Vie de Jean Jacob, vieillard du Mont-Jura, âgé de 120 ans,... [Signé : Jean Pithou.]

De
Publié par

l'auteur (Paris). 1789. In-8° , 8 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : jeudi 1 janvier 1789
Lecture(s) : 16
Source : BnF/Gallica
Nombre de pages : 8
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

VIEILLARD DU MONT - JURA,
Agé de 120 ans,
Penfionné de Sa Majefté , à laquelle il a été
préfenté depuis peu , ainfi qu'à l'Affem-
blée Nationale.
Où les faits parlent, il faut que l'incrédulité fe taife
Au phyfique comme au moral, s'il exifte
un être intéreffant pour l'homme, c'est fon
semblable, & fur-tout celui qui a fourni
une carrière auffi longue que Jean Jacob.
Mille questions se préfentent à la fois
pour savoir comment il a vécu pour se con-
A
ferver jufqu'a fon âge , au milieu de tant
d'ennemis qui affiégent notre vie,
Voici fess réponfes à toutes les interrogati ons
oftenfibles. Peu de paffions irritantes ,
beaucoup d'exertice , jamais d'excès, mais
la gaieté la joie & la santé qui suivent;
le travaill, & une bonne conscience; point
de foucis , autres que ceux qui font insé-
parables des pères de famille, & qui font fort
adoucis par la foi à la Providence: au surplus,
jamais de Médecin ni de médecine. Voilà
quelle a été toute ma fcience, & tout l'art
que j'ai mis à conserver mes jours jusqu'à
ce moment,
Né fous le chaume , fansaucun bien de
patrimoine, j'ai fubi le fort des infortunés,
c'eft-à-dire, que ma vie a été assujettie à de
forts travaux ; mais l'habitude en avoit
adouci presque toutes les peines; en un
mot, j'étois infatigable. Tantôt Journalier,
travaillant à la terre , tantôt Bûcheron ou
Berger, je m'enendurciffois à toute forte de
fatigues & souvent a la faim & á la foif

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.