Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Partagez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant
poignée de citations, des souvenirs Lous, le bac, tout ce fond de culture encombrant qu’on n’a jamais trop bien compris.
Un outil simple et décomplexant pour détricoter le jargon philo
scandella.fr
 Thomas Hobbes
ON NE SE BAIGNE J AMAIS DEUX FOIS DANS LE MÊME FLEUVECONNAIS-TOI TOI-MÊMELEBŒ UFMATH IAS VOILÀ NOTRE CONDITION : CONFINÉS AU FOND D’UN CREUX DE LA TERRE, NOUS CROYONS EN H ABITER LA SURFACE TOUT CE QUE J E SAIS, C’EST QUE J E NE SAIS RIENUNE H IRONDELLE NE FAIT PAS LE PRINTEMPS, NI NON PLUS UN SEUL J OURPLAI SI R  LE EST LE COMMENCEMENT ET LA FIN DE LA VIE H EUREUSECH OSES QUIPARMI LES EXISTENT, LES UNES DÉPENDENT DE NOUS, LES AUTRES NE DÉPENDENT PAS DE NOUSIL NE FAUT PAS MULTIPLIER LE S E N TI TÉ S SAN S N É CE SSI TÉI L EST BEAUCOUP P LUS SÛR D’ÊTRE CRAINT QU’AIMÉISTOIREPETITE H DE LA PHILOSOPHIE EN 32 CITATIONS LE PILOTE NE QUITTE PAS SON NAVIRE DANSLATEMPÊTE, PARCE QU’ILNE PEUT MAÎTRISER LES VENTSMIEUXJ ’AIME FORGER MON ÂME, QUE LA MEUBLER
TOUT CE QUE JE SAIS, CEST QUE JE NE SAIS RIEN
MATHIAS LEBŒUF
TOUT CE QUE JE SAIS, CEST QUE JE NE SAIS RIEN
Petite histoire de la philosophie en 32 citations
TALLANDIER
© Éditions Tallandier, 2009 Éditions Tallandier 2, rue Rotrou 75006 Paris http://www.tallandier.com
À la mémoire dAndrée. À lavenir de Juliette. À L.
Remerciements
À mes parents, pour qui il na pas été toujours facile de vivre avec un apprenti Taon. À mon frère, qui doit maintenant lire le livre et lexpliquer plus tard à sa fille. À mes amis, qui mont supporté dans tous les sens du terme (dédicaces spéciales à Éric, Sophie et Michèle). À Michel Nebenzahl et François Laruelle, dont les enseigne ments mont fait aimer la philosophie. À tous ceux que cela amuse quune pensée profonde soit nécessairement creuse.
« Les citations dans mon travail sont comme des brigands sur la route, qui surgissent tout armés, et dépouillent le flâneur de sa conviction. » Walter BENJAMIN,Sens unique, Paris, Maurice Nadeau, 1978, p. 215.