Voyageur français dans les Amériques

Publié par

Avec la participation d'Edgardo Rodríguez Juliá (écrivain, Puerto Rico) - Jean-Pierre Clément (Université de Paris Sorbonne) - Jean-Paul Duviols (Université de Paris IV) - Ernesto Mächler Tobar (UPJV / CEHA) - Jean-Philippe Barnabé (UPJV / CEHA) - Angela Pérez Mejía (Biblioteca Luis Angel Arango, Bogotá) - Marita Caballero (Universidad de Sevilla) - Adriana Méndez Rodenas (University of Iowa) - Roberto Ignacio Díaz (University of Southern Caifornia, USA) - Claire-Emilie Martin (California State University, Long Beach, USA)- Carmen Vásquez (UPJV/CEHA) - Alberto Castrillón Aldana (Universidad Nacional de Colombia, Medellín) - Pablo Montoya (Universidad de Antioquia) – Porfirio Mamani Macedo (UPJV / CEHA) – Daniel-Henri Pageaux (Université de Paris III) – Erwan Dianteill (EHSS) - François Delprat (Université de la Sorbonne Nouvelle/ Paris III)
Publié le : samedi 1 mars 2014
Lecture(s) : 14
Tags :
EAN13 : 9782336341323
Nombre de pages : 219
Prix de location à la page : 0,0112€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
VOYAGEURS FRANÇAIS DANS LES AMÉRIQUES
VOYAGEURS FRANÇAIS DANS LES AMÉRIQUES
Ernesto Mächler Tobar (Université de Picardie, CEHA) (Coordination)
Avec la participation deJean-Pierre ClÉmÉnt(Université de Paris Sorbonne) -Jean-Paul DuviolS(Université de Paris IV) -EdGardo RodríGuez Juliá(écrivain, Porto Rico) -Alberto CaStrillón Aldana(Universidad Nacional de Colombia) -Jean-Philippe BarnabÉ(Université de Picardie, CEHA) -Porfirio Mamani Macedo(Université de Picardie Jules Verne) -Pablo MontoYa(Universidad de Antioquia, Medellín) -FrançoiS Delprat(Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3) -Marita Caballero(Universidad de Sevilla) -Roberto IGnacio Díaz (University of Southern California) -Claire-Emilie Martin (California State University) -Adriana MÉndez RodenaS (University of Iowa) -Carmen VáSQuez(Université de Picardie, CEHA)
INDIGO
Publié avec le concours du Centre d’Études Hispaniques d’Amiens Direction : Carmen Vásquez Coordination : Rica Amran
Centre d’Études des Relations et des Contacts Linguistiques et Littéraires (CERCLL)
En application des articles L. 122-10 à L. 122-12 du code de la propriété intellectuelle, toute reproduction à usage collectif par photocopie, intégralement ou partiellement, du présent ouvrage est interdite sans autorisation du Centre français d'exploitation du droit de copie (CFC, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris). Toute autre forme de reproduction, intégrale ou partielle, est également interdite sans autorisation de l’éditeur.
