Voltaire et Viennet. [Signé : Athanase Forest.]

De
Publié par

impr. de L. Toinon (Saint-Germain). 1864. In-8° , 12 p..
Les Documents issus des collections de la BnF ne peuvent faire l’objet que d’une utilisation privée, toute autre réutilisation des Documents doit faire l’objet d’une licence contractée avec la BnF.
Publié le : vendredi 1 janvier 1864
Lecture(s) : 2
Source : BnF/Gallica
Licence : En savoir +
Paternité, pas d'utilisation commerciale, partage des conditions initiales à l'identique
Nombre de pages : 12
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

VOLTAIRE ET VIENNET
Uno avulso, non déficit aller.
VIRGILE.
Siout cursores vitaï lampada tradunt.
LUCRÈCE.
I
Voltaire part, Yiennet arrive; même année
Du doublé phénomène est témoin. Destinée,
Voilà bien de tes coups! en notre humanité,
Pas de solution de continuité,
Grâce à toi, sans nul doute; oui, sagesse, folie,
Vertu, vice, bien, mal, tout se noue et se lie.
Tu n'es donc pas aveugle, et tu tiens toujours prêts
Les chaînons, instruments pour sceller tes arrêts!.;.
La lampe, que Lucrèce inventa, joue un rôle
De plus en plus visible,... hélas ! souvent peu drôle,
Car brûler le logis, au lieu de l'éclairer,
C'est là ce qu'elle fait, quand, pour la manoeuvrer,
De défunt Erostrate un singe, un plagiaire
Se rue, et la transforme en torche incendiaire,
Au détriment du temple, oui, prétend à Vautel
(0 sacrilège orgueil !) donner le coup mortel ! !...
Voltairepère et fils sont-ils de cette espèce ?
Thèse à discuter ; mais, d'abord, je les dépèce,
Mieux, .les dédouble, car chacun d'eux pourrait bien
Se plaindre du mélange, et qui ne sait combien
18G*
Chacun d'eux, dont la bile est si vite allumée,
De très-mauvais coucheur s'est fait la renommée?
Puis, les confondre l'un avec l'autre, allons, fi !
Au bon sens, au bon goût ce serait un défi,
Et l'oeil le moins subtil, si peu qu'il les détaille,
Demeure convaincu qu'ils diffèrent de taille,
Et que, plus que le fils, le père a droit d'aller
Chez nos derniers neveux de lui faire parler.
Expliquons-nous pourtant ; ne gonflons trop la somme
De ses mérites ; non, ne surfaisons ni l'homme
Ni le prix qui l'attend par delà le trépas.
Est-ce que ce Voltaire échappe à tout compas ?
Il est grand, très-grand, soit; mais chez lui nul génie,
Nul feu sacré. Qui lui, poète ? je le nie !
Puissant prosateur, c'est comme tel qu'il a droit
A sa dose de gloire ; encor, quel cercle étroit
Que cette région où se meut sa pensée !
Le lecteur se rebute à la voir condensée
Sur un point fixe, soit qu'elle prenne le ton
Railleur, soit que de Penn, de Locke, de Platon,
Ou d'Epictète, elle aille endosser la défroque.
Puis son style ! à coup sûr, ici, rien de baroque,
Rien de nébuleux; tout merveilleusement clair ;
Mais de grande éloquence on y cherche un éclair.
Voltaire sérieux est sec, est froid; sa plume
Sous l'action du rire uniquement s'allume,
Du rire stimulé par la haine ; il lui faut
De la haine ; la haine en lui faisant défaut,
Qu'il serait plat ! — Eh ! oui, haine des fanatiques,
Des fourbes, des tyrans! crieront certains critiques.
— Soit, tels jours; mais, hélas ! elle eut d'autres emplois,
En des jours plus nombreux ; haine des saintes lois
Qui de nos passions domptent chaque caprice,
Haine de tout rival, âpre, exterminatrice,
Qui n'a pas de repos qu'elle n'ait épuisé
Tout le sang dans le coeur de sa proie infusé !
Quiconque jette l'oeil sur sa correspondance
Voit clairement avec quelle triste abondance
L'invective brutale et meurtrière y court.
Là, ce n'est un lettré qui disserte et discourt,
C'est Tisiphone, c'est Alecton, c'est Mégère (1),
Comme.l'a dit, un jour, non en langue étrangère,
Mais en français, l'a dit (ou mots équivalents)
Un grand adorateur de ses divins talents,
Ce Frédéric, façon de penseur philanthrope
qu'Andrieux peint si bien mettant en feu l'Europe !
Là, Maupertuis, Fréron, les deux Rousseaux, Omer,
Tous goûtent de son fiel affreusement amer,
Et tous sous un amas de ces noms dont la liste
Ferait, certe, en nos jours, le plus fier réaliste
Reculer loin, bien loin, de dégoût et d'horreur,
Râlent broyés ! !... Tacite offre-t-il empereur
En théorie allant au delà de cet homme ?
En fait d'intolérance, adjugeons-lui la pomme,
A lui qui veut au fond de la mer envoyer
Jansénistes en bloc et jésuites, noyer
Les derniers rejetons de cette double race,
Pendus au cou les uus des autres !... où la trace
De cette humanité, si prônée en maint lieu,
Dans ces lettres où, lui, charmant fils de Chaulieu, v
Se fait le précurseur, en sus, de Robespierre,
Prend les boyaux de Paul pour en étrangler Pierre,
Aux spectacles sanglants trouve de doux appas !
Des humains, à Lisbonne, ont subi le trépas.
Vingt jésuites pendus, dit-il, c'est quelque chose !
Le voyez-vous, là-bas, ricanant? mais il ose
Pis encore ! un beau jour, il aspire à manger
Des coeurs... des coeurs humains t ! oui, pour les corriger,
Leur inculquant ainsi des leçons de tendresse ! !
Qu'ils en aient grand besoin, que nul ne s'intéresse
Aux bourreaux de Labarre, est-ce une question?
Mais suivez le venin : la Révolution,
Farouche, inexorable, et qui de sang se grise,
Dans ce souhait est là tout entière comprise ! I...
(1) Lettre du 18 mai 17S9. — Que Tisiphone et sa soeur, etc.
Je persécuterai les persécuteurs!... Quoi(l)!
On s'étonne, on demande, après cela, pourquoi
Une philosophie, humaine par essence,
(Où le Christ, il est vrai, brille par son absence.. .
Heureux trait de lumière!) a pu, tels jours donnés,
Produire des Marats, Nérons non couronnés,
Commandant au bourreau quelques cent mille têtes t!..:
Eh bien! comprenez-vous, aveugles que vous êtes,
Français charmants, brillants, pleins d'amabilité,
Qui de fils de Voltaire, avec tant de fierté,
Portez le nom, ce noeud qui rattache votre homme,
Si chambellan qu'il soit, et si bon gentilhomme,
Archi-millionnaire, avec cela, témoin
Ce testament, qui n'a (notons) un bout.de coin
Pour faire mention des pauvres, que soulage
Pourtant, dit-on, si bien ce seigneur de village,
Oui, dis-je, le rattache aux Marats, et le fait
Complice de maint noir, de maiut hideux forfait,
Le fait, plus que Rousseau, que Mabhj, responsable
De tout ce sang versée qui rend si haïssable
La Révolution, bien que représentant
La justice, le droit, et divine, partant! !...
If
Voltaire ! elle est complexe et multiple, son oeuvre ;
Il nous faut distinguer et distinguer encor,
Si nous voulons voir clair un peu dans sa manoeuvre,
Saisir son but, peser son fumier et son or !...
Et, d'abord, écartons ce côté trop immonde
Que nos libres penseurs les plus échevelés
(Constatons Je progrès), honteux et désolés,
A l'inverse de Cham, voudraient aux yeux du monde
Dérober.]. Vains efforts ! il faut qu'il soit instruit
De la valeur de 1'arbre, en contemplant le fruit I
Le monde?il faut qu'il sache où logiquement mène
(1) Correspondance de 1759 à 1777 (1761, 16 février, — 1767, 21 décembre,
1761, 11 mai, — 1760, 24 juillet, — 1774, 31 décembre, — 1761, 9 lévrier.).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.