Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle

De
Publié par

Ce livre est le premier des deux tomes résultant des "Xe Carrefours du sport". Dans ce premier volume, ce sont les actes et les pratiques physiques qui sont plus spécialement mis en exergue. Les mouvements sont affinitaires car l'affinité porte l'aspect idéologique (confessionnel ou idéologique) qui a constitué le sens originel du qualificatif donné aux quatre fédérations "historiques" ; sur l'aspect éducatif (scolaire ou parascolaire ; puis sur l'aspect sexuel et social de certaines pratiques culturelles.
Publié le : dimanche 1 février 2004
Lecture(s) : 450
Tags :
EAN13 : 9782296351509
Nombre de pages : 309
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle
TOME 1

Les pratiques afjinitaires

Espaces et Temps du sport Collection dirigée par Pierre Arnaud
Le phénomène sportif a envahi la planète. Il participe de tous les problèmes de société qu'ils soient politiques, éducatifs, économiques, sociaux, culturels, juridiques ou démographiques. Mais l'unité apparente du sport cache .mal une diversité aussi réelle que troublante: si le sport s'est diffusé dans le temps et dans l'espace, s'il est devenu un instrument d'acculturation des peuples, il est aussi marqué par des singularités locales, régionales, nationales. Le sport n'est pas éternel ni d'une essence transhistorique, il porte la marque des temps et des lieux de sa pratique. C'est bien ce que suggèrent les nombreuses analyses dont il est l'objet dans cette collection qui ouvre un nouveau terrain d'aventures pour les sciences sociales. Déjà parus

J. RIORDAN, A. KRÜGER et T. TERRET, Histoire du sporl en Europe, 2004.

Jérôme PRUNEAU, Les joutes languedociennes, ethnologie d'un « sport traditionnel », 2003. Laurence MUNOZ, Une histoire du sport catholique. La fédération sportive et culturelle de France. 1898-2000, 2003 Alex paYER, Les premiers temps des véloces-clubs, apparition et diffusion du cyclisme associatiffrançais entre 1867 et 1914, 2003. Tony FROISSART, « sport populaire» de Seine-et-Oise, 18801939,2003. Michel HELUWAERT, Sports... sans jeunesse ?, 2003. Fabien aLLIER, La maladie infantile du Parti communiste français (<< sport»), 2003. le Laurence PRUDHOMME-PONCET, Histoire du football féminin au.ITe siècle, 2003. Jean SAINT-MARTIN, Educations physiques françaises et exemplarités étrangères entre 1815 et 1914, 2003. Michel POUSSE, Rugby, les enjeux de la métamorphose, 2002. Michel HELUW AERT, Jeunesse & sport: espérances contrariées, marginalités récupérées, 2002. Jacques DUMONT, Sport et assimilation à la Guadeloupe, 2002. Collectif: Le sport et lesfrançais pendant L'Occupation, 2 tome, 2002. Patrice GICQUEL , Un siècle de vélo au pays des Sourds, 2002.

Textes réunis par Pierre-Alban LEBECQ

Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle
TOME 1

Les pratiques affinitaires

L 'Hannattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique 75005 Paris

FRANCE

L 'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L 'Hannattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino

ITALlE

@L'Hannattan,2004 ISBN: 2-7475-5974-2 EAN : 9782747559744

Xe Carrefour d'Histoire du Sport
Le Xe Carrefour d'Histoire du Sport s'est déroulé à l'ILEPS de Cergy-Pontoise du 31 octobre au 2 novembre 2002, avec le soutien du Conseil Général du Val d'Oise et sous l'égide de l'Institut Catholique de Paris. Que leurs représentants en soient remerciés ici. Son organisation en a été assurée par Gilles LECOCQ, assisté de François HOCHEPIED et de toute l'équipe des permanents de l'ILEPS. Gilles LECOCQ a également pu compter sur l'investissement volontaire de quelques étudiants des différentes filières, Education et Motricité, Activités Physiques Adaptées et Management. Qu'ils en soient tous remerciés ici.

