Brésil 8 - Rio de Janeiro

De
Publié par

Ce chapitre Rio de Janeiro est issu du guide consacré à la destination Brésil.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.







Publié le : jeudi 17 avril 2014
Lecture(s) : 19
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816144888
Nombre de pages : 216
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Sur la route

i0062.jpg
i0063.jpg

Rio de Janeiro

%0XX21/ 6,3 MILLIONS D’HABITANTS

Le top des restaurants

Le top des lieux pour faire la fête

Pourquoi y aller

Flanquée de monts couverts de végétation luxuriante et de plages d’une beauté époustouflante, la Cidade Maravilhosa (“Ville merveilleuse”) possède des atouts inestimables.

Les Cariocas (habitants de Rio) sont la parfaite incarnation de la joie de vivre. Outre le célèbre carnaval, les occasions de prendre du bon temps sont légion, qu’il s’agisse de passer le samedi sur la plage d’Ipanema, de faire la fête à Lapa, d’assister à un match de foot au Maracanã, ou encore de se joindre à une roda de samba (littéralement “ronde de samba”) improvisée sur les trottoirs de Leblon, de Copacabana ou de n’importe quel autre quartier de la ville.

Les collines verdoyantes et les plages de sable blanc bordant l’océan sont une véritable invitation à l’aventure : surf à Prainha, randonnée dans la forêt de Tijuca, ou ascension du Pain de Sucre. Rio a aussi sa face sombre, qui se manifeste par son taux de criminalité et de criantes inégalités sociales. N’en demeure pas moins que le visiteur, à peine parti, ne rêve que d’une chose : revenir au plus vite.

Quand partir

i0064.jpg

Déc-fév Chaudes journées à la plage et calendrier festif chargé, avec les préparatifs du carnaval.

Avr-mai Journées plus fraîches mais ensoleillées, foules moins denses et prix en baisse.

Juin Basse saison ; températures plus fraîches mais encore beaucoup d’ambiance lors des Festas Juninas.

Rio en 5 jours

Tout d’abord, cap sur la plage d’Ipanema. Au déjeuner, optez pour l’un des restaurants de la Rua Días Ferreira, à Leblon. Le soir, admirez le coucher du soleil depuis la Praia do Arpoador, puis dînez dans l’un des kiosques au bord de l’eau de la Lagoa Rodrigo de Freitas. Le lendemain, grimpez au Pain de Sucre, puis baladez-vous à Urca. L’après-midi, flânez dans le quartier bohème de Santa Teresa, puis enchaînez avec une soirée de samba à Lapa. Le troisième jour, partez randonner dans le Parque Nacional da Tijuca. Le soir, dînez dans l’un des excellents restaurants d’Ipanema. Le quatrième jour, explorez le vieux Centro historique, puis, à l’heure de l’apéritif, joignez-vous aux Cariocas dans la Travessa do Comércio. Le dernier jour, flânez sur la plage de Copacabana, puis terminez par la montée jusqu’au Cristo Redentor pour une vue imprenable sur la ville.

FIÈVRE OLYMPIQUE

Rio ayant décroché l’organisation des JO de 2016, elle a investi à hauteur de 11,5 milliards de dollars (en plus des 14 milliards de dollars engagés pour la Coupe du monde de 2014) pour construire quantité de nouvelles infrastructures, se doter de milliers de chambres d’hôtel supplémentaires, et rénover ses stades, dont le célèbre Maracanã, qui jouera un rôle de tout premier ordre. Le transport demeure un problème crucial : le métro sera prolongé jusqu’à Barra (site du Village olympique), et de nouvelles voies de bus seront mises en place. Hormis Barra, d’autres secteurs de la ville seront réhabilités, dont le port, qui accueillera de nouveaux musées, un tramway ainsi que de nouveaux parcs et espaces verts.

Les quartiers en un clin d’œil

  • Ipanema et Leblon Du beau monde, de belles plages, excellents restaurants et bars, shopping haut de gamme.
  • Lagoa kiosques au bord de l’eau, pistes cyclables.
  • Jardim Botânico Jardin botanique, tables haut de gamme.
  • Copacabana Front de mer touristique bordé d’hôtels, kiosques en bord de plage et nombreux restaurants.
  • Botafogo Bars animés à l’ambiance très couleur locale.
  • Urca Cadre ravissant et ambiance de village, téléphérique menant au sommet du Pain de Sucre.
  • Flamengo et environs Parque do Flamengo au bord de la baie, verdoyant quartier de Laranjeiras à l’ouest et petit train à crémaillère menant en haut du Corcovado.
  • Centro Centre-ville animé, fort d’une riche histoire, d’intéressants musées et d’églises baroques.
  • Santa Teresa Quartier bohème, vieilles demeures, jolie vue.
  • Lapa Vie nocturne dynamique, avec clubs de samba et fêtes de rue rassemblant une foule dense le week-end.
  • Zona Norte Stade Maracanã et sites en lien avec la royauté.
  • Barra da Tijuca Plage splendide, centres commerciaux.

DIMANCHE À RIO

De nombreux musées de Rio sont gratuits le dimanche, c’est donc la journée idéale pour les visiter. S’il fait beau, optez pour la plage. Le dimanche est aussi le jour où la route du front de mer, entre Leblon et Leme, est fermée aux voitures (jusqu’à 18h).

En chiffres

  • Population 6,3 millions
  • Superficie 1 182 km²
  • Indicatif téléphonique 0xx21

Sites Web

  • Riotur ( www.rioguiaoficial.com.br ). Office du tourisme de Rio.
  • Le Petit Journal ( www.lepetitjournal.com/rio-de-janeiro ). Actualité du Brésil pour les expatriés francophones.
  • BossaNovaBrasil ( www.bossanovabrasil.fr ). Blog sur la musique brésilienne et les sorties à Rio.
  • Veja Rio ( http://vejario.abril.com.br ). Pour les lusitanophones : culture et sorties à Rio.

À goûter

  • Açaí Sorte de smoothie confectionné avec une baie amazonienne.
  • Feijoada Ragoût de porc et de haricots noirs, servi le samedi.
  • Acarajé Beignets bahianais, vendus sur le marché d’Ipanema (Cliquez ici).
  • Agua de coco Eau de noix de coco fraîche.
i0065.jpg

À ne pas manquer

1Le défilé des Cariocas qui paradent sur la magnifique plage d’Ipanema (Cliquez ici) tout en folâtrant dans les vagues.

2Une longue marche le long de la plage de Copacabana (Cliquez ici) entrecoupée d’un verre à un kiosque du front de mer.

3La montée en petit train à crémaillère qui mène jusqu’au Cristo Redentor (Cliquez ici), au sommet du Corcovado, où la vue est éblouissante.

4Les clubs de samba de Lapa (Cliquez ici), quartier où la musique est reine.

5La montée en téléphérique et le panorama grandiose sur Rio depuis le sommet du Pain de Sucre (Cliquez ici).

6Une balade dans les hauteurs de Santa Teresa (Cliquez ici), quartier bohème aux airs de village.

7La ferveur des supporters du club de Flamengo dans le mythique stade Maracanã (Cliquez ici).

8Les réjouissances du carnaval en compagnie du roi Momo et d’une foule en liesse.

Histoire

L’explorateur portugais Gonçalo Coelho fut le premier Européen à débarquer à Rio. En janvier 1502, il s’engagea dans une immense baie et, la prenant pour un fleuve (rio), inventa le nom qui allait devenir celui de la ville d’aujourd’hui. La colonisation portugaise s’effectua par à-coups, mais dès le XVIIe siècle, Rio était la troisième ville du Brésil (après Salvador de Bahia et Recife-Olinda). Les esclaves noirs furent acheminés par milliers pour travailler dans les plantations de canne à sucre de plus en plus prospères puis, au XVIIIe siècle, dans les mines d’or de l’État du Minas Gerais.

En 1807, le prince-régent, qui deviendra roi sous le nom de João VI, et sa cour (15 000 personnes) embarquèrent pour le Brésil pour échapper à invasion imminente des troupes de Napoléon Bonaparte.

Dom João tomba amoureux du Brésil : il proclama Rio capitale du Royaume uni du Portugal, du Brésil et de l’Algarve. Il devint ainsi l’unique monarque européen à gouverner depuis une colonie du Nouveau Monde.

Vers la fin du XIXe siècle, grâce à l’immigration européenne et aux migrations intérieures (essentiellement des esclaves quittant les plantations de canne à sucre et de café dont l’activité était en déclin), la population de la ville explosa.