© INDIGO & Côté-femmes éditions 55 rue des Petites Écuries 75010 Paris http://www.indigo-cf.com e Dépôt légal, 3 trimestre 2012
ISBN 2-35260-080-4 EAN 9782352600800
CENTRE D’ETUDES HISPANIQUES D’AMIENS (CEHA/CERCLL) COLLECTION
Carmen Vásquez : Direction Rica Amran : Coordination
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS INTÉRIEURES
Rica Amran (UPJV-CEHA/CERCLL) Francisco Aroca Iniesta (UPJV-CEHA/CERCLL) Jean-Philippe Barnabé (UPJV-CEHA/CERCLL) Elisabeth Delrue (UPJV-CEHA/CERCLL) Bruce Kohler (UPJV-CEHA/CERCLL) Ernesto Mächler Tobar (UPJV-CEHA/CERCLL) Kevin Perromat (UPJV-CEHA/CERCLL) Philippe Reynès (UPJV-CEHA/CERCLL) Carmen Vásquez (UPJV-CEHA/CERCLL)
CONSEIL ÉDITORIAL DES PERSONNALITÉS EXTÉRIEURES
José Luis Abellán (Ateneo de Madrid) Alfredo Alvar (CSIC, Madrid) Juan Arana (Universidad de Sevilla) Marita Caballero (Universidad de Sevilla) José Manuel Camacho (Universidad de Sevilla) Luisa Campuzano (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Pierre Civil (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) François Delprat (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Jean-Paul Duviols (Université de la Sorbonne/Paris IV) Arturo Echavarría Ferrari (Universidad de Puerto Rico) Paul Estrade (Université de Paris VIII) Milagros Ezquerro (Université de la Sorbonne/Paris IV) Claude Fell (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Eve-Marie Fell (Université de Tours) Luis Fernández Cifuentes (Harvard University) Juan Gelpí (Universidad de Puerto Rico) Roberto González Echevarría (Yale University) Gustavo Guerrero (Université de Cergy Pontoise) José Hinojosa Montalvo (Universidad de Alicante) Jacques Joset (Université de Liège) Conrad Kent (Ohio Wesleyan University) Luce López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Mercedes López-Baralt (Universidad de Puerto Rico) Pablo Montoya (Universidad de Antioquia, Medellín)
5
VOYAGEURS FRANÇAIS DANS LES AMÉRIQUES
ernan o oreno urner n vers e o ers Nancy Morejón (Casa de las Américas, La Habana) Michèle Ramond (Université de Paris VIII) Augustin Redondo (Université de la Sorbonne Nouvelle Paris III) Rubén Ríos Avila (Universidad de Puerto Rico) Julio Rodríguez Puértolas (Universidad Autónoma, Madrid) José Ignacio Ruiz Rodríguez (Universidad de Alcalá de Henares) Enrico Mario Santí (University of Kentucky) Yolanda Wood Pujols (Casa de las Américas, Universidad de la Habana) Iris Zavala (Universiteit Utrecht)
6
SOMMAIRE
Ernesto Mächler Tobar (Université de Picardie, CEHA) Introduction ......................................................................................... 9
I. L’APPROCHE DU VOYAGEUR
Jean-Pierre Clémént (Université de Paris Sorbonne) « Le séjour du père Claude d’Abbeville en l’île de Maragnan (1612) »....19
Jean-Paul Duviols (Université de Paris IV) « Les voyages clandestins du sieur d’Accarette de Buenos Aires à e Potosí (XVII siècle) » .......................................................................... 55
Edgardo Rodríguez Juliá (écrivain, Porto Rico) « El arte de la descripción, según André-Pierre Ledru » ..................... 65
Alberto Castrillón Aldana (Universidad Nacional de Colombia, Medellín) « Du catalogue au paysage. Discontinuité et naissance de la nature e tropicale américaine au XIX siècle (Humbold et Bonpland)........... 75
Jean-Philippe Barnabé (Université de Picardie, CEHA) « Un botánico en el matadero : Auguste de Saint-Hilaire en la Banda Oriental » ............................................................................................. 89
Porfirio Mamani Macedo (Université de Picardie Jules Verne) «Visión de la sociedad peruana (siglo XIX) enPeregrinaciones de una Pariade Flora Tristán» ......................................................................... 109
7
VOYAGEURS FRANÇAIS DANS LES AMÉRIQUES
II. LE VOYAGEUR COMME PERSONNAGE LITTÉRAIRE
Pablo Montoya (Universidad de Antioquia, Medellín) « Aimé Bonpland : personaje literario » .............................................. 119
François Delprat (Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris 3) « Une géopoétique.Canaima131, de Rómulo Gallegos » ............................
