//img.uscri.be/pth/1521db52e595b10bfb468f2834d0900b5f6faa9d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - PDF - EPUB

sans DRM

Zigou Zag

De
128 pages

Zigou Zag, Sécotine, Tartine, Napô et tous les autres
s’affrontent dans l’élection Présidentielle 2012.
Qui va gagner quoi ? C’est bientôt la curée...
Qui participera au festin des vainqueurs ?
Qui n’a pas taxé va taxer !

Mais Qui est vraiment ZIGOU ZAG ?
Quand il est dans le ZIG, il louche vers le ZAG !
Aussitôt dans le ZAG, il louche vers le ZIG !
Il est comme ça, Zigou Zag !

Dans mon autre vie j’ai travaillé à l’organisation de grands projets dans le génie civil, l’informatique et la banque comme consultant ou directeur de projet.

Mon métier m’a appris la modestie :
L’Œuvre reste la seule trace des talents oubliés.

Seul le Projet compte, les hommes sont de passage,
comme les acteurs de la comédie du Pouvoir...


Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Couverture

Cover

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-63499-3

 

© Edilivre, 2014

Du même auteur

Du même auteur :

• MacLah ou le pire des Mondes, 2011

 

 

Les taxetou

Image 2

Dédicaces

Chacune des 144 versions a circulé sur le net entre l’auteur et les « 12 chroniqueurs » qui ont participé à l’aventure.

Merci à mes chroniqueurs

André, Béatrice, Bernard, Delphine, Karim, Jean François, Jean Paul, Jean Yves, Michel, Monique, Olivier, Pascaline…

 

 

Je dédie ce livre aux héritiers spirituels

des Pieds Nickelés,

du Sapeur Camembert

et du Professeur Cosinus.

Je dédie aussi ce livre

aux politiques d’hier et d’aujourd’hui

qui se décarcassent

pour éviter de créer de la richesse,

mais qui nous font bien rire à leur dépens,

ce qui est déjà une bonne chose !

Je dédie encore ce livre

aux Taxetou

qui pompent nos sous

d’une façon frénétique et convulsive

et qui vont, probablement, ne pas s’arrêter là…

J’ai aussi une pensée pour le père Ubu

qui aurait adoré Zigou Zag,

ce personnage de comédie et de farce,

ce gros malin qui a réussi à nous faire croire qu’il était…

Normal !

Acte I

Les malbiens-fêteurs

 

Scène 1
Zigou Zag

Image 1

Un grand bureau rue des Solférino-féroces,

Zigou Zagil médite

Je suis le plus Normal, le plus modeste aussi !

La Folle est dans les choux, la Tartine me déteste

et me colle aux tampons, me fait dessus pipi,

il faut faire entention à ces petites pestes.

Mosquitoavec une révérence

Tu l’as bien dit Gouffi, tu es beau, tu es grand,

je lèche tes beaux yeux, tu es mon Président.

Zigou Zagse rengorge, il bombe le torse

et rentre sa petite bedaine

Zigou Zag –à voix basse

Pas encore. Sois prudent, déjà dans le passé

tu as trahi deux fois, le Satyre et la Folle,

je sais bien que tu m’aimes et c’est ça qui m’affole

César ne méfiait pas et Brutus l’a tué.

Mosquitodéfensif

il sait qu’il a souvent changé de camp

il fait du zèle, tout indigné des soupçons

de son Maître

Je suis un bon fidèle, si j’ai quitté la Folle

c’est la faute à Napô qui vola sa victoire

Mais je n’en pouvais plus de bosser dans le noir,

elle piquait mes idées pour jouer les idoles !

Zigou Zagl’air épuisé

Elle m’a pompé le mou pendant près de vingt ans.

Mosquitoflatteur

Mais pas si mou quand même elle t’a fait 4 enfants !

