Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Toute la vie

De
120 pages
Personne n’a oublié Claire Martin, la romancière et mémorialiste célébrée de l’époque de « Doux-amer » et « Dans un
gant de fer ». En publiant « Toute la vie », qui regroupe des nouvelles et des souvenirs, Claire Martin renoue avec les textes brefs, genre qui l’avait lancée, avec combien d’éclat, dans la carrière littéraire (« Avec ou sans amour »r, 1958, prix du Cercle du livre de France).
Tout, la vigueur de la phrase, l’humour en coin, les demi-teintes avec lesquelles elle dessine personnages et situations, tout nous rappelle l’une des plus fortes personnalités de notre littérature. Surtout, des moments de sérénité, des instants de
délicatesse, des bonheurs d’expression flottent au-dessus du texte. Une vie est ainsi donnée à traverser par le biais des
lectures qu’une femme se remémore comme on pense aux amis les plus chers. Les mots, les phrases font les êtres, la
lecture concourt à la vie, toute la vie.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Extrait de la publication
Présentation
1
Extrait de la publication
Présentation
TOUTE LA VIE
3
Extrait de la publication
Toute la vie
Du même auteur : Avec ou sans amour, Le Cercle du livre de France, 1958, Robert Laffont, 1959. Doux-amer, CLF / Robert Laffont, 1960. Quand j’aurai payé ton visage,CLF / Robert Laffont, 1962. Dans un gant de fer : la joue gauche,CLF, 1965. Dans un gant de fer : la joue droite, CLF, 1966. Les morts, CLF, 1970. Moi, je n’étais qu’espoir, CLF, 1972. La petite fille lit, Éditions de l’Université d’Ottawa, 1973.
4
Extrait de la publication
Présentation
CLAIRE MARTIN
Toute la vie
présentation de Gilles Dorion
5
Extrait de la publication
Toute la vie
Maquette de la couverture et de la jaquette : Isabelle Robichaud Photographie de la jaquette : Jocelyn Bernier Photocomposition : CompoMagny enr. Distribution pour le Québec : Diffusion Dimedia 539, boulevard Lebeau Saint-Laurent (Québec) H4N 1S2 Pour la France : D.E.Q. 30, rue Gay-Lussac 75005 Paris Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés © Les éditions de L’instant même 865, avenue Moncton Québec (Québec) G1S 2Y4 er Dépôt légal — 1 trimestre 1999 Données de catalogage avant publication (Canada) : Martin, Claire, 1914-Toute la vie ISBNpapier 978-2-89502-123-0 ISBN PDF 978-2-89502-603-7 I. Martin, Claire, 1914- I. Titre PS8511.A84T68 1999 C-843'.54 C99-940292-7 PS9511.A84T68 1999 PQ3919.2.M37T68 1999
L’instant même reçoit pour son programme de publication l’aide du Conseil des Arts du Canada et celle de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec. Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada par l’entremise duFonds du livre du Canadapournos activités d’édition.
