//img.uscri.be/pth/0dc904b74970273c3cecc93784487841c5df15c3
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Transformer le monde par le langage

De
240 pages
Auteur d'une oeuvre colossale, riche et diversifiée, Michel Butor est l'un des écrivains majeurs de la deuxième moitié du XXe siècle et du début du XXIe siècle. Il revient ici sur son parcours et ses souvenirs, en passant par le commentaire et la contextualisation à la fois personnelle et historique de son œuvre. Dans une perspective plus large, il évoque avec virtuosité différents enjeux liés à la littérature ainsi qu'à l'art, et pose un regard critique sur l'histoire littéraire. Enfin, il analyse finement la portée et le fonctionnement du langage, et nous fait partager ses points de vue sur les grandes questions de l'homme et sur l'évolution de notre société.

Voir plus Voir moins
Propos recueillis parAmir Biglari
Transformer le monde par le langage
Entretiens avec Michel Butor
Transformer le monde par le langage
Entretiens avec Michel Butor
Propos recueillis par AmirBiglari
Transformerle monde parle langage
Entretiens avecMichelButor
© L'HARM ATTAN, 2016 (seconde édition) La première édition est de 2014 5-7, rue de l'École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-05223-6 EAN : 9782343052236
Avant-propos
Écrivain majeur de la littérature française, de renommée in-ternationale, Michel Butor a produit une œuvre colossale, riche et diversifiée. Dès 1959, soit au tout début de sa carrière, Jean-Paul Sartre lui prédisait un bel avenir : « il existe aujourd’hui, en France, quelqu’un qui a l’ambition et toutes les chances de 1 devenir un grand écrivain. Le premier depuis 1945 : Butor » . Georges Perros, lui, soulignait en 1973 : « Chacun de ses livres 2 est une machine de guerre à plusieurs dimensions » . Ces pro-pos n’ont cessé d’être confirmés.
Romancier, poète, essayiste, critique, traducteur, entre autres, Michel Butor est un écrivain inclassable, qui se renou-velle constamment et échappe à ceux qui veulent le cerner ou le limiter. Créatif, intrépide etpersévérant, il est à la fois l’un des principaux acteurs de la scène littéraire depuis six décennies et son témoin privilégié. Iln’aurapas eu besoin du Grand prix de littérature de l’Académie française qu’on lui a attribué pour l’ensemble de son œuvre tout récemment, en juin 2013, pour entrer dans les histoires actuelles et à venir de la littérature. Mais on ne peut évidemment que se réjouir de cette reconnais-sance si méritée.
Michel Butor étant sans doute l’un des écrivains les plus in-terviewés, pourquoi publier de nouveaux entretiens avec lui ? La réponse est simple : cet auteur original, ce grand connaisseur de la littérature et de l’art,ne nous a pas tout dit, et même après 1 Jean-Paul Sartre, « Entretien » par Madeleine Chapsal (le 5 janvier 1959), Les Écrivains en personne, Paris, Julliard, 1973, p. 265. 2 Georges Perros, « En guise de salut »,Papiers collés,II, Paris, Gallimard, 1973, p. 356.
8
Entretiens avec Michel Butor
le présent recueil, il aura certainement encore beaucoup de sa-voir et de sagesse à nous transmettre…J’aiessayé, autant que possible, de me démarquer de mes prédécesseurs en soulevant de nouvelles questions, sans m’interdire, toutefois, de partir des entretiens qu’il avait accordés pourdévelopper certains des thèmes déjà traités. Ce qui ne veut pas dire que tous les aspects d’une œuvresi prolifiqueet d’une pensée si perspicace soienticiabordés…
Ces entretiens sont le fruit de dix rencontres avec Michel Butor ; celles-ci ont eu lieu à Paris et à Lucinges entre sep-tembre 2009 et septembre 2013. Mon souhait a été de contri-buer, d’une part, à approfondir l’œuvre, la vie et les points de vue de Michel Butor sur différents sujets, et d’autre part,à ap-porter des éclairages sur la littérature française, notamment e celle de la deuxième moitié du XX siècle.
Cet ouvrage est constitué de neuf chapitres entre lesquels s’instaure un dialogueInfluences et souvenirs : « Littéra-», « ture et art », « Nouveau Roman », «Œuvre personnelle », e e « Écrivains du XVI au XIX siècle », « Écrivains et théoriciens e du XX siècle », « Citations et mots », « Confidences et obser-vations », « Pour prendre congé ». Je remercie vivement Michel Butor, quim’afait l’honneur d’accepter maproposition d’entretiens malgré toutes ses oc-cupations, et qui a revu avec soin leurs transcriptions.Je l’ai trouvé particulièrement accueillant, bienveillant, généreux et aussi patient dans sa vie quotidienne que dans la préparation de ses livres. Ses regards pénétrants et revigorants dégagent espoir, courage et vie intense.Les moments que j’aipassés avec lui sont parmi les plus précieuxque j’ai connus.
1.Influences et souvenirs
Vous êtes sans doute lun des écrivains les plus intervie-wés. Pour commencer, pouvez-vous nous dire ce que vous pensez de cette pratique ? Sagit-il dun genre ?
On peut très bien dire que cest un genre littéraire, un genre littéraire avec deux auteurs : lintervieweur et linterviewé. Il ny a pas que linterviewé qui parle : les questions quon lui pose sont très importantes. Cest un genre littéraire qui est plus ancien quon ne le croit ; il sest développé surtout avec le jour-e nalisme du XX siècle. Jai en effet été très souvent interviewé et j’ai remarqué qu’au début, quand jétais jeune, on me posait très souvent les mêmes questions et puis peu à peu on sest mis à me poser des questions de plus en plus différentes. Les inter-vieweurs se mettaient à affirmer leur propre individualité. Dans un entretien en 1966, vous affirmiez : « Aussi me semble-t-il important pour les critiques de savoir quels 1 livres ont lus les écrivains dans leur enfance » . Parlez-nous des livres que vous avez lus quand vous étiez enfant…
J’ai lu beaucoup de livres pendant mon enfance. J’ai lu les classiques de la littérature enfantine de mon temps, c’est-à-dire les contes de Perrault pour commencer, ensuite les romans de la comtesse de Ségur, puis les livres de Jules Verne et en même temps ces grands classiques de la littérature enfantine que sont Les Voyages de Gulliver,Crusoé Robinson , Les Mille et Une
1  « Nous devons tout à Jules Verne. Michel Butor: l’image du monde au e XIX siècle »,Arts et Loisirs, 30 mars-5 avril 1966, publié dansQuarante ans de vie littéraire, entretiens réunis, présentés et annotés par Henri Desoubeaux, Nantes, Joseph K., 1999, vol. 1, p. 288.