Zigou Zagil joint les mains et soupire

Personne ne peut savoir ce que j’ai enduré

et combien j’ai souffert de cette virago

de ce sourire idiot qui plaît aux demeurés

elle est méchante, tu sais, j’en étais tout barjo.

Mosquitocompréhensif

Je sais je sais je sais, j’ai connu cet enfer

et contraint d’écraser mon talent sous ses fers !

Zigou Zagen lui-même et à l’intérieur

Quel supposé talent ? je crois qu’il exagère

ce pôvre Mosquito, il a petite tête

et beaucoup de culot mais quelque fois ça sert,

en bonne politique, on a besoin de bêêêtes.

Zigou Zagà haute voix, emphatique

Si tu sais me servir, être mon chien fidèle,

manger la bonne soupe, laver mes écrouelles

si tu aimes les coups et ramasser des pelles,

tu seras, mon cher fils, tout près de ma gamelle.

Mosquitoun genou en terre, les mains jointes

Ô Maître bien aimé, quel est donc ce programme

que tu vas révéler du haut de ton Olympe,

du fond de ta forêt comme un sublime brame,

à quel mât de cocagne faut il que Dupont grimpe ?

Zigou Zagle regarde avec mépris

Relève toi, petit, tes courbettes m’agacent !

Mosquitofait sa révérence avec un chapeau imaginaire

C’était pour te montrer combien je crois en Toi,

premier de tes fidèles tu connais mon audace

à porter les couleurs de mon bel Hollandois !

Zigou Zagil n’écoute plus, il est dans son rêve de puissance, les yeux clos, il s’exclame, enivré

Mon Plan majestueux va plaire au populo

Que du bon, du bono, et puis tout éKolo !

Mosquitoeffaré

Fais gaffe aux éKolos, la moche est une teigneuse,

elle va bien t’inculper, cette vieille jugeuse.

Zigou Zagil n’a rien entendu

Je pique à tous les riches et à tous les bobos,

je donne aux misérables la bonne poule au pot.

Mosquitoinquiet

Fais bien gaffe aux bobos de notre capitale,

à son Maire belliqueux gardien des privilèges,

le navire parisien est plein de sortilèges,

touche pas à sa Vapeur, entention à sa Voile !

Zigou Zagles yeux clos, il rêve

La croissance repart sous mon aile vaillante,

les financiers se couchent et tendent leurs millions.

Je couvre l’électeur d’espèces trébuchantes

et en travaillant moinssse il aura plussse de ronds.

Mosquitocharmé

mon Poët Poët adoré tu vas charmer Marianne !

Le Napô va bien voir que tu n’es pas un âne !

Zigou Zagépique

Retraite à cinquante ans pour tous les fonctionnaires,

retraite à quatre vingt pour les vilains patrons,

j’en appelle aux Migrants, chez nous plus de misère,

le Monde émerveillé m’en envoie des Millions !

Mosquitoles yeux chavirés, romantique

La Police de Proxo prendra des cours de danse

et tous les ouvriers au Club Med en vacances,

on vendra du Hakik dans tous les bars tabac,

les voyous repentis joueront du falbala.

Zigou Zagsévère, il prend son air sérieux

Les femmes de ménage seront bien protégées

et les petits garçons des culottes de plomb.

Mosquitoanxieux

Prudence, mon doux ami, de puissants art-mateurs

vont te chercher querelle au moment du vôtage

la morale, c’est bien, mais le vice est trompeur

un Président Normal est un président sage.

Zigou Zagla tête dans les étoiles, il soupire

C’est pourtant vrai bien sûr que je suis le meilleur,

mes idées sont ti-top, je suis plus Grand que lui,

j’ai bien 2 centimètres en plussse dans la hauteur

au-dessus de ce Nain, qui est vraiment… Petit !

Mosquitoflatteur, il agite son chapeau imaginaire

Comme un grand Bénino qui ouvre enfin ses ailes

et prend tout son élan pour tenter la Primaire,

tu lances enfin ton vol en Aigle solitaire

et caches au populo qu’elle est vide, ta gamelle !

