W♀manager

De
Publié par

W♀manager, c’est réussir professionnellement en femmes.

L’idée de ce livre est de sortir des modèles masculins qu’adoptent souvent les femmes : WOMANager et pas seulement MANager !

Le livre révèle l’expérience de trente femmes à la réussite professionnelle éclatante. Les interviews recueillis ont été assemblés en six thèmes se développant comme une stratégie. Des modèles se dégagent. L’auteur y met son grain de sel afin que chacune de nous crée ses modèles et contre-modèles. Un nouveau style de management se déploie, entraînant et motivant.
Publié le : mardi 9 février 2016
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782334006262
Nombre de pages : 96
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composér Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-334-00624-8

 

© Edilivre, 2016

 

 

 

 

 

Je remercie et je dédie ce livre :

Aux Trente interviewées qui ont donné temps,

expériences et modèles vivifiants.

A la blonde Michèle et la brune Chantal

avec qui j’ai démarré ce livre.

A Rolande la logistique amie.

A ma cousine Dominique
chez qui j’ai rédigé maints et maints développements
après des discussions animées.

A mes amies relectrices participatives,

Océane « J’ai emporté ton livre en vacances

et l’ai fait lire à ma directrice générale en rentrant. »,

Françoise « Au départ, je n’étais d’accord avec rien. »,
Karine « Mets des tableaux ! »,

Pascale « J’ai fait tes exercices, maintenant
c’est aussi mon livre. »,

Martine « Mets-toi aussi dans ton livre ! »,

Michèle « Pourquoi je n’ai pas encore eu ton livre à lire ? »,
Maria-Angeles « C’est bon ! ».

A Jeanne ma grand-mère qui soulève les montagnes,

à Madeleine ma mamie qui soigne ses cicatrices

en composant une cuisine sublime,

à Simone maman qui donne le goût des livres et du beau.

A ma sœur Isabelle et à ma sœur Marie-Béatrix,

mes womanagers pionnières.

INTRODUCTION

A peine deux générations que nous, les femmes, accédons à des professions diverses et à de hautes responsabilités professionnelles.

Avec l’enthousiasme des néophytes, nous nous sommes engagées dans des études et des professions prenantes. Nous arrivons avec nos attentes, nos idées personnelles. Mais existe-t-il une spécificité propre aux femmes de diriger et d’organiser le travail ?

Quand mon patron m’a envoyée organiser la nouvelle implantation de son cabinet d’affaires à Paris, j’ai quitté le Nice de mes premières armes avec un enthousiasme réformateur et confiant. Je recrutais en précisant aux postulantes : « Attention, je ne veux pas d’histoires de bonnes femmes ! ». Je menais le travail tambour battant et c’est mon patron qui devait me dire : « Je crois que nous allons arrêter là car votre sœur vous attend ». Et lorsque la standardiste éclatait en sanglots devant notre plus gros client en me disant « Anne, vous ne vous rendez pas compte comme vous me parlez… » ; je pensais « Ah ! Traîtresse, tu choisis bien ton moment ! » mais je n’étais pas très fière avec mes 28 ans tandis que le gros client me déclarait : « Ne vous inquiétez pas, ces jeunes femmes sont trop sensibles ! ». A 32 ans, j’étais à Bruxelles, nommée Administrateur délégué de notre société belge : une belle carrière rapide où je me suis sentie reconnue, efficace, innovatrice et brillante.

Tout le temps et aujourd’hui davantage encore, je me suis demandée comment créer au mieux le cadre de travail, comment allier performance et humanisme, innovation et confort, force et plaisir.

Puisque le travail des femmes a introduit une donne nouvelle dans notre société, développons-nous un nouveau modèle d’organisation et de réussite ? Qu’est-ce qui nous inspire, nous les femmes, au niveau professionnel ? Comment prenons-nous notre place ?

Tout au long de mon parcours professionnel, et notamment à l’occasion de mon activité de coach d’entreprise, j’ai vu des femmes ayant accédé à des fonctions managériales adopter des attitudes très différentes face à leurs nouvelles responsabilités.

Je rencontre des femmes qui considèrent que, pour réussir, il leur faut absolument adopter un comportement d’hommes et, pour cela, abdiquent tout signe extérieur de féminité. D’autres se comportent comme de vraies Walkyries au travail, renversant tout sur leur passage et cherchant à faire passer leurs idées en force. D’autres, oubliant ce qu’on attend d’elles en tant que managers, pensent qu’elles doivent à tout moment continuer à démontrer leurs compétences et se comportent en « petites souris besogneuses » ne déléguant que peu ou pas, sans percevoir qu’elles deviennent invisibles aux yeux de leur hiérarchie et pesantes pour leurs collaborateurs. D’autres, jouent à fond la carte de la séduction féminine pour tenter de s’imposer, notamment dans des services constitués en majorité d’hommes. Je connais aussi des filles en noir et blanc sur leurs hauts talons, jeunes squales ; d’autres qui avancent les seins en avant provocantes malgré elles ; d’autres qui chaque jour se préparent à entrer dans l’arène (dixit), etc. Certaines s’essayent tour à tour à chacun de ces rôles, voire même essayent de jouer plusieurs de ces rôles à la fois ! J’ai été l’une d’elles à un moment ou un autre.