Comité Scientifique
Gilbert ANDRIEU, professeur des universités honoraire. Pierre ARNAUD, professeur des universités, UFR-STAPS, Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport, Université Claude Bernard-Lyon 1. Guy AVANZINI, professeur des universités, Département des Sciences de l'Education, Institut des Sciences et Pratiques d'Education et de Formation, Université Lumière-Lyon 2. Gérard CHOL VY, professeur des universités, Arts et Lettres, Langues et Sciences Humaines, Université Paul Valéry-Montpellier III. Ronald HUBSCHER, professeur des universités émérite. Pierre-Alban LEBECQ, docteur en STAPS, professeur à l'ILEPS, IPSL Cergy-Pontoise, Section d'histoire du sport, de l'éducation physique et des politiques éducatives. René REMOND, de l'Académie Française, professeur des universités honoraire, président de la Fondation Nationale des Sciences Politiques. Thierry TERRET, professeur des universités, IUFM, Centre de Recherche et d'Innovation sur le Sport, Université Claude Bernard-Lyon 1. Alfred WAHL, professeur des universités, Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Université de Metz.

Liste des auteurs: Gilbert Andrieu, professeur honoraire Fabien Archambault, Université de Grenoble 2. Thomas Bauer, DEA de littérature ftançaise, PRAG, Université Paris-XNanterre. Natalia Bazoge, CRIS Lyon 1, EA-647. Jean Bréhon, PRAG EPS, doctorant STAPS, Atelier Sherpas, LAMAPS, UFR STAPS, Université d'Artois. Jean-Paul Callède, CNRS (GEMAS, MSH de Paris). Claude Calvini, professeur EPS, doctorant, Université de La Réunion, C.R.E.S.().I. Olivier Chovaux, maître de Conférences en Histoire contemporaine, Atelier Sherpas, LAMAPS, UFR STAPS, Université d'Artois. Evelyne Combeau-Mari, maître de conférences, Université de La

Réunion, C.R.E.S.().I. - E.A.12.
Nicole Dechavanne, maître de conférences IUFM Paris, présidente de l'Association Femix ' sports. Jean-Michel Delaplace, Equipe Sport et Histoire, CURAPS, La Réunion Paul Dietschy, maître de conférences à l'université de Franche-Comté, UFR STAPS et centre d'histoire contemporaine. Jacques Dumont, maître de conférence, Université Antilles Guadeloupe, EA 929. Robert Fassolette, formateur au CREPS de Vichy, diplômé de l'INSEP de Paris, DEA d'histoire du XXe siècle de l'lEP de Paris. Tony Froissart, docteur en Histoire contemporaine, Université-Paris-XNanterre. Julien Fuchs, doctorant STAPS, CREEC, UFR-STAPS Strasbourg. Philippe Gastaud, docteur en STAPS, agrégé d'EPS, Université de Pau. André Gounot, maître de conférences, Université Marc Bloch de Strasbourg, UFRSTAPS, Laboratoire «APS et sciences sociales» . Fabien Groeninger, agrégé d'Histoire, doctorant, Montpellier III, GDR 1095 du CNRS (Mentalités et croyances contemporaines). François Hochepied, Institut Libre d'Education Physique Supérieur (Institut Catholique de Paris). Pierre-Alban Lebecq, docteur STAPS, ILEPS Cergy-Pontoise. Gilles Lecocq, I.L.E.P.S - Institut Catholique de Paris.

10

Jean-François Loudcher, maître de Conférences, UFR STAPS, Besançon, laboratoire des sciences historiques et sociales, EA 2273. Michel Mestre, maître de conférences, BABEL Montagne, Université de Toulon et du Var. René Moustard, porte parole du Groupe des 20. Laurence Munoz, docteur en STAPS. Cécile Ottogalli, LMAS, Université de Savoie, CRIS, Université de Lyon 1. Bernard Paris, IA-IPR EPS honoraire, président d'honneur de la FFEPGV. Claude Piard, Université Paris X. Alex Poyer, Les Territoires de l'identité (Orléans), CRIS (Lyon 1). Johann Rage, Département STAPS de Font-Romeu, Université de Perpignan. Luc Robène, maître de conférences, UFR APS, Université Rennes 2. Jean Saint-Martin, CRIS, Lyon 1, EA-647. Nathalie Sévilla, professeur agrégé, doctorante lEP de Paris. Michel Tailland, maître de Conférences, Université de Toulon et du Var. Bernard Taillefer, guide de haute-montagne. Thierry Terret, CRIS Lyon. Yves Travaillot, maître de conférences STAPS, IUFM de Pau.

Il

SOMMAIRE LES PRATIQUES AFFINITAIRES
TOME 1 Sports, éducation physique et mouvements affmitaires par Pierre-Alban Lebecq PREMIERE PARTIE

p. 19

Mouvements affmitaires et pratiques physiques et sportives 1- Affmité confessionnelle et pratique sportive Thi erry Terret, Le rôle des Young Men's Christian Associations (YMCA) dans la diffusion du sport en France pendant la première Guerre mondiale Fabien Archambault, Il calcio e l'oratorio: le mouvement catholique et la médiation du football dans l'Italie du second après-guerre (1944-1960) 2- Affmité politique et pratique sportive André Gounot, Naissance et développement d'organisations sportives socialistes. Les exemples contrastés de l'Allemagne et de la France (1893-1914) Paul Dietschy, Sport et communisme en Italie: le cas de l'Union Italienne du Sport Populaire au lendemain de la seconde guerre mondiale

p. 27

p. 57

p. 73

p. 85

13

3- AfÎmité éducative et pratique scolaire Evelyne Combeau-Mari, Gymnastique et association, instruments de fonnation des élites malgaches au collège jésuite St Michel de Tananarive (1906-1934) Claude Calvini, L'autonomie du sport scolaire à l'île Maurice: 1948-1968 4- AfÎmité éducative et pratique para-scolaire Cécile Ottogalli, Le rôle du Club Alpin Français pour l'Education Physique des jeunes filles (1874-1914) Nathalie Sévilla, Le développement de l'UFOLEP pendant l'entre-deux-guerres Pierre-Alban Lebecq, La Ligue Française d'Education Physique entre 1935 et 1945 : Héritage et transition. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . .. . ... Johann Rage et Jean-Michel Delaplace, Place et rôle de l'USEP dans l'Education Physique en

p. 99

p. 113

p. 127

p. 139

p. 151

Algérie (1950 - 1962) «L'expérience de Constantine»... p. 167
Jean-François Loudcher, Jacques de Rette et la Fédération des Animateurs
des Républiques des Sports . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. p. 179

Olivier Chovaux, Activités physiques et sportives de pleine nature et dimension « personnaliste » du centre de vacances. L'exemple de l'UFCV (1950-1980)

p. 193

14

5- Affmité sexuelle et pratique culturelle Michel Tailland, Le Ladies' Alpine Club (1907), Club alpin féminin ou féministe? Luc Robène, Le mouvement aéronautique et sportif féminin à la Belle Epoque: l'exemple de la Stella (1909-1914) Jean Saint-Martin, Le souffle nouveau de la Gymnastique Volontaire dans la modernisation des pratiques corporelles françaises (1953 -1971) Natalia Bazoge, La Gymnastique Volontaire: entre sport pour tous et sport pour elles (1953 -1976) 6- Affmité sociale et pratique culturelle Michel Mestre, L'école saxonne d'escalade, avant-garde et tradition Bernard Taillefer, témoignage, Regard d'un professionnel sur l'influence d'un mouvement affinitaire dans l'aménagement de la montagne. Valeurs du Club Alpin Français et résistance au changement Jean-Paul Callède, Des premiers clubs étudiants à l'Union Nationale des Clubs Universitaires. Rayonnement d'une sociabilité sportive singulière

