//img.uscri.be/pth/984e303827858593765f64567dc5062550c6be60
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

SPORT ET VIE SOCIALE

218 pages
La première décision de la nouvelle Société de Sociologie du Sport de Langue Française fut d’organiser un congrès destiné à rassembler le plus rapidement possible la communauté des chercheurs de langue française en sociologie du sport et dans les disciplines connexes : anthropologie sociale, ethnologie, histoire sociale, socio-démographie, socio-économie, etc. Rassemblant les résumés de la plupart des communications présentées voici un état relativement complet des recherches francophones en sociologie du sport.
Voir plus Voir moins

Société de Sociologie du Sport de Langue Française

SPORT ET VIE SOCIALE
Transformations - Ruptures - Permanences

Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française Responsable de l’organisation Equipe Sport Organisation Identité EA 2044 Toulouse III

SPORT ET VIE SOCIALE
Transformations - Ruptures - Permanences

Résumés des communications

Université Paul-Sabatier Toulouse - Octobre 2002

Comité d’organisation
Adamkiewicz Eric Clément Jean Paul Fourré Chatherine Gaudin Benoit Génolini Jean Paul Haschar Noë Nadine Hébraud Anne Joly Jean-René Malric Line Mennesson Christine Morales Yves San José Annie Terral Philippe L’ensemble des doctorants

Comité scientifique
Albert Jean Pierre (EHESS, Toulouse) Augustin Jean Pierre (Bordeaux 1) Bancel Nicolas (Paris 11) Bromberger Christian (Aix-Marseille 2) Bruant Gérard (Nice) Camy Jean (Lyon 2) Callède Jean Paul (CNRS Bordeaux) Chantelat Pascal (Lyon 1) Clément Jean Paul (Toulouse 3) Defrance Jacques (Paris 10, Président) Duret Pascal (La Réunion) Faure Jean Michel (Nantes) Garrigou Alain (Paris 10) Gasparini William (Strasbourg 2) Griffet Jean (Aix-Marseille 2) Hoibian Olivier (Evry) Laberge Suzanne (Montréal) Lacroix Gisèle (Montpellier 1) Lefèvre Betty (Rouen) Loirand Gildas (Nantes) Louveau Catherine (Paris 11) Mauger Alain (CNRS) Ohl Fabien (Strasbourg 2) Pociello Christian (Paris 11) Raspaud Michel (Grenoble 1) Ravenneau Gilles (Paris 10) Segalen Martine (Paris 10) Suaud Charles (Nantes) Vigarello Georges (Paris 5) Wacquant Loïc (Université de Berkeley)

Réalisation de la maquette
Julhe Samuel

Sommaire
Introduction I - Sport et vie municipale II - Sport et sociabilités locales III - Sport et styles urbains IV - Sport et identités collectives V - Sport et presse VI - Les supportérismes VII - Les affaires du sport VIII - Mise en scène et expressivité du corps IX - Sociologie des pratiquants X - Sport et identités sexuées XI - Construction des dispositions sportives XII - Sport dans la nature XIII - Le risque sportif XIV - Sport et migrations XV - La professionnalisation du sport XVI - Sociologie de l’encadrement sportif XVII - Consensus et conflit dans les organisations XIX - Sociologie des sports de combat XX - Les usages sportifs des voies d’eau XXI - L’atelier du sociologue Index des mots-clés Index des auteurs 9 11 23 33 41 57 65 71 83 91 111 125 131 141 147 155 169 177 191 197 203 209 215

XVIII - La construction sociale des savoirs scientifiques et professionnels 185

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Introduction
L’unité « Sports, organisations, identités » du Laboratoire de Recherche en Activités Physiques et Sportives (EA 2044) de l’UFRSTAPS de l’Université Paul Sabatier (Toulouse 3) organise le premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française, constituée le 29 juin 2001 par une assemblée générale provoquée à l’initiative d’un groupe d’enseignants chercheurs en sociologie du sport. Cette société, dont les statuts ont été votés et déposés, est présidée par le PU Jacques Defrance et gérée par un Conseil d’Administration composé de douze enseignants chercheurs jusqu’à la prochaine assemblée générale qui se tiendra à Toulouse à l’occasion du congrès. Une de ses premières décisions fut de décider l’organisation d’un congrès destiné à rassembler le plus rapidement possible la communauté des chercheurs de langue française en sociologie du sport et dans les disciplines connexes : anthropologie sociale, ethnologie, histoire sociale, socio-géographie, socio-économie etc… En effet, depuis le congrès organisé en 1993 à Bordeaux par Jean Pierre Augustin et Jean Paul Callède sous l’égide de la Maison des Sciences de l’Homme d’Aquitaine (Sport, relations sociales et actions collectives), aucune manifestation francophone de cette envergure n’a eu lieu dans ces domaines, alors même que les congrès et colloques internationaux de langue anglaise se tiennent régulièrement (NASSS, ISA …). Les colloques thématiques organisés par les différentes associations scientifiques ou équipes de recherches, malgré leur incontestable utilité, ne peuvent remplacer les congrès généralistes permettant de faire le point sur les recherches francophones en sociologie du sport et dans les disciplines connexes. Le congrès de Toulouse a pour objectif de combler cette lacune et d’inaugurer un cycle régulier de manifestations scientifiques destinées à dynamiser les échanges entre les chercheurs de langue française situés entre l’histoire, proprement dite, et le management. Afin de permettre une participation optimale, le comité scientifique a choisi un intitulé très général et des thématiques très diversifiées.
9

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

I Sport et vie municipale

Intervenants
BASLE Gérard CORNEJO Miguel GASPARINI William - LOUM Fatou Dame GUILBERT Christophe HASCHAR-NOE Nadine KNOBE Sandrine - SCHORLE Carole KOEBEL Michel VACHEE Cécile

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) BASLE Gérard UFR STAPS - Université de Paris Sud Orsay Résumé de la communication Les nouveaux enjeux des politiques locales ; La définition d’un pôle « glisse » pour la CABAB
Contrat d’étude réalisé en collaboration avec le cabinet ISC et pour le compte de la communauté d’agglomération de Bayonne Anglet, Biarritz (2001-2002). Les politiques sportives se définissent sur la base de nouveaux territoires ; deux effets de conjoncture concourent à cette évolution profonde : d’une part la transformation des pratiques, des goûts et des consommations sportives dans les sociétés de l’Europe de l’Ouest et d’autre part les fortes mutations institutionnelles qui modifient les processus de décision (influence des lois Chevènement, Voynet, SRU…). L’objectif de cette étude vise la définition d’un concept de pôle d’excellence de développement autour des activités de la glisse sur le site de la Barre à Anglet. La définition d’un pôle glisse consiste à regrouper les différentes facettes d’une même culture sportive afin d’une part de valoriser les synergies potentielles entre les composantes et d’autre part d’établir les bases d’une identité puissante du lieu. Les grandes composantes d’un pôle d’excellence s’organisent autour de plusieurs dimensions : Des espaces largement dédiés à la pratique sportive sous des formes diverses et incluant la spectacularisation de ces activités, Des espaces consacrés à la promotion économique de ce secteur d’activité et pouvant regrouper des espaces de commercialisation, de production, de démonstration, d’exposition, Des espaces consacrés à la recherche et à l’excellence de différents critères de la pratique et pouvant comprendre des laboratoires de recherche universitaires, des pôles sportifs de haut niveau, Des espaces de services communs regroupant accueil, restauration, hébergement, information. Ce projet complexe permet de faire émerger les transformations dans le jeu des acteurs mobilisés autour d’un projet sportif d’agglomération sous l’angle notamment d’un élargissement considérable des champs de référence concernés. Les méthodes Le recours à une approche multicritères s’avère seule susceptible d’approcher la complexité des enjeux en s’appuyant sur plusieurs méthodes : Analyse et visite du site d’implantation,

13

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Analyse quantitative sur la base d’extrapolation et d’expertise des données existantes sur les domaines concernés, (sociologique, urbanistique, économiques…) Analyse qualitative sur la base d’entretiens semi-directifs menés auprès d’un panel d’acteurs représentatif de la diversité des secteurs concernés (40 entretiens) Mise en place d’un dialogue d’experts dans le cadre de la méthode prospective afin de construire des scénarios d’un futur possible, Analyse et visite d’équipements et de projets innovants Les résultats Les effets d’interaction des différentes logiques sociales font apparaître une nouvelle complexité dans le jeu des acteurs locaux autour de ce projet. Elle différencie les positionnements entre les acteurs du développement économique, universitaire, touristique, urbanistique et écologique autour de la dimension sportive locale qui est en phase de redéfinition. La conclusion Ainsi la définition des scénarios préprogrammatiques comme préfiguration du concept de pole d’excellence « glisse » traduit-elle, sous forme de compromis, l’état des rapports entre les différents acteurs.