J’ai voulu partir à la recherche d’autres comportements, à la recherche de modèles inspirants.

L’idée de ce livre est venue lors d’un Congrès de coachs, le congrès européen de l’International Coach Federation qui s’est tenu à Tonsberg en Norvège (2005). Je venais d’être certifiée c’est-à-dire d’être reconnue par la profession comme coach professionnelle, après 4 ans d’exercice dans ce nouveau métier. Je n’étais plus conseiller fiscal international et me consacrais à l’accompagnement « humain » après 15 ans d’accompagnement technique. Il y avait à ce congrès une conférence sur les modèles de réussite professionnelle pour les femmes. La conférencière expliquait que les femmes n’avaient pas de modèle de comportements porteurs et féminins pour leur carrière, ni de stratégie de réussite et de management en général. Elles avaient peu recours à des mentors.

En rentrant à Bruxelles, j’ai interrogé quelques amies qui, pour moi, réussissaient dans leur profession. Parle-moi de ta réussite ! C’était passionnant, chaque fois différent. Il fallait étendre le champ, rencontrer davantage de femmes. Avec deux amies coachs, nous avons décidé d’interviewer une série de femmes qui réussissaient et de dégager une « substantifique moelle » commune à toutes et qui pourrait servir de modèle.

J’ai participé à toutes les interviews que nous menions de préférence à deux. Toutes les personnes sollicitées ont été d’accord pour répondre à notre questionnaire. C’est comme si elles souhaitaient transmettre leur expérience et contribuer à un modèle féminin de réussite, un processus nouveau, peut-être adapté plus spécifiquement aux femmes.

Mener les interviews a été une expérience formidable. Nous étions nourries par les histoires de chacune de ces femmes et comme « énergétisées » (osons créer un mot nouveau car ces interviews nous remplissaient d’énergie ; nous nous sentions nous aussi, belles, fortes, allant vers le succès, dynamisées).

Nous avons précisé à chacune que leur interview serait reprise avec les autres et qu’ensemble elles constitueraient la fameuse substantifique moelle que nous voulions obtenir.

Au moment de synthétiser et de rédiger, nous avons vécu le creux d’une vague. J’ai continué seule. J’avais dans la tête le message d’une de nos interviewées : « Moi, je boucle ; quand j’entreprends quelque chose, je m’en donne les moyens et je vais jusqu’au bout ! ».

Alors j’ai avancé au milieu des modèles et contre-modèles. Des phrases revenaient, comme :

« J’ai eu des modèles dans mon travail en regardant les autres travailler. Je me suiscréée un modèle avec les éléments que j’avais. » « Je modélise par morceaux. Il n’y a pasde personne que j’admire vraiment et complètement. Les gens ont des zones plus et des zones moins. J’ai appris des choses de gens. » « Si Napoléon n’avait fait que des choses bien, ce serait un modèle pour moi. J’aime les gens puissants mais qui donnent. » « J’ai rencontré tous les grands de cette terre, cela ne m’a pas donné envie de rêver. » « Je n’ai pas eu de modèle à proprement parler mais un modèle interdit, monpère pour qui une femme ne travaillait pas et qui était un grand homme d’affaires. » « J’ai toujours agi avec ma propre nature. Je n’ai jamais cherché à cloner quelqu’un. Par exemple, je n’allais pas m’habiller comme un homme alors que j’aime les tenues féminines. » « Non, je n’aime pas le mot modèle, mais plutôt référence. C’est Colette autant pour sa vie que pour son œuvre. Quelle combativité ! C’était une longue révolte. Elle m’a aidée. Je lui dois quelque chose. » « Un modèle ? Je l’ai construit moi-même. »

Ce livre est conçu pour présenter des pistes, des plans d’actions qui marchent, des clefs, et aider à constituer son propre modèle de Femme Manager rayonnante, baptisée ici Womanager.

Des exercices de coaching sont là pour accompagner les lectrices à se positionner par rapport à la réussite professionnelle, à la stratégie à mettre en place et à l’énergie à déployer.

Nous sommes encore des pionnières qui avançons dans l’univers de la haute direction et de la gouvernance.

Que diront nos enfants de ces femmes agissantes du XXIème siècle ?

Nous expérimentons des styles de management par petites touches. Il n’existe pas encore de grand style, d’exemple admirable où chapeau bas nous pouvons dire « Alors là c’est beau, stimulant, efficace et confortable ; voici un management au féminin inspirant ! ». C’est à nous de le créer.

Plan résumé des six thèmes « stratégiques » :

1. Objectif à atteindre

2. Au Front

3. Manœuvres

4. Forces

5. Renforts

6. Commandement

(Table des matières détaillée à la fin du livre)

A nous et vous de mettre ces thèmes au féminin !

Attention

Le texte en italique simple reprend les paroles intégrales de nos interviewées. Elles sont présentées telles quelles sans guillemets. Certaines vont vous attirer et d’autres vous énerver. Ce sont des paroles bien vivantes, livrées sincèrement. Elles ont leur rythme pour résonner en nous et réveiller le style de management que nous voulons ou que nous refusons de donner à notre leadership.