p. 209

p. 219

p. 235

p. 249

p. 265

p. 279

p. 291

15

VALEURS AFFINIT AIRES ET SOCIABILITE
TOME 2 Sports, éducation physique et mouvements afimitaires par Pierre-Alban Lebecq p. 19 DEUXIEME PARTIE Mouvements afimitaires, identité et valeurs 7- Afimité éducative et valeurs confessionnelles François Hochepied, René Barbier de la Serre (27 juin 1880 - 6 mars 1969) L'ancrage identitaire de l'UGSEL Fabien Groeninger, La FGSPF dans l'après-guerre (1945-1950) : les signes précurseurs d'une crise d'identité? Laurence Munoz, La fédération des patronages: lien institutionnel entre le sport et le catholicisme en France (1898-2000) 8- Affmité éducative et identité régionale, Jacques Dumont, Les fluctuations d'une distance: mouvements sportifs
aux Antilles. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. p. 65

p. 27

p. 41

p. 49

Philippe Gastaud, Groupes de Sonis et éducation sportive catholique en Guadeloupe

p. 77

16

9- Affmité culturelle et valeurs éducatives Alex Poyer, Entre sport et gymnastique, l'Arago-Sport orléanais (F.G.S.P.F.) avant 1914

p. 91

Julien Fuchs, Le corps et l'exercice physique au sein des groupements de jeunesse alsaciens des années 1920-1930 : renouvellement des conceptions éducatives p. 105 René Moustard, témoignage, Genèse et problématique du Groupe des 20 10- Affmité culturelle et EPS Bernard Paris, Les rapports entre la Gymnastique Volontaire et l'EPS de 1950 à aujourd'hui Yves Travaillot, La FSGT et l'éducation physique scolaire:
des liens très controversés. . .. . .. . . . . .. . . .. .. . . . . .. . . . . . . . .. . ... p. 145

p. 119

p. 135

11- Affmité culturelle et identité féminine Nicole Dechavanne, témoignage, Les revendications féminines: traitement égalitaire et reconnaissance des différences.. .. ... .. . ... .. . ..

p. 163

17

TROISIEME PARTIE Mouvements affmitaires et sociabilité 12- Affmité sociale Gilles Lecocq, Aux origines de l'Education Physique: Des affiliations et des affmités inévitables avec la psychologie et l'éducation nouvelle Thomas Bauer, L'association des écrivains sportifs: mouvement affinitaire ou affinag~.d'un mouvement (1919-1939) ? Gilbert Andrieu, La F.N.J. ou la volonté de poursuivre une mission 13- Affmité culturelle Robert Fassolette, Divergences d'affinités autour de l'ovale: l'initiative parallèle du Rugby à XIII. . .. . .. . .. ... . .. . .. . .. . ... p. 221 Claude Piard, témoignage, La fonnation continue des cadres à la F.SC.F. : L'Amicale des moniteurs de Seine-et-Oise. . .. ... . ... .. . 14- Affmité régionale Jean Bréhon, Essaimage et organisation des sociétés de gymnastique dans l'arrondissement d'Arras (1870-1900) : limites du modèle affinitaire? Tony Froissart, Sport du peuple, sport affinitaire et solidarités. . .. . .. . ..

p. 179

p. 193

p. 207

p. 233

p. 249

p. 261

18

Sports, éducation physique et mouvements affinitaires au XXe siècle
Pierre-Alban LEBECQ
Le terme affinitaire qui qualifie certaines fédérations n'a d'autre définition que celle que ces fédérations veulent bien lui donner. C'est la nature de ces liens « d'affinité» entre leurs membres qui distingue les Fédérations affinitaires d'autres organismes sportifs desservant une clientèle particulièrel. L'affinité, c'est un lien, une analogie, une ressemblance. Historiquement2, ce sont des liens confessionnels et idéologiques qui ont permis de qualifier quatre fédérations affinitaires: La Fédération Sportive et Culturelle de France, la Fédération Sportive et Gymnique du Travail, l'Union Française des Œuvres Laïques d'Education Physique et l'Union des Sports Travaillistes. D'autres organismes et fédérations multisports se construisent également autour d'affinité confessionnelle ou idéologique: la Fédération Sportive et Culturelle Maccabi ou l'Union Sportive de la Fédération de l'Education Nationale et de la Fonction Publique, par exemple. Notre objet de réflexion n'est pas de savoir quelle fédération doit ou non être institutionnellement reconnue comme affinitaire, mais de montrer que le qualificatif «affinitaire» peut être employé pour d'autres fédérations, organismes et fonnes de regroupement diverses pour peu que l'on soit capable de déterminer l'affinité qui détermine leur unité, leur raison d'être, leur objet. Le texte de 1971 évoque une façon de traiter le sport non pas comme domaine clos, sans lien avec la conjoncture économique,

1 «Les Fédérations affmitaires », projet de texte destiné à Sport de France, Paris, Service de presse édition information, 1971. 2 Né à la fin du XIXe et au début du XX'"esiècle dans un contexte historique où les idéologies nouvelles (socialo-communiste et laïque) et anciennes (catholique) tentaient de s'affirmer ou de maintenir leur action sur les masses, le sport affinitaire, regroupé en autant de fédérations que de mouvements, représente les tentatives de ces différentes idéologies pour intervenir aussi dans le domaine du sport. BARRULL (R.), Lexique du cadre institutionnel et réglementaire des activités physiques et sportives, Paris, INSEP, 1998, p. 375. 19

l'évolution sociale ou la conception que l'on peut avoir du monde, mais comme un élément d'un ensemble éducatif, culturel et social. Le sport n'est pas la cause du regroupement, il n'est qu'un élément d'un ensemble et, de ce point de vue, la nature du sport importe moins que ce qu'on souhaite en faire. On souhaite en faire, d'abord et avant tout, l'instrument d'une éducation: morale, spirituelle, intellectuelle, physique aussil. Ainsi, aurons nous affaire la plupart du temps à des regroupements qui privilégient la pratique de plusieurs sports plutôt qu'un en particulier et qui feront, d'une manière ou d'une autre, œuvre d'éducation physique. Cette éducation physique pourra être scolaire, parascolaire, mais également sans attache avec l'école, notamment il pourra s'agir d'éducation physique pour adultes. Il existe toujours la préoccupation de répondre aux problèmes d'une époque, d'une société, d'apporter une aide à des institutions éducatives, voire de contrebalancer les effets jugés néfastes générés par un phénomène social ou culturel. L'aspect éducatif de ces entreprises n'a de sens que parce qu'il y a un projet culturel et social qui le façonne. Ainsi, on peut entendre par affinitaire toute organisation, initiative, entreprise, courant de pensée, groupe de pression, ce que nous appellerons «mouvement », qui par le biais du sport ou de l'éducation physique réalise une œuvre éducative, culturelle et sociale. Ce sens élargi par rapport à l'utilisation qui en est faite pour identifier les quatre fédérations affinitaires «historiques » n'est finalement que l'exploitation de la définition que ces quatre fédérations tentent de composer dans le texte de 1971. Globalement l'espace temporel s'étend à toute la période d'existence institutionnelle du sport (création de l'USFSA, 1890) et de l'éducation physique (loi George, 1880), soit le XXe siècle, quant à l'espace géopolitique, il déborde les frontières de la France et de la métropole. Si nous reprenons l'expression liens « d'affinité» entre ses membres, nous pouvons aller plus loin dans le sens donné au terme « affinitaire ». Ce lien n'a pas nécessairement une portée éducative, il peut se limiter à l'aspect social ou culturel. La pratique physique devient alors l'occasion de partager les mêmes valeurs, les mêmes passions, la même identité sociale, la même culture, les mêmes espoirs, les mêmes
C'est la mission prêtée aux fédérations affmitaires par le CNOSF : Elles visent prioritairement une pratique omnisports, multiactivités, selon les affinités diverses centrées sur l'être humain dans sa globalité. Extrait de ClvOSF Information, n0300, 25 janvier 1990. 1

20

illusions, sans autre projet que défendre ou rendre plus présent ce qui unit les pratiquants. C'est le lien social qui unit ceux-ci, une certaine fonne de sociabilité. Tout en étant plus éloigné du sens «historique» du tenne, il faut remarquer que certaines classifications considèrent comme affinitaire, par exemple, la Fédération Nationale des Joinvillais1. Les études réunies dans les Actes du Xe Carrefour d'Histoire du Sport croisent toutes ces dimensions: pratiques physiques, éducation, culture, rapports sociaux, sociabilité. Certaines s'attardent cependant plus sur les actes, d'autres sur les valeurs, enfin certaines sur la sociabilité des personnes. De la même façon le lien affinitaire étudié met en avant tantôt davantage l'aspect éducatif, tantôt davantage l'aspect social, ou culturel. Mais il n'est pas d'étude qui n'en croise au moins deux. L'organisation adoptée pour présenter ces Actes tente de composer avec cette grande diversité pour défmir un plan cohérent qui relève cependant d'un choix pouvant éventuellement surprendre certains auteurs. Dans une première partie ce sont les actes et les pratiques physiques qui sont plus spécialement mis en exergue. Les mouvements sont affinitaires car l'affinité porte l'aspect idéologique (confessionnel ou idéologique) qui a constitué le sens originel du qualificatif donné aux quatre fédérations «historiques»; sur l'aspect éducatif (scolaire ou parascolaire); puis sur l'aspect sexuel et social de certaines pratiques culturelles. Dans la seconde partie, ce sont moins les actes et les pratiques qui sont étudiés que les valeurs éducatives sociales et culturelles défendues par ces mouvements affinitaires. Enfin dans la troisième partie, les auteurs présentent des études pour lesquelles le lien d'affinité s'apparente davantage à de la sociabilité ce qui nécessite de souligner les liens sociaux et culturels qui créent ces affinités. Dans chacune de ces parties, les différents textes ont été répartis et regroupés en fonction de la composante du lien affinitaire qui semblait, à la lecture, le mieux caractériser chaque étude.

1

Voir Ie site http://www.infosport.org 21

PREMIERE PARTIE Mouvements affinitaires et pratiques physiques et sportives

1- Affinité confessionnelle et pratique sportive

Le rôle des Young Men's Christian Associations (YMCA) dans la diffusion du sport en France pendant la première Guerre mondiale
Thierry TERRET, CRIS Lyon
Si le rôle des organisations confessionnelles dans I'histoire des activités physiques est aujourd'hui bien connu à travers l'étude des patronages, des fédérations affinitaires et des mouvements de jeunesse, il faut pourtant reconnaître que, dans le cas précis du sport, la plupart des analyses privilégie l'action des seuls mouvements catholiquesl. Un tel resserrement n'est certes guère surprenant, compte tenu des traditions religieuses de la France, mais il ne saurait occulter l'existence de sensibilités autres, dont témoignent de nombreuses initiatives que les analyses de Gérard Cholvy ou d'Alfred Wahl ont déjà très largement contribué à révéler2. Bien qu'elle ait probablement été moins détenninante sur le long terme que celle des structures catholiques, l'action des organisations protestantes mérite en effet d'être, sinon réhabilitée, du moins mieux comprise. Leur œuvre en matière de développement des mouvements de jeunesse est certes

1 Depuis le mémoire "initiatique" de Michel LAGREE (Les origines de la FGSPF, 18981914, mémoire de maîtrise, Université de Nanterre, 1969) pour reprendre l'expression de Laurence KLEIN-MUNOZ (La Fédération des patronages, lien institutionnel entre le sport et le catholicisme en France (1898-2000), Thèse STAPS, Université de Paris X, 2001, p. 19), les relations entre sport et catholicisme ont été régulièrement traitées, plusieurs thèses leur ont été consacrées (par exemple DUBREUIL (B.), Les catholiques et les activités physiques, Thèse de doctorat, Université de Nice, 1998) et deux colloques les ont largement abordées en 1987 et 1998 (CHOLVY (G.), Le patronage: ghetto ou vivier ?, Paris, Ed. Nouvelle Cité, 1988; Sport, culture et religion. Les patronages catholiques 1898-1998, Brest, CRBC, 1999). 2 Evoquons simplement les classiques que sont CHOLVY (G.), Histoire des organisations et mouvements chrétiens de jeunesse en France (XIXè-XXè siècles), Paris, Cerf, 1999 et la thèse d'Alfred WAHL,Confession et comportement dans les campagnes d'Alsace et de Bade, 1871-1939. Catholiques, protestants etjuifs, Université de Strasbourg, 1980. 27

relativement connue1 ; à la suite des travaux de Max Weber, l'analyse des relations entre la naissance du sport moderne et "l'éthique protestante" est même également devenue un classique2. Pourtant, il faut bien reconnaître que demeure encore un certain nombre d'incertitudes sur leur rôle dans l'implantation et dans la diffusion du sport sur le sol français. Ces interrogations ont d'autant moins trouvé de réponse que, dans le cas particulier du sport, le relais essentiel de ces processus a sans doute moins été les mouvements protestants français que des organisations étrangères. A ce titre, le cas tout à fait singulier des Young Men's Christian Associations américains doit être pris en considération, car leur responsabilité fut manifestement importante à un moment où, entre 1914 et 1919 et pour le dire crûment, la France avait bien d'autre chose à faire que de taper dans un ballon Qu'il s'agisse d'altruisme ou de prosélytisme - les deux semblent clairement associés en ce cas - cette contribution à la diffusion de la culture sportive est en tout cas confinnée par l'étude de trois dispositifs spécifiques: les camps d'entraînement, les Foyers du soldat de l'Union FrancoAméricaine et les Jeux Interalliés3. Ce qui suppose toutefois, au préalable, un retour sur l'émergence même du mouvement des YMCA, sur la place du sport dans la définition de leurs idéaux et sur la transfonnation de leurs stratégies de prosélytisme confessionnel et culturel. 1 - L'institutionnalisation d'un modèle: les Young Men's Christian Associations Le mouvement des YMCA naît à Londres en 1844 avant d'essaimer
1 Notamment les scoutismes unionistes. Cf. par exemple BAUBEROT (A.), L'invention d'un scoutisme chrétien, les éclaireurs unionistes de 1911 à 1921, Paris, Editions les bergers et les mages, 1997. 2 Voir GUTTMANN (A.), From Ritual to Record. The Nature of Modem Sport, New York, Columbia University Press, 1978. 3 L'essentiel des sources utilisées dans cet article provient des fonds d'archives de l'Alliance universelle des YMCA (12 Clos-Belmont, Genève), de la YMCA américaine (Minneapolis, Minnesota), du Service Historique de l'Armée de Terre (Vincennes) et de la presse française, britannique et américaine. Je profite de cette occasion pour remercier monsieur Claude-Alain DANTHE, archiviste de l'Alliance universelle de la YMCA à Genève ainsi que madame Dagmar GETZ, archiviste à la bibliothèque Elmer L. Andersen de Minneapolis, pour leur précieuse aide dans cette recherche. 28

aux Etats-Unis en 1851 et en France l'année suivanteI où il prend le nom d'Union Chrétienne des Jeunes Gens. En 1855, il est suffisamment développé pour qu'une fédération des structures nationales s'avère nécessaire. A l'occasion de l'Exposition Universelle de Paris, les représentants de six pays se retrouvent et fondent le Comité Universel (World Alliance) des YMCA après avoir défini ses buts dans une charte appelée "Base de Paris" : réunir les jeunes gens qui, regardant Jésus-Christ comme leur Sauveur et leur Dieu selon les Saintes-Ecritures, veulent être ses disciples dans leur foi et dans leur vie, et travailler ensemble à étendre parmi les jeunes gens le règne de leur Maîtrél. L'œuvre, bien que se voulant œcuménique, demeure fortement imprégnée des valeurs protestantes, avec de fortes variations d'un pays à un autre. Les pionniers britanniques, comme le fondateur de l'œuvre, George Williams, un modeste employé drapier né en 1821, n'envisagent guère les exercices physiques comme une activité pouvant favoriser l'engagement spirituel3. William Skiton, l'un des plus inflexibles, affinne alors ne pas penser que le travail de l'Association soit de fournir un quelconque amusement à un individu4. Mais les sections américaines se développent dès leurs origines en étroites relations avec les collèges et les universités5 et elles débouchent rapidement sur une philosophie plus sécularisée et des activités
I La date de 1845 est toutefois donnée de manière très incertaine dans http://www. ymca.int/mission/history.htm, consulté en 2002. Les sources données par SHEDD (C.P.), History of the World Alliance of the YMCA 's, Londres, SPCK, 1955, p. 45, semblent toutefois suffisamment crédibles pour confnmer la date de 1852 après quelques réunions en décembre 1851. 2 L'Alliance universelle de la YMCA a son siège à Genève depuis 1878 et s'appuie toujours sur la "Base de Paris", c'est-à-dire sur la quête d'unité et l'établissement des enseignements de Dieu sur terre. Elle est aujourd'hui forte de 122 délégations nationales. L'ensemble du mouvement compte 45 millions de membres dans 14 000 associations. Cf. http://www.ymca.int/structure/roles_2001.htmethttp ://www.ymca.Int/mission/parisfr.htm. .

