Le grand livre des histoires drôles 2015

De
Publié par

Plus de 1 600 histoires drôles inédites pour rire toute l'année !
Best-seller des histoires drôles depuis une vingtaine d'années, ce recueil est devenu le rendez-vous incontournable de la rentrée pour tous les amateurs d'humour.
Classées par rubrique, d'« Animaux » à « Vie conjugale », les histoires de Mina et André Guillois sont autant de clins d'oeil sur notre quotidien, illustrées avec brio par Bridenne...

Publié le : mercredi 13 août 2014
Lecture(s) : 8
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782501098281
Nombre de pages : 480
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
couverture
pagetitre

Introduction

Les histoires drôles naissent de l’observation de notre vie quotidienne. Une pointe d’exagération permet d’en souligner la cocasserie.

 

Notre cerveau nous y prédispose. Selon Tali Sharot, de l’University College de Londres : « Le cerveau a tendance à surestimer la probabilité de vivre des événements heureux et à sous-évaluer la probabilité de vivre des événements malheureux. » Place, donc, à l’optimisme !

 

Comme le dit Anne Roumanoff : « L’humour bouge avec la société. C’est un miroir qui lui est tendu. »

 

Aujourd’hui, chacun possède un portable ou un smartphone. Ces appareils, dont la taille n’a cessé de diminuer, offrent d’innombrables possibilités.

L’œil rivé à son microscope, un chercheur s’écrie :

– Ça y est ! Enfin, je le vois !

– Le virus de la grippe ?

– Non, le dernier modèle de téléphone sud-coréen.

 

On nous propose des modèles de plus en plus perfectionnés :

– Si vous voulez être tranquille, conseille une vendeuse à un homme qui veut acheter un de ces appareils, prenez celui-ci. Quand sa sonnerie retentit, il vous suffit de crier : « Foutez-moi la paix ! » La sonnerie s’arrête aussitôt et une voix vous dit : « Excusez le dérangement. »

 

Encore faut-il savoir utiliser ces merveilles de la technologie.

Un homme a envoyé ce SMS désespéré à ses amis et connaissances :

« quisaitcommentonseparelesmotspardesespacesquandonenvoieunsms ? »

 

Bien entendu, la personne qui fait rire les autres en se moquant d’elle-même sait ne jamais aller trop loin dans l’autodérision.

Comme l’a noté Jacques Laurent, l’auteur de Caroline chérie : « Toutes les formes du comique supposent un certain détachement. Ni l’auteur de l’histoire ni ses auditeurs ne prennent à cœur le sort du héros. »

 

Un curé, qui s’est mis à l’informatique, est formel :

– Je comparerais un ordinateur au Dieu farouche de l’Ancien Testament : des tas de règles à observer sans une seule défaillance, et, en cas d’erreur, aucune pitié.

 

À propos de religion, Moïse redescendait, tout content, de la montagne où Yahvé lui avait fait graver les tables de la Loi quand on lui annonça :

– En ton absence, ton frère Aaron nous a fait adorer le veau.

– Sous la forme d’une statue en or massif ?

– Non. Sous la forme d’un livre de cuisine par lequel il nous a révélé les délices de toutes les recettes à base de viande de veau : la blanquette aux champignons, le tendron aux carottes et aux navets, le fricandeau à l’oseille, le quasi aux endives braisées, le foie au vinaigre, le rognon flambé au cognac, le ris en timbale…

*

Les vacanciers sont de plus en plus nombreux et ils partent de plus en plus loin. Cela ne va pas sans poser des problèmes de communication.

 

Deux jeunes femmes hésitent :

– Qu’est-ce qu’on fait pour notre prochain séjour aux Nouvelles-Hébrides ? demande l’une d’elles.

– Comment cela ?

– Pour avoir de bons rapports avec les indigènes, on apprend les rudiments de leur dialecte avant de partir ou l’on garde nos corsages transparents de l’année dernière ?

 

Une belle blonde a résolu le problème :

– Pendant mes vacances à Torremolinos, raconte-t-elle, je n’ai appris que deux mots : manana, qui veut dire « demain », et pyjama, qui signifie « ce soir même ».

 

La curiosité des candidats au voyage est sans limites.

 

Une dame dit au responsable d’une agence :

– Vous proposez une brochure intitulée l’ABC des villes à visiter.

– En effet.

– Dans le même esprit, auriez-vous le X ?

– Le X ? Pourquoi le X ?

– J’aimerais voir ce qui reste de Sodome et Gomorrhe.

*

On disait au romancier de la Fée Carabine, Daniel Pennac :

– Vous avez l’air de beaucoup vous amuser en travaillant.

– Comme disait l’ami Queneau, répondit-il, il n’y a pas que l’art, il y a aussi la rigolade. Et je crois que la rigolade est partie prenante de l’art, ne serait-ce que parce qu’elle détend l’esprit et le rend apte à apercevoir beaucoup de choses que l’esprit de sérieux cache bizarrement.

 

Alphonse Allais a lancé la mode des devinettes dont on ne peut trouver la solution qu’en faisant preuve de beaucoup d’imagination.

Celles-ci lui auraient peut-être plu :

 

– On le tire au maximum pour le réduire le plus possible. Qu’est-ce que c’est ?

– Un prix.

 

– Qui peut passer de première en seconde en conservant exactement la même vitesse ?

– Le voyageur dans un TGV.

 

– Qu’appelle-t-on une symphomane ?

– Une femme qui n’a qu’une idée, faire l’amour, à condition d’avoir, en fond sonore, du Mozart ou du Beethoven.

 

– Plus il y en a, moins c’est lourd. De quoi s’agit-il ?

– Des trous dans l’emmenthal.

 

– Comment appelez-vous un Inuit qui, la tête coiffée d’un baladeur, écoute le dernier CD de Céline Dion ?

– Vous pouvez l’appeler autant que vous voulez, vu la puissance de la voix de la chanteuse québécoise, il ne vous entendra pas.

 

– Que font les koalas quand l’un des membres de leur tribu cherche à les dominer ?

– Ils se koalisent contre lui.

*

Ne négligeons pas les jeux de mots. Plus ils sont gros, plus ils ont de chances de faire rire.

 

Une cliente demande à un épicier d’origine étrangère, en désignant des oranges :

– Jaffa ?

À quoi il répond :

– Très bien, merci, et vous ?

 

Un sondeur qui a interrogé les sept nains de Blanche-Neige en tire cette conclusion :

– Six nains sur sept ne sont pas Joyeux.

 

Dans le genre, Pierre Dac avait fait fort quand, en 1965, il créa l’éphémère Mouvement ondulatoire unifié, avec ce slogan :

« Les temps sont durs. Votez MOU. »

 

Il y a aussi les clins d’œil à un film à succès.

 

Sur une île où il a trouvé refuge, Robinson Crusoé fait la connaissance d’un indigène qui lui plaît d’emblée.

– Je t’appellerai « Samedi soir », lui dit-il, et, avec un nom pareil, apprête-toi à vivre des soirées pleines de fièvre.

*

L’amour, avec ses multiples facettes, est une source inépuisable d’histoires drôles que l’on peut toujours actualiser.

– Pour ma part, dit un homme, je comparerais ma vie sexuelle au bulletin d’information de France Info, le matin : c’est très rapide, ça concerne toujours les mêmes personnes et ça se termine généralement par une catastrophe.

 

Poursuivons sur la même voie.

 

Une jeune mariée raconte à une amie :

– J’ai évoqué, sur Facebook, le désastre qu’a été ma nuit de noces en la qualifiant de fiasco.

– Quelle a été la réaction de tes followers ?

– La plupart m’ont reproché d’employer un mot d’anglais dont tout le monde ne connaît pas forcément le sens.

 

On y revient toujours : il est aujourd’hui impossible de se passer d’Internet.

– L’autre jour, ayant un doute sur la date de la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb, raconte une dame, j’ai consulté Wikipédia.

– Et que t’a-t-on répondu ?

