Sciences Sociales et Sport n° 4

De
Publié par

Au sommaire de ce numéro : Se représenter le sport des années 1970 ; La reconversion paradoxale des sportifs français. Premiers enseignements d'une enquête sur les sélectionnés aux jeux olympiques de 1972 et 1992 ; La France en guerre, un creuset interculturel et sportif.
Publié le : samedi 1 octobre 2011
Lecture(s) : 41
Tags :
EAN13 : 9782296468818
Nombre de pages : 188
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
REVUESCIENCESSOCIALES ETSPORTS
REVUE SCIENCES SOCIALES ET SPORT Directrice de la publication : Catherine LOUVEAUPrésidente de la 3Slf P.U., Université Paris-Sud XI UFR STAPS - Bât. 335 - 91405 ORSAY Cedex
COMITE DE REDACTION
Rédacteur en chef : Jacques DEFRANCEP.U., Université Paris 10-Nanterre
Equipe des rédacteurs
Sociologie (3Slf):Histoire (SFHS): Gildas LOIRAND,Nicolas BANCEL, MCU, Université de Nantes P.U., Université de Lausanne Suzanne LABERGE,Thierry TERRET,P.U, Université de Montréal P.U., Université de Lyon Fabien OHL,Jean François LOUDCHER, P.U., Université de Lausanne MCU-HDR, Un. de Besançon Olivier HOIBIAN,Jean-Michel DELAPLACE,MCU, Université de Toulouse MCU, Université de La Réunion Gestion des commandes: Olivier HOIBIAN : UFRSTAPS – Université Paul Sabatier – 118, route de Narbonne – 31062 – Toulouse Cedex 09 olivier.hoibian@wanadoo.fr
(6GF6 ))%)&#)HW)'&(*
%ß­!F:==6E
REVUE SCIENCES SOCIALES ET SPORT COMITE SCIENTIFIQUE
BOETSCH, Gilles.Anthropologie. CNRS Aix-Marseille IIBROMBERGER, Christian.Anthropologie, Université de Provence. IUFCALLEDE, Jean-Paul.Sociologie. CNRS BordeauxCLEMENT, Jean-Paul.Sciences sociales-STAPS, Toulouse IIICORBIN, Alain.Histoire (Université. Paris I Panthéon-Sorbonne)DINE, Philippe.French Studies. National University of Ireland, Galway (IRL)DURET, Pascal.Sciences sociales-STAPS, Université de la RéunionDURING, Bertrand.Sciences sociales-STAPS. Université Paris-R. DescartesDURU-BELLAT, Marie.Sociologie. IEP de Paris, OSC et IREDU GUTTMAN, Alan.English & American Studies, Amherst College MA (USA)HARVEY, Jean.Sciences sociales-Kinésiologie. Université d’Ottawa (CA)LABERGE, Suzanne.Sciences sociales. Université de Montréal (CA) LAHIRE, Bernard.Sociologie. ENS, LyonOHL, FabienSciences sociales-Sciences du Sport Univ. de Lausanne (CH)ORY, Pascal.Histoire contemporaine. Paris I Panthéon-Sorbonne et EHESS. POCIELLO, Christian.Sciences sociales-STAPS (Univ. Paris-Sud Orsay) RASPAUD, Michel.Sciences sociales-STAPS. Université J. Fourier, Grenoble RAUCH, André.Sciences sociales-STAPS. Université de StrasbourgSOHN, Anne-Marie.Histoire contemporaine. Université de Rouen SUAUD, Charles.Sciences sociales-STAPS. Université de Nantes VIGARELLO, Georges.Histoire. EHESS et Univ. Paris-R. DescartesWAHL, Alfred.Histoire. Université de Metz
SOMMAIRE
Cahier thématique Se représenter le sport des années 1970 Jacques Defrance,Présentation: Sociologiser les transformations des pratiques sportives des années 1970 ……………………………………… Christophe Guibert, Surf et « contre-culture » : la dimension symbolique des constructionsjournalistiques de lapresse spécialisée en France ……................................................................................................... Arnaud Sébileau, Temps de l'olympisme, temps des constructeurs et temps des médias : la relativité des points de vue sur le changement dans l'espace de la navigation.Le cas despromoteurs deplanche à voile et du discours « fun »...………………...….....………………………..……….... Denis Jallat, La construction d’une identité de la planche à voile dans les années 1970-1980 : représentations,jeux et enjeux …..…………....……...Gildas Loirand, L’introduction du « vol relatif » dans le parachutisme sportif des années 1970 – 1980 : reconfiguration ou « contre-culture » ? ...
Sébastien Fleuriel & Manuel Schotté, La reconversion paradoxale des sportifs français. Premiers enseignements d’une enquête sur les sélectionnés aux jeux olympiques de 1972 et 1992 .…………………….
Arnaud Waquet, La France en guerre, un creuset interculturel et sportif : L’exemple du football des soldats alliés sur le front Ouest (1914-1919) …. Notes de lecture :Georges Vigarello,Les métamorphoses du gras. Histoire de l’obésitépar Catherine Louveau……………………………………………………….. Jacques Gleyse,Le Verbe et la Chair. Un siècle de bréviaires de la République. Une archéologie du corps dans les manuels scolaires français de morale et d’hygiène (1880-1974 )parJean-Nicolas Renaud.. Résumés :Français – Anglais…...……………...…………..…………….
