//img.uscri.be/pth/e55c4c670db146f5c232d5858dddffe801bd6c23
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 9,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Football et philosophie

De
118 pages
Dans cet essai au carrefour de plusieurs disciplines, une question simple se pose : comment joue-t-on au football, lorsqu'on pratique ce sport ici ou ailleurs ? C'est en mobilisant le concept wittgensteinien de "suivre une règle" que l'auteur propose de traiter cette question en des termes à la fois descriptifs et interprétatifs de l'usage des règles du football pensé alors comme "ressemblement" et comme "jeu du jeu".
Voir plus Voir moins

FOOTBALL Ou comment joue-t-on

ET PHILOSOPHIE au ballon rond ici et ailleurs?

Du même auteur :

1995 : « Mexique-Californie, mobilité des hommes, mobilité des biens, transformationdelaviesocialeauMexique » & JeanPavageau, co-auteur,
Presses Universitaires 2000: de Perpignan, colI. Marges n° 15. Une sociologie de l'identité »,

«Les Purépechas au Mexique. colI. changement.

Paris, L'Harmattan, 2003 : «La naquez:

estudio de una categoria cultural mexicana », de Perpignan. sur La prode América du colloque),

colI. Marges n° 24, Presses Universitaires 2005 : Édition blemdtica et introduction

aux actes du colloque discursiva (co-organisatrice

de la identidad

en la produccion Fernândez

Latina et Blanca Cârdenas Presses Universitaires

de Perpignan,

colI. Marges n° 28.

PHILIPPE

SCHAFFHAUSER

FOOTBALL
Ou comment joue-t-on

ET PHILOSOPHIE
au ballon rond ici et ailleurs?

L'Harmattan 5-7 rue de l'École Polytechnique

75005 Paris

- France

(Ç)

L'HARMATTAN,

2008

5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan 1@wanadoo.fr diffusi on.harmattan@wanadoo. fr ISBN: 978-2-296-04941-3 EAN: 9782296049413

SOMMAIRE

Précaution Mise en marche

9
13

CHAPITRE I Les formes du « football joué »
...

23

L esprit des clubs
Le Football En Football, et ses modes d' emploi il y a règle et règle culturel..

23
32 .4

CHAPITRE II Le football comme expérience en crampons le football comme un art vécue sur le terrain 59 59 77

Un anthropologue Majesté

du jeu et beauté du geste:

Conclusion

105

Bibliographie Sites internet

citée et consultée consultés

113 115

À ma famille

I

PRECAUTION

« Si les règlessont inaltérables, lesjeux ne sont pas uniformes. Les règles prescrivent ce que les joueurs ne peuvent pas faire; toute autre chose est autorisée, quoique beaucoup des mouvements permis seraient de mauvaise tactique. » Gilbert Ryle, (2005 : p. 160). «L'usage de la règle grandit la raison qui donne sens à nous faire agir plutôt comme ceci et moins comme cela» Imitations wittgensteiniennes, Ph. Schaffhauser.

Je ferai du second

moment

de l'œuvre

de Ludwig

Wittgenstein

l'entrée en matière de la relation que je tisse entre football et réflexion philosophique. Mais à première vue évoquer conjointement Wittgenstein et le football semble situer le présent qui tient proautant pos dans une sorte de conversation mondaine

du snobisme que de la pensée post-modernisante. C'est un peu comme s'il s'agissait en quelque sorte de« réhabiliter », de temps

à autre, des pratiques

populairesl

à l'aune de la supposée

connais-

sance d'un philosophe aussi difficile que l'auteur du Tractatus. Toujours selon cette «première vue de l'esprit », c'est encore
comme 1- À
contre

s'il était question
courant d'une certaine

de suspendre

arbitrairement
à l'égard

-

et sans

forme de snobisme

des arts et des cul-

tures populaires, Richard Shusterman, avec une pertinence marquée, met en avant l'expérience esthétique des cultures urbaines qui fait par exemple du rap une forme d'art à part entière. C'est en s'appuyant de manière critique sur les remarques sur l'esthétique de John Dewey que Shusterman construit sa démarche pragmatiste pour voir autrement cet « art du ghetto américain ». Voir Richard Shusterman in L'art à l'état vif La pensée pragmatiste et l'esthétique populaire, Paris Minuit, 1991.

10

FOOTBALL ET PHILOSOPHIE...

doute du pain parfaite

aussi hypocritement et des jeux illustration. dont Pourtant,

- l'application le football serait, si je convoque

de la formule aujourd'hui, ici ce partisan

latine la plus de la

dissolution que l'idée nouvelle

de la philosophie lui serait venue impulsion

par la philosophie, à un match en partie
-

c'est au moins en Angleterre

parce que c'est en assistant

de football

dit-on

à sa philosophie descriptif de la pensée. qui accompagne Cette

- de donner une et d'inaugurer par la

suite le programme grammaticalisation partie du mythe

des jeux de langage anecdote et construit

à travers

la de

fait sans doute la postérité

Wittgenstein.

il y a peut-être quelque chose à voir dans le « football joué », ou plutôt à regarder dans la pratique de Cependant,
ce sport pour se faire une idée moins
conceptuelle « suivre une

confuse
règle »2.

de ce que signifie

l'expression

Dans sport

le présent ne revient

propos, donc

réfléchir insinuant

à ce qui fait la pratique le nouveau voire instituant sociologique je ne prétends le beurre. D'autres ont exploré

de ce centre l'étude En

pas à faire du football des faits sociaux pompeusement

de gravité de ce sport n'hésiteraient interrogeant

de la socialité, comme cet objet

de la sorte que d'aucuns pas avoir inque moi et

un autre ordre de lecture

ou à présenter d'heuristique.

une trouvaille surmédiatisé fil à couper

pas à qualifier

venté un quelconque avec plus de talent de cet objet quelques 2-À tion:
propos «

et de perspicacité

les dimensions

de connaissance.

Je tiens seulement culturelle

à approfondir
à rendre
concep-

aspects liés à la pratique
de la règle, je retiendrai

de ce sport,
plus une approche

de Wittgenstein

tuelle (une forme de classement des questions qui lui sont relatives) qu'une défini-

Lesrègles sont un standard de correction. Ellesne décrivent pas comment

les gens parlent, elles définissent ce en quoi consiste parler correctement, c'est-àdire de façon douée de sens. » Cf. Hans-Johann Glock in Dictionnaire Wittgenstein, Paris, Editions Gallimard, 2003, p. 515. Cette proposition visant à comprendre ce qu'est une règle n'est pas sans rappeler la conception de la norme chez Georges Canguillem. Voir Le Normal et le Pathologique, Paris, Puf, Quadrige, 1999 (8e édition), p. 41.

PHILIPPE

SCHAFFHAUSER

Il

intelligible l'étrangeté qui le constitue parfois. Car si le football rassemble et unit, il relègue, stigmatise et met à mal aussi. Il est le siège d'une passion, la nôtre, celle des hommes. Il est une forme de clin d' œil établissant une ligne de démarcation entre acteurs de premier et de second plan. Joueurs, encadrements techniques, dirigeants, clubs de supporters d'un côté, journalistes, représentants des sponsors et spectateurs de l'autre deviennent
pour ainsi dire complices ou adversaires, pris

à

témoin

ou

pris

footballistique en tant que clin d' œil. Néanmoins les uns comme les autres restent indispensables au « bon» déroulement de la pratique footballistique3. Le football est ce que j'appellerais avec force néologique un ressemblement4 à savoir lorsque « des hommes de football» à force d'être assemblés pour célébrer ce sport finissent par se ressembler. Je reviendrai plus loin sur cette idée. Mon but ici n'est donc pas d'inventer artificiellement un sujet passionnant, mais d'évoquer plutôt quelques formes de l'accomplissement d'une passion culturelle. C'est sous la forme d'une approche, et par certains côtés d'un essai, que je me propose de traiter cette question. Je tiens par conséquent à baliser un terrain avec pour fil conducteur le projet suivant:
3 - Certains se souviendront peut-être de l'étrange rencontre Chili-URSS de 1973
marquée par le forfait et donc l'absence de la sélection nationale soviétique sur la pelouse du stade national de Santiago en signe de protestation contre le coup d'État militaire d'Augusto Pinochet. Seule présente sur le terrain, l'équipe chilienne engagea le coup d'envoi pour pousser immédiatement le ballon dans le but adverse, vide, et l'arbitre de siffler aussitôt la fin de cette insolite partie. Mais une question demeure depuis: s'agissait-il encore de football? 4 - Dans mon esprit, ce concept entretient une relation de parenté très éloignée avec Les lois de l'imitation que propose Gabriel de Tarde en guise de moteur du Iien social et de la vie des hommes en société. L'idée de « ressemblement » a plus à
voir avec le concept goffmanien de réunion focalisée, soit la réalisation d'un projet commun supposant u ne participation fluctuante des acteurs qu i s'engagent dans cet accomplissement pratique et collectif. Cf. Gabriel de Tarde, Les lois de l'imitation, Paris, Kimé, 1993 et Erving Goffman cité par Clifford Geertz in Bali: interprétation

à parti par la production

d'une culture, Paris, Gallimard, bibliothèque des sciences humaines, 1983.