Mots-clés
Politique sportive locale – Programmation - Sociologie – Prospective - Management

14

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) CORNEJO Miguel PU - Université de Concepción Chili Résumé de la communication Municipalité et leur rôle social à travers le sport, nouveaux défis: Cas du modèle chilien
La nouvelle loi du sport rendue effectif par l’état chilien, indique l’importance du développement du sport dans la société nationale entière sans se soucier son social aucune condition économique. Dans les années dernières le grand nombre des municipalités chiliennes a considéré le sport local comme une activité sans importance, et a donne cette mission à quelques-uns comme le Conseil Local de Sport, ceux-ci ils ont mis en place les activités sportives locales. Les grandes difficultés sociales et les défis économiques de quelques municipalités ont esquissé dans leurs politiques publics locaux, le sport dans un rôle social important. D’après leur taille (nombres d’habitants) ils ont organisé des bureaux et des départements avec leur niveau d’autonomie et développement, les autres municipalités l’ont donné un bas profil au sport et ils ont rendu effectif quelques bureaux qui ont des dépendances d’autres départements comme sont les Directions de Développements Communautaire, c’està-dire ils considèrent le sport comme une situation sociale qui devrait être guidée vers gens de basses ressources sociales. Cependant, ce nouveau défi des municipalités dans le sport va plus loin de l’offre du sport traditionnel (football), ceux-ci ils devraient considérer la demande et l’environnement particulier de ceux-ci. L’analyse de cette étude est encadrée dans déterminer les vrais défis et difficultés que les municipalités devraient faire face dans organiser le sport municipal.

Mots-clés Politiques publiques – Sports - Municipalités

15

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) GASPARINI William (MCU) - LOUM Fatou Dame (Doctorante) Laboratoire « APS et sciences sociales » - Université Marc Bloch Strasbourg Résumé de la communication Violences et recours au sport. L’exemple d’une politique publique locale de prévention par le sport
L’analyse sociologique des violences dans le sport est un objet largement développé depuis une trentaine d’année, notamment depuis que des sociologues commencent à s’intéresser au sport comme pratique sociale. Ce regard sociologique permet de dépasser le sens commun qui affirme que le sport canaliserait la violence (« fonction cathartique » du sport) et que l’acceptation de la règle dans le sport serait une compétence qui se transposerait dans d’autres secteurs de la vie sociale (fonction socialisante du sport, « par essence »). Ces effets supposés positifs relèvent davantage de croyances que de vérités scientifiques. Or, malgré ces réserves, les politiques publiques et le secteur de l’action sociale utilisent encore largement les activités sportives dans leurs actions d’insertion, d’éducation et de prévention de la délinquance dans un contexte sociopolitique où le thème de «l’insécurité » est présenté comme le problème essentiel de la société française et semble devenir progressivement un objet d’étude partiellement autonome. Notre communication vise à montrer dans un premier temps comment est « pensée » la violence aussi bien dans le « monde » du sport que dans celui de la prévention par le sport. Explicitement ou implicitement, des paradigmes sont convoqués pour expliquer la violence des jeunes soit comme une réponse (pratiquement inconsciente) à la violence structurelle ou institutionnelle (approche déterministe), soit comme une quête de pouvoir dans un territoire (approche stratégique). A partir de l’exemple d’un programme de prévention de la délinquance par la pratique sportive mis en place par le service du sport de la ville de Strasbourg, nous voudrions montrer dans un deuxième temps comment se construit localement le discours sur la prévention par le sport et comment est mis en ouvre son programme. Recueillies sur le terrain, les données quantitatives (caractéristiques du public des animations sportives de proximité, actes de vandalisme, d’incivilité et de délinquance) et les données qualitatives (entretiens auprès des responsables du programme de prévention et des animateurs sociosportifs, observation participante) permettront non seulement d’analyser les effets réels de la prévention par le sport mais aussi de mieux saisir la croyance selon laquelle le sport aurait des vertus positives intrinsèques. L’enquête tentera enfin de montrer que, si des « jeunes » ont certaines « dispositions sociales» à adopter des comportements virils ou « agressifs », celles-ci ne seront pas mises en oeuvre (ou en action) de la même manière selon les univers fréquentés et les contextes. Ainsi, de la même manière qu’un sportif sur le terrain accepte la règle mais peut transgresser la loi dans sa vie quotidienne, un « jeune » peut aussi accepter la règle fixée par l’animateur sportif et refuser, par exemple, celle fixée par l’institution scolaire.

