//img.uscri.be/pth/99c7491538e57a36f980ea7320fca0625fedaa77
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Les institutions du basketball

De
180 pages
En se plongeant dans les coulisses du basketball, il est possible de mettre en perspective les débats, puis les choix de ses principaux décisionnaires. Comment, par exemple, concevoir le développement du basketball ? Analyser les institutions de ce sport permet de comprendre ce qu'est le basketball aujourd'hui et de pouvoir anticiper ce qu'il sera demain.
Voir plus Voir moins
PHILIPPE BRODA
Les institutions du BASKETBALL
Les institutions du basketball
Philippe Broda
Les institutions du basketball
Du même auteur
Les coulisses de la triche économique,éd. Eyrolles, 2012.
Développez votre stratégie personnelle.
La théorie des jeux en pratique, éd. Ellipses, 2009.
© L’Harmattan, 2015 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-05898-6 EAN : 9782343058986
REMERCIEMENTS
Je remercie tous les acteurs du monde du basketball qui m’ont accordé de leur temps pour répondre à mes questions : les coachs Gérard Bosc (ancien Directeur Technique National), Vincent Collet (SIG Strasbourg et Equipe de France), Christian Monschau (BCM Gravelines) et Jean-Luc Monschau (SLUC Nancy), les joueurs Cyril Julian (en activité de 1994 à 2009) et Christophe Lion (en activité de 1988 à 2001), le responsable de la formation des arbitres à la FFBB, Bruno Vauthier, les journalistes Pascal Legendre (fondateur de Maxi-Basket) et Alain Moire (Ouest France) ainsi qu’Arnaud Sevaux (responsable des statistiques à la Ligue Nationale de Basketball). Il m’est impossible de citer nommément tous les bénévoles qui m’ont parlé de leur passion, dirigeants, joueurs, coachs, officiels de table de marque, arbitres, parents accompagnateurs, etc., tellement ils ont été nombreux, mais ma reconnaissance envers eux est la même.
5
INTRODUCTION
Quel est le principal point commun entre le président des Etats-Unis, Barack Obama, et l’ancien Premier ministre français, Lionel Jospin ? La réponse est simple : l’un comme l’autre ont pratiqué le basketball et, surtout, ils ont tenu à communiquer sur leurs talents de basketteur. Si des hommes politiques de premier plan n’ont pas hésité à se mettre en scène de cette manière, c’est parce que le basketball véhicule une image de sport moderne, sympathique et dynamique. Les qualités physiques et l’adresse qu’il exige sont rassurantes pour le public. Les dernières données publiées par la FIBA (Fédération Internationale de Basketball) confortent ce sentiment : plus de 450 millions de personnes jouaient au basketball dans le monde en 2007. Depuis 1992, la hausse du nombre de pratiquants est impressionnante. Le basketball supplanterait même le football comme sport numéro un en Asie et en Australie. Il s’agit incon-testablement d’un sport en vogue.  Cet ouvrage se propose de présenter une analyse du basketball par ses institutions. Ce type d’approche est destiné à favoriser la prise de recul par rapport à l’investigation d’un phénomène. Toutefois, si l’ambition est d’offrir de cette manière un éclairage original sur le monde du basketball, il n’est pas question d’utiliser les lignes du terrain pour séparer artificiellement ce qui est propre au déroulement du match de ce qui relève de son cadre institutionnel. Il n’y aura pas dans ce livre une partie portant sur le jeu et une autre sur son organisation. L’idée est au contraire de se plonger dans les coulisses du basketball afin de rattacher directement le terrain à ses facteurs explicatifs. Ainsi, l’examen des règles du jeu met
7
au jour que leur évolution a transformé non seulement les comportements des joueurs sur le terrain, la mise en place de leur stratégie mais les joueurs eux-mêmes. Les caractéristiques physiques pour briller dans le basketball ont changé et c’est à cause de ces changements de règles que le profil du bon basketteur n’est plus le même. Il convient de préciser que les institutions ne sont pas forcément des organisations. Cette notion doit être entendue dans un sens beaucoup plus large. En fait, ce sont des auteurs américains de la première partie du vingtième siècle qui ont peut-être le mieux défini quelle acception il fallait donner à ce terme. Chez Thorstein Veblen, les institutions sont des « habitudes de pensée » qui sont fixées par l’environnement culturel et déterminent les conduites individuelles. Pour John Commons, elles sont comprises comme « l’action collective dans le contrôle de l’action individuelle ». Autrement dit, certaines institutions revêtent une forme organisée comme l’Etat, une entreprise ou une fédération sportive. D’autres agissent de façon inorganisée, plus diffuse. Elles sont alors souvent apparentées à des coutumes, à des traditions. L’argent est une institution. Les statistiques du basketball en sont une autre : elles occupent une place non négligeable dans l’esprit des basketteurs et elles jouent sur leur comportement. Les règles du jeu seront la première institution explorée. Le cas du basketball est exceptionnel à ce propos. Plus d’un siècle après son invention, il n’est toujours pas parvenu à une harmonisation en la matière. Selon la compétition où il est pratiqué, ses règles varient, de la durée du match au recours à la vidéo en passant par la licéité de certaines actions. Dans ce contexte, une réflexion sur le sens de ces règles paraît intéressante. Dans le deuxième chapitre qui traitera des fédérations et des ligues, c’est la problématique du rapport entre le dévelop-
8
pement du sport, l’équité sportive et la profes-sionnalisation du basketball qui sera abordée. La conciliation entre ces logiques ne s’impose pas d’elle-même. Avec le regard posé sur ses conditions d’exercice et ses acteurs, l’arbitrage sera l’objet du chapitre suivant. Le quatrième chapitre rendra compte de la vie des clubs amateurs comme des professionnels. Puis l’incontournable argent et les statistiques seront discutés. Ces deux chapitres sont liés par la réussite de la carrière du basketteur. Mesurée par les statistiques, qui constituent une menace pour la solidarité du groupe, elle se traduit par des gains financiers individuels. Enfin, le septième chapitre sera consacré aux médias.  Le basketball, on l’a dit, dégage une image de sport très tonique. Pour essayer de ne pas le trahir, quelques partis pris ont été adoptés. Il sera modérément question de formes organisationnelles et de droit. Enumérer les commissions de la Ligue Nationale de Basket (LNB) n’ajouterait pas ici grand-chose à notre propos et la déperdition du rythme serait probable. Dans la même intention, ce livre n’est pas rédigé selon les codes d’un ouvrage académique. Les références mobilisées figurent uniquement dans la bibliographie, pas dans le texte ou dans les notes de bas de page qui sont réduites au strict minimum. De plus, ce sont les institutions du basketball qui circonscrivent le champ de ce travail. Le cas de la France sert de fil rouge mais des comparaisons ont été opérées afin d’enrichir la réflexion sur des institutions spécifiques. Ces incursions ne sont pas supposées ralentir la dynamique de l’argumentation. Du moins, nous l’espérons.
9