Cette publication est accessible gratuitement
Lire

Peut-il faire le même coup que Wiggins ?

2 pages
Peut-il faire le même coup que Wiggins ? Coureur complet, peut-on croire que le champion slovaque va être en mesure de remporter le Tour de France comme vient de le faire le coureur de chez Sky ? Grand pistard, Bradley Wiggins a fait triompher pour la première fois les couleurs de l'Union Jack sur les Champs- Elysées. Le très jeune champion Peter Sagan, alors que tout l'avenir lui appartient, pourrait-il suivre la même voie dans le futur ? En 2011 déjà, lors de sa première Vuelta, Peter Sagan avait remporté trois étapes. Cette année pour son premier Tour de France, il a emmagasiné le même quota de succès en remportant la première, la troisième et la sixième étape de la Grande Boucle. Se montrant excessivement opportuniste quel que soit le profil des étapes, le coureur de la Liquigas a accumulé suffisamment de points pour endosser la tunique verte jusqu'à Paris, et ce largement devant Greipel et Goss. Un tour de force pour ce coureur qui n'a pas fini de tourmenter ses adversaires dans le peloton : "Sagan a vraiment été impressionnant, concède Sébastien Hinault. Il l'a prouvé sur différentes étapes. Il en a gagné trois et a été bien placé sur d'autres. Même dans des étapes de moyenne montagne, on s'est rendu compte qu'on avait à faire à un futur grand. Il me fait un peu penser à Jalabert. Il est un peu dans le même registre que lui. Il est amené à avoir un superbe palmarès". A seulement 22 ans, le Slovaque a effectivement tout l'avenir devant lui.
Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Peut-il faire le même coup que Wiggins ?

Coureur complet, peut-on croire que le champion slovaque va être en mesure de remporter le Tour de France comme vient de le faire le coureur de chez Sky ? Grand pistard, Bradley Wiggins a fait triompher pour la première fois les couleurs de l'Union Jack sur les Champs-Elysées. Le très jeune champion Peter Sagan, alors que tout l'avenir lui appartient, pourrait-il suivre la même voie dans le futur ? En 2011 déjà, lors de sa première Vuelta, Peter Sagan avait remporté trois étapes. Cette année pour son premier Tour de France, il a emmagasiné le même quota de succès en remportant la première, la troisième et la sixième étape de la Grande Boucle. Se montrant excessivement opportuniste quel que soit le profil des étapes, le coureur de la Liquigas a accumulé suffisamment de points pour endosser la tunique verte jusqu'à Paris, et ce largement devant Greipel et Goss. Un tour de force pour ce coureur qui n'a pas fini de tourmenter ses adversaires dans le peloton : "Sagan a vraiment été impressionnant, concède Sébastien Hinault.

Il l'a prouvé sur différentes étapes. Il en a gagné trois et a été bien placé sur d'autres. Même dans des étapes de moyenne montagne, on s'est rendu compte qu'on avait à faire à un futur grand. Il me fait un peu penser à Jalabert. Il est un peu dans le même registre que lui. Il est amené à avoir un superbe palmarès". A seulement 22 ans, le Slovaque a effectivement tout l'avenir devant lui. Faut-il en faire un futur lauréat de la Grande Boucle pour autant ? "Je ne sais pas s'il peut se transformer comme Wiggins, se demande encore Hinault. C'est un peu une énigme. Au niveau de son profil, il peut encore s'affûter. Cependant, il ne faudrait pas non plus qu'il perde ses qualités intrinsèques de sprinteur et son panache.

Je ne sais pas vraiment dans quel registre il compte évoluer. Il est également bon en contrela-montre alors que ce n'est pas sa spécialité. Il a un très beau potentiel, reste à savoir comment il veut le travailler". Avec le départ de Nibali, Sagan devrait quoi qu'il en soit endosser encore davantage de responsabilités dans les mois à venir. "Je ne suis pas dans les petits papiers de la Liquigas, poursuit Hinault. Mais il devrait plutôt miser sur ses qualités pour essayer de remporter des classiques. C'est tout à fait dans ses cordes de remporter Milan San Remo par exemple. Il devrait plutôt axer son talent là-dessus". Pour Roger Legeay, Sagan reste en tout premier lieu un coureur spécialisé dans les courses d'un jour : "J'ai trouvé la première semaine de Tour intéressante avec des profils différents qui se sont distingués, estime Roger Legeay. On a pas mal de bons sprinteurs qui se sont livrés une farouche bataille. Cavendish s'est battu pour conserver son statut. Avec Sagan, ils vont se retrouver sur le même chemin pendant un bon moment sans oublier qu'il y aussi d'autres bons sprinteurs autour. Cavendish n'est pas vieux et Sagan est un peu plus jeune. Les explications s'annoncent serrées. Je ne pense pas que Sagan ait le bagage suffisant pour remporter le Tour de France, mais ce point de vue n'engage que moi. Je pense plutôt qu'il va se concentrer sur les étapes, les classiques et le maillot vert. Après, il faut voir l'influence qu'il peut avoir sur un classement général". "Je pense qu'il n'a pas fini de les embêter, conclut l'ancien coureur Christophe Capelle. C'est mon profil de coureur préféré.

Il est bon en sprint, grimpeur, rouleur. Il va être un sacré client dans les classiques. Il l'a démontré en début d'année. Il sait même s'échapper dans les étapes de montagne. C'est un superbe coureur, complet. Dans le Tour, il a prouvé qu'il pouvait suivre Cancellara. Il est malin". Prétendre que Sagan est un futur lauréat de la Grande Boucle semble donc un peu précoce. Mais si Wiggins à 32 ans a connu la consécration mondiale, il a dû patienter de nombreuses années avant de se retrouver au firmament. A 22 ans Sagan, lui, a déjà signé de magnifiques victoires d'étapes sur des grands tours. Wiggins pouvait-il en dire autant au même âge ?

"Il n'a pas fini de les embêter"

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin