Traitement prophylactique du choléra, par le Dr Filhos,...

De
Publié par

impr. de F. Malteste (Paris). 1853. In-8° , 11 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : samedi 1 janvier 1853
Lecture(s) : 4
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 11
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

\ i ; Ç^^^^i^IQN.' MEDICALE, Wt 18W5. - :
TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE
nu
CHOLÉRA.
t>Àr<
LE DOCTEUR FÏLHOS,
Chevalier de la Légion-d'Honneur ,
Chirurgien principal de l'État-Major de la Garde nationale,
Médecin du Dispensaire de salubrité, ♦■te.
PARIS,
TYPOGRAPHIE FÉLIX MALTESTE ET 0?,-'
Rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22.
1853
TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE
CHOLÉRA.
PAR
LE DOCTEUR FILHOS,
Chevalier de la Légion-d'Honneur ,
Chirurgien principal de l'État-Major de la Garde nationale,
i/îx Médecin du Dispensaire de salubrité, etc.
Publications de I/WHriOHT MEDICALE, du 15 Décembre 1853.
PARIS,
TYPOGRAPHIE FÉLIX MALTESTE ET G«f
Rue des Deux-Portes-Saint-Sauveur, 22.
1853
TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE
DU
CHOLÉRA,
Toutes les fois qu'il s'agit d'une question d'humanité, le
devoir du médecin est de revenir sans cesse sur le sujet de
ses convictions. Je rappellerai donc ce que j'ai écrit en 1832
et en 1849 sur la prophylaxie du choléra.
En présence d'une nouvelle invasion épidémique, il est tout
naturel que les populations et l'autorité demandent à la mé-
decine les conseils nécessaires pour se garantir des atteintes
du fléau. Notre réponse doit être franche et simple : nous
devons dire que, si nous luttons encore péniblement contre
l'action du choléra, du moins sommes-nous en mesure d'indi-
quer, à peu d'exceptions près, les moyens de se préserver de
cette maladie. Ces moyens, dont je vais m'occuper, encore
niés par quelques médecins, bien plus généralement admis par
d'autres, mais seulement d'une manière plus ou moins approxi-
mative, m'avaient été suggérés, comme à tous les médecins,
h
par le grand nombre de malades que j'ai vus ; ils m'ont été
exactement démontrés par le tableau analytique suivant que
j'ai publié en 1832 ; le seul peut-être de cette espèce, qui ait
encore été fait.
Sur 112 malades dont j'ai pu recueillir les observations à
cette époque, à l'hôpital Beaujon, où j'étais interne :
1 venait d'avoir le dévqiement, 1" degré, guéri.
1 l'avait depuis 8 beures, 3"° degré, guéri.
1 depuis 10 heures, 3m 0 degré, mort.
1 depuis 13 heures, 3me degré, mort.
17 depuis 1 jour, 7 au 1" degré, guéris.
2 au 2""'degré, guéris.
8 au 3Be degré, 1 guéri, 7 morts.
16 depuis 2 jours, 2 au 1" degré, guéris.
3 au 2m 0 degré, guéris.
11 au 3"°' degré, 3 guéris, 8 morts.
11 depuis 3 jours, 0 au Ie' degré.
5 au 2m° degré, guéris.
6 au 3m 0 degré, 1 guéri, 5 morts.
9 depuis U jours, 2 au 1" degré, guéris.
1 au 2mo degré, guéri.
6 au 3me degré, 2 guéris, U morts.
16 depuis 5 jours, 2 au 1" degré, guéris.
6 au 2ma degré, guéris.
8 au 3me degré, 1 guéri, 7 morts.
7 depuis 6 jours, 2 au 1" degré, guéris.
2 au 2KC degré, guéris.
3 au 3me degré, 3 morts.
U depuis 7 jours, 1 au 1" degré, guéri.
1 au 2mo degré, guéris.
2 au S"" degré, 2 morts.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.