Enseignement acrobatique

De
Publié par

La pratique et l'entraînement des disciplines gymniques sont aujourd'hui correctement développés. De nombreux ouvrages à caractère pédagogique existent. Un paramètre est cependant très peu étudié : quel comportement doit adopter un entraîneur face à un pratiquant ? Ce paramètre ne doit pas être laissé au hasard. Le rapport "entraîneur/entraîné" et les conséquences psychologiques subies par un pratiquant relèvent d'une importance capitale. Un entraîneur ne doit et ne peut agir de n'importe quelle façon face à un pratiquant.
Publié le : mercredi 1 février 2006
Lecture(s) : 253
Tags :
EAN13 : 9782296142688
Nombre de pages : 165
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sommaire

Avant-propos Chapitre 1. Importance d'un apprentissage juste. Généralités. Chapitre 2. Principes généraux de la théorie de l'entraînement. Capacité potentielle d'entraînement. Capacité de performance. Développement de la capacité de performance. Contrôle et évaluation de l'entraînement. Les différents niveaux d'entraînement. Moyen de conduite du processus à long terme. Les cycles. Chapitre 3. Aux entraîneurs novices. L'entraîneur. Les principaux profils d'entraîneurs. Chapitre 4. Comportement face à un pratiquant à l'entraînement. Généralités. Lors des séances. L'utilisation de la vidéo. L'utilisation de la fosse de réception. Chapitre 5. Comportement face à un pratiquant en période de compétition. Comment est vécue une compétition. Comportement pendant une compétition. L'utilisation de la vidéo.

p7. p15.

p23.

p37.

p55.

p85.

Avant-propos
De tout temps, l'acrobatie a suscité admiration et étonnement de par son côté spectaculaire. Le mot "acrobatie" est devenu de nos jours un terme générique dans lequel sont englobées toutes les expressions ou situations dans lesquelles le corps humain est sorti de sa position initiale et naturelle représentée par la station verticale tête en haut. Depuis la nuit des temps, l'acrobatie se pratique au travers de diverses activités. Cette pratique acrobatique au fil du temps s'est développée principalement de deux façons. La première étant dans le monde du spectacle, la seconde dans le domaine sportif. Depuis quelques décennies, une autre forme d'acrobatie a vu le jour. C'est au travers de la danse "hip-hop" que ce développement naît. Cette acrobatie nous paraît quelque peu atypique car elle ne répond à aucune forme d'acrobatie codifiée traditionnellement, mais reste extrêmement complète et complexe dans son développement et sa réalisation. De nouvelles figures apparaissent.

Historique simplifié de l'acrobatie Afin d'établir grossièrement le chemin parcouru par l'acrobatie dans son évolution, nous remontons jusqu'au 2ème siècle avant J.C. où nous avons en Crète minoenne des hommes et des femmes qui développent une véritable maîtrise dans le saut de taureau en exécutant diverses acrobaties. Ce sont historiquement, les premiers gymnastes recensés. Nous le voyons ici, le terme gymnaste est très tôt associé à l'acrobatie.

Parallèlement en Grèce, trois formes de gymnastiques sont développées. Une qui consiste à acquérir et entretenir une bonne forme physique, une seconde qui se destine à entraîner les soldats, et une troisième qui concerne le développement physique des enfants. Avançons dans le temps et dirigeons nous vers le moyen âge où nous trouvons le fou du roi qui avait pour vocation de distraire le souverain par diverses facéties, notamment des acrobaties. En France, les premiers "fous" sont recensés sous Charles III. Certains deviendront célèbres comme Triboulet sous le règne de Louis XII et François 1er. C'est à la fin du 18ème siècle qu'ils disparaissent de la plupart des cours européennes. La forme récente de gymnastique a été développée en Allemagne au cours de la seconde moitié du 18ème siècle par Johann Simon qui fut le premier professeur de gymnastique moderne, ou encore Friedrich Ludwig Jahn. C'est ce dernier qui fut le créateur de la gymnastique moderne. Il mit au point des exercices utilisant des appareils fixes afin de développer la force physique et l'autodiscipline. Une autre forme de gymnastique voit le jour au même moment en Suède et utilise des ballons, des cerceaux et des massues. L'ancêtre de la gymnastique rythmique. C'est en 1873 que la fédération française de gymnastique fut créée. La première épreuve de gymnastique lors de Jeux Olympiques aura lieu en 1896 pour les hommes, et en 1928 pour les femmes. Les programmes de l'époque étaient totalement différents de ceux que nous connaissons aujourd'hui. 8