Des années 1920 à la fin des années 1950, Rio connut son âge d’or. L’ouverture de grands hôtels en fit une destination exotique pour les stars d’Hollywood et la jet-set internationale.

Durant les années 1960, des immeubles modernes furent érigés et certains des plus beaux édifices rasés. À la même époque, les migrants qui fuyaient la misère du Nordeste vinrent grossir les populations des favelas. La splendeur de la Cidade Maravilhosa commença à se ternir, et la violence et la criminalité augmentèrent.

En entrant dans le nouveau millénaire, Rio ne laissa pas pour autant derrière elle les problèmes sociaux ni la violence qui continua de faire des milliers de victimes, en particulier dans les favelas. Les classes moyennes et supérieures semblaient résignées à vivre barricadées dans des résidences surveillées, tandis que les bidonvilles voisins, d’un grand dénuement, connaissaient des flambées de violence.

i0066.jpg
Ipanema, Leblon et Gávea
æÀ voir
1Casa de Cultura Laura AlvimG3
2Elevador do Morro do CantagaloG2
3H SternE3
4Plage d’IpanemaD3
5Mirante do LeblonA4
6Museu Amsterdam SauerE3
7Parque Garota de IpanemaH4
8Praia de LeblonB3
ØActivités
9Galeria RiverH4
ÿOù se loger
10Arpoador InnH4
11BonitaG3
12Casa MosquitoH3
13Che Lagarto IpanemaD3
14Golden Tulip Ipanema PlazaG3
15Hostel HarmoniaF3
16Hotel FasanoG3
17Hotel San MarcoD3
18Hotel VermontF3
19Ipanema Beach HouseE2
20Ipanema Hotel ResidênciaF2
21Ipanema InnE3
22Lemon Spirit HostelB3
23Mar IpanemaD3
24Margarida’s PousadaD2
25Marina All SuitesB3
26Rio Hostel – IpanemaH3
27Ritz Plaza HotelA3
28Sol IpanemaF3
29Z Bra HostelA3
úOù se restaurer
30Armazém do CaféA3
31Azul MarinhoH4
32BazzarE2
33BenkeiD3
34Bibi CrepesB3
Brasileirinho(voir37)
35CafeínaF3
36CapricciosaF3
37Casa da FeijoadaG3
38Delírio TropicalE3
39Felice CaffèG3
40FronteraG3
Galitos Grill(voir 45)
41Gringo CafeF2
42Koni StoreE3
43Koni StoreF3
44Koni StoreA3
45LaffaG3
46LagoonC1
47MarchéE3
48New NaturalF3
49PintxoH3
50Polis SucosE3
51Prima BruschetteriaA3
52Sushi LeblonA3
53Talho CapixabaA3
54Terzetto CafeG3
55UruguaiF3
56Vegetariano Social ClubB2
57VeroF3
58VezpaA3
59Via SeteE2
60YogoberryF3
61Zazá Bistrô TropicalF3
62Supermarché Zona SulA3
63Supermarché Zona SulG3
64ZukaA3
ûOù prendre un verre et faire la fête
65Academia da CachaçaB2
66Bar AstorG3
67Bar LagoaF2
68Bar VelosoA3
Baretto-Londra(voir16)
69BarzinF3
70Cobal do LeblonB2
71Delirium CafeF3
72DevassaG3
73EmpórioE3
74Galeria CaféG3
75Garota de IpanemaF3
76JobiA3
77MeltA3
78Palaphita KitchG1
79Shenanigan’sG3
80Tô Nem AíF3
ýOù sortir
Cafeína(voir35)
81Estação IpanemaD3
82MirandaC1
83Studio RJG3
84Vinícius Show BarF3
þAchats
85AquimE2
86CavistE2
Cobal do Leblon(voir70)
87ForumE2
88Gilson MartinsE3
89Feira Hippie de IpanemaG3
90Isabela CapetoE2
91Livraria da TravessaD3
Maria Oiticica(voir 93)
92OsklenE2
93Shopping LeblonC2
94Toca do ViníciusF3

Comme la situation s’aggravait, le gouvernement brésilien décida d’investir dans l’amélioration des systèmes sanitaires des favelas de Rio, de leurs rues et de leur système de soin. Depuis 2012, plusieurs dizaines de favelas bénéficient de ces programmes de réhabilitation, le but étant de les étendre aux 1 000 favelas de Rio à l’horizon 2020, pour un coût total estimé à 8 milliards de reais. 1

À voir

Jadis puissante “capitale de l’Empire brésilien” (comme l’a qualifiée un roi portugais) Rio a bien plus à offrir que de superbes plages. Des ruelles du vieux quartier bohème de Santa Teresa au charme presque villageois d’Urca, les rues coloniales, les magnifiques églises et les places verdoyantes offrent mille occasions de balades.

Le centre historique de Rio, sa lagune (Lagoa Rodrigo de Freitas), le luxuriant jardin botanique (Jardim Botânico) et les langues de forêt tropicale atlantique qui s’insinuent en de nombreux endroits de la ville sont autant de lieux fascinants à découvrir. Et c’est sans compter la vue fantastique du haut du Pain de Sucre et de la statue du Cristo Redentor, les îles tranquilles de la baie, la beauté sauvage des plages du sud-ouest, l’ambiance vibrante des marchés où les vendeurs proposent aussi bien de vieux enregistrements de samba que des jabutica-bas (fruits locaux) acidulés. 1

1Ipanema et Leblon

Ipanema et Leblon, destinations enchanteresses s’il en est, comptent des cafés en terrasse, des bars et des restaurants alignés le long de rues arborées, ainsi qu’une plage magnifique surplombée par les pics jumeaux des Dois Irmãos (Deux Frères), qui lui donnent son cadre unique et spectaculaire. Elles sont le fief des Cariocas aisés, jeunes et vieux, gays et hétéros.

Rendue célèbre au début des années 1960 par le tube de bossa-nova A Garota de Ipanema (The Girl from Ipanema), la plage devint le lieu de prédilection des artistes, des intellectuels et de riches libéraux qui fréquentaient les terrasses des cafés. Après le coup d’État militaire de 1964 et la répression qui suivit, beaucoup de cette population bohème dut s’exiler. Pendant les années 1970, Leblon s’est transformé en centre de la vie nocturne. Les restaurants et les bars de Baixo Leblon (le bas Leblon) regroupaient une nouvelle génération d’artistes et de musiciens. Aujourd’hui encore, Leblon reste un quartier animé la nuit, même si la vie nocturne s’est déplacée vers Lapa.

Praia de Ipanema

PLAGE

(carte Cliquez ici ; Av. Vieira Souto). Longue bande de sable, la plage d’Ipanema est ponctuée de postos (postes) qui la subdivisent en secteurs aussi variés que la ville même. Le Posto 9, qui fait face à la Rua Vinícius de Moraes – du nom du compositeur de la célèbre chanson A Garota de Ipanema –, semble réunir le plus de corps sveltes et bronzés. Cette partie de la plage répond aussi au nom de Cemetério dos Elefantes, en raison des vieux gauchistes, hippies et artistes qui y traînent parfois. Face à la Rua Farme de Amoedo, la plage, surnommée Bolsa de Valores ou Crystal Palace, est le rendez-vous des gays. Le Posto 8 est la plage des enfants des favelas.

À l’extrémité est la Praia do Arpoador, entre Ipanema et Copacabana, est le spot de surf le plus populaire de Rio, et un endroit apprécié pour profiter du magnifique coucher du soleil sur les Dois Irmãos (Deux Frères), les montagnes jumelles à l’autre bout de la plage.

Praia de Leblon

PLAGE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici). Séparée d’Ipanema par les jardins et le canal du Jardim de Alah, la plage de Leblon est davantage fréquentée par des familles. Son ambiance est par conséquent un peu plus paisible que celle de sa voisine à l’est. Les parents d’enfants en bas âge apprécieront Baixo Bebê, entre les postes 11 et 12, où se rassemblent aussi les familles. Il y a une petite aire de jeux sur le sable.

Mirante do Leblon

BELVÉDÈRE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ; Av. Niemeyer). Quelques pêcheurs se mêlent aux couples venus admirer le panorama depuis ce point de vue à l’extrémité ouest de Leblon. Le luxueux Sheraton Hotel se dresse à l’ouest, avec à proximité la favela de Vidigal, l’une des plus emblématiques de Rio – et qui attire aujourd’hui de plus en plus de visiteurs.

H. Stern

BIJOUX, MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%2106-0000 ; www.hstern.net ; Rua Garcia D’Ávila 113 ;h9h-18h lun-ven, 9h-14h sam). FLe célèbre joaillier H. Stern autorise le public à jeter un coup d’œil dans les coulisses du siège de sa compagnie. On peut aussi demander à visiter le petit musée qui expose des gemmes rares ainsi qu’une collection fournie de tourmalines. Un vendeur vous attend après la visite, ce que certains apprécient moyennement. Un refus poli mais ferme permet d’accéder au niveau suivant (le showroom) puis à la sortie. Navette gratuite depuis/vers n’importe quel grand hôtel de Rio.

Museu Amsterdam Sauer

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%2512-1132 ; www.amsterdamsauer.com  ; Rua Garcia D’Ávila 105 ;h9h-19h lun-ven, 9h-16h sam).FÀ côté du musée H. Stern, ce musée possède également une collection impressionnante de pierres précieuses (plus de 3 000 pièces au total) et deux reconstitutions de mines.

Parque Garota de Ipanema

PARC

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ; à côté de Rua Francisco Otaviano, près de Rua Bulhões Carvalho ;h7h-19h). Ce petit parc un peu miteux à côté du rocher de la plage d’Arpoador comporte une minuscule aire de jeux, une aire en ciment appréciée des skateurs, et un belvédère avec vue sur la plage d’Ipanema. Les piétons passant d’Ipanema à Copacabana, ou inversement, le traversent.

Casa de Cultura Laura Alvim

CENTRE CULTUREL

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%2267-1647 ; Av. Vieira Souto 176, Ipanema). Centre culturel d’Ipanema, en bord de mer, comprenant un théâtre, une galerie d’art et un modeste café.

Elevador do Morro do Cantagalo

ASCENSEUR, POINT DE VUE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ; angle Rua Barão da Torre et Rua Teixeira de Melo).FHaute de 64 mètres, la tour de verre de l’ascenseur du Morro de Cantagalo se voit de loin. Relié à la station de métro située juste à côté de la Praça General Osório, cet ascenseur, inauguré en 2010, transporte ses passagers jusqu’en haut de Cantagalo, une favela coincée entre Ipanema et Copacabana. Certes, la vue sur la mer est très belle, mais ce qui compte avant tout pour les habitants, c’est de bénéficier d’un moyen simple de rentrer chez eux au lieu de devoir gravir des centaines de marches. Une fois en haut, continuez votre ascension à pied afin d’admirer une vue encore plus belle sur Ipanema et le lac de Leblon.

En termes de sécurité, il n’y a aucun risque à visiter Cantagalo depuis l’arrivée des unités policières de pacification en 2009.

1Gávea, Jardim Botânico et Lagoa

Ces quartiers aisés débutant au nord d’Ipanema et de Leblon font face à la Lagoa Rodrigo de Freitas, paisible lac bordé d’un sentier pédestre et cyclable ponctué de kiosques. Autre atout de taille : le jardin botanique, avec ses palmiers grandioses, ses orchidées rares et ses plantes à fleurs de couleurs vives, qui a donné son nom au quartier. Outre ces merveilles naturelles, ces quartiers comptent d’excellents restaurants, des bars branchés, un planétarium et l’hippodrome de la ville.

Lagoa Rodrigo de Freitas

LAC

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici). Site des plus pittoresques, le lac Rodrigo de Freitas, alimenté en eau salée par un canal traversant le Jardim de Alah, est entouré d’un sentier de 7,2 km destiné aux promeneurs et aux cyclistes. Il est possible de louer des vélos (10 R$/heure) aux stands installés sur la rive orientale du lac, ainsi que des pédalos (20 R$/30 min). Ceux qui préfèrent la caipirinha aux pédalos en forme de cygne se replieront sur les kiosques des bords du lac. Installés sur les deux rives, ils proposent boissons et nourriture en plein air, parfois accompagnés de musique live.

i0071.jpg
Jardim Botânico et Lagoa
æLes incontournables
1Jardim BotânicoB3
æÀ voir
2Lagoa Rodrigo de FreitasD4
3Parque LageD1
ØActivités
4Hipódromo da GáveaB4
5Nirvana (Jockey Club)B4
úOù se restaurer
6Arab Da LagoaC4
7Braseiro da GáveaA4
8DRI CafeD1
9GuimasA4
ûOù prendre un verre et faire la fête
10Bar do HortoA2
11Caroline CaféC2
12HipódromoA4
þAchats
13Dona CoisaB2

Jardim Botânico

JARDIN BOTANIQUE

Plan offlineGoogleMaps

%(3874-1808 ; www.jbrj.gov.br ; Rua Jardim Botânico 920 ; 6 R$ ;h9h-17h). Ce jardin exotique de 137 hectares, créé sur ordre du prince-régent Dom João en 1808, compte plus de 8 000 espèces de plantes. Ne manquez pas la rangée de palmiers (plantés lors de l’inauguration du jardin), la section consacrée à l’État de l’Amazonas, le lac où flottent des nénuphars géants et l’orquidário, serre à orchidées abritant plus de 600 espèces. Des singes venant de la forêt tropicale voisine font parfois leur apparition. Un agréable café donne sur le jardin. Pensez à emporter du répulsif contre les insectes.

Parque Lage

PARC

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%3257-1800, visite guidée 3257-18721 ; www.eavparquelage.rj.gov.br ; Rua Jardim Botânico 414 ;h8h-17h).FCe parc splendide, au pied du Parque Nacional da Tijuca (voir l’encadré Cliquez ici), est situé à environ 1 km du Jardim Botânico. Il abrite des jardins à l’anglaise, de petits lacs et une maison de maître accueillant un café et des expositions gratuites. La forêt tropicale atlantique (forêt endémique) entoure le Parque Lage, et l’on aperçoit parfois des singes et des toucans à travers la végétation. C’est le point de départ de difficiles randonnées menant au sommet du Corcovado (attention des vols ont été signalés sur les chemins, ne partez pas seuls).

Planetário

PLANÉTARIUM

%(2274-0046 ; www.planetariodorio.com.br ; Av. Padre Leonel Franca 240 ; tarif plein/réduit 10/5 R$ ;h9h-17h lun-ven, 15h-18h sam-dim). Le planétarium abrite un musée, une praça dos telescópios (place des télescopes) et un dôme sophistiqué, dont les murs peuvent refléter plus de 6 000 étoiles (des séances de 40 min ont lieu dans le dôme le week-end et les jours fériés). Les visiteurs peuvent aussi observer le ciel nocturne (20 R$) au télescope le mardi, le mercredi et le jeudi de 19h30 à 20h30 (18h30 à 19h30 en hiver).

Parque da Catacumba

PARC

%(2247-9949 ; www.parquedacatacumba.com.br ; Av. Epitácio Pessoa ;h8h-17h mar-dim). En bordure du lac (mais de l’autre côté d’une rue très passante), ce parc et jardin de sculptures s’est doté de nouveaux équipements de sports de plein air en 2010, notamment un mur d’escalade de 7 m (20 R$), une tyrolienne (20 R$), une paroi de descente en rappel (100 R$) et un parcours dans la canopée (30 R$). L’ensemble est géré par Lagoa Aventuras%(4105 0079 ; www.lagoaaventuras.com.br ). Une simple promenade dans le parc ne coûte rien. Un court sentier escarpé (15 min de marche) mène au Mirante do Sacopã, un belvédère offrant une vue panoramique à 130 m au-dessus du lac.

Museu Histórico da Cidade

MUSÉE

%(2512-2353 ; Estrada de Santa Marinha 505). Actuellement fermé pour rénovation, cette demeure du XIXe siècle située dans le ravissant Parque da Cidade abrite le Musée historique de la ville. En plus de sa collection permanente, qui s’intéresse à l’histoire de Rio depuis sa fondation, en 1565, jusqu’au milieu du XXe siècle, le musée possède d’intéressantes collections de meubles, porcelaines, photographies et tableaux d’artistes réputés. Le parc, gratuit, est ouvert de 7h à 18h.

Instituto Moreira Salles

CENTRE CULTUREL

%(3284-7400 ; www.ims.com.br ; Rua Marquês de São Vicente 476 ;h11h-20h mar-dim).FLe splendide centre culturel à côté du Parque da Cidade renferme plus de 80 000 photographies, dont une grande partie montre les anciennes rues de Rio. Le jardin, qui comporte un lac artificiel et une rivière, a été conçu par l’architecte paysagiste brésilien Burle Marx. On y trouve aussi une boutique d’artisanat et un café désuet où déjeuner et prendre le thé l’après-midi.