Mots-clés Violence – Prévention – Croyances – Sport – Politique publique

16

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) GUILBERT Christophe Doctorant - Centre Nantais de Sociologie (« CENS ») Résumé de la communication Entre goût et dégoût, monographie d’une « ville de surf »
L’organisation d’un sport au sein d’une collectivité locale dépend essentiellement d’orientations politiques. Au regard de l’énumération des formes d’actions politiques envisageables en direction d’un sport comme le surf, du moins issues de constats récurrents relevés en Aquitaine, il est possible de construire une typologie par rapport à quatre « systèmes de fins possibles », autrement dit à quatre idéaux-types. L’un d’entre eux, quelque peu singulier du fait de son caractère « parataxinomique », qualifié d’objectionniste, réside dans le fait d’être, de la part de l’élu local, réticent voire opposé à la pratique du surf (en imposant certaines conditions), et, d’une manière globale, peu enclin au développement du surf et de l’environnement qui lui est propre. Auquel cas, les pratiques culturelles (et donc sportives) sont au principe de la formation de groupes sociaux distincts les uns des autres et se reconnaissant comme distincts. Tout est alors question d’imposition de « goût », légitime et dominant. L’objet de cette étude est donc de préciser la logique objectionniste à travers une étude de cas singulier, la commune d’Hossegor dans le sud des Landes, pourtant considérée comme une des principales « villes de surf » en France et en Europe. Quels sont les déterminants qui font que l’équipe municipale d’une commune si réputée pour le surf ne soutient pas cette activité et rejette en quelque sorte les conséquences liées à cette dernière ? Autrement dit, comment se définissent les catégories de perceptions et les schèmes d’appréciation de l’équipe municipale et du maire envers le surf et les surfeurs, alors même que les communes limitrophes affichent explicitement leur dynamisme afin de développer une telle activité ?

Mots-clés Politique municipale – Surf – Goût - Idéaltype objectionniste – Dénégation

17

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) HASCHAR-NOE Nadine MCU – UFR STAPS – Université Paul Sabatier Toulouse III Résumé de la communication L’identité comme ressource politique : l’exemple des politiques sportives locales
L’objet de cette communication est de s’interroger sur la façon dont la notion « d’identité locale » est utilisée ou non comme ressource politique par les acteurs locaux pour définir des politiques sportives. A partir d’un certain nombre d’études de cas réalisées dans des conjonctures socio-historiques différentes, nous tenterons de saisir la façon dont se recompose des « identités locales » et comment elles se déplacent sur de « nouveaux » objets. Dans ce travail de construction, trois processus semblent se combiner : un processus d’ajustement des politiques sportives au plus près des caractéristiques spatiales, urbaines, démographiques et sportives des territoires concernés, un processus de rationalisation des décisions en matière d’action publique et un processus de négociation avec les acteurs locaux permettant d’introduire une rupture « négociée » par rapport au passé « local ». Si on fait l’hypothèse que ces processus peuvent être efficaces concrètement mais aussi symboliquement, en quoi la mobilisation de l’identité locale peut-elle participer à la gestion d’un certain nombre de tensions entre la société locale et la société globale ?

Mots-clés Identité locale - Politique sportive

18

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) KNOBE Sandrine - SCHORLE Carole Doctorante Résumé de la communication L’empirisme au secours des politiques sportives municipales
La gestion du parc des équipements sportifs d’un pôle urbain fait émerger un certain nombre de questionnements quant à la rationalisation et à la cohérence des actions. Cette tâche, à l’interface d’enjeux financiers et identitaires, pose le problème de l’équation retombées ou profits/investissements. Les responsables d’un service des sports doivent alors disposer de données statistiquement établies. C’est pour cette raison, car elle en était dépourvue, que la ville de Strasbourg a commandité une étude de fréquentation et de satisfaction quant à ses infrastructures couvertes. Les principaux objectifs résident dans une meilleure appréciation des caractéristiques et des attentes des pratiquants. Une enquête par questionnaires a alors été mise en place afin de réaliser un état des lieux exhaustif. Elle a permis essentiellement de mettre en exergue le taux d’inoccupation des créneaux alloués, la variabilité des taux de fréquentation (selon le jour, l’horaire, l’association…) et le degré de satisfaction des usagers. Toutefois, pour être fiable, ce type d’aide à la décision politique nécessite une vigilance méthodologique. Une telle démarche offre en effet une possibilité aux responsables politiques de disposer d’informations différentes de celles véhiculées par leurs partenaires habituels (dirigeants associatifs, présidents de fédération…). Ces informations devraient avoir des répercussions positives sur la gestion municipale des installations sportives. L’apport de données chiffrées jusqu’alors manquantes ne peut que faciliter le travail des décideurs en matière de répartition et de suivi des salles. De fait, en l’absence de tels renseignements, les services des sports sont réduits à manœuvrer arbitrairement à travers des discours peu constructifs et des partis pris ayant tendance à opacifier les prises de décisions qui, par conséquent, perdent en pertinence. Dans certaines mesures l’enregistrement systématique de fréquentations et d’opinions permet de rationaliser les décisions politiques en terme de gestion des équipements sportifs.