Recommandations aux auteurs…………….……………………………
5
9
11 41 65
93
115 141 165
173
183
© L'HARMATTAN, 2011 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-56093-2 EAN : 9782296560932
CAHIER THÉMATIQUE __________________© 6( 5(35(6(17(5 /(6
$&7,9,7e6 3+<6,48(6 '(6
$11((6  ª
P RESENTATION DU CAHIER THEMATIQUE Sociologiser les transformations des pratiques sportives des années 1970 *  Jacques Defrance Une part significative des travaux fondateurs de la sociologie des sports en France a été produite pendant les années soixante-dix, dans une situation sociale marquée par les contestations et les luttes de l’après 1968. Adoptant la posture critique de la sociologie marxiste ou néo-marxiste, de la déconstruction à la manière de Foucault ou de Bourdieu, cette sociologie a mis en évidence les « ruptures » portées par quelques pratiques sportives inventées ou remaniées, telles la planche à voile, le surf, le vol libre, l’escalade libre, la course libre, etc. Les enquêtes premières ont montré comment des pratiques pouvaient s’instituer en dehors des organisations fédérales, contre le conformisme sportif et hors de certains conformismes sociaux, et comment des modalités pratiques et des formes symboliques s’inventaient en dehors du contrôle des autorités établies. Ces premiers travaux étaient réalisés « à chaud », par des sociologues qui occupaient des positions marginales par rapport aux centres de pouvoir du champ sportif (mais qui n’étaient pas marginales dans l’éducation physique, ou dans la sociologie de la culture) et qui découvraient les potentialités de l’analyse sociologique critique. A leurs yeux, la projection de la dynamique des relations sociales postérieure à mai 1968 sur la dynamique des relations sportives dans le champ des activités physiques et des sports apparut comme une clé de compréhension des évolutions de ce monde sportif. Il est clair que, par moments et sur certaines scènes sociales, une opposition frontale s’était constituée entre pratiques établies (tradition fédérale) et pratiques inédites (nouveautés portées par des groupes éloignés du pouvoir), et que des conflits s’appuyaient sur ces oppositions, dont les qualités sont la simplicité (pureté symbolique) et leur potentiel de généralisation. Comme dans les analyses de la pensée sauvage, les oppositions sociologiquement significatives se superposaient pour former de larges clusters d’oppositions qui balisaient une vaste lutte entre une institution
9
Sociologiser les transformations des pratiques sportives des années 1970 sportive omnipotente et une sorte d’avant-garde sportive aux intérêts et aux valeurs inédits. Les signes que cette analyse pouvait être insuffisante, voire inadéquate, sont venus de divers points : d’une part, de la sociologie politique qui, en approfondissant l’analyse des relations sociales sous-jacentes à la « rupture » des années 1970, montrait comment se jouaient de multiples conflits catégoriels et générationnels, fédérés et symboliquement intégrés dans le « mouvement 1968 » ; d’autre part, de quelques sociologues des sports qui, en identifiant les réorientations et les clivages internes des courants sportifs innovateurs, mais aussi leurs relations à d’autres lieux de pouvoirs que ceux des organisations sportives (presse indépendante, artisanat de fabrication de matériel sportif), tendaient à défaire l’opposition binaire initiale pour composer des tableaux de relations sportives bien plus complexes et changeants (par exemple, les sociologues de l’alpinisme travaillant sur l’invention et l’évolution de « l’escalade libre », Olivier Hoibian et Olivier Aubel : Jacques Defrance aux prises avec la signification culturelle de la « course libre » comme univers sportif momentanément inversé : ou encore, les analyses de Dominique Jorand sur le devenir et le déclin du « vol libre »). La distance avec le moment étudié allant en augmentant, le travail d’objectivation des relations des partisans des « sports libres » aux diverses catégories de ressources de pouvoir a pu se poursuivre. Les articles rassemblés dans ce Cahier thématique rendent compte, dans les termes actuels de la sociologie, de ces reformulations des premiers travaux de sociologie du sport qui se sont exprimées depuis les années 1980. La pratique du surf offre un exemple paradigmatique de la construction d’une pratique se voulant en rupture avec la totalité de la vie quotidienne, suivi par deux articles traitant – selon des angles légèrement différents – de l’histoire de la planche à voile, tandis que le quatrième traite d’un sport déjà institué dont l’usage et la signification sont reconfigurés pendant la phase conflictuelle de ces années 1970. Ces relectures d’une dynamique des activités sportives sont contemporaines d’une relance des travaux de sociologie politique sur Mai 1968 et les mouvements de révolte des jeunes dans une société très organisée et policée (publications de Philippe Artière, Michèle Zancarini-Fournel, Boris Gobille, Frédérique Matonti, Bernard Pudal, Gérard Mauger, etc). *Defrance, Jacques, (P.U), Université Paris-X Nanterre, CSE-CNRS. * * *
10
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.