Waldo Plouf et l'été des secrets

De
Publié par

Quelle température! Les rues sont bondées de gens et le mois de juin respire les vacances d’été.

Assis sur son lit, devant la fenêtre de son petit appartement, Waldo se demande quel tour de magie il pourrait bien inventer pour le grand concours des magiciens qui aura lieu à l’hôtel Place d’Armes.

Que trame le mystérieux M. Poirier dans l’appartement numéro 5? Qui est l’auteur de l’enlèvement de Méria, sa petite amie ?

Un été de magie à saveur de bonbons aux petites étoiles et aux reflets de pierre de lune qui vous ramènera dans les coulisses du passé, en promettant de vous dire toute la vérité, rien que la vérité!


Publié le : jeudi 13 août 2015
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782332941596
Nombre de pages : 80
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-86351-5

 

© Edilivre, 2015

Dédicace

 

 

Cette œuvre est dédiée à mon père Robert, à ma sœur Anne et à ma cousine Johanne. Ils sont ma source d’inspiration, mes modèles dans la vie de tous les jours. Il n’y a rien de plus précieux en ce monde que ma famille.

Cette histoire est également dédiée à Jocelyne et Robert qui, de l’autre côté de l’océan, lisent mes romans.

À Marie-des-neiges, Roland et Huguette qui, du haut du ciel, sont sûrement très fiers de moi.

Ma réussite appartient avant tout à ma mère Diane et, surtout, à Olivier qui par son travail acharné, m’a convaincu de vous présenter les histoires de la pierre de lune.

Merci à ces gens de croire en moi, je vous aime tous…

Prologue

J’ai le plaisir de vous annoncer que notre histoire commence… Non, il serait préférable de dire que j’ai le regret de vous informer que notre histoire REcommence à Montréal, l’une des plus belles villes du Québec, située à l’est du Canada. C’est au cœur de cette métropole que se cache un vieux port aux mille et une richesses. De ses bâtiments à l’allure ancestrale et de ses rues pavées de pierre, il a malheureusement su conserver les traces de son désagréable passé.

Peu après leur mariage, mes grands-parents Poirier emménagèrent dans un petit appartement rue Saint-Pierre. Ils adoptèrent un enfant qui avait été abandonné sous un porche et envoyé dans un orphelinat. Ils décidèrent alors de le prénommer Philibert. Le garçon portait toujours à son cou une sorte de talisman orné d’une pierre de lune bleue en guise de pendentif. Au Vieux-Port, les ragots allaient bon train : certains disaient que la pierre de lune avait le pouvoir de transporter l’enfant dans une autre dimension, tandis que d’autres, plus fanfarons, affirmaient l’avoir vu voler à bord d’un vaisseau spatial. Mais je ne vous en dirai pas plus, car c’est un sujet extrêmement déplaisant…

C’est en 1936 que le logis de la famille Poirier fut la proie des flammes, lors d’un terrible incendie au cours duquel le talisman disparut mystérieusement. Philibert raconta à ses parents qu’un dragon sorcier nommé Safnir lui aurait arraché le précieux bijou durant son sommeil, mettant ainsi le feu à l’appartement. Tout le monde aimait écouter les drôles d’histoires de Philibert qui, bien qu’étant devenu quarante ans plus tard un grand scientifique, avait terminé sa vie dans une aile psychiatrique de l’hôpital Sauvé. Mais je ne vous en dirai pas plus, car c’est un sujet qu’il faut éviter…

Je me nomme Barthélémy, et je fais partie de la funeste lignée des Poirier. Après la mort de mon père Philibert, j’ai tenté de retracer son tragique destin. Je vous mentirais en affirmant n’avoir jamais entendu parler de cette satanée pierre de lune ! Quiconque détient le pouvoir du talisman sera, paraît-il, protégé contre les forces du mal et pourra voyager dans un monde parallèle. Mais je ne vous en dirai pas plus, car c’est un sujet extrêmement troublant…

Peu importe où se trouve le talisman, il finira tôt ou tard par vous trouver. N’allez surtout pas croire que j’invente toute cette affaire ! Malgré tous mes torts, je suis aussi une victime de mon lourd passé.

Le talisman est de retour et un autre enfant a été désigné. Laissez-vous transporter dans l’univers de la pierre de lune… et vous connaîtrez alors son secret !

Barthélémy Poirier

1
L’amour ! Toujours l’amour !

Quelle température ! Les rues sont bondées de gens et le mois de juin respire les vacances d’été ! Assis sur son lit, devant la fenêtre de sa chambre, Waldo Plouf se demande quel tour de magie il pourrait bien inventer pour le grand concours des magiciens qui aura lieu à l’hôtel Place d’Armes dans deux jours.

Il ferme les yeux puis essaie de se concentrer sur une invention parfaite, mais rien ne lui vient à l’esprit. Les mouchoirs changés en lapins et les grenouilles transformées en canards qui font couin couin… c’est démodé. Parfois, le bruit des voitures vient le déranger. Telle une litanie, il se répète :

– Je suis le meilleur magicien de la ville et j’ai neuf ans. Je suis le meilleur magicien de la ville et j’ai neuf ans.

Malgré son jeune âge, il faut dire que Waldo possède certaines aptitudes pour la magie ! Il a remporté le trophée deux années consécutives. Il habite avec sa mère au-dessus de la célèbre crémerie Le Boomerang, le meilleur bar laitier de la ville situé dans une grande bâtisse de cinq étages.

Pourtant, même si Waldo est un magicien connu pour ses démonstrations d’illusion et ses incroyables tours de cartes, il se sent très seul.

– Ça serait tellement plus excitant si Méria habitait encore ici, se dit-il en soupirant.

Le visage de Méria, sa petite amie, vient un moment troubler ses pensées, puis Waldo revient subitement à la réalité. Son regard erre dans la chambre, et s’arrête devant le miroir de sa commode qui lui renvoie son image. Il examine ses vêtements, son jean trop grand, son chandail vert lime et ses cheveux blonds coiffés en porc-épic. Pour se consoler, Waldo décide de manger l’énorme coupe glacée à la vanille recouverte de petites étoiles multicolores qui l’attend sur la table de nuit. Il en prend une bouchée et l’avale rapidement.

– Les bonbons, c’est ce que je préfère, se dit-il.

La bouche beurrée de caramel, il déguste les petites étoiles une par une avec ses doigts collés de chocolat. Waldo termine sa collation et pense encore à Méria, qui lui manque tant. Soudain...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Les 12 portes du Kaama

de editions-edilivre

Le Prix des choses

de editions-edilivre

Le Chant de Marie

de editions-edilivre

suivant