Asie Centrale Le nouveau grand jeu

De
Publié par

En ce début de XXIe siècle, les grandes puissances énergivores de la planète s'intéressent de près aux ex-républiques soviétiques d'Asie centrale, et aux importantes ressources en hydrocarbures qu'elles recèlent. Voyageant du Caucase au Cachemire, des steppes kazakhes au plateau iranien, le journaliste allemand Lutz Kleveman a ramené de son périple un récit révélateur des dessous de la géopolitique énergétique moderne.
Publié le : vendredi 1 février 2013
Lecture(s) : 23
EAN13 : 9782336288611
Nombre de pages : 240
Prix de location à la page : 0,0141€ (en savoir plus)
Voir plus Voir moins
7 jours d'essai offerts
Ce livre et des milliers d'autres sont disponibles en abonnement pour 8,99€/mois
En couverture :p ohotrgpaih eedré Grygoej DgeaeSI.r: NB879 3-2-920436-2 -525 nEd  exxeiecd bétu les gra siècle,nass secsedniup s re ldeerénvoginiét esnatè alprès de pent ressuqilbupér-xe xua desqutiiéov sesaléM egntbusd lisiAcee rant. leidlpmotaei ,el se fermeté et de ttem selœ ne tnegitérastelu qesniic trpedl ap l ontuvrer bu pouimx rtpocèacaus ritn nu  ruearagocarbure en hydrssuocrsenaet ser acet-fû, ongiré al elècer euq sn soatioidérconstu e eotxid  urpremiheacsts de, ak seppea sehkaze. VcialeantoyagaCcud  uuaC sa eale male Lndz utvelKnamer a nemau plateau iranie,nl  eojruaniltstalévér ticér nussdes ler sur eupielp rés no éedque iatitras cen .enhciRm euredontcos,reene en r aégpolouo sedl nergétiqitique él seotsuilséo bula pord e à arolod egayobad ennar con s vdet ne uonvuae urGna demières lignes dv iuneviua trp xe  dHiloist qre ce d de farsanse  tartnlciauaé leab tune ssre dte reilortép ueJ discordommes depilasep sep ircn ute dnenssaou dutit are iuqsnocå, 47É  å91ÉåÉ ãÖaa í açåaêÑ Éêìíaêéochainese des prse.d céneinàç, åaìêåêÅé áaîáíëáäíÉ ÉÇ  ÉåçëÉti ,ocn effil aé deectutroper sxua segae trua qdus incoëá É àåÅÉ Éí äÜáëíç Éêá àÅááëaä ÇíÉ òÉëäP ,âÉÉïëïÉN ,íáZÉÉ Dá, éÜêaÉÖÉäíìÉêëÉa Éîëê íáÇåÉ ÉÖaòáó MaaóÄçíçÜéaêÖçëÉäÅ íÉ s Seíáaêon m. deD áaóäT Ç åa ëÉäåí éaêìëéÜáÉë ëçÜÉ TntdoêÉ GÉï Nilop ega ,seuqit ìå aîÉÅëìÅÅîáÑ ãa,ÉíaG áä éé Äì eIl éstlegantmeìé ëÅáäÄçáía .ëåis récits de voyl atuue redt or
Traduit de l’anglais par Grégory Dejaeger
Asie centrale le nouveau Grand Jeu
Lutz Kleveman
íêÉë éaóáÉìêë aì.ë ãaäÉAäå  ÉÉ,Öåíaëìäé ëåaÇ íÉ ÉåÖ-Uåáíaíëìñ Éèë aB-ÉêåaÉÇ åêG,ëÉ 
 
 
 
 
 
 
Asie centrale le nouveau Grand Jeu
  Lutz Kleveman Asie centrale le nouveau Grand Jeu          Traduit de l’anglais par Grégory Dejaeger              
 
