//img.uscri.be/pth/4c91d34a7f253e48e45f374f1512ac3ce780fce3
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Asie centrale 4 - Kirghizstan

De
194 pages

Ce chapitre Kirghizstan est issu du guide consacré à la destination Asie centrale.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins


Pourquoi partir

Le Kirghizstan se définit avant tout par sa topographie : ses fabuleux paysages sauvages de montagnes, ses crêtes déchiquetées et ses pâturages ondulants (jailoo) forment le décor d’une culture de bergers semi-nomades, vivant en yourte. Ajoutons à cela un réseau dense d’hébergements chez l’habitant et la récente autorisation de circulation sans visa pour les touristes, et l’on comprend pourquoi le Kirghizstan est en train de devenir la destination préférée des Occidentaux en Asie centrale. Les sites d’intérêt étant pour la plupart isolés et en altitude, il faut choisir avec soin la période de son séjour. L’été est idéal : les sentiers de randonnée sont ouverts et les routes généralement praticables. Au milieu de l’été, les touristes russes et kazakhs affluent sur les berges du lac Issyk-Koul, qui ne gèle jamais. D’octobre à mai, la plupart des hébergements ruraux ferment et les yourtes, qui ajoutent leur charme incomparable aux paysages, sont remisées. À moins de venir pour skier, évitez donc l’hiver.



Quand partir

Mai-juin Paysages en fleurs et touristes peu nombreux. Neige possible en altitude.

Mi-juil à début sept Idéal pour randonner mais les hébergements sont pris d’assaut et la chaleur est écrasante en ville.

Mars Hébergements ruraux fermés, randonnées inaccessibles. Idéal pour skier.



NOTRE CONSEIL

Les villes kirghizes ne sont pas des curiosités en elles mêmes, mais des bases d’exploration. Nos propositions ne sont que des idées de départ. La meilleure façon de découvrir le pays est de partir en explorer les jailoo et la montagne, mais n’oubliez pas l’importance des saisons.



En bref

Superficie 198 500 km2

Capitale Bichkek

Indicatif téléphonique996

Langues Kirghiz, russe

Population 5,6 millions d’habitants

Connu pour ses yourtes, ses chapeaux, ses cavaliers



Taux de change



Sites Web

www.celestial.com.kg

www.cbtkyrgyzstan.kg

www.helvetas.kg

www.kyrgyzstan.orexca.com



Visas et permis

Au moins 60 nationalités n’ont pas besoin de visa pour entrer au Kirghizstan (voir (Cliquez ici)). Pour les autres, il est souvent possible de demander un visa à l’arrivée par l’intermédiaire d’une agence. Dans certaines zones frontalières, un permis est nécessaire, mais cela ne concerne généralement que ceux qui se rendent à très haute altitude. Pour en savoir plus, voir la rubrique Visas



BUDGET

Coûts relatifs

Légèrement moins cher que les autres pays d’Asie centrale.

Budget quotidien

Dortoir en auberge de jeunesse (Bichkek) 400-900 soms, hôtel de catégorie moyenne 30-80 $US.

En-cas 15-40 soms, repas en cafétéria 60-100 soms

Bon restaurant à Bichkek 400 soms

1L d’essence 42 soms

Gammes de prix

Se loger (deux personnes) $ < 2 000 soms, $$ 2 000-5 000 soms, $$$ > 5 000 soms

Se restaurer (un plat) $ < 100 soms, $$ 100-300 soms, $$$ > 300 soms



Itinéraires

Une semaine Cap sur le lac Issyk-Koul, où Karakol est une base idéale pour quelques jours de ski ou de randonnée dans les vallées alpines, selon la saison.

Deux semaines Si vous allez vers l’Ouzbékistan, demandez votre visa ouzbek à Bichkek. Pendant ce temps, visitez Issyk-Koul et Song-Köl, puis revenez à Bichkek pour votre visa. De là, direction la vallée de Fergana via Och, avec une halte à Arslanbob.

Un mois À l’itinéraire précédent, ajoutez une excursion à cheval, une expédition d’alpinisme ou de randonnée de deux semaines.


Plan rapproché sur les pages suivantes


À ne pas manquer

La nature kirghize sous son meilleur jour, en faisant une randonnée à cheval à travers montagnes et pâturages.

La beauté de la voûte étoilée et la vie dans une yourte d’éleveurs de chèvres au lac Song-Köl, lac d’altitude cerné de pics.

Les sommets enneigés de la vallée d’Alaï, inoubliables, à admirer en traversant Sary Tach en route vers la Chine ou le Tadjikistan, en se rendant aux tournois équestres d’Atchik Tach ou en se lançant à l’assaut du pic Lénine.

Le paysage alpin à couper le souffle d’Ala-Artcha, étonnamment facile d’accès, et à seulement une heure de la capitale.

La plus grande forêt de noyers du monde, sillonnée de sentiers fleuris à Arslanbob.

La superbe route de Torougart entre Naryn et Kachgar (Chine) via Torougart.


Retour au début du chapitre

BICHKEK       БИШКЕК

0312 / 900 000 HABITANTS / ALTITUDE 800 M

Peu de choses à visiter dans cette ville néanmoins vivante et verdoyante. On y vient pour la nature qui l’entoure et non pour son architecture. Parfois, par temps particulièrement clair, la chaîne de l’Alataou (Ala-Too) kirghize surgit comme par enchantement à l’horizon. Pour les voyageurs, Bichkek est surtout une étape confortable où collecter un visa ou deux avant de poursuivre l’aventure en Asie centrale.

Histoire

La ville de Bichkek a été fondée en 1878 sur le site d’une garnison russe. Auparavant, il n’y avait que la petite forteresse Pishpek du khan de Kokand, datant de 1825. Son nom provient probablement du sogdien pechagakh, signifiant “lieu au pied des montagnes”. D’autres explications étymologiques plus prosaïques donnent comme origine du nom le terme kazakh/kirghiz pichkek/bichkek, qui désigne un ustensile servant à baratter le koumis.

De 1926 à 1991, le nom soviétique de la ville fut Frounzé, en l’honneur de Mikhaïl Frounzé, commandant lors de la guerre civile russe qui prit Khiva et Boukhara en 1920 à la tête de troupes bolchéviques.

À voir

Les principaux sites de Bichkek sont les parcs et les musées au nord du Tchou (ou Chuy), aux alentours de la place Ala-Too. N’attendez pas trop de l’architecture, à moins d’être fan des grands bâtiments soviétiques, blocs de béton sans âme. Quelques élégants édifices néoclassiques font exception, comme l’Opéra et le Ballet national, quelques bâtiments universitaires et une partie de la place autour de la Philharmonie.

Musée national d’Histoire      MUSÉE

(Musée Lénine ; carte ; place Ala-Too ; tarif étranger plein/étudiant 150/75 soms ; 10h-18h mar-dim mars-oct, 9h30-17h mar-dim nov-fév). Paradis des soviétophiles, ce cube de marbre de 1984 abrite toujours les bas-reliefs en faux bronze étincelant et les fresques murales illustrant le sujet originel de ce musée autrefois dédié à Lénine. On y découvre aussi des photographies et des souvenirs de la révolution de 2010 (voir (Cliquez ici)), ainsi que des portraits des martyrs de cette année-là. La yourte située au dernier étage introduit une section complètement déconnectée du reste, consacrée à l’ethnologie et à l’archéologie, présentant des photographies de la riche collection d’objets scythes en or du musée. Les originaux sont en lieu sûr et montrés uniquement aux VIP.

Place Ala-Too      PLACE

(carte (Cliquez ici) ; Tchou 114, Kiev 71). Dominée par une triomphante statue de Manas, le centre de Bichkek présente un style architectural un peu brutal, pourtant étonnamment photogénique au moment de la relève de la garde au pas de l’oie, devant le drapeau national. La relève a lieu toutes les deux heures (toutes les heures en hiver).

En été, le béton de la moitié nord de la place s’efface sous les créations florales, et le spectacle son et lumière de la fontaine (carte (Cliquez ici) ; 20h).

Statue de Lénine      MONUMENT

(carte (Cliquez ici)). Se dressant autrefois sur la place Ala-Too, Vladimir a déménagé en 2003 derrière le musée d’Histoire.

Parc Dubovy      PARC

À l’entrée de ce joli parc, où aboutit la verte Erkindik (avenue de la Liberté), des peintres vendent des tableaux d’inspiration locale. Un petit jardin de sculptures se dévoile parmi les chênes, derrière la statue de Kourmanjan Datka (carte (Cliquez ici)), héroïne du XIXe siècle figurant sur les billets de 50 soms.

Musée national des Beaux-Arts      MUSÉE

(Musée des arts appliqués Gapar Aitiev ; carte ; 66 15 44 ; Soviet (Abdrakhmanov) 196 ; tarif plein/étudiant 50/25 soms ; 9h-17h mar-jeu et sam-dim, 10h-16h ven). La triste façade de béton contraste avec la grandeur néo-classique de l’Opéra juste en face, mais les collections de broderies, de tapis de feutre et la splendeur des tableaux valent la visite. Ne manquez pas les amusantes reproductions de statues égyptiennes et classiques.

Maison-musée Frounzé      MUSÉE