Mots-clés
Gestion - Equipements sportifs - Outil décisionnel – Fréquentation - Attentes

19

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) KOEBEL Michel MCU - UFR STAPS - Université de Reims Résumé de la communication La place des sciences sociales dans les politiques sportives territoriales
A l’occasion de la diffusion d’un rapport d’étude sociologique sur les logiques sociales des pratiques de loisirs des jeunes haut-rhinois auprès de plusieurs centaines d’acteurs politiques locaux, j’ai organisé un colloque centré sur les résultats de ce rapport sur le thème « quelles politiques pour quelle jeunesse ? » (Colmar, mai 2001), et dont j’ai enregistré l’ensemble des débats. En préparation de ce colloque, des entretiens semidirectifs ont été menés auprès de maires ou d’adjoints d’un échantillon de dix communes haut-rhinoises. La mise en relation des représentations et des prises de position de tous ces acteurs avec leurs caractéristiques socio-institutionnelles et leurs parcours me permettent de mieux faire comprendre le statut des sciences sociales dans l’espace politique local, et plus particulièrement dans les politiques sportives. Il s’agit de situer la place des sciences sociales dans l’élaboration ou la justification des politiques locales, leur importance par rapport à d’autres sources d’information au sein de l’espace politique local comme le sondage d’opinion, l’expertise de cabinet, la réunion politique, la concertation avec les habitants ou la relation avec les groupes d’intérêt. Il s’agit aussi de montrer que cette place dépend de la position des acteurs locaux dans l’espace politique, mais aussi de leur niveau d’instruction et des rapports qu’ils entretiennent avec le monde universitaire.

Mots-clés Sociologie – Politique – Sport – Légitimité – Intérêt

20

Toulouse - Octobre 2002 Premier congrès de la Société de Sociologie du Sport de Langue Française

Intervenant(s) VACHEE Cécile Laboratoire E.R.O.S. - UFR APS - Université Joseph Fourier Grenoble 1 Résumé de la communication L’organisation et les enjeux du sport municipal dans le département de la Drôme
La Drôme est un département marqué par un dynamisme démographique remarquable au regard des chiffres du dernier recensement. Attractif d’un point de vue économique et touristique, ce département bien que doté d’un nombre satisfaisant de clubs sportifs et de licenciés, semble pourtant souffrir d’un déficit de résultats sportifs, aucune équipe de sport collectif ne figurant par exemple au tableau des premiers rangs nationaux. Les acteurs institutionnels et organisateurs du sport, mouvement sportif et collectivités territoriales, se posent alors la question de l’ « état » du sport dans leur département, en vue de l’organisation des « Assises du sport Drômois », devant réunir une très grande diversité d’intervenants sportifs. Cette communication propose les résultats d’une étude réalisée en partenariat avec l’université de Grenoble, le CDOS Drôme, la DDJS et le Conseil Général de la Drôme. L’étude permet, en partie, de poser un regard particulier sur l’organisation du sport municipal en Drôme, les structures des organismes dédiés au sport, la gestion et le mode d’écoute des besoins émanant des dirigeants sportifs. L’étude a été menée dans dix communes du département, à l’aide d’entretiens auprès des adjoints aux sports. Les politiques sportives, objectifs et stratégies diffèrent selon les réalités géographiques et politiques de communes considérées comme pôles urbains ou situées au cœur du monde rural. Cette étude montre la diversité des modes de gestion du sport municipal, de la définition et de la place du sport, des choix en termes d’investissements, d’intervention et de développement pour le sport municipal. Différentes formes de développement se révèlent alors, actualisant des logiques diffuses et soumises aux contraintes structurelles et/ou budgétaires, très souvent mises en avant par les élus en charge du sport. L’absence fréquente d’un réel projet politique dédié au sport marque la place souvent marginale de ce secteur dans la vie communale, secteur pourtant porteur d’enjeux économiques, symboliques et identitaires.

Mots-clés Sport municipal - Politique sportive – Organisation - Drôme

21