 
Du même auteur
    Der Kampf um das Heilige Feuer. Wettlauf der Weltmächte am Kaspischen Meer, Berlin, Rowohlt, 2002. Kriegsgefangen, Münich, Siedler Verlag, 2011.    
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-29204-5 EAN : 9782336292045
Introduction
Laprès-midi du 16 décembre 2001, un avion de transport C-17 noir de lUS Air Force entame sa descente vers les plaines de lAsie centrale. À son bord, le général Christopher Kelly, cinquante ans, a pour mission détablir une base aérienne américaine dans la petite république du Kirghizstan. Pour la première fois de leur histoire, des troupes américaines se déploient sur un territoire de lex-Union soviétique dans le cadre dune mission de combat. Celle-ci a pour cible les poches de résistance du réseau terroriste Al-Qaida et autres combattants talibans retranchés à plus de six cents kilomètres au sud, dans les montagnes de lAfghanistan. À 15h32 précises, heure locale, le C-17 se pose sur le tarmac de laéroport civil de Manas, près de la capitale kirghize Bichkek. Deux jours plus tôt, une tempête de neige, la plus terrible quait connu le pays depuis des décennies, a tout dévasté sur son passage. Toute la nuit, les ouvriers de laéroport ont travaillé à coups de pelles pour déblayer la piste datterrissage.« Qui aurait cru, à lépoque de la guerre froide, que je mettrais un jour les pieds ici ? », glisse Kelly, vingt-huit années de service dans lUS Air Force, en observant les énormes monticules de neige. Dans quelques semaines, une base de 3 000 hommes devra être établie sur laéroport.les choses sérieuses commencent ! »« Fini de rire. Cette fois-ci, , lance-t-il. La venue du général Kelly est le fruit de lalliance conclue peu de temps auparavant entre les États-Unis et lancienne république soviétique, dans le cadre dun partenariat qui aurait été impensable il y a quelques années seulement. Les attaques terroristes du 11 septembre 2001 et la campagne américaine en Afghanistan qui a suivi ont placé lAsie centrale, une région aussi méconnue que les Balkans il y a dix ans à peine, au centre de toutes les attentions. Ce territoire immense, situé entre les rives orientales de la mer Noire et les sommets de la chaîne du Pamir, était jusqualors considéré comme le « trou noir du monde ». Durant plus de soixante-dix années que dura loccupation soviétique, la région entourant la mer Caspienne, le plus grand lac intérieur du monde, fut isolée de lOccident et pratiquement inaccessible aux étrangers. Suite à la chute de lUnion soviétique en 1992, huit républiques du Caucase et dAsie centrale  la Géorgie, lArménie, lAzerbaïdjan, le Kazakhstan, le Kirghizstan, lOuzbékistan, le Turkménistan et le Tadjikistan  obtinrent leur indépendance et ouvrirent leurs frontières avec leurs voisins méridionaux et la Chine, dans le but détablir de nouvelles relations politiques et économiques visant
7
à faciliter leur transition vers le capitalisme. Aujourdhui, pourtant, la plupart des ex-républiques soviétiques de la région caspienne sont encore dirigées par danciens communistes et généraux du KGB obligés dadopter une rhétorique nationaliste pour assurer leur contrôle dictatorial sur des États en quête didentité. La plupart de ces républiques sont en effet le produit des politiques staliniennes, peu soucieuses du bariolage des peuples qui caractérise les territoires en question et est à lorigine des nombreux conflits ethniques ravageant actuellement la région. Ces nouveaux États, qui nont souvent dindépendants que le nom, tentent en outre de se défaire du joug hégémonique de Moscou en recherchant des alliances nouvelles. Si la guerre contre Al-Qaida a attiré lattention de la communauté internationale sur limportance stratégique de la région caspienne, la campagne dAfghanistan nen constitue pas moins quun des nombreux épisodes, aussi important fût-il, dun conflit bien plus étendu encore : le nouveau Grand Jeu. Ce terme, utilisé pour la première fois au début des années 1990, sert à désigner le pendant moderne du premier Grand Jeu qui, au XIXe siècle, opposa lEmpire britannique à la Russie tsariste pour le contrôle de lAsie centrale, une page de lhistoire retracée par Rudyard Kipling dans son romanKim*. Lorsque les armées du tsar conquirent le Caucase et subjuguèrent les tribus nomades du Turkestan, Londres et Calcutta y virent une menace envers la colonie des Indes, joyau de la couronne britannique. Le gouvernement russe de Saint-Pétersbourg craignait de son côté que les Britanniques nincitent les tribus musulmanes dAsie centrale à se révolter contre lui. Les deux empires se disputèrent ainsi le contrôle de lAfghanistan, qui, de par sa position centrale stratégique, offrait la meilleure base possible