– « 1492. » Avec ce commentaire : « Je sais tout, absolument tout – y compris sur vos relations extraconjugales avec le fils du charcutier –, mais soyez tranquille : si votre mari me consulte, je saurai rester discret. »

*

Certes, la lecture se pratique toujours, mais un peu différemment.

 

– Nous allons tourner une version ultramoderne du Livre de la jungle, annonce un producteur de cinéma.

– Avec beaucoup de modifications par rapport au film de Disney ?

– Aucune, sauf pour le titre, nettement plus attrayant. Le film s’appellera la Tablette de la jungle.

 

Décidément, on n’arrête pas le progrès, contrairement à ce que pensait cet homme des cavernes qui disait à l’un de ses congénères :

– Nous avons déjà le feu, la roue et les tags. C’est terrible de penser que les générations futures n’ont plus rien à inventer !

 

Désormais, une grande partie du commerce s’effectue par la Toile. Le tout est de commencer.

Une femme téléphone à une amie :

– C’est la première fois que je vais commander une robe sur un site d’Internet. Quand j’en achète une en boutique, je prends du 44. Ça peut faire combien en gigabits ?

*

Concurrencée par la Toile, la presse écrite a peut-être moins de lecteurs, mais pour ceux qui lui sont restés fidèles, elle a conservé tout son prestige.

 

Dans un restaurant, un dîneur confie au garçon qui vient prendre sa commande :

– J’ai lu, dans l’Express, que manger du poisson est bon, parce que cela contient des oméga-3. D’autre part, le Point déconseille de manger du poisson, parce que cela contient du mercure.

– Alors ?

– Ce matin, j’ai feuilleté avec attention le Nouvel Observateur et je n’ai vu aucun commentaire désagréable sur le bifteck frites – saignant, le bifteck !

 

À notre époque, il faut se méfier de tout et, d’abord, de la nourriture.

Après avoir scanné une douzaine d’articles bourrés de produits chimiques, la caissière questionne la femme qui vient de les déposer sur le tapis roulant :

– Vous aviez établi une liste d’achats ?

– Oui.

– La prochaine fois, demandez plutôt à votre médecin référent de vous faire une ordonnance.

*

Scénariste, dialoguiste, parolier, auteur de sketches et de pièces de théâtre, Jean-Loup Dabadie nous fournira notre conclusion :

« L’humour est un état d’âme, non un état d’esprit. Il permet d’échapper à la réalité des choses en la déformant de telle sorte qu’elle vous fasse moins peur. Ensuite, il reste à entraîner les autres dans ce couloir qui débouche sur leurs rires. L’apaisement après le rire, c’est comme l’apaisement après l’amour. Dans l’humour comme dans l’amour, il y a le même rêve, celui de partager son plaisir. »

 

Amusez-vous bien et faites de beaux rêves.

Mina et André Guillois

L’amour

1

– Tu as couché avec le beau garçon qui t’avait draguée l’autre soir ? demande une femme à une amie.

– Oui, et si je devais comparer son comportement avec la conduite automobile, je dirais que c’est un très mauvais automobiliste.

– Comment cela ?

– D’abord, il va beaucoup trop vite. Ensuite, il cherche à prendre des sens interdits. Enfin, j’ai eu le plus grand mal à lui faire comprendre qu’à notre époque on ne roule pas sans permis – je veux dire qu’on ne fait pas l’amour sans mettre un préservatif.

2

Un mari jaloux rentre chez lui à l’improviste dans l’après-midi et trouve sa femme au lit.

Fou de rage, il fouille tout l’appartement et débusque enfin l’amant, qui s’était dissimulé à l’intérieur d’une grande horloge de campagne.

– Eh bien, rugit-il, qu’avez-vous à me dire ?

L’amant répond simplement :

– Tic tac, tic tac, tic tac…

3

– Nous allons adopter un code très simple pour savoir instantanément quelles sont nos intentions en ce qui concerne l’amour, dit une femme à l’homme qu’elle vient d’épouser. Quand tu rentreras du bureau, le soir, jette un coup d’œil à mes cheveux. S’ils sont relevés en chignon, c’est que je n’ai pas l’intention de faire l’amour. S’ils sont légèrement dénoués, c’est qu’on peut en discuter. Et s’ils flottent sur mes épaules, c’est que j’ai une envie folle de baiser.

