Tu ne t'en tireras pas comme ça !

De
Publié par

Camille est à la veille de soutenir sa thèse. Elle attend ce jour depuis qu'elle est assez grande de savoir ce qu'elle voulait faire plus tard. Malheureusement, un homme a décidé qu'il en serait autrement. Elle se retrouve en fantôme, fermement décidée à trouver celui qui lui a ôté la vie. Elle se promet qu'il ne s'en tirera pas comme ça. Et si au cours de son enquête elle trouvait ce qui doit faire sa vie ?


Publié le : jeudi 18 septembre 2014
Lecture(s) : 5
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782342028805
Nombre de pages : 214
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Du même auteur
Zaïane, Éditions Bénévent, 2007 La Zelie, Édition Edilivre, 2010 Face au destin, Éditions Publibook, 2010 La Légende de Thaïs, Mon Petit Éditeur, 2012 Un arbre est tombé, Mon Petit Éditeur, 2013 La Légende de Thaïs – Tome 2, Mon Petit Éditeur, 2014
Dominique Calamel TU NE T’EN TIRERAS PAS COMME ÇA !
Mon Petit Éditeur
Retrouvez notre catalogue sur le site de Mon Petit Éditeur : http://www.monpetitediteur.com Ce texte publié par Mon Petit Éditeur est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le Code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur. Mon Petit Éditeur 14, rue des Volontaires 75015 PARIS – France IDDN.FR.010.0119928.000.R.P.2014.030.31500 Cet ouvrage a fait l’objet d’une première publication par Mon Petit Éditeur en 2014
Collée au plafond de sa chambre, elle voyait son corps inanimé sur le lit. Elle ne comprenait pas ce qui lui arrivait. Elle se concentra pour analyser la situation. Comment et pourquoi était-elle arrivée là-haut ? Soudain tout lui revint ! L’homme la jetait brutalement sur le lit. Il lui était tombé dessus alors qu’elle regardait la télé. L’avait tirée par les cheveux, jetée sur le lit. L’avait frappée avec brutalité. Froidement. Silencieusement. Au début, elle avait été submergée par la peur. Puis la douleur avait pris le dessus. Puis était venue la certitude qu’elle allait mourir, Parce que son agresseur était à visage découvert. Il ne laisserait pas de témoin derrière lui. La peur l’avait submergée à nouveau. Lui glaçant le sang. La laissant sans force. Et puis elle s’était retrouvée collée au plafond, Assistant impuissante à son propre viol, à sa mort, Et au départ de son agresseur. C’est sûr, elle le savait maintenant elle était morte. Et ce qui flottait là, c’était son corps astral. À moins que ? Cela voulait peut-être dire qu’elle était encore en vie ? Il fallait absolument qu’elle vérifie. Mais bon sang comment mouvoir ce corps impalpable ?
Chapitre 1 Elle essaya d’abord de descendre les pieds pour avoir une position verticale. Ce fut difficile, mais elle y parvint. Alors elle tenta de des-cendre en direction du sol. Elle réussit tellement bien sa manœuvre qu’elle se retrouva coincée entre son plancher et le plafond de l’étage du dessous. Elle remonta, se trouvant à nouveau au plafond. Le manège dura encore un petit moment avant qu’elle arrive enfin à maîtri-ser ses déplacements. Elle s’approcha enfin du lit où son corps physique gisait. Meurtri par les coups et les tortures qu’il avait subis. Du sang avait giclé sur les murs, les draps, la tête de lit. Elle n’avait au-cun souvenir de la violence que ces tâches induisaient, pourtant vu le résultat, cela avait dû être terrible. Au contraire de ce qu’on disait, elle n’avait pas vu défiler le film de sa vie avant de mourir. Rien qu’un trou noir et son voyage au plafond. Elle voulut tâter son pouls, mais sa « main » virtuelle traversa son poignet réel. Alors elle se pencha pour sentir si il y avait encore un souffle de vie. Rien. Pas le moindre petit vent. C’est fini ma belle. Tu es morte. Kaput. Dead. Muerta. Qu’allait-elle faire maintenant ? Rester là ? À attendre ? Attendre quoi ? Que quelqu’un de là-haut vienne la chercher ?
9
TU NE T’EN TIRERAS PAS COMME ÇA !
Elle était croyante et comme tous les croyants elle avait espé-ré à une vie après la vie. Mais elle pensait plutôt à une réincarnation, pas à cette forme de fumée incontrôlable. Tout d’un coup elle péta les plombs. Entrant dans une rage folle. Tournant sur elle-même. Dé-clenchant un tourbillon de vent. Faisant choir les objets autour d’elle. Emportée par la tornade qu’elle venait de créer, elle se retrouva sur le toit de son immeuble. Ouahhhou !! Ça par contre c’est génial ! J’adore ! Elle prit une profonde inspiration. Sans grand résultat car l’air n’entrait pas dans ses poumons. Elle n’en avait plus besoin puisqu’elle était morte. Elle « s’assit » au bord du toit admirant la ville de Bordeaux à ses pieds, dont les lampadaires commençaient à s’éteindre. L’est s’éclairait. Un nouveau jour naissait sans elle. Sans Camille Cas-tellane. Morte assassinée par un putain de salaud ! Tout d’un coup, elle fut anéantie. Ses parents ? Mon Dieu ses parents. Ils allaient être effondrés. Et son frère ? Et ses amis ? Merde ! Mes exam’s. Je devais défendre ma thèse tout à l’heure. Je venais juste de la terminer. Après, je devais partir en vacances. Je me ré-jouissais tellement de ce voyage en Irlande. Et ce boulot que j’avais trouvé. Tout le monde m’enviait… Oh zut ! Si j’avais su je n’aurais pas autant bossé et j’aurais un peu plus profité de la vie… Au fait ! Il faudrait préve-nir la police. Idiote ! Comme si tu pouvais passer un coup de fil. Non. Il va falloir que tu attendes… Oui mais combien de temps ? Le temps que quel-qu’un se rende compte de ton absence… Comme ça tu sauras quelle place tu tenais dans leur cœur… Et si j’allais voir Alexia ? Je dois pouvoir le faire. J’ai pu monter sur ce toit, je dois pouvoir me balader. Elle se redressa et en agissant tout en douceur, descendit en direction du trottoir. Tout se passa bien. Elle réalisa soudain qu’elle était en slip. Celui que le violeur ne lui avait pas encore arraché quand elle avait perdu conscience. Elle croisa ses bras
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

suivant