Physiologie des physiologies

De
Publié par

BnF collection ebooks - "Depuis le bon Dieu qui inventa les hommes ; Noé, la vigne ; Moïse, les sauterelles ; Depuis saint Vincent-de-Paule qui trouva les enfants-trouvés, et Christophe-Colomb l'Amérique ; Depuis Richelieu qui inventa quarante fauteuils ornés d'hommes assis, et M. de Vigny qui inventa Richelieu ; Depuis Napoléon qui inventa la poudre, et M. Bugeaud qui ne l'inventa pas"


Publié le : mercredi 25 février 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782346002252
Nombre de pages : 123
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
etc/frontcover.jpg
À propos de BnF collection ebooks

 

BnF collection ebooks est éditée par BnF-Partenariats, filiale de la Bibliothèque nationale de France.

Fruit d’une sélection fine réalisée au sein des prestigieux fonds de la BnF par un comité éditorial composé de ses plus grands experts et d’éditeurs, BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés.

Morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d’histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse, tous les genres y sont représentés.

Éditée dans la meilleure qualité possible eu égard au caractère patrimonial de ces fonds, conservés depuis de nombreuses années par la BnF, les ebooks de BnF collection sont proposés dans le format ePub, un format ouvert standardisé, pour rendre les livres accessibles au plus grand nombre sur tous les supports de lecture.

Chanson
Certain savant pris de vin
 Pendant une orgie
Chantait Brillat Savarin
 Ce brillant génie.
Disant : s’il est trépassé,
Au moins il nous a laissé
 Sa physiologie
 Ô gué !
Sa physiologie.
Pardieu ! Je n’y pensais pas
 La mine est féconde,
Se dit à part soi tout bas
 Chacun à la ronde,
Avant de sortir d’ici
Je m’en vais bâcler aussi
 Ma physiologie
 Ô gué !
Ma physiologie.
Les Guêpes et les Français
 Ne font plus furie ;
Les lecteurs en ont assez,
 Leur veine est tarie,
Je porte le dernier coup
En réveillant tout à coup
 La physiologie
 Ô gué !
La physiologie.
Qu’on me donne seulement
 Messieurs, je vous prie,
De l’encre et du papier blanc,
 Et je vous parie
Que sans gêne avant demain
Je mets tout le genre humain
En physiologie
 Ô gué !
En physiologie.
Pour ces écrivains ardents
 Au fougueux génie
Une œuvre en quelques instants
 Est toute finie.
Dans cette nuit, en effet,
Chacun d’eux eut bientôt fait
 Sa physiologie
 Ô gué !
Sa physiologie.
Semblables aux champignons
 Après une pluie,
On vit de ces embryons
 La ville remplie.
Chose étrange à concevoir !
Chaque homme voulut avoir
 Sa physiologie
 Ô gué !
Sa physiologie.
Les Nouvelles à la main
 Maigrissent d’envie ;
Les Guêpes sur le chemin
 Se traînent sans vie.
Qu’elles crèvent toutes deux !
Et vive en ce jour heureux
 La physiologie
 Ô gué !
La physiologie.
CHAPITRE I
L’inventeur de la Physiologie est un grand homme

Depuis le bon Dieu qui inventa les hommes ;

Noé, la vigne ;

Moïse, les sauterelles ;

Depuis saint Vincent-de-Paule qui trouva les enfants-trouvés, et Christophe-Colomb l’Amérique ;

Depuis Richelieu qui inventa quarante fauteuils ornés d’hommes assis, – et M. de Vigny qui inventa Richelieu ;

Depuis Napoléon qui inventa la poudre, – et M. Bugeaud qui ne l’inventa pas ;

Depuis M. Hugo qui inventa la langue française ;

Musset, – la lune ;

Georges-Sand, – la femme ;

Lamennais, – le peuple ;

Dumas, – Florence ;

Regnier, – Molière ;

Janin, – Maxime ;

Depuis M. Karr qui s’inventa lui-même ; M. Becker qui inventa le Rhin ; – et M. de Lamartine qui inventa Becker ;

Je ne connais rien, – je ne vois rien, – je ne sais rien de plus beau, – de plus grand, – de plus admirable, – de plus merveilleux, – de plus étonnant, – de plus étourdissant, – de plus renversant,

Que l’inventeur de la Physiologie !

CHAPITRE II
Comment naquit la première Physiologie

Un écrivain de génie, – qui n’en dort pas moins bien pour cela, – se réveille par un bel après-midi.

Il ouvre un œil, – puis l’autre ;

Allonge une jambe, – puis l’autre ;

Étend un bras, – puis l’autre ;

Puis tout à coup ouvre les deux yeux ; allonge les deux jambes ; étend les deux bras à la fois, – et demande…

Quelle heure il est !

Habillé, – frisé, – musqué, – il baille, – rebaille et rerebaille.

Puis, regardant fumer sa pipe et son café, il se parle en ces termes :

« Qu’est-ce que je vais faire ? »

Moment de silence et d’hésitation.

– Quelque chose d’inattendu ?

– Oui.

– Un drame en dix actes et vingt tableaux ?

– Bouchardy crierait au voleur !

– Un roman historique ?

– Fi !

– Sentimental ?

– Pouah !

– Moral ?

– Peuh !

– Un volume de poésies ?

– Allons donc !

– De poésies à la Hugo ?

– Oh !

– À la Musset ?

– Eh ! eh !

– Décidément je suis un paresseux, un Sardanapale de mollesse ; – décidément je ne suis capable de rien de bien, – de rien de beau, – de rien de noble, etc., etc.

– Buvons ! – Il but.

– Fumons ! – Il fuma.

– Écrivons ! – Il écrivit.

Et voilà comment naquit la première Physiologie.

CHAPITRE III
Des progrès apportés à la civilisation par les Physiologies

Ce fut un grand émoi par le monde, car l’homme voulut tout à coup être classé et divisé à l’égal de l’âne son serviteur et du chien son fidèle...

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.