Voix de garage

De
Publié par

38 millions d’automobiles circulent en France. Elles sont entretenues par 20 000 garagistes. L’affrontement est devenu inévitable : « Il me faudrait une voiture de remplacement gratuite, monsieur le garagiste. » « Je veux seulement un devis, surtout ne touchez pas à ma voiture. »

Le consommateur enclenche la marche arrière pour aller voir son garagiste et lorsqu’il pénètre dans le garage, son agressivité naturelle apparaît ; il est déjà sur ses gardes. Sur le trajet, il a décidé qu’il ne se laisserait pas faire.

Voix de garage raconte avec humour la relation perdant/perdantet le rapport de force qui se sont installés entre le consommateur et son garagiste. Le comportement du client est ici décrit selon des situations vécues par l’auteur. Le lecteur se reconnaîtra sans doute, mais acceptera-t-il pour autant de mieux considérer son garagiste et de lui faire plus confiance ?


Publié le : jeudi 1 janvier 2009
Lecture(s) : 29
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9789999995968
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Préface Quand il faudra régler les comptes, à l’heure du grand soir, je n’accepterai pas de payer l’addition, car je l’avais prévu… Personne n’a vu venir la crise, ni l’effondrement du secteur financier ni celui de l’automobile, pas même les plus grands économistes : Robert Mundell est passé à côté, comme Steven Levitt ou Amartya Sen ; seul notre compatriote Maurice Allais, dans son livreLa crise mondiale d’aujourd’hui, en a parlé, mais… c’était en 1999 ! La crise, je l’ai vue arriver en 1994 quand j’ai quitté la banque, déjà je pensais que Lehman Brothers n’en avait plus pour longtemps et… Natixis n’existait pas encore ! En revanche, je n’avais pas imaginé que General Motors allait suivre, sinon je n’y serais pas allé.
9
Rien, absolument rien ne me prédisposait à me lancer dans ce métier, je ne savais même pas ouvrir un capot de voiture, alors vous imaginez, démonter une roue ou changer une ampoule était pour moi un tour de force. Je suis toujours admiratif de voir les mécaniciens tra-vailler aussi vite que précisément dans des conditions souvent difficiles. Donc, je rentre dans ce métier en 1995 et j’en sors en 2007, juste avant le déclin. Des cols blancs aux cols bleus, il n’y a qu’une couleur qui manque, le rouge, c’est la couleur que voit le consommateur lorsqu’il fré-quente un garage automobile. N’est-ce pas non plus celle que voit le client de la banque ? Sans doute. Aujourd’hui, on hésite à confier sa voiture au gara-giste ; en revanche, comment hésiter à confier son argent à des banques qui mettent des petites chaînes à leurs stylos à bille ? Eh bien, maintenant, c’est le contraire, vous pouvez confier votre voiture au garagiste, vous savez qu’il vous la rendra en meilleur état, en revanche, la banque n’a plus les moyens d’acheter ni des stylos à bille ni des chaînes, et votre argent vous n’êtes plus certain de le récupérer… Avoir exercé les deux métiers, sans doute les plus critiqués par les consommateurs, laisse des traces ; dans ce livre, j’ai essayé de transformer les traces en voies, puis en voix.
10
Ce livre n’a aucune autre prétention que de faire sourire le garagiste qui voudra bien me l’acheter, il n’a surtout pas la prétention, hélas ! de faire changer le client grincheux qui se reconnaîtra en lisant ces quelques lignes.
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Jackpot

de le-livre-de-poche