Zigou Zaglyrique

Au bout de mon chemin la France est à mes pieds,

je suis sur la Tribune le quatorze juillet,

la Garde Publicaine me rend tous les honneurs,

les Palais, les Larbins, et l’Or et puis les Fleurs.

Mosquitoému, il s’y voit aussi

Je suis à tes côtés dans la fête publique,

le Premier des Ministres je porte Ta parole,

tu es Beau, je suis Bon, à nous les choses folles

et la tête de Napô au bout d’une longue pique !

Zigou Zagen lui-même et à l’intérieur

Ce petit Mosquito se met le doigt dans l’œil

s’il croit qu’il va pouvoir gouverner le pays,

j’ai d’autres candidats qui veulent ce Fauteuil,

mais rusons comme toujours, flattons son gazouillis.

Zigou Zagles yeux clos et à voix haute

Mais, sais-tu bien compter, mon ami, jusqu’à dix ?

Mosquitosurpris

J’ai fait mille z’études dans les sciences souciales,

j’ai gravi une à une les marches du Parti,

je blablate à merveille, je suis political,

comme toi, mon ami, je suis flon-flon aussi !

Zigou Zagles yeux en casquette, rêveur, il murmure

Il est fils de l’ENA, donc il ne sait rien faire.

Mosquitoil a l’oreille fine

Mais tu en sors aussi, je te trouve sévère !

Zigou Zagplein de vanité

T’étais Louise Michel, mais Moi j’étais Voltaire,

je vais donc te donner un très bon Ministère.

Mosquitoobséquieux mais inquiet

A quoi penses-tu donc, Ô Maître de l’embrouille ?

Zigou Zag –il écarquille ses yeux en casquette, solennel

Je te vois à Bercy pour de belles cagouilles,

des calculs bidons pour enfumer Dupont,

des impôts sur mesure pour matraquer le Riche

et je compte sur toi pour plumer nos pigeons !

Mosquitoboudeur

Je voyais autrement le Graal du pouvoir

mais puisqu’il faut veiller sur ta grande gamelle,

je veux bien devenir le patron des gabelles

et taxer le matin et surtaxer le soir !

Zigou Zagen lui-même et à l’intérieur

Ce bouffi prétentieux va bien aller au pôt

et lâcher mes baskets pour cet os à ronger.

Annonçons la nouvelle à mon Double Zéro

qui attend dans sa loge en se rongeant les pieds !

Le chœur des vierges roses

Chantons dans les médias ce petit Mirliton

qui joue au Mec Normal pour plaire au populo !

Chantons la Carmagnole et le son du canon,

aidons cet Homoncule à vaincre le Napô !

Le chœur des vierges rouges

Le peuple souverain veut du sang et des larmes

de belles guillotines où couper le bourgeois,

le Riche doit trembler à la vue du gendarme

et la Banque brûler dans nos grands feux de joie !

refrain

Méfions-nous des Nabots, Sus aux vilains cocos !

Sus aux faux ékolos, Vivent les bons bobos

Scène 2
Sécotine

Image 6

Dame Sécotine appelée aussi Calamity Jane
par ceux qui la connaissent pour 36 raisons,
bonnes ou mauvaises…

Coulisses d’une télé charentaise Sécotine

Elle ondule devant un grand miroir, elle minaude

Dis-moi que je suis belle, j’ai perdu 3 kilos.

Elle se tortille et sourit

Dis-moi mon beau miroir que tu n’aimes que moi

allez, dis-le encore, allez, dis-le cent fois,

dis-moi que mon sourire est à ce point Sublime

qu’il suffit de Programme pour la conquête Ultime !

Le miroir ne répond pas elle le piétine, rageuse

Comme le Hollandais je te jette dehors !

Il n’avait pas compris, ce vilaine Butor

que mon sourire est Tout et que ma Beautitude