6
Présentation
Avant-propos
e serait donc vrai que l’on revient toujours à ses C premières amours ? Me voici revenue à écrire des nouvelles et j’ai retrouvé, de ce fait, le plaisir d’écrire sans que ce plaisir soit diminué par une contrainte de plusieurs mois. Une nouvelle, ou un court récit, c’est tout le délice sans le boulet. De l’une à l’autre, il est permis de changer de ton, d’époque, de style, de vocabulaire. On ne s’ennuie jamais, ce qui est bien précieux. Foin des trois unités ! Quant aux courts récits, je les ai extraits de ma mémoire. J’en fais ainsi le tour, de temps en temps, non sans de multiples arrêts devant cet inattendu, le bonheur. Ce recueil comprend quelques inédits. D’autres ont été retrouvés par le professeur Gilles Dorion – c’est lui qui a eu l’idée de faire ce recueil – qui a colligé pour moi, pauvre empotée devant les boutons poussoirs qui ont remplacé les crayons, tout ce qui a paru, au cours des ans, dans les revues ou les journaux. Il en a trouvé dont j’avais oublié l’existence. C’est vous dire si ses appareils fonctionnent
7
Extrait de la publication
Toute la vie
bien ! Ce qui n’enlève rien à son mérite. Il s’est donné beaucoup de mal et je l’en remercie. Son dévouement ne s’est pas arrêté là. Il m’a donné, alors que j’étais un peu en rade d’idées, un sujet qui m’a enchantée par son côté tendre, léger, et qui m’a permis de dire des choses qui m’importent : que le mot juste est obli-gatoire, que les amours éternelles naissent souvent du coup de foudre (la grammaire nous dit-elle toujours qu’elles sont féminines au pluriel, ou bien cela a-t-il changé aussi ?), qu’aujourd’hui un professeur peut ne plus l’être demain, qu’il n’y a toujours pas de sot métier, mais que ce n’est plus seulement un dicton, que la vraie cuisine fait partie de la vraie civilisation et que les mots qui la disent sont du vocabulaire de l’amour. Tout cela et j’en passe ! D’où vient une nouvelle ? Plus que le roman, il me semble, de quelque chose de fortuit, une phrase entendue qui n’était pas pour soi –«Votre voisine tient toujours sa fille enfermée ?»Tout ce qu’on invente est arrivé à quelqu’un sans qu’on s’en doute.«Qui vous a raconté mon histoire ?»est une interrogation qui m’a déjà été faite. Quand c’est un colosse de cent kilos qui ajoute«J’ai beaucoup pleuré en vous lisant», on se dit que, ma foi, la littérature a du bon !
8
Extrait de la publication
Présentation
Présentation
eux moments d’écriture sont ici rassemblés : des paruDs dansles Écrits, et d’autres nouvelles, entièrement nouvelles, parues dans des périodiques de 1959 à 1969 mais jamais publiées, des récits brefs, inédites, rédigées depuis 1998, encadrant trois romans, deux volumes d’autobiographie et une pièce de théâtre et succédant à un recueil de nouvelles,Avec ou sans amour (1958), prix du Cercle du livre de France. Lire des nouvelles de Claire Martin, c’est entrer dans le monde complexe des relations humaines dont l’amour et la haine se disputent le territoire au gré des rencontres de toute sorte, où naissent, se tissent et se développent des liens variables entre hommes et femmes. C’est découvrir la verve, parfois espiègle, malicieuse un brin, jamais méchante ou acerbe, souvent pleine d’humour, d’un écri-vain de métier, maître incontesté d’un genre exigeant : une mise en scène claire mais rapide, un développement dénué de détails superflus, une situation adroitement circonscrite et exploitée, une écriture dense mais jamais hermétique,
9
Extrait de la publication
Toute la vie
une«chute»libre, naturelle même par son côté inattendu. C’est aussi accompagner l’auteur dans son observation toujours aiguisée et souvent amusée de la vie quotidienne marquée de bonheurs et d’inconvénients, de plaisirs et de soucis, où se côtoient sans cesse le comique et le tragique en une sorte de coexistence obligée.«Corriger les mœurs en riant», dirait-on volontiers comme le poète. En l’oc-currence, c’est le rire franc qui domine, ou le sourire en-tendu, même quand la morale y a sa place. Aussi le style, d’une correction absolue, comble de délice, emprunte-t-il spontanément un rythme accordé à de petites intrigues, à des situations drôles ou cocasses, quelquefois dramatiques, rarement catastrophiques. Quelle aisance dans le dérou-lement des récits, quelle sûreté dans les traits descriptifs, quelle efficacité dans les portraits ! Et, par-dessus tout cela, une écriture souple, allègre, vive, qui entraîne la réflexion et l’action en un mouvement irrésistible. Si les nouvelles sont (presque) toutes empruntées au réel, à des événements fortuits ou insolites tirés de la vie de tous les jours et présentés grâce à une affabulation adroite qui produit son«effet de réel»d’une manière constante, les récits brefs épousent la même démarche, sans fard, mais avec la même acuité d’observation. Il s’agit de souvenirs de voyage, d’évocations de séjours passés, de moments lointains, heureux, remontant parfois à l’en-fance, de réminiscences agréables, ou pas, c’est selon, d’observations toujours justes de la faune humaine, de ses comportements et attitudes, et de l’environnement culturel et social d’ici et d’ailleurs. Une photographie du réel dans
10
Extrait de la publication