pour lancer une invasion qui de lInde, qui du Turkestan. Lord George Nathaniel Curzon, vice-roi des Indes en 1898, connaissait parfaitement les enjeux du Grand Jeu pour les Britanniques :« Le Turkestan, lAfghanistan, la Transcaspienne, la Perse, pour beaucoup de gens ces mots névoquent que des contrées lointaines, ou le souvenir détranges vicissitudes et de romantisme moribond. Pour moi, javoue que ce sont les pièces dun échiquier où lon joue pour dominer le monde. »De nos jours, un siècle plus tard, de grands empires se positionnent à nouveau pour contrôler le cur du continent eurasien, laissé à labandon après la chute du régime soviétique. Les acteurs daujourdhui ne sont plus ceux dantan et les règles du jeu néocolonial beaucoup plus complexes quil y a un siècle ; les États-Unis ont ainsi remplacé les Britanniques et, aux côtés des Russes, toujours bien présents, on trouve maintenant des puissances régionales telles que la Chine, lIran, la Turquie et le Pakistan, ainsi que des sociétés transnationales dont les budgets dépassent de beaucoup ceux de la plupart des pays dAsie centrale et qui poursuivent leurs propres intérêts stratégiques. Ce qui distingue le Grand Jeu actuel, ce sont les _____________ * Lexpression nouveau Grand Jeu fut utilisée pour la première fois par le journaliste pakistanais Ahmed Rashid. VoirLombre des talibans, Editions Autrement, 2001. Ibid., p. 188.
8
enjeux. Alors quà lépoque victorienne, Londres et Saint-Pétersbourg se disputaient laccès aux richesses de lInde, à lheure actuelle, ce sont les ressources énergétiques de la Caspienne, principalement le pétrole et le gaz, qui suscitent la convoitise des protagonistes. Les côtes et les profondeurs de la Caspienne renferment en effet les plus grandes réserves inexploitées de combustible fossile de la planète. Selon les estimations, celles-ci sont comprises entre 50 et 110 milliards de barils de pétrole et entre 5 et 13 billions de mètres cube de gaz naturel. Le département américain de lénergie avance un taux de probabilité confortable de 50% sur des réserves totales de 243 milliards de barils de pétrole. À eux seuls, lAzerbaïdjan et le Kazakhstan détiennent des réserves estimées à plus de 130 milliards de barils de pétrole, soit trois fois plus que les réserves américaines. Seule lArabie saoudite, avec 262 milliards de barils, possède des réserves plus importantes. Lété 2000 vit en outre la découverte, le long des côtes kazakhes, du gisement pétrolier géant de Kashagan, considéré comme lun des cinq plus grands au monde*. La présence de pétrole et de gaz dans la région caspienne est connue depuis des siècles. Au Moyen Âge déjà, des adeptes du culte zoroastrien se rendaient en pèlerinage sur la péninsule dApchéron, située dans lAzerbaïdjan actuel, afin de vénérer les flammes gazifières qui sen échappaient  ce qui est encore le cas de nos jours  et quils considéraient comme des feux sacrés. Aujourdhui, sociétés énergétiques transnationales, États littoraux et autres grandes puissances mondiales se disputent ce même feu sacré dans la quête désespérée dalternatives augolfe Persique, qui détient toujours plus de deux-tiers des réserves en pétrole que compte le globe. Ce qui pourrait fort bien savérer être la dernière ruée vers lor de la planète a provoqué leuphorie dans les ministères de lénergie des puissances industrielles, les gouvernements démocratiques ne sembarrassant guère de la corruption qui ronge les potentats caspiens et les sociétés transnationales, contrats lucratifs en poche, investissant plus de 30 milliards de dollars dans de nouvelles facilités de production. De nouveaux investissements portant sur quelque cent milliards de dollars supplémentaires sont également à létude. Contrairement aux gisements pétroliers de la Russie postcommuniste et de lÉtat saoudien, qui noffrent que peu dopportunités de coparticipations, le boom de la Caspienne se révèle être une véritable aubaine pour les compagnies pétrolières. Les officiers russes et britanniques, déguisés pour la plupart en explorateurs et cartographes, dont les chemins se croisaient sur lantique Route de la soie au XIXe siècle ont aujourdhui fait place à des aventuriers dun genre nouveau, géologues et autres ingénieurs pétroliers. Les courageux participants au « tournoi des ombres », comme le baptisa le comte Karl Robert Nesselrode, ministre des affaires étrangères du tsar, ont laissé la place aux majors, aux bureaucrates et aux forces armées.
_____________ *  Les meilleures sources pour les statistiques énergétiques sont lAgence internationale de lénergie, Paris ()rgw.iww.oeaet le département américain à lénergie ()vog.www.doe.eia
9
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.