Parallel reality II

De
Publié par

Il est impossible de réécrire l'Histoire, mais, nous pouvons écrire le Futur. Faisons loin du hasard. Après des Etudes bien longues et laborieuses, une façon de penser et d'agir fut façonnée, adoptée puis menée, ce qui avait permis de construire un entourage bien spécial. 'Parallel Reality' est une Fiction à la limite de la réalité, et une Réalité à la limite de la Fiction. L'Histoire Future en sera témoin.
Publié le : jeudi 16 juin 2011
Lecture(s) : 237
EAN13 : 9782748110180
Nombre de pages : 101
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Parallelreality IIAbdellatif Chlih
Parallelreality II
PENS ES /APHORISMES/MAXIMES' manuscrit.com, 2002
ISBN: 2-7481-1019-6 (pourle fichiernumØrique)
ISBN: 2-7481-1018-8 (pour le livreimprimØ)Avertissement de l Øditeur
DØcouvertparnotrerØseaudeGrands Lecteurs(libraires, revues, critiques
littØraires etde chercheurs), ce manuscritestimprimØ telunlivre.
D Øventuelles fautesdemeurentpossibles;manuscrit.com,respectueuse de
lamiseenformeadoptØeparchacundesesauteurs,conserve,àcestadedu
traitement de l ouvrage, le texte en l Øtat.
Nous remercions le lecteur de tenir compte de ce contexte.
manuscrit.com
5bis, rue de lA’ sile Popincourt
75011 Paris
TØlØphone:0148075000
TØlØcopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comCORPS EXTRATERRESTRE
Il est cinq heures quarante minutes, du premier
mai 2067, les premiŁres lumiŁres du jour appa-
raissent timidement aux quatre coins d un terrain
vague des plus ordinaire.
Danscevastechampd unmillierd hectaresavoi-
sineleslacsinterminablesduNordamØricain,justeà
unevingtainedekilomŁtresdeslimitescanadiennes,
une grande ovation de plusieurs dizaines de milliers
de personnes, de tendances et d origines cosmopo-
lites, se sont regroupØes dans un temps record, et se
sontdisposØespresqueencercleautourd’unegrande
mØtØorite.
Ils sont venus là de partout, afin de suivre avec
unetenacecuriositØlesØvØnements,quisedØroulent
autour de cet objet extraterrestre trŁs volumineux
tombØ du ciel.
Autour de cette marØe humaine, un impression-
nant parc d automobiles trŁs diversifiØes, dont plus
de la moitiØ sont des caravanes d un genre bien
Øtrange, s Øtalent sur plusieurs kilomŁtres.
AproximitØde‘l objettombØduciel ,objetdece
rassemblement humain,rienne para t sedØrouler.
7Parallel reality II
Parmi les populations ici prØsentes, quelques
centaines d agents de diffØrents commandements
assurent le service d ordre dans l attente d arrivØe
de Hauts spØcialistes en « GØophysique, Cyclologie
Terrestre et Astrophysique ». Pour la plupart, trŁs
rØcentes spØcialitØs, crØØes il y a vingt sept annØes,
depuis que le nombre de mØtØorites devient un
grandproblŁmeparleurnombrequiaugmenteetles
accidentsfrØquentscausØsparlesplusvolumineuses
d entre elles.
CesspØcialistesarriverontd Europe,d AmØrique
etdu Canada, pourconstaterlefaitavecdesyeuxet
des esprits d experts pour forger en dØfinitive, une
conclusionsurlestenantsetlesaboutissantsdel ob-
jet et de l ØvØnement.
L’heure approche de sept heures du matin, quand
appara tfurtivementdansleciel,sansaucunbruit,un
FuzcoptŁre de forme fusiforme, nom donnØ à l ap-
pareilvolantquiaremplacØl HØlicoptŁreenservice
le siŁcle dernier.
Quelques secondes à peine aprŁs son apparition
visuelle,lepremierFuzcoptŁreseposesurleterrain
vague, à une centaine de mŁtres de la foule, juste à
proximitØdequelquespetitsvØhiculeshors-bordsta-
tionnØs là, en ne soulevant aucune poussiŁre autour
de lui.
Cet engin, sans ailes ni palmes, sans hublots ni
pare-brise,estdecouleurmoitiØsupØrieureblanche,
moitiØ infØrieure rouge, frappØ d une arborisation
verte à Trois TrŁfles.
PosØ sur le sol, personne n en descend.
8Abdellatif Chlih
Une bonne dix minutes aprŁs, deux engins de
forme et d apparition similaire, se posent en mŒme
temps sur la terre ferme, à une vingtaine de mŁtres
du premier FuzcoptŁre.
Ces deux derniers appareils volants sont de cou-
leurgriskaki,l un estfrappØdelabanniŁredusigle
d’Organisme International, l autre ne porte aucune
distinction visible particuliŁre, quant à son apparte-
nance.
Toutelafouleduc tØdesFuzcoptŁresseretourne
le regard depuis dØj un moment pour surveiller par
les yeux et le geste cØphalique, ce qui se passe de
leur c tØ.
Les occupants des trois appareils ont mis pieds à
terre presque en mŒme temps, montent dans des vØ-
hicules stationnØs là à leur intention. Les vØhicules
dØmarrent et prennent la direction de la foule qui se
scinde en deux vagues progressivement de part et
d’autre,enoffrantpassageversl objettombØduciel.
LestroisvØhiculeshors-bords’arrŒtentàquelques
mŁtres du fameux objet, et ses dix-neuf occupants
remettent encore une fois, pieds à terre.
Ces derniers reprØsentent deux universitØs de na-
tionalitØsdiffØrentespourlesuns,ainsiqu unservice
de recherche internationale pour les autres.
Les reprØsentants de ce dernier sont au nombre
de neuf : leur chef est le Grand et Øminent Profes-
seur Farab, sollicitØ à Øchelon mondial d examiner
etd’expliquertoutphØnomŁneØmergentouinexpli-
quØ.
9Parallel reality II
LespopulationsiciprØsentessuiventdeloin,avec
grand intØrŒt et tenace curiositØ, les mouvements de
quelques techniciens de la mission scientifique qui
s empressent de mettre à leur centre le Professeur
Farab,puislehissent,afindel installersurlacabine
d une grue disposØe sur un vØhicule amØnagØ à cet
effet.
Voil ,deleurcotØ,deuxautrespersonnes,armØes
desacochesetceinturØesdemarteauxetdepics,qui
montentavecluidanslacabinesoulevØeparlagrue.
Le bras de la grue se dØplie doucement en levant
la cabine avec ses occupantsà hauteurde l objet.
Sous l effet de sa grande masse et la trŁs grande
vitesseaveclaquellel objetextraterrestreatouchØle
sol, sa plus grande partieestenfouie sous terre.
LapartievisibledelapierrecØlesteal apparence
d un gigantesque bec de perroquet de couleur bleu
vert : on dirait un vØritable bec de perroquet peint
avec prØcision et minutie.
Maintenant la cabine de la grue est à hauteur de
l il du perroquet. Farab tend la main droite, le
touche puis retouche, puis passe la main dans un
geste circulaire en le caressant. Ce dernier retire sa
main, la porte à son nez, et fait le geste de sentir si
une quelconque odeur est livrØe de la mØtØorite à sa
main.
AprŁs cette brŁve auscultation, le Professeur Fa-
rab revient lØgŁrement en arriŁre et cŁde la place à
un des deux techniciens qui portent sur leur chef un
casquedemineur. Illuimontresansprononcermot,
un endroit prØcis sur la pierre : juste sous l oeil du
perroquet.
10

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.