Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Achetez pour : 5,95 €

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

Publications similaires

Avertissement de l’éditeur
manuscrit.com - maison d’édition francophone - a
pour vocation de réunir les conditions idéales pour
quetouslesmanuscritstrouventleurpublic.
Pourcefaire,manuscrit.com s’estdoté du plusgrand
réseaudelecteursprofessionnels: composédelibraires
etde critiques,ilestentièrementvoué àladécouverte
etàlapromotiond’auteursdetalents,afindefavoriser
l’édition de leurs textes.
Dansle même temps,manuscrit.com propose- pour
accélérer la promotion des oeuvres - une diffusion
immédiate des manuscrits sous forme de fichiers
électroniquesetdelivresimprimés. C’estcetteédition
quelelecteuraentrelesmains. Lesimperfectionsqu’il
ydécèlerapeut-être sont indissociables de la primeur
d’une telle découverte.
manuscrit.com
5 bis rue de l’asile Popincourt
75011 Paris
Téléphone : 01 48 07 50 00
Télécopie : 01 48 07 50 10
www.manuscrit.com
contact@manuscrit.comNotesroumaines© manuscrit.com, 2001
ISBN: 2-7481-0097-2 (pour le fichier numérique)
ISBN: 2-7481-0096-4(pourlelivreimprimé)Rudolf Quiet
Notesroumaines
JOURNAL/CARNET (NON FICTION)RESTES DE SEPTEMBRE…
Sources d’organisations tziganes -donc suspectes
au-delà de l’admissible :
voyageenterritoireterriblementneutre;paysages
faux, mensonges au poids d’enclume. Paraît que deux
gosses m’ont croisé, désabusé, déambulant à peine dé-
grisé des encens moldaves dans les veines du ‘tit Panam
version Carpates ; que je beuglais (moi, un autre ca-
ché dedans mon vieux passeport, qu’importe !) parmi
ruinesetterrainsvagues: Cieldetôlefroide,froide,froide…
Cauchemar ? Nulle ombre de sécurité pour
m’apprendre. Les flics, les militaires en apparats
urbains chiquent et crachent mieux qu’ils ne dissi-
mulent l’effet de serre. Sommes sous cloche pleine
de stèles, aucun vent là-dedans ; vérités révisionnistes
parviennent,seules,décalées, déteintes,du Fra-Souet.
Souvenirs, tout à construire encore, si les troupes
canines daignent laisser restes. Pleut-il ? Des cheveux
tombent. Neige t-il ? Rien qu’une épidémie de mé-
ningite, m’sieur. Faut pas s’affoler, l’ambassade est en
rapports étroits avec les AUTORITÉS SANITAIRES…
Adviennequepourra;nosressortissantssaufs-etnous
du scandale.
Est. Ici que l’appellation. Est. Est ? Peut-être
ailleurs, loin. Là, que lesrelents cancéreux etflagrants
d’un monstre quicrève : l’Occident doré paumant par
7Notes roumaines
centaines ses étoiles ; l’Europe de la mauvaise haleine,
celle qui gangrène sous fond bleu. Mon âme pour un
Coke’, mes os et frères pour…
8MERCREDI30 OCTOBRE
Jardin botanique
Est-ce ce qu’on appelle un retour aux sources ?
Ou simplement une nouvelle machination des souve-
nirs…Quelleplantevenirchercherlà?? «Dansleparc
solitaireetglacé,deuxombresonttoutàl’heurepassé»
etc. Bel endroit, presque calme, s’il n’était bordé par
un axe routier d’une part, et par un complexe de gi-
gantesques usines d’autre part. Mais bon ! Nous ne
sommespasvenusécouterlesilence…Quelquesamou-
reux,pastrop,justecequ’ilfautpourpeuplerlesbancs
de fonte rouillée ; des gosses qui jouent avec des mar-
ronsetquisecachentdanslesbosquetspourfumerleurs
premières cigarettes. Variété extraordinaire de plantes
et d’arbres. Les pancartes explicatives, qui semblent
elles-mêmes des pousses, jaillissent un peu partout, ce
qui donne ce curieux sentiment que le jardin est éti-
queté. L’automne avancé a déjà embrasé les lieux ; à
présent,sommesentrésdanslapériodedescendres. Par
brefs coups d’œil, je ne la vois pas. Peut-être, en dé-
finitive, ne vient-elle pas si souvent se perdre dans ces
allées-commeelleleprétendaitdansseslettres. Jenela
voispas. J’aipeurdelavoir. J’aipeurdenepaslaren-
contrer. Peur de n’êtrepassatisfait. Gare du nord, un
officiervenudeConstantaarrêteplusieursbusafind’en
questionner les chauffeurs pour moi. Pentru Gradina
9