Andalousie 7 - Provinces de Huelva et de Séville

De
Publié par

Ce chapitre Provinces de Huelva et de Séville est issu du guide consacré à la destination Andalousie.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 4 avril 2013
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816136586
Nombre de pages : 123
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le top des restaurants

El Picoteo

Casa El Padrino

Agustina Restaurante

Casa Curro

Le top des hébergements

Casa de Carmona

Las Navezuelas

Hotel Sol y Mar

Molino Río Alájar

Hotel La Malvasia


Pourquoi y aller

Villes d’un blanc étincelant que dominent clochers et palais, vastes littoraux, ports de pêche dont les prises du jour sont servies dans de modestes restaurants, villages de montagne isolés, sans oublier la plus grande réserve de zone humide d’Europe : l’ouest de l’Andalousie – provinces de Séville et de Huelva – mêle de façon unique intérêt historique, beauté naturelle, génie culinaire et ensoleillement. Séville concentre toutes les attentions, et pourtant, à l’est, trois villes, beaucoup moins touristiques, s’avèrent tout aussi passionnantes sur le plan historique et loin d’être en reste côté bars à tapas ! Au sud-ouest de Séville, le Parque Nacional de Doñana (parc national de Doñana) protège une vaste zone de marécages, dunes et forêts. De là jusqu’au Portugal s’étend la Costa de la Luz, un littoral immaculé, bien loin du chaos qui règne plus à l’est. Au nord, vers l’Estrémadure, s’élève la Sierra Morena, une chaîne peu visitée, sillonnée de sentiers bien entretenus et parsemée de villages aux rues pavées.

Distances en voiture (km)

Comment circuler

Des lignes de bus relient presque toutes les destinations décrites à Séville et Huelva. Vous trouverez généralement un bus l’après-midi pour rentrer de randonnée ou de la plage. Le réseau ferré relie Huelva à Séville, et depuis ces 2 villes, des trains desservent les localités de la Sierra en allant vers l’Estrémadure. Conduire dans cette région est un plaisir, les routes sont pittoresques au nord, en direction de Cazalla de la Sierra, et vers l’ouest, en direction du Portugal.


TROIS JOURS IDYLLIQUES

Jour 1 : Les trésors de la Doñana

Commencez par une virée matinale au Parque Nacional de Doñana. L’excellente visite proposée par les guides du parc couvre les zones principales (côte, dunes, marais et forêt), et offre de nombreuses occasions d’apercevoir des daims, des sangliers et toutes sortes d’oiseaux migrateurs. À midi, dégustez des fruits de mer dans l’un des cafés du front de mer de Matalascañas, puis profitez de la plage jusqu’au soir.

Jour 2 : Dessus-dessous

Admirez la Sierra de Aracena… sous tous les angles ! Depuis le village de Castaño del Robledo, randonnez jusqu’à Galaroza, puis revenez par les rives ombragées de la Rivera de Jabugo. De retour à Castaño, installez-vous sur le balcon du Maricastaña, pour une cuisine traditionnelle avec une touche de nouveauté. Dirigez-vous vers Aracena, à l’est, pour suivre une visite de la Gruta de las Maravillas, un labyrinthe de grottes souterraines. Au dîner, arrêtez-vous au Rincón de Juan et savourez le jambon des légendaires cochons noirs qui peuplent la Sierra.

Jour 3 : La Campiña

Dans la campagne vallonnée à l’est de Séville se trouvent trois villes, trésors du baroque sévillan et paradis des amateurs de tapas. Prenez l’A 92 vers l’est, en direction d’Osuna, où vous pourrez visiter la Colegiata de Santa María et ses peintures baroques. Coupez vers le nord, à travers les plaines, pour rejoindre Écija, et ses mosaïques préservées. Puis revenez vers Séville, en vous arrêtant dans la plus grande et la plus somptueuse de ces cités, Carmona. Le soir venu, profitez des bars à tapas qui font sa réputation.


Hébergement

L’hébergement dans le nord montagneux est plutôt rustique, en revanche, les villes de La Campiña offrent un choix de demeures historiques. Sur la Costa de la Luz, Isla Cristina propose des hôtels d’un excellent rapport qualité/prix.


À NE PAS MANQUER

Le musée d’histoire d’Écija expose une demi-douzaine de mosaïques, parfaitement préservées, datant de l’époque où la ville avait une grande importance dans l’Hispanie romaine. Certaines ont été découvertes sous la place centrale.



Observer les oiseaux

Paraje Natural Marismas del Odiel

Sendero Charco de la Boca

Parque Nacional de Doñana

Dehesa de Abajo

Sierra de Aracena

Le top des plages

Matalascañas

Isla Cristina

Ayamonte

Flecha El Rompido

Sites Internet

Turismo de Huelva (www.turismohuelva.org). Descriptions de plages et recherche d’hébergement.

Sierra de Aracena (www.sierradearacena.com). Renseignements sur le nord montagneux. Indications téléchargeables pour 16 randonnées.

Turismo Sevilla (www.turismosevilla.org). Renseignements sur la province de Séville.