– OK, répond le mari. Pour ma part, si j’arrive avec un seul whisky dans le nez, c’est que je n’ai pas envie de faire l’amour. Si j’en ai bu deux, on peut en discuter. Et si j’en ai bu trois ou plus, je te jure que je ne regarderai pas une seconde comment sont tes cheveux avant de t’entraîner vers le lit.

4

– Docteur, dit un homme, je suis affligé de deux personnalités qui s’expriment à longueur de journée dans ma pauvre tête. L’une d’elles me répète : « Cesse de te culpabiliser. Tu n’es pas le premier médecin à faire l’amour avec ses patientes. Rien n’est plus naturel, si l’une d’elles te plaît vraiment. »

– Et que vous dit votre autre voix ?

– « N’oublie jamais que tu es vétérinaire. »

5

Un juge d’instruction interroge un individu soupçonné d’avoir tué l’amant de sa femme.

– Que s’est-il passé ?

– Cet homme, qui se prétendait mon meilleur ami, s’est introduit dans mon foyer. Il a séduit ma femme par de belles promesses, entre autres celle de l’emmener refaire sa vie au Venezuela.

– Et qu’est-il arrivé le jour où vous l’avez abattu à coups de revolver ?

– Ce sale menteur avait chargé ses valises dans un taxi pour se rendre à l’aéroport de Roissy, avec l’intention de prendre un avion pour Caracas.

– Avec votre femme ?

– Justement pas ! Il me la laissait – et c’est ce que je ne lui ai pas pardonné.

6

Au cours d’une réception, un adolescent dit à un autre :

– Tu vois cette rousse incendiaire ? Méfie-toi d’elle. C’est ce qu’on appelle une couguar.

– Qu’est-ce que c’est, une couguar ?

– Une femme qui se précipite sur des garçons beaucoup plus jeunes qu’elle, comme le ferait une araignée avec des mouches.

– Tout de même, ajoute le second adolescent, rêveur, ça doit être bon de passer une heure avec elle – dans les toiles.

7

– Hier, raconte une femme à un avocat, mon mari a levé la main sur moi en manifestant l’intention de m’infliger une bonne correction.

– C’est un motif valable pour entamer une procédure de divorce. Vous a-t-il frappée ?

– Non, Dieu merci. Mon amant, qui était couché à côté de moi, s’est levé précipitamment et l’en a empêché.

8

Dans un bar, un homme qui a fait la connaissance d’une fille terriblement sexy n’arrête pas de consulter sa montre.

– C’est un prototype d’une montre japonaise, explique-t-il. Elle est capable de me donner les informations les plus indiscrètes sur les personnes qui m’entourent.

– Par exemple ?

– Eh bien, elle m’informe que vous ne portez pas de culotte.

– Elle se trompe, dit la jeune femme en relevant sa jupe. Constatez-le vous-même : je porte une culotte.

– Il faut absolument que je fasse régler cette montre, s’écrie l’homme : elle avance d’une demi-heure.

9

Un homme appelle sur son portable sa femme qui est partie pour une tournée d’achats.

– J’ai pris un Viagra, lui dit-il. Arrange-toi pour être de retour quand il me fera effet, dans une heure exactement.

Une heure plus tard, sa femme le rappelle :

– Je suis prise dans les embouteillages. Je n’arriverai pas avant une demi-heure.

Il proteste :

– Le Viagra commence à produire son effet. Qu’est-ce que je peux faire ?

Conciliante, son épouse lui suggère :

– C’est le jour de la femme de ménage. Tu peux toujours t’arranger avec elle.

– Je veux bien, mais c’est de l’argent gâché. Quand je fais l’amour avec la femme de ménage, je n’ai jamais besoin de Viagra.

10

Le patron d’une petite entreprise dit à l’un de ses employés qu’il sait marié à une fort jolie femme :

– Il faudrait que vous veniez, un week-end, dans ma maison de campagne. Je vous ferai goûter des grillades sensationnelles, cuites au barbecue.

– Je suis végétarien.

– Venez quand même, dit le directeur. J’ai un grand pré. Pendant que je ferai l’amour avec votre charmante épouse, vous brouterez.

11

– Combien prends-tu pour le grand jeu ? demande un passant d’allure miteuse à une prostituée.

– 100 ı, mon mignon.

Tirant un billet de 10 ı de sa poche, il dit timidement :

– En ce cas, je vais prendre un dixième.

12

Une femme, très en colère, dit au professeur de mathématiques qui vient donner des leçons à domicile à sa fille âgée de seize ans :

– Quand je vous ai entendu crier « Eurêka ! », j’étais persuadée que vous expliquiez à ma fille la vie et l’œuvre d’Archimède et non pas que vous veniez, après de longues recherches, de trouver sa zone érogène.

13

– Comment la soirée avec ce beau mec dont tu attendais monts et merveilles s’est-elle passée ? demande une jeune femme à sa meilleure amie.

– Écoute, si j’avais mis à cuire dans une casserole d’eau bouillante un œuf à la coque quand il a commencé à me faire l’amour et que j’aie mangé cet œuf quand il en a eu terminé, j’aurais trouvé qu’il n’était pas assez cuit.

14

– J’ai régulièrement des migraines, confie un homme à son médecin.

– Quand cela m’arrive, répond le praticien, j’ai un remède infaillible. Je fais l’amour avec ma femme. Vous devriez essayer.

– C’est une bonne idée.

Un mois plus tard, l’homme revient le consulter.

– Alors, questionne le médecin, ces migraines ?

– J’ai suivi votre excellent conseil et je m’en suis entièrement débarrassé ! Et entre parenthèses, docteur, vous avez vraiment un bel appartement.

15

– Je vous aime, dit un homme à une séduisante pharmacienne. Soyez à moi.

La femme appelle sa sœur, une femme à la beauté fanée, qui travaille dans l’arrière-boutique.

– Vous n’avez aucune chance avec moi, dit la pharmacienne, mais vous pouvez toujours essayer avec mon générique.

16

Dans un lycée, une enseignante a tiré de sa sacoche un manuel d’éducation sexuelle dont elle lit quelques pages à ses grands élèves.

Son cours terminé, elle retient un adolescent auquel elle propose d’aller dans un endroit discret pour mettre en pratique ce qu’il vient d’apprendre.

Après qu’ils ont fait l’amour, elle l’interroge :

– Alors, ça t’a plu ?

– Oui, répond-il mollement, mais j’ai préféré le livre.

17

Un employé du service des Objets perdus voit entrer sa grande fille, à laquelle il demande :

– Ta visite a-t-elle un rapport avec mon travail ?

– En quelque sorte, oui. D’une part, j’ai perdu ma virginité. Et, d’autre part, je t’ai trouvé un gendre.

18

Un grand jaloux regarde sa femme se déshabiller. D’un coup, il bondit en voyant qu’elle a des marques de doigts, très nettes, sur les fesses.

– Qui est-ce qui t’a pelotée ainsi ? hurle-t-il.

– Mon patron, répond-elle, avant de m’accorder une augmentation.

– Tu me rassures, fait le jaloux, apaisé. J’avais peur qu’un voyou t’ait manqué de respect dans le métro.

19

– J’ai participé à un bal costumé, raconte une jeune femme à une amie. Je m’y étais présentée dans la tenue d’Ève avant le péché.

– Tu as dû avoir du succès.

– Surtout quand j’en suis sortie en victime du marquis de Sade.

20

Une prostituée a l’habitude de demander à ses clients :

– Tu joues de temps en temps au flipper ?

– Oui.

– Eh bien, je fonctionne sur le même principe. Si tu arrives à me faire faire tilt, tu auras droit à deux parties gratuites.

21
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.