alla ta, discedilur à priore emptione, etiam si venditor
sequentem non admittat.
ART. IV. Resolutâ venditione , fructus et caetera rei necessaria
ab emptore venditori sunt reddenda, et vice versa, emptori
à venditore empensa necessaria in re facta, sunt restituenda.
SECTION 2.
De lege commissoriâ.
ART. V. Lex commissaria est pactum quo res ita venditur ut
nisi pretium solvatur prsefinito die, res sit inempta.
Cum res eâ lege veniit, magis sub conditione resolvi emptio
quam sub conditione contrahi videtur.
ART VI. Est enim ea legis commissaria? vis et conditio, ut
non solmo pretio, res sit inempta, si venditor eam inemptam
esse velit : nam in favorem haec pactio additur : in ejus arbitrio
igitur est, utrum velit legem commissoriam exercere et rem cum
fructibus et accessoribus ab emptore repetere, an potiùs pretium
petere; altéra tamen via electâ amplius variare nequit nemo
enim mutare potest consilium suum in alterius injuriam.
DROIT FRANÇAIS.
DE LA NULLITÉ ET DE LA RÉSOLUTION DE LA VENTE.
C. civ. UT. 3, tit. 6, chap. 6,7 et 8.
CHAPITRE X".
La vente soumise aux conditions résolutoires communes à tous
les contrats, en admet deux indépendamment de celles rapportées
au titre 6, savoir : l'exercice de la faculté de rachat, et la validité
du prix.
Autrefois, si le contrat de vente n'avait pas été exécuté ni de
part, ni d'autre, il pouvait être résolu par le mutuel consentement
des parties contractantes.
SKCT. I. Du Réméré.
A.RT. I. Le réméré est un pacte par lequel le vendeur se réserve
pendant un certain temps,'la faculté de résoudre la venté en satis-
faisant à certaines conditions. Il ne faut pas considérer cette vente
à réméré, comme étant de sa nature faite sous une condition

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.