III. LA COMTESSE DE MERLIN
Marita Caballero (Universidad de Sevilla) « La condesa de Merlin : una mujer de frontera en viaje a la semilla » 147
Roberto Ignacio Díaz (University of Southern California) « Mercedes Merlin y María Malibran : la ópera, el Atlántico y el cosmopolitismo » ................................................................................ 161
Claire-Émilie Martin (California State University) « La literatura de viajes de Mercedes Merlin. La educación de la joven criolla » ................................................................................................ 175
Adriana Méndez Rodenas (University of Iowa) « Sensibilidad romántica, nacionalismo incipiente : el viaje iniciático de Mercedes Merlin » .............................................................................. 187
Carmen Vásquez (Université de Picardie, CEHA) « Una visión, dos Américas : el viaje de Mercedes Merlín » .................. 199
Collection du CEHA................................................................................... 207
8
INTRODUCTION
ErneSto Mchler Tobar (Université de Picardie, CEHA)
Depuis sa découverte en 1492 et une fois la nouvelle répandue partout en Europe, l’Amérique, endroit édénique et pur, devient une terre des rêves et de spéculations ainsi qu’une source première d’information pour utopistes, philosophes, marins et voyageurs. Suivant diverses idéologies et différentes conceptions du monde, beaucoup d’expéditionnaires lèvent l’ancre pour partir à l’aventure, découvrir et approfondir les connaissances que l’Europe a de ces contrées lointaines. Il nous reste, outre les avancées de la science, un corpus de récits de voyage qui changeront les idées sur la nature de l’homme, des races, des animaux et même du paysage. Du père Claude d’Abbeville jusqu’à Auguste de Saint-Hilaire, en passant par Flora Tristan ou Élisée Reclus, leur héritage nous permet de nous poser de nouvelles questions surautrui, ou sur l’Acéphale, selon la belle expression d’Alain Gheerbrant.
Il convient de souligner la valeur inestimable des récits de voyage par rapport à ce que nous pourrions appeler la préhistoire de l’ethnologie et de la géographie humaines. L’envie ou la nécessité de se confronter à l’inconnu, et même au danger, est propre à tout esprit curieux. Depuis des temps immémoriaux, des voyageurs de toutes latitudes se déplacent attirés par la découverte, les conquêtes, le commerce, le désir de fuite, la réalisation des travaux scientifiques et la connaissance des autochtones d’autres nations. Ils consignent au fur à mesure, minutieusement et avec une soigneuse calligraphie, leurs observations, tous les détails qui attirent
9
VOYAGEURS FRANÇAIS DANS LES AMÉRIQUES
eur attent on, es mots, es a tants et eurs costumes, es emeures, es coutumes, les mythes, les données économiques, les moyens de transport.... et aussi des observations scientifiques ou des délires philosophiques. Ont-ils une claire conscience de léguer ainsi à l’avenir le résultat de ce qu’ils ressentent comme un voyage initiatique vers un monde inconnu ? Il est vrai qu’ils laissent entrevoir dans la trame de leur récit une position personnelle face à ce qu’ils observent... Comment pourrait-il en être autrement ? L’information qu’ils nous ont léguée est inestimable, en particulier parce qu’ils possèdent l’oeil du voyageur, et parce que leur regard s’arrête sur certaines particularités qui échappent à la conscience de l’autochtone. Ils laissent de cette manière une mémoire et un témoignage sur d’autres cultures qui sont soit disparues, soit se sont transformées si profondément qu’elles semblent n’avoir aucun lien avec les civilisations actuelles. Il ne faut pas oublier que le regard du voyageur est marqué par sa culture. Michèle Duchet nous expose remarquablement la différence entre l’homme qui étudie, le sujet, et l’homme qui est étudié, l’objet (1995 : 12-17), entre l’Européen qui voyage et les Américains qui font l’objet de ses observations. Néanmoins, elle s’interroge sur la relation entre ces récits et la naissance de l’ethnologie, sur la façon dont se déroule le processus : « Jusqu’ici on ne semble pas, en effet, avoir mis en doute la filiation Relations de voyage – Ethnographie – Ethnologie [...] C’est cette évidence que nous voudrions mettre en question » (Duchet, 1984 : 7). Les oeuvres de beaucoup de voyageurs constituent ainsi un premier travail sur le terrain ; nous pourrions même dire qu’elles représentent une sorte de pré-ethnologie. Leurs appréciations sont un mélange hétéroclite, mais qui constitue un système qui manque parfois de rigueur scientifique, car bien que la recherche sur le terrain soit la base obligée de toute étude ethnographique, elle ne constitue pas pour autant une méthode scientifique en soi. La raison fondamentale est que le voyageur n’arrive pas à faire abstraction de sa propre société et de ses préjugés, c’est-à-dire qu’il n’entreprend pas d’observation participative. Il voyage en quelque sorte sans sortir de lui-même, sans quitter cette certitude qui le protège de tout ce qui est différent. Tout en signalant que ses lectures préférées sont les récits de voyages, l’écrivain colombien Alvaro Mutis affirme,
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.