Plan rapproché sur les pages suivantes


À ne pas manquer

Le Parque Nacional de Doñana, domaine de l’aigle impérial ibérique

Itálica, une cité romaine bien préservée, où trône un immense amphithéâtre

La route des tapas à Carmona, toute de châteaux et d’églises

Les richesses d’Osuna, vitrine de la fortune ducale et de l’art baroque sévillan

Le jamón ibérico de bellota, provenant des célèbres cochons andalous nourris de glands

L’ambiance de carnaval d’Isla Cristina, réputée pour ses plages de sable blanc et son savoureux thon

Une balade dans les charmants villages de la Sierra Norte de Sevilla

L’architecture musulmane d’Almonaster la Real, un village isolé et labyrinthique

Les Lugares Colombinos, en route vers le Nouveau Monde


HUELVA

148 918 HABITANTS

La capitale de la province de Huelva est un port industriel moderne, sans prétention, installé entre les estuaires de l’Odiel et du Tinto. En dépit de son aspect peu engageant, le centre de la ville est plaisant et animé, et ses habitants – appelés choqueros en raison de leur goût prononcé pour les abondantes seiches (chocos) locales – sont réputés pour leur cordialité.

L’histoire de Huelva remonte à 3 000 ans, à l’époque de la phénicienne Onuba, dont la situation à l’embouchure d’un fleuve fit une base naturelle pour l’exportation de minerais vers la Méditerranée. Détruite par le tremblement de terre de Lisbonne en 1755, la ville s’agrandit après que la société britannique Río Tinto eut développé les mines de la province dans les années 1870. Aujourd’hui, Huelva possède une flotte de bateaux de pêche assez considérable et une industrie pétrochimique importante.

À voir et à faire

Même si c’est la vue d’ensemble qui séduit le visiteur avant tout, quelques sites de qualité s’imposent à Huelva.

Museo de Huelva      MUSÉE

(www.museosdeandalucia.es/cultura/museos/MHU ; Alameda Sundheim 13 ; 14h30-20h30 mar, 9h-20h30 mer-sam, 9h-14h30 dim). Installé dans l’Alameda, domaine de la bourgeoisie du début du XXe siècle, le musée de la ville de Huelva fait la part belle à l’art et l’histoire. La collection permanente est principalement axée sur l’impressionnant héritage archéologique de la province, avec, en particulier, d’intéressants témoignages de la période romaine et de l’activité minière. À l’étage, les expositions temporaires puisent dans l’important fonds artistique du musée, qui remonte au XVIe siècle.

Embarcadero de Mineral de Río Tinto      SITE HISTORIQUE

À environ 1 km au sud-ouest de la Plaza de las Monjas se trouve cet embarcadère de fer, curieux héritage du passé minier de la région. Construit pour la société Río Tinto dans les années 1870, il décrit une courbe dans l’estuaire de l’Odiel, à environ 500 m au sud du port. Les passerelles des niveaux supérieur et inférieur permettent d’agréables balades au cours desquelles on peut admirer le port et les bateaux.

Paraje Natural Marismas del Odiel      ZONE PROTÉGÉE

(959 52 43 35 ; 10h-14h et 16h-18h mar-dim). Cette réserve de 72 km², située dans l’estuaire en face de Huelva, est un système unique de marais côtiers. Point stratégique sur la trajectoire migratoire entre l’Europe et l’Afrique, il accueille une vaste population variée d’oiseaux, dont 1 000 flamants roses en hiver, ainsi que des balbuzards, des hérons cendrés et pourprés, et de nombreux autres oiseaux aquatiques.

Les marais sont accessibles par l’A497 en direction de Punta Umbría, à l’ouest de Huelva. Traversez l’un des 2 ponts parallèles enjambant le Río Odiel, puis suivez les indications “PN Marismas del Odiel” pour rejoindre le Centro de Visitantes Anastasio Senra (centre des visiteurs Anastasio Senra ; 959 50 90 11 ; 10h-14h et 18h-20h mar-dim avr-sept, 10h-14h et 16h-18h mar-dim oct-mars), qui propose une grande exposition sur l’écologie et l’histoire de la zone. Depuis la route, de nombreux chemins conduisent à de bons points d’observation des oiseaux dans la réserve. Près du centre des visiteurs, le Sendero Calatilla de Bacuta est un sentier de 750 m longeant de vieux marais salants, au bout duquel on aperçoit une petite île abritant la plus grande colonie de spatules de la péninsule Ibérique.

Fêtes et festivals

Fiestas Colombinas      FÊTE

Pendant la première semaine d’août, Huelva célèbre le départ de Colomb pour l’Amérique (3 août 1492) : 6 jours de musique, danse, fête foraine, manifestations culturelles et corridas.

Où se restaurer

Dans une ville portuaire telle que Huelva, il n’est pas surprenant de voir les produits de la mer à l’honneur dans les menus. Les nombreux bars à tapas bordant l’Avenida Pablo Rada, au nord du centre-ville, leur font d’ailleurs la part belle.

El Picoteo      TAPAS

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi