Asie Centrale 4ed

De
Publié par

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale
Une couverture complète de cinq pays : Kazakhstan, Ouzbékistan, Kirghizistan, Tadjikistan et Turkménistan.
Toutes les informations sur les visas et permis de séjour, pour chaque pays et pour passer d'un pays à l'autre, ainsi les différents moyens de transport.
Un chapitre dédié à la route de la Soie pour replacer le rêve dans son contexte historique
Un chapitre consacré aux activités de plein air à pratiquer sur place : trek, randonnée, randonnées équestres, VTT, alpinisme, rafting, varappe, sports d'hiver, circuits en 4x4...
Une compilation des programmes communautaires pour permettre aux voyageurs de vraiment aller au cœur du pays et de connaître la vie des locaux.
Un chapitre " Langue " offrant des éléments de communication dans les différentes langues (russe, kazakh, kirghize, tadjik, turkmène, ouzbek).



Publié le : jeudi 2 octobre 2014
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816143249
Nombre de pages : 878
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
cover

map8-1

Plan rapproché sur les pages suivantes

map8-1a

Avec ses villes médiévales aux dômes bleus, ses bazars animés et ses yourtes, l’Asie centrale continue d’incarner au XXIesiècle l’épopée de la route de la Soie.

L’empreinte de l’histoire

D’Alexandre le Grand à Gengis Khan en passant par Tamerlan, l’histoire est omniprésente lors d’un périple en Asie centrale. Les cités légendaires de Samarcande et de Boukhara, où minarets et madrasa découpent l’horizon, semblent sortir tout droit du Livre des merveilles de Marco Polo. Et, si vous partagez des brochettes avec un marchand ouzbek ou arpentez un ancien caravansérail, vous ne tarderez pas à voir présent et passé se fondre pour ne faire plus qu’un.

Retour au début du chapitre

Montagnes et yourtes

À l’est du désert et des villages de la steppe se dressent les sommets enneigés du Pamir et des Tian Shan, au Kirghizstan et au Tadjikistan. Là demeurent des communautés traditionnelles vivant de l’élevage au milieu de spectaculaires paysages de montagne. Des projets de tourisme communautaire permettent une rencontre authentique avec des bergers kirghiz nomades, qui vous accueillent dans leurs yourtes. Chevauchez jusqu’à des lacs isolés, randonnez d’une maison d’hôte villageoise à l’autre, partez en 4x4 à la découverte de sites archéologiques lointains… Les possibilités d’aventure sont quasi illimitées !

Retour au début du chapitre

Hors des sentiers battus

Pendant des siècles, le reste du monde a considéré l’Asie centrale comme une sorte de terra incognita située au milieu de nulle part plutôt qu’au cœur de l’Asie. C’est précisément ce qui attire un certain type de voyageurs, curieux de découvrir un territoire demeuré pour l’essentiel interdit d’accès au cours des deux derniers millénaires. Encore aujourd’hui, il suffit souvent de s’écarter légèrement des sentiers battus pour se retrouver seul. Rien d’étonnant donc à ce que les interactions culturelles authentiques soient encore possibles en Asie centrale. D’ailleurs, ceux qui s’aventurent dans des endroits peu visités et encore plus à l’écart du monde moderne, comme le Turkménistan et une grande partie du Kazakhstan, sont rarement pressés d’en repartir.

Retour au début du chapitre

Un accueil chaleureux

Que vous souhaitiez découvrir les joyaux architecturaux de Boukhara ou explorer à cheval les hauteurs du Pamir, vous serez accueilli partout en Asie centrale avec une hospitalité spontanée et généreuse. Ajoutez à cela la fascination pour une région oubliée qui est en train de devenir un élément géopolitique essentiel, et vous obtenez l’un des endroits les plus fabuleux d’Asie !

MEP / GETTY IMAGES ©

yourtes, massif des Tian Shan, Kirghizstan


Pourquoi j’aime l’Asie centrale

Par Bradley Mayhew, auteur

À mes yeux, chaque république d’Asie centrale réserve son lot de bonheurs. J’aime les paysages montagneux sans pareil du Tadjikistan et l’incroyable tradition d’hospitalité des Wakhi et des Kirghiz. En Ouzbékistan, c’est le poids du passé et le sentiment de voyager sur les traces des plus grands explorateurs et conquérants de l’histoire. Il y a quelque chose d’unique et même d’un peu étrange en Asie centrale, comme si les règles habituelles du tourisme ne s’y appliquaient pas de la même manière qu’ailleurs. Pour moi, cette région est absolument addictive, et, pour couronner le tout, je suis un chachlikophile invétéré !

Pour en savoir plus sur nos auteurs, lisez (Cliquez ici).


Retour au début du chapitre

Samarcande

1 Ce fut Tamerlan qui transforma Samarcande, étape clé sur la route de la Soie, en l’une des plus belles villes d’Asie. Visitez son mausolée, le Gour-e-Amir, et la nécropole qui renferme les tombeaux des proches de Tamerlan. La mosquée Bibi Khanoum, dont on peut visiter les vestiges, fut érigée pour l’épouse de Tamerlan. Ne manquez pas non plus l’étonnante place Registan (l’un des plus remarquables ensembles du monde musulman), les grands bazars et le site d’Afrasiab, où l’on a retrouvé une fresque du VIIe siècle.

SEUX PAULE / GETTY IMAGES ©

Chah-i-Zinda

Retour au début du chapitre

Boukhara

2Boukhara est la ville la plus intéressante d’Asie centrale. En son centre, se trouve l’Ark, la cité royale médiévale, que jouxte le minaret Kalon. La place Liab-i-Haouz, construite autour d’un bassin, est l’endroit le plus calme de la ville, idéal pour reprendre des forces après avoir exploré le réseau de bazars, de hammams et de halles. Promenez-vous dans les petites rues labyrinthiques recélant des synagogues secrètes, des sanctuaires soufis et des madrasa presque oubliées. Boukhara compte aussi les B&B les plus chics de la région, dont beaucoup sont aménagés dans des maisons de marchand reconverties.

TRAVEL INK / GETTY IMAGES ©

Minaret Kalon

Retour au début du chapitre

Architecture d’Astana

3 La capitale kazakhe créée de toutes pièces (Cliquez ici) émerge des steppes tel un mirage pour révéler une architecture parmi les plus modernes et audacieuses d’Asie. De la plus grande tente du monde imaginée par Norman Foster à la pyramide du palais de la Paix et de l’Harmonie, Astana est l’enfant du président Nazarbaïev et le visage moderne du Kazakhstan. La ville en constante évolution accueillera l’Exposition universelle de 2017.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.