Ces paroles sont libres et variées venant de femmes à la forte personnalité. Il y a des paroles contradictoires. Prenez-les comme un jeu : « Lesquelles m’inspirent ? ». A la fin de chaque thème, un exercice pratique vous permet de faire le point et d’adopter votre propre ligne directrice.

Chaque thème peut être lu dans l’ordre que l’on souhaite. Commencer par le thème « 6 », c’est aller directement au poste de commandement ; c’est vous le chef !

1
Objectif

« La réussite, une affaire personnelle ! »

A trois coachs femmes, nous avons interviewé 30 femmes dont le succès professionnel est reconnu.

PANEL DES FEMMES INTERVIEWÉES :

– Des premières : La première femme Présidente d’une grande fédération du secteur médical, la 1ère femme à avoir introduit sa société en bourse, la 1ère femme porte-parole de la Commission européenne.

– La Présidente du conseil d’administration d’une grande entreprise publique.

– La Rédactrice en chef d’un grand quotidien national.

– La Présidente d’un parti politique.

– Une Commissaire européenne.

– Une Directrice à la Commission européenne, aujourd’hui Directeur Général.

– La Présidente de FCE, Femmes Chefs d’Entreprise.

– Des Responsables de Chambres de Commerce (belge et américaine).

– Une Chef de Clinique associée d’hôpital universitaire.

– La Gestionnaire de fortune d’un des premiers groupes européens.

– Des Directrices dans le secteur de la banque et des assurances.

– Des Femmes Entrepreneurs.

– Une lauréate du prix Chef d’Entreprise.

– La Présidente du réseau NEHRA, réseau de femmes Directeurs Ressources Humaines.

– Des Directrices des Ressources Humaines au siège de grandes entreprises.

– Des Professeurs d’Université.

– Une Directrice d’Ecole de Peinture.

– La Présidente du Club L International (femmes leaders).

– La Présidente du Conseil des Femmes Francophones de Belgique.

– Une Ecrivaine.

Chaque femme interrogée lors de nos interviews a parlé différemment de la réussite, de sa réussite.

Nous démarrions tout de suite notre interview par la question :

« Qu’est-ce que la réussite professionnelle pour vous ? »

La réponse ne venait jamais directement. Il y avait, chaque fois, un temps de silence.

Parfois, nous complétions notre question :

« Quand avez-vous su que vous aviez réussi ?

Quel pouvoir avez-vous obtenu ? Quels titres ? Quels attributs ?

Etait-ce important pour vous ? »

Après ce temps de silence, la réponse venait en une fois, seule l’attitude variait. Soit, la personne nous regardait droit dans les yeux, redressée ; soit sa tête se courbait, le corps se repliait, c’était comme si elle cherchait les mots au fond d’elle.

Nous avions alors des phrases courtes, quelques mots bien sentis, ou des phrases plus longues et même parfois une phrase interminable englobant mille facettes. En revanche, le tout était dit d’une traite.

Après avoir mené nos interviews, nous avons cherché à trouver une définition commune. « Là, voilà, la réussite professionnelle au féminin, c’est… ! » ce qui se révéla impossible.

Nous avons recueilli une multitude de réponses diverses et cette richesse constitue une mosaïque en elle-même, une véritable œuvre d’art qui ne peut pas se laisser enfermer dans un axiome.

Cette diversité d’approche de la réussite professionnelle des femmes s’oppose tout naturellement à un propos provocateur du philosophe et académicien Jacques de Bourbon Busset : « Les femmes commencent à se passionner pour la réussite professionnelle au moment où beaucoup d’hommes s’aperçoivent que c’est un attrape-nigaud. ».

Oui, les femmes commencent à se passionner pour la réussite professionnelle mais c’est surtout en exploratrices ; elles réfléchissent à ce qu’il y a lieu de mettre dans ces mots de « réussite » pour elles et de « réussite professionnelle ».

La réussite nourrit, elle est énergisante, puissante, fascinante, et en même temps elle inquiète les femmes. Le « Pourvu que cela dure ! », attribué à la mère de Napoléon Bonaparte et même prononcé en dérision, résonne toujours à nos oreilles. Alors, même si la peur est là, entrons dans la magie de la réussite.

Pour présenter une définition de « la réussite professionnelle au féminin », avec toute la variété de réponses que nous avons reçues, et aussi pour présenter une image globale du résultat des interviews, nous avons décidé de reprendre en intégralité les réponses (ci-après en italique) et de les présenter selon un classement thématique.

Pour nos interviewées, réussir c’est :

• Accomplir son œuvre.

• Prendre sa place.

• Avoir du plaisir.

• Et a contrario « ne pas… ».

• Et aussi avoir un bel équilibre.

1.1. Réussir = Accomplir son œuvre

Avoir suivi son idée

Avoir une idée...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Vaincre les stéréotypes, pour plus d’égalité

de la-gazette-des-communes-des-departements-des-regions

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant