Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 4,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'art de la paix

De
128 pages
Les enseignements du fondateur de l'aïkido Morihei Ueshiba sont remplis de la plus haute inspiration montrent que la véritable voie du guerrier repose sur la compassion, la sagesse, l'absence de peur, ainsi que sur l'amour de la, nature. Tiré des entretiens et des écrits de Morihei Ueshiba, fondateur de l'art martial japonais connu sous le nom d'Aïkido, l'Art de la Paix propose un chemin de non-violence vers la victoire tout autant qu'un contrepoint d'importance à des classiques tels que Le Traité des Cinq Roues de Musashi ou L'Art de la Guerre de Sun Tzu.
Voir plus Voir moins
Couverture : Ueshiba Morihei, L’art de la Paix, GUY TRÉDANIEL ÉDITEUR
Page de titre : Ueshiba Morihei, L’art de la Paix, GUY TRÉDANIEL ÉDITEUR

CHEZ LE MÊME ÉDITEUR

DÉJÀ PARUS :

- TECHNIQUES DE BUDO EN AIKIDO par Morihei Ueshiba

- LA METAMORPHOSE DE LA VIOLENCE PAR L’AIKIDO DE SUMIRIKI par J.D. Cauhépé

- RÉFLEXIONS SUR L’AIKIDO par J.G. Greslé

- AIKIDO L’ESPRIT DE SES TECHNIQUES par Pierre Warcolier

- A LA SOURCE SPIRITUELLE DE L’AIKIDO LE KOTODAMA par William Gleason

- AIKIDO, L’ENSEIGNEMENT DU FONDATEUR par John Stevens

- BUDO, L’ESPRIT DES ARTS MARTIAUX par Michel Coquet

- SHINGON, LE BOUDDHISME TANTRIQUE JAPONAIS par Michel Coquet

- NINPÔ, L’OMBRE DE LA LUMIÈRE par Kacem Zoughari

INTRODUCTION

Morihei Ueshiba (1883 1969) fut le plus grand artiste martial de l’histoire. À quatre-vingts ans passés, Morihei était capable de désarmer n’importe quel agresseur, de mettre à terre plusieurs assaillants, et de clouer d’un seul doigt un adversaire au sol. Invincible combattant, Morihei était par-dessus tout un homme de paix détestant la bagarre, la guerre et la violence sous toutes ses formes. Sa voie était celle de l’Aïkido, la voie de l’union des énergies, qui peut également être traduit par "L’Art de la Paix".

 

L’Art de la Paix est un idéal, mais il le développa dans plusieurs aspects de la vie. Morihei, dans sa jeunesse, servit comme fantassin au cours de la guerre russo-japonaise. Plus tard, il combattit des pirates et des bandits au cours d’aventures en Mongolie. Enfin, après avoir maîtrisé de nombreux arts martiaux, il servit comme instructeur dans les meilleures académies militaires du Japon. Cependant, tout au long de sa vie, Morihei fut profondément troublé par les controverses et les querelles qui empoisonnaient son monde : les combats de son père contre les politiciens corrompus et leurs laquais serviles, les horreurs de la guerre, et la brutalité des chefs militaires qui dirigeaient son pays.

 

Morihei, dans un processus de quête spirituelle, fut transformé par trois visions. La première arriva en 1925, alors que Morihei était âgé de 42 ans. Après avoir vaincu un escrimeur de haut niveau, en évitant ses coupes et ses piques (Morihei était désarmé), le maître se rendit dans son jardin.

"Soudain, la terre trembla. Une vapeur dorée s’échappa du sol et m’enveloppa. Je me sentis transformé en image dorée, et mon corps me parut aussi léger qu’une plume. D’un seul coup, je compris la nature de la création : la Voie du Guerrier est celle de la manifestation de l’Amour Divin, un esprit qui embrasse et nourrit toute chose. Des larmes de gratitude et de joie coulèrent le long de mes joues. Je vis la terre entière comme ma maison, et le soleil, la lune et les étoiles comme mes amis les plus proches. Les liens qui me rattachaient aux choses matérielles s’étaient évanouis."

La seconde vision eut lieu en décembre 1940. "Il était environ deux heures du matin. J’accomplissais un rituel de purification. J’oubliais soudainement toutes les techniques que je connaissais depuis toujours. Les techniques enseignées par mon maître m’apparurent entièrement nouvelles. Maintenant, elles étaient les instruments de respect de la vie, de la connaissance, de la vertu et du bon sens, et non des armes pour projeter et clouer les gens."

La troisième vision eut lieu en 1942, au plus dur des combats de la seconde guerre mondiale, l’une des plus sombres périodes de l’histoire humaine. Morihei eut la vision d’un grand Esprit de Paix, d’un chemin qui conduirait à l’élimination de toute querelle et à la reconstruction de l’humanité. "La Voie du guerrier a été interprétée comme un moyen de tuer et de détruire les autres. Ceux qui cherchent la compétition commettent une grave erreur. Écraser, blesser ou détruire est le pire péché qu’un être humain puisse commettre. La vraie Voie du Guerrier est de prévenir le massacre, elle est l’art de la paix, la puissance de l’amour.” Morihei se retira afin de consacrer à raffiner et étendre toujours l’Aïkido, l’Art de la Paix.

 

Les auteurs classiques de l’ancien temps guerrier, tels que ceux qui ont écrit L’Art de la Guerre et Le Traité des Cinq Roues, acceptaient l’inévitabilité de la guerre. Ils mettaient l’accent sur l’habileté de la stratégie en tant que moyen d’obtenir la victoire. Morihei, au contraire, avait compris que les combats permanents, contre les autres, contre soi-même et contre l’environnement, finiraient par ruiner la terre. "Le monde continuera de changer dramatiquement, mais les combats et la guerre finiront par nous détruire complètement. Nous avons besoin maintenant de techniques d’harmonie et non de techniques de controverse. Nous avons besoin de l’Art de la Paix, et non de l’Art de la Guerre." Morihei enseignait l’Art de la Paix en tant que discipline créative pour le corps et l’esprit, en tant que moyen pratique de faire face à une agression, en tant qu’une manière de vivre favorisant l’absence de peur, la sagesse et l’amitié. Il interprétait l’Art de la Paix comme étant doté du sens le plus large possible. Il croyait que ces principes de réconciliation, d’harmonie, de coopération et d’empathie qui peuvent être appliqués courageusement à tous les challenges auxquels nous sommes confrontés dans notre vie, dans les relations personnelles, dans nos actions au sein de la société, dans le travail et les affaires, dans nos rapports avec la nature. Chacun de nous peut être un guerrier de la paix.

Bien que l’Aïkido fut créé par Morihei au Japon, l’intention était d’en faire un don à toute l’humanité. Certains ont choisi, ou choisiront dans le futur, l’Aïkido comme leur voie propre, le pratiquant sur le tatami et l’appliquant dans leur vie quotidienne. De plus nombreux encore ont été ou seront, je l’espère, inspirés par le message universel de l’Art de la Paix et ses implications pour notre monde.

 

Oh divine beauté

De la terre et du ciel !

Toutes les créations,

Membres d’une seule famille.

 

Les aphorismes de ce livre ont été compilés à partir des paroles de Morihei, de ses poèmes et ses calligraphies, et de la tradition orale.

Le terme Ki (ch’i en chinois) recouvre plusieurs sens. Il se réfère à la subtile énergie qui propulse l’univers, la vitalité qui parcours la création et relie toute chose.

 

John Stevens

AVANT-PROPOS

Une fois réalisée, l’union (Aï) des énergies (Ki) conduit à la paix. Tel est le sens que John Stevens donne à sa "nouvelle" traduction du mot Aïkido. Un sens qui va bien au-delà de la pratique. Traduction-trahison ? Nullement. John Stevens est lui même un passeur sur le chemin de la voie. Il enseigne l’Aïkido ; il ne se serait jamais permis de faire oublier l’importance de la pratique, de la discipline physique créée par O Senseï Morihei Ueshiba. Parmi les aphorismes, les pensées, les poèmes sélectionnés dans cet ouvrage, Stevens a bien rappelé que "l’Art de la Paix" doit d’abord se pratiquer sur le tatami. L’avancée, le pivot, doivent être compris dans leur sens le plus matériel : celui de la technique martiale. Mais en remplaçant systématiquement le mot "Aïkido" par le terme "Art de la paix", John Stevens n’accomplit pas un acte gratuit, une formule de style littéraire dénuée de sens. Les historiens des arts martiaux placent l’œuvre de Morihei Ueshiba dans la continuation des travaux de Jigoro Kano et de Gichin Funakoshi. C’est une excellente compagnie pour le fondateur de l’Aïkido.

Christophe Champclaux

 

image

L’Art de la Paix commence avec vous.

Travaillez sur vous-même et votre mission désignée, l’Art de la Paix. Chacun possède un esprit qui peut être affiné, un corps qui peut être entraîné de bien des manières, un chemin convenable à suivre. Vous êtes ici pour nul autre propos que de réaliser votre divinité intérieure et de manifester votre illumination innée.

Cultivez la paix dans votre vie et appliquez-la vers tous ceux que vous rencontrez.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin