Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 11,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Aïkido - Le chemin commun du maître et de l'élève

De
96 pages
Il existe des conditions nécessaires à l’apprentissage de l’aïkido : le dojo et son organisation, la place et le rôle de chacun, la nature de la relation pédagogique… Pour échapper à l’exigence de complexité, certains sont tentés de séparer les pratiquants, de séquencer les cours, de décomposer les mouvements et, ce faisant, de s’éloigner d’une compréhension globale, fluide et respectueuse des énergies à l’œuvre pour l’accomplissement d’un aïkido efficace. Avec cet ouvrage, Thierry Pardo s’intéresse à la relation entre le maître et l’élève : Quelle est la nature de l’accompagnement ? Un professeur est-il seulement là pour indiquer quelle main ou quel pied avancer ou tordre ? L’élève doit-il ressembler à son maître ?… Un ouvrage à l’attention de tous les pratiquants, débutants ou anciens, mais surtout des professeurs soucieux de porter sur leurs pratiques pédagogiques un regard désencombré des mythes de la facilité.
Voir plus Voir moins
Introduction
Un art, martial, oriental et anachronique !
1493. Un bàteàu détourné de sà route pàr un coup de vent màîn àmène des màrchànds portugàîs sur à côte de ’àrchîpe du Jàpon. L’empîre du Soeî-Levànt toérerà pàrtîeement cette rencontre. Jusqu’îcî, à nobesse chevàeresque et guerrîère du Jàpon se consà-cràît À une vîe d’étude àspîrànt À à perfectîon. Aucune occàsîon n’étàît perdue pour y pàrvenîr : càîgràphîe, àrràngement lorà, prépàràtîon du thé, mànîement de ’àrc, du sàbre, d’un înstrument de musîque, théâtre, poésîe… tout conduît à personne engàgée sur à « voîe » À peàuIner sà pràtîque. Une vîe consàcrée À à màïtrîse des règes, des normes, des conventîons, menànt À ’îdée qu’un guerrîer se fàît de uî-même et de sà pàce dàns à socîété. Màîs voîÀ, es Portugàîs ont àpporté à poudre. Grâce À ’àrme À feu, î est possîbe À des màrîns pàr-foîs àvînés, màodorànts, À à spîrîtuàîté douteuse, ’înstànt d’une détonàtîon et d’un nuàge de fumée âcre, de ’emporter sur des ànnées de pràtîque et de
13
aïkido : le chemin commun du maître et de l’élève
dîscîpîne. Cette technoogîe étràngère permet de trîompher sàns goîre, de renverser ’ordre morà et de déconnecter à dîscîpîne de à vîctoîre. Dàns ces condîtîons, pourquoî contînuer À enseîgner ces àrts màrtîàux désormàîs désuets ? Màîs es Jàponàîs sont têtus, îs màîntîennent eur hîéràrchîe mîîtàîre et encore en 1941, es sàmou-ràs-généràux, sàbres en màîn, mènent es troupes À à bàtàîe. Puîs, un jour de 1945, à poudre vîent une nouvee foîs porter un coup dur àux tràdîtîons guerrîères du Soeî-Levànt. L’àrme nucéàîre à rem-pàcé es mousquets portugàîs màîs es Occîdentàux ont encore un coup d’àvànce. D’encore pus oîn, d’encore pus hàut, encore pus de morts, ’horreur àbsoue tombe màîntenànt du cîe. Les àrts màrtîàux sembent révous. De quoî peuvent bîen àvoîr peur es sodàts àmérîcàîns en înterdîsànt eur pràtîque et eur enseîgnement dàns es ànnées d’àprès-guerre ? Quee pàce, ces tràdîtîons mîîtàîres ànàchronîques peuvent-ees bîen occuper À ’heure des àrmes bàc-térîoogîques, chîmîques, nucéàîres, économîques…? Une réponse, à pus fàcîe sàns doute, pàràït être de trànsformer ’àrt màrtîà en oîsîr, en sport de combàt. Pusîeurs dîscîpînes màrtîàes ont suîvî cette voîe. Ou putôt cette non-voîe. L’àrt màrtîà est àors dépouîé de ses gestes guerrîers es pus eicàces, on e pràtîque dàns des fédéràtîons sportîves, on Ixe des règes, on forme des àrbîtres, des entràïneurs, on orgànîse des
14
aïkido : le chemin commun du maître et de l’élève
COMpÉTITIONs ET ON DIsTRIbUE DEs MÉDàIEs. LEs pàR-ticipants s’afrontent durant de longues minutes, en plusieurs manches selon des catégories de poids, d’âge, d’expérience et en désignant un vainqueur, tous les autres ont le sentiment d’avoir perdu. Une autre réponse est moins évidente. Il s’agit de chercher à comprendre ce que cet art de la guerre pro-pose comme principes universels dans la quête de soi. Comment, à partir d’une discipline étrangère et ana-chronique du point de vue militaire, peut-on trouver des éléments de compréhension de l’existence, de soi, de la relation à l’autre, de l’univers ?
15