Andalousie 7 - Province de Grenade

De
Publié par

Ce chapitre Province de Grenade est issu du guide consacré à la destination Andalousie.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 4 avril 2013
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816136630
Nombre de pages : 142
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Province de Grenade

918 072 HABITANTS


Le top des restaurants

Oliver

Ruta del Azafrán

Bodegas Castañeda

Baraka

Le top des hébergements

Hotel Posada del Toro

Santa Isabel la Real

Apartamentos Turisticos San Matías


Pourquoi y aller

Grenade possède tous les attraits : la beauté, les joyaux historiques, le sens de la fête, une ambiance décontractée, et bien d’autres charmes encore. Si le sublime Alhambra est un trésor que l’on se doit de visiter – il s’agit là d’un pèlerinage fondamental –, il faut aussi se perdre dans le dédale de ruelles de l’Albaicín, l’ancien quartier musulman dont les maisons blanchies à la chaux escaladent la colline. Au gré de la ville, vous découvrirez une architecture fascinante, des bars et des restaurants traditionnels (ou innovants), le tout pimenté d’une belle énergie insufflée par les étudiants de l’université de Grenade, et d’une vie nocturne trépidante.

D’autres surprises vous attendent dans la province de Grenade, notamment les pics enneigés de la Sierra Nevada, propices au ski ou à l’escalade, ainsi que les paysages magnifiques des Alpujarras à apprécier lors de randonnées entre les villages. Ne manquez pas non plus les habitations troglodytiques de l’Altiplano (haute plaine) et les plaisirs balnéaires qu’offre la Costa Tropical.

Distances en voiture (km)

Comment circuler

Si les bus relient les plus petits villages à Grenade, être motorisé offre plus de flexibilité et permet de traverser des paysages spectaculaires. Pourtant, en ville, avoir une voiture peut s’avérer gênant, car les rues sont tortueuses, sans signalisation, et beaucoup ne sont autorisées qu’aux taxis et aux bus. Dans l’idéal, mieux vaut venir à Grenade sans véhicule ou le laisser dans un parking souterrain (onéreux) durant votre séjour. Les trains ne desservent que Grenade et Guadix.


TROIS JOURS IDYLLIQUES

Jour 1 : Le patrimoine musulman de Grenade

En début de matinée, partez visiter les palais mauresques de l’Alhambra. À midi, goûtez à la cuisine arabo-hispanique au Ruta del Azafrán, puis accordez-vous une sieste méritée. En fin d’après-midi, remontez la colline pour explorer les rues sinueuses de l’Albaicín et admirer le coucher du soleil depuis le Mirador San Nicolás. Terminez la soirée par des tapas au El Ají et dans les autres bars de la place.

Jour 2 : Petits bonheurs citadins

Après avoir rendu hommage à Ferdinand et Isabelle dans la Capilla Real, offrez-vous une glace à Los Italianos – ou une paire de chaussures près de la Plaza Bib-Rambla. Frayez-vous un chemin jusqu’au bar de l’Oliver ou de Los Diamantes pour un déjeuner de fruits de mer. Après la sieste, une seconde glace vous fera patienter jusqu’à l’heure des tapas dans les bars emblématiques de la ville, comme le Bodegas Castañeda. Puis rendez-vous au Eshavira pour un spectacle de flamenco.

Jour 3 : Séjour mémorable dans les Alpujarras

Dans les montagnes s’étirant au sud de Grenade, adoptez le rythme rural à Pitres, puis marchez jusqu’aux villages en contrebas et au pont pluriséculaire qui enjambe une rivière tumultueuse. La remontée aiguisera votre appétit, que vous pourrez satisfaire avec un délicieux repas à L’Atelier. Le soir, depuis votre lit, profitez du silence qu’interrompra parfois le tintement des clochettes des chèvres.


Hébergement

Sans surprise, Grenade ne manque pas d’hôtels, avec un bon choix dans toutes les catégories, petits budgets compris. Ailleurs, notamment dans les Alpujarras, vous trouverez quantité de petits hôtels rustiques ou de charme, qui affichent vite complet en période de vacances, surtout à Pâques. 


À NE PAS MANQUER

Les Palacios Nazaríes, résidence des souverains de Grenade, joyau du mythique Alhambra.



Les meilleurs spectacles de flamenco

Le Chien Andalou

Eshavira

Al Sur de Granada

Les meilleures boutiques de souvenirs

Tienda Librería de la Alhambra

Artesanías González

Taller del Telar

Sites Internet

Turismo de Granada (www.turismodegranada.org). Office du tourisme de la province de Grenade.

Ayuntamiento de Granada (www.granada.org). Site Internet de la municipalité de Grenade, proposant de bonnes cartes.

Granada Information (www.granadainfo.com). Informations générales sur Grenade.


GRENADE

258 000 HABITANTS / ALTITUDE 738 M

Si Séville incarne la passion et Cordoue le charme médiéval, Grenade (Granada en espagnol) conjugue les deux. Nombre de visiteurs, fascinés par l’aspect grandiose de l’Alhambra, en oublient que Grenade est la ville la plus jeune et la plus branchée d’Andalousie. Ici, une assiette de tapas gratuites accompagne toujours un verre et l’on trouve aussi bien des bars originaux que de minuscules “bistrots” à flamenco.

L’héritage mauresque de la ville est ici bien vivant. La population nord-africaine constitue environ 10% de la population et une mosquée moderne s’est installée dans le quartier médiéval de l’Albaicín. Si Grenade semble plutôt montagnarde tant les sommets enneigés de la Sierra Nevada sont proches, il est facile de rejoindre les plages de la côte pour la journée et de rentrer à temps pour profiter de la vie nocturne de la ville.