consultés en 2002, où est notammentreproduit le documentoriginalde la Base de Paris.

BINFIELD (C.), George Williams and the Y.MC.A. : A Study in Victorian Social Attitude, London, Heinemann, 1973. 4 Cité par BINFIELD (C.), op. cit., p. 276. 5 BAKER (W. J.), "To Pray or to Play: The YMCA Question in the United Kingdom and the United States, 1850-1900", in The International Journal of the History of Sport, vol. Il, nOI,pp.42-62,AprilI994,p.44. 29

3

plus diversifiées que dans la version britannique des YMCA. Dans les années 1850, un virage est résolument pris aux Etats-Unis en ce que les programmes doivent simultanément viser le développement du corps, de l'esprit et de l'âme, ce que symboliseront bientôt les trois côtés du triangle rouge qui constitue l'emblème de l'organisation américaine. Dès lors, les pratiques sportives y seront clairement associées aux pratiques culturelles et spirituellesl, le débat étant définitivement tranché dans les années 1880: encadré par des principes spirituels et éducatifs, le gymnase devient un instrument irremplaçable d' évangélisation2. A la fin du 19ème siècle, la YMCA américaine rationalise d'ailleurs ce projet en construisant de nombreuses installations et en professionnalisant des éducateurs physiques après 1887 dans le cadre d'un établissement spécifique, le collège international de Springfield (Massachusetts)3. C'est là que Robert J. Roberts et, surtout, Luther Halsey Gulick, le véritable inventeur du "chrétien musclé", fonnalisent et expérimentent l'influence morale et spirituelle de la gymnastique et du sport, y compris, pour le second, sous la fanne compétitive pendant les deux années de fonnation que suivent les futurs prosélytes de l' Association4. Les programmes y envisagent l'étude de I'homme à travers son corps, son âme et son esprit ce qui, plus concrètement, s'illustre dans une association alors inédite entre pratiques sportives et pratiques culturelles et spirituelles. Ce collège prépare notamment, grâce à une formation pratique et théorique, des directeurs d'éducation physique ayant vocation à intervenir aussi bien dans les milieux religieux que sa ciaux5. En effet, l'usage des jeux et des sports (...) est un bon moyen pour gagner des hommes à la cause
1 Cf. JOHNSON (E.), The History of YMCA Physical Education, Chicago, Association Press, 1979. 2 BAKER (W.J.), op. cit., p. 51. 3 Sur ce mouvement, cf. WIEBE (R.), The Searchfor Order, New York, Hill and Wand, 1967. Sur les débuts du collège de Springfield, cf. DOGGETT (L.L.), A Man and a School, New York, Association Press, 1943. A partir de 1887, le cours y dure deux ans. 4 JOHNSON (E.), The History ofYMCA Physical Education, op. cit. et BAKER (W.J.), op. cit. 5 International Young Men' s Christian Association College, Springfield Massachusetts, Thirty-fifth Annual Catalogue. 1922-1923, With Directory of Students For 1921-22 and 1922-23, 1922-23,p. 14. 30

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.