En parallèle à cette évolution menée à des fins précises comme la guerre ou le développement physique, les acrobates de spectacles ont également traversé les époques. Soit par le biais de spectacles itinérants ou bien fixes, l'acrobate a toujours fait partie des cirques ou spectacles vivants. Le début du cirque en Europe se fera en 1768 avec l'ouverture de l'amphithéâtre Astley à Lambeth (Londres), par l'ancien adjudant de cavalerie Philip Astley. Les représentations montraient uniquement des spectacles de voltige équestre. En France, c'est après l'apparition de manèges équestres au début du 18ème siècle dans le quartier du Marais à Paris, que les premiers cirques voient le jour. C'est plus précisément dans les premières décennies du 19ème siècle et l'ouverture de trois cirques olympiques à Paris, que l'acrobatie est associée à l'art équestre en spectacle. L'art du cirque trouve enfin sa place en France avec l'inauguration en 1852 du cirque Napoléon, appelé de nos jours "cirque d'hiver". Nous le voyons, l'acrobatie qu'elle soit sportive ou de spectacle a toujours été présente. Son apprentissage et son évolution ont été fonction de plusieurs paramètres: l'être humain, le matériel et son évolution structurelle, les méthodes d'apprentissages, les sciences de l'entraînement, la recherche médicale, etc. Les techniques ont bien entendu évolué avec le temps et les connaissances du moment. Le terme "technique" n'a pas en réalité de sens précis, tant il peut être appliqué à des domaines différents. Il nous vient d'une dérive de la racine indo-européenne teks, qui désigne toute activité de fabrication.

9

Quoi qu'il en soit, de nombreuses études sur les techniques et moyens d'apprentissages de l'acrobatie ont été effectuées. Elles sont aussi justes les unes que les autres et ont bien entendu donné naissance à des ouvrages scientifiques de très grandes qualités. Certains de ces ouvrages sont utilisés lors des formations d'entraîneurs et servent de base pour tout entraîneur. Si nous devions classer les méthodes d'entraînements, les processus, les moyens utilisés à des fins de progression, nous aurions beaucoup de difficulté. Personnellement, cela me semble incohérent et inutile car des corrélations actives et des ponts sont présents, quasi en permanence lors d'un apprentissage. Nous avons tellement de connaissances et de savoir faire à notre disposition, qu'une ligne de conduite trop directive en se refusant toute possibilité de retour en arrière, ou de voie différente, serait une énorme erreur. En disant cela, je ne parle pas, bien entendu, de la hiérarchisation des figures qui elle, est bien entendu présente et réelle. L'apprentissage étant de nos jours, tellement bien développé dans des ouvrages spécialisés ou par des transmissions orales, que l'objectif de cet écrit est tout autre. Tout ce qui concerne le domaine des sciences de l'entraînement de nos activités gymniques (méthodes analytiques, ateliers pédagogiques, le trampoline, la planification de saison ou de carrière, préparation physique générale, spécifique et auxiliaire, l'aspect de l'anatomie et de la physiologie, la biomécanique) est aujourd'hui très au point et très fiable, nous n'y reviendrons pas. Rien ne nous dit que dans quelques décennies les techniques seront différentes mais cela n'est en rien important dans la mesure où si cela devait être le cas, cela 10

serait sûrement en réponse à d'autres évolutions, à de nouvelles connaissances et à une adaptation du moment. En aucune façon vous trouverez parmi les lignes qui vont suivre un contenu de formation d'entraîneur en acrobatie gymnique, ou des aides à l'entraînement. Cet ouvrage est destiné à parler d'un domaine de l'apprentissage qui reste moins développé que l'apprentissage du geste juste et toutes ses phases d'accès, mais qui demeure tout aussi important: Quelles sont les erreurs à ne surtout pas commettre, et sur quels points il faut rester très attentif lors de l'apprentissage d'une figure nouvelle ou d'une attitude lors d'un entraînement? D'où une question sous-jacente: Quels sont les bons comportements à avoir devant un pratiquant ou une situation d'apprentissage? Nous comprenons par ces questionnements que des points cruciaux doivent être respectés lors des phases d'apprentissages. Il est possible qu'en fonction d'un niveau ou d'un physique inadapté à la tâche demandée, des gestes soient mal réalisés ou mal compris. Cela peut être du à l'objectif qui est mal adapté, mais des prérequis absents peuvent également rendre impossible, ou mauvais, un apprentissage. Les différents ateliers pédagogiques ne seront pas ou très peu étudiés car ils sont de nos jours connus de tous et très efficaces. Cependant, l'attention sera portée, figure par figure, sur le moment où la vigilance doit être appuyée. Ceci lors de l'apprentissage des figures de bases de gymnastique au sol et au trampoline. Nous devons toujours garder à l'esprit que dès l'apprentissage d'une figure, son évolution doit être 11

présente dans l'esprit de l'entraîneur. Si une logique dans la hiérarchie de l'apprentissage des figures acrobatiques doit être respectée, cela est pour une bonne raison. Bien entendu, il nous est impossible de dire qu'un double arrière groupé est aussi difficile à réaliser qu'une belle roue. Cependant cette affirmation ne sera peut-être plus la même si nous posons la question de la façon suivante (des extrêmes dans l'énoncé seront volontairement choisis) : Ce même double arrière, pour un champion sachant faire un triple arrière avec une vrille dans chaque salto (figure appelée: full in - full middle - full out), est-il plus difficile qu'une belle roue réalisée par un enfant de 4 ans qui débute? Réponse différente car des processus totalement différents sont sollicités. Le double arrière de l'expert ne mobilisera peut-être chez lui que très peu de moyens de déclenchement et de conduite pour une figure qui sera réalisée de façon efficiente. Par contre, l'enfant n'aura peut-être pas, de par sa culture acrobatique mais surtout à cause des capacités inhérentes à son âge, une façon de faire la roue sous une forme efficiente. Les ressources neuro-musculaires mobilisées seront peut-être proches du maximum en regard à sa physiologie. D'un regard extérieur, le double arrière est plus difficile que la roue. D'un point de vue de conduite et d'effort interne, la réponse n'est pas obligatoirement aussi catégorique. La réponse se trouve en fonction du débat que nous désirons ouvrir et mener. Tout ceci pour avoir une entrée en matière sur l'objectif de ces quelques lignes et comprendre l'importance d'un apprentissage juste. Répétons le une nouvelle fois, ce ne sont pas ici les méthodes d'apprentissages qui nous intéressent, ni les façons de faire. 12

Toutes les phases d'un apprentissage ont une importance capitale et seront répercutées sur l'avenir. Elles le seront sous forme de transferts, d'habiletés motrices ou de constructions de figures par dissociation d'actions. Tout comme il est dit dans les théories du développement, on ne peut et on ne doit pas faire n'importe quoi à n'importe qu'elle moment, une ligne de conduite doit être respectée. Ceci est aussi vrai dans la progression en acrobatie que dans le développement humain, ainsi que dans d'autres domaines. Théorie du développement selon Piaget (résumé) Reprenons sommairement la théorie du développement selon Piaget qui est axée sur la perception et la cognition, afin de mieux comprendre les étapes successives. Selon sa théorie, Piaget nous dit que l'homme est "apprenant actif" dès sa naissance. Il établi quatre phases qui se caractérisent chacune par une structure d'ensemble. De plus, chaque structure d'une phase devient partie intégrante de la suivante. • La première phase dite intelligence sensori-motrice voit évoluer l'enfant de mouvements réflexes désordonnés à un comportement démontrant l'intériorisation et la combinaison des schèmes (c'est-à-dire des mouvements, des réflexes et des perceptions associés et coordonnés.). Cette phase se déroule de la naissance à la fin de la deuxième année. La seconde phase dite pensée préopératoire recourt de plus en plus à des symboles abstraits. Cette phase se déroule entre deux et sept ans. 13





La troisième phase est celle de la pensée opérationnelle concrète, elle montre l'apparition de la fonction sémiotique (qui est selon Pierce, la science des lois générales nécessaires des signes) et met en jeu des comportements évolués à la résolution de problèmes. Cette phase se déroule entre sept et onze ans. La quatrième phase permet à l'enfant d'acquérir une pensée opérationnelle formelle, qui lui permet de développer des hypothèses et de déduire de nouveaux concepts.



14

CHAPITRE 1

IMPORTANCE D'UN APPRENTISSAGE JUSTE.

Généralités.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.