Histoire

Le véritable développement de Grenade commença en 711, lorsque les forces arabes prirent la ville aux Wisigoths avec l’aide de la communauté juive qui vivait dans une cité au pied de l’Alhambra appelée Garnata al-Jahud, d’où vient le nom de Grenade (granada signifiant aussi “grenade”, fruit qui figure sur les armes de la ville). Au XIIIe siècle, au moment de l’effondrement de l’État almohade, un potentat, Mohammed ibn Yousouf ibn Nasr, établit un émirat indépendant, avec Grenade pour capitale. Peu après, de nombreux réfugiés musulmans arrivèrent, fuyant Cordoue et Séville tombées aux mains de la Castille chrétienne. L’émirat nasride devint le dernier bastion d’Al-Andalus.

Malgré son isolement, Ibn Nasr fit de l’Alhambra une cour royale, une forteresse et un palais fastueux d’où les Nasrides dirigèrent l’émirat pendant plus de 250 ans. Durant cette période, Grenade devint l’une des plus riches villes d’Europe, avec plus de 350 000 habitants. Elle devait sa prospérité aux talents de ses innombrables marchands et artisans, en particulier sous les émirs Yousouf Ier et Mohammed V au XIVe siècle.

Vers la fin du XVe siècle, la corruption, l’ambition dévorante et de violentes rivalités surgirent entre les prétendants à la succession. L’une des factions soutenait l’émir Abu al-Hasan et sa concubine chrétienne Zoraya, tandis que les autres prenaient le parti de Boabdil (Abu Abdullah) – fils d’Abu al-Hasan et de son épouse Aixa – qui n’était pourtant qu’un enfant. En 1482, Boabdil déclencha une guerre civile puis, à la suite du décès d’Abu al-Hasan en 1485, prit le contrôle de la ville. Affaibli par ces querelles intestines, l’émirat subit les attaques des catholiques. En 1491, ils firent le siège de la ville durant 8 mois. Boabdil finit par accepter de livrer la cité en contrepartie des vallées des Alpujarras, de 30 000 pièces d’or et de la reconnaissance de la liberté religieuse et politique de ses sujets. Le 2 janvier 1492, vêtus à la mode musulmane, Isabelle et Ferdinand entrèrent dans la ville et installèrent leur cour à l’Alhambra. Toutefois, ils ne tinrent pas parole et affichèrent une intolérance féroce. Ils firent expulser les juifs d’Espagne et persécutèrent les musulmans, qui furent chassés à leur tour au début du XVIIe siècle. Grenade, ancien joyau de la couronne espagnole, entama un déclin long de deux siècles.

En 1828, l’écrivain américain Washington Irving visita le palais en ruine et décida de s’y installer. Ses Contes de l’Alhambra, publiés en 1832, incitèrent les touristes du monde entier à venir admirer l’héritage musulman de la ville, lui donnant un second souffle.

Aujourd’hui, Grenade a tout d’une cité cosmopolite, mêlant cultures espagnole, marocaine, gitane, estudiantine… et internationale, en raison des voyageurs.

À voir

La plupart des sites importants sont accessibles à pied depuis le centre, et des bus permettent de soulager les voyageurs fatigués par les ascensions.

Alhambra      ENSEMBLE PALATIAL

(carte (Cliquez ici) ; 902 44 12 21 ; www.alhambra -tickets.es ; adulte/senior UE/étudiant UE/-8 ans 13/9/9 €/gratuit, Generalife seul 6 € ; 8h30-20h 16 mars-31 oct, 8h30-18h 1er nov-14 mars, visites nocturnes 22h-23h30 mar-sam mars-oct, 20h-21h30 ven-sam nov-fév). S’élevant au-dessus des cyprès et des ormes, les imposants murs rouges de l’Alhambra abritent l’un des plus splendides sites d’Europe, inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Cet ensemble de palais, somptueusement décorés, et de jardins irrigués a inspiré de multiples légendes.

Malheureusement, le flot ininterrompu des touristes (6 000/jour en moyenne) durant la période estivale ne permet pas de prendre le temps de regarder un détail ou de s’imaginer au XIVe siècle. Préférez les mois plus calmes pour votre visite ; si cela n’est pas possible, réservez à l’avance pour la première ou la dernière tranche horaire.

Plan rapproché sur les pages suivantes


À ne pas manquer

Une dégustation du meilleur jambon du sud de l’Espagne, à Trevélez

Une escapade en voiture dans les vastes plaines que les dinosaures ont autrefois foulées, à Orce

Une soirée dans les clubs de flamenco de Grenade

Une randonnée dans les paysages époustouflants des Alpujarras

La marche ou le ski dans la Sierra Nevada enneigée

La pétillante ambiance estudiantine des nuits de Grenade

Un festin de fruits de mer dans un chiringuito (paillote de plage) à La Herradura


L’Alhambra tire son nom de l’arabe al-qala’at al-hamra (citadelle rouge). Le premier palais fut construit par Samuel Ha-Nagid, grand vizir juif de l’un des sultans zirides du XIe siècle. Aux XIIIe et XIVe siècles, les émirs nasrides transformèrent l’endroit en un palais-forteresse jouxtant une petite cité dont il ne reste que des ruines. Après la Reconquista (reconquête chrétienne), la mosquée de l’Alhambra fut remplacée par une église, et le Convento de San Francisco (aujourd’hui Parador de Granada) fut construit. Charles Quint, petit-fils des Rois Catholiques, fit détruire une aile des palais pour édifier un immense palais Renaissance, le Palacio de Carlos V. Sous l’occupation napoléonienne, l’Alhambra servit de caserne et échappa de peu à la destruction. Le site actuel a été considérablement restauré.

Palacios Nazaríes

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.