Nirvana

SPA

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%2187-0100 ; www.enirvana.com.br ; Jockey Club, Praça Santos Dumont 31, Gávea ; h10h-22h lun-ven, jusqu’à 20h sam). À l’intérieur du Jockey Club (Cliquez ici), ce spa ensoleillé propose une gamme complète de prestations et de soins relaxants, et donne accès à un sauna. Pour en profiter pleinement, réservez un forfait à la journée, comprenant un cours de yoga, le déjeuner, un gommage, un choix de soins divers (réflexologie, reiki, massages aux pierres chaudes, etc.) et un bain d’aromathérapie.

1Copacabana et Leme

Tapie entre les collines et l’océan, la plus célèbre des plages de Rio dessine une courbe longue de 4,5 km. S’il n’est plus symbole de glamour, le quartier de Copacabana demeure fascinant, malgré son atmosphère chaotique. Immeubles de style Art déco, hôtels décatis du front de mer et ruelles bordées d’arbres voient affluer une foule mélangée de touristes, de Cariocas de la classe moyenne, et d’habitants des favelas (qui vivent sur les collines du voisinage). En dépit de ses défauts, le quartier a ses charmes – ses botecos (petits bars en plein air) à l’ancienne, ses restaurants éclectiques, ses rues pleines de vie et sa plage mythique ensorcellent toujours de nombreux visiteurs.

Copacabana est un nom qui vient d’un village bolivien du lac Titicaca (du quechua copa “endroit lumineux”, caguana “eaux bleues”). Les historiens pensent qu’une statue de la Vierge (Notre-Dame de Copacabana) fut apportée à Rio et consacrée dans une petite chapelle, près d’Arpoador. Copacabana demeura un village de pêcheurs jusqu’à l’ouverture du Túnel Velho en 1891, qui la relia au reste de la ville.

La construction en 1923 du Copacabana Palace, hôtel néoclassique, inaugura l’âge d’or de Copacabana qui devint la destination tropicale favorite des gens riches et célèbres. Le quartier resta la perle de Rio jusque dans les années 1970, époque où il amorça son déclin.

Praia de Copacabana

PLAGE

(carte Cliquez ici ; Av. Atlântica). Légendaire, la plage de Copacabana est un long croissant de lune débordante d’activité : des footballeurs surexcités hurlent l’hymne de leur équipe, les Cariocas et les touristes se pressent aux kiosques pour siroter des caipirinhas, les enfants des favelas jonglent avec un ballon rond et les vendeurs de plage zigzaguent en criant parmi les corps bronzés. L’agitation et la relative propreté de la plage peut en décevoir certains, qui préféreront sans doute le calme de la plage de Leme, à l’extrémité est de la plage, près du Morro do Leme.

Museu Histórico do Exército e Forte de Copacabana

MUSÉE

Plan offline

(carte Cliquez ici ;%2521-1032 ; angle Av. Atlântica et Rua Francisco Otaviano, Copacabana ; 4 R$ ;h10h-16h mar-dim). Édifié en 1914 sur le promontoire de l’ancienne chapelle Notre-Dame de Copacabana, le fort de Copacabana fut l’une des premières constructions défensives de Rio. Sa construction d’origine, en particulier ses murs épais de 12 m défendus par des canons Krupp, a été préservée. Les différents étages du musée du fort retracent l’histoire de la colonie portugaise jusqu’au milieu du XIXe siècle. Des cafés offrent une vue imprenable sur Copacabana.

Forte Duque de Caxias

FORT

Plan offlineGoogleMaps

(Forte do Leme ; carte Cliquez ici ;%3223-2034 ; Praça Almirante Júlio de Noronha ; 4 R$ ;h9h30-16h30 mar-dim). Plus connue sous le nom de Forte do Leme, cette base militaire est désormais ouverte au public. Les visiteurs peuvent monter jusqu’au sommet du Morro do Leme (colline de Leme) par un sentier escarpé de 800 m qui traverse la forêt tropicale. En haut, un fort du XVIIIe siècle offre une vue sensationnelle sur le Pain de Sucre et les îles Cagarras.

1Botafogo

Botafogo, quartier résidentiel de classes moyennes, n’affiche ni la sensualité d’Ipanema ni la “décadence” de Copacabana, mais c’est l’une des zones les plus traditionnelles de Rio. Elle compte d’intéressants petits musées, plusieurs cinémas et quelques bars et restaurants animés.

Botafogo eut son heure de gloire au XIXe siècle, après l’arrivée de la cour portugaise au Brésil. L’épouse de João VI, Carlota Joaquina, s’y fit construire une villa de campagne sur la baie de Guanabara, l’un de ses lieux de baignade favoris. La famille royale s’étant installée dans la région, il existe encore de nombreuses résidences princières, parfois transformées aujourd’hui en école, en théâtre ou en centre culturel.

VAUT LE DÉTOUR

PARQUE NACIONAL DA TIJUCA

Plus grande forêt urbaine du monde, la Floresta da Tijuca (autre nom du Parque nacional da Tijuca) est l’ultime vestige de la Mata Atlântica (forêt tropicale atlantique) qui s’étendait jadis sur toute la région côtière autour de Rio de Janeiro. En seulement 15 minutes, vous quittez la jungle de béton de Copacabana pour plonger dans les 120 km2 de jungle tropicale du Parque Nacional da Tijuca%(2491-1700 ; www.parquedatijuca.com.br  ;h8h-17h)F. Difficile d’imaginer plus violent contraste ! Arbres impressionnants, ruisseaux et cascades,pics et terrains vallonnés composent la forêt, parcourue par un excellent réseau de sentiers. Outre les oiseaux et de petits animaux, toute une vie l’habite : les candomblistas (adeptes du candomblé) déposent des offrandes au bord des routes, des familles viennent pique-niquer et les randonneurs les plus courageux grimpent jusqu’au sommet du Pico da Tijuca (1 012 m).

Le parc est divisé en quatre secteurs, chacun comportant un accès. Le secteur de l’Alto da Boa Vista (entrée par la Praça Afonso Vizeu ; bus 301, 333, 308, 309 et 345), le cœur de la forêt, recèle plusieurs sites d’intérêt, naturels ou nés de la main de l’homme : des superbes cascades (Cascatinha Taunay, Cascata Gabriela et Cascata Diamantina), une chapelle du XIXe siècle (Capela Mayrink) et de nombreuses grottes (Gruta Luís Fernandes, Gruta Belmiro et Gruta Paulo e Virgínia). Il abrite également une agréable aire de pique-nique (Bom Retiro) et des restaurants près des Ruínas do Archer (les ruines de la maison du commandant Archer). Tijuca ne serait d’ailleurs pas la même sans Archer : c’est lui qui entreprit de replanter la forêt en 1862 afin de rétablir son écosystème initial, après qu’elle eut été déboisée des années durant au profit des plantations de café et de canne à sucre.

Procurez-vous des cartes à l’entrée du parc. Mieux vaut s’y rendre en taxi, ou en participant à l’un des circuits organisés mentionnés Cliquez ici.

Museu do Índio

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%3214-8736 ; www.museudoindio.org.br  ; Rua das Palmeiras 55 ; 3 R$ ;h9h-17h30 mar-ven, 13h-17h sam-dim). L’exposition interactive sur les ethnies du nord du Brésil est une excellente introduction à la vie économique sociale et religieuse des populations amérindiennes. Les quatre habitations grandeur nature dans la cour, près de la section réservée à la nourriture et aux plantes médicinales locales, ont été construites par les représentants de quatre ethnies différentes.

Museu Casa de Rui Barbosa

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%3289-4663 ; www.casaruibarbosa.gov.br  ; Rua São Clemente 134 ; 4 R$, gratuit dim ; h10h-17h30 mar-ven, 14h-18h sam-dim). L’ancienne demeure (entièrement restaurée en 2003) du célèbre journaliste et diplomate brésilien Rui Barbosa est maintenant un musée qui abrite sa bibliothèque et ses effets personnels. Barbosa joua un rôle crucial dans le développement socio-économique du pays au début du XXe siècle.

1Urca

La visite d’Urca offre une escapade plaisante, loin de l’agitation urbaine. Les promeneurs flânent au même rythme que les résidents, le long des rues calmes et ombragées, alternant styles architecturaux très divers et jardins impeccables. Sur la digue, qui dessine la limite nord-ouest du Pain de Sucre (Pão de Açúcar), les pêcheurs attrapent leur repas du soir et les couples se reposent à l’ombre des palmiers, en profitant de la vue sur la baie de Guanabara et le Cristo Redentor, au loin. De la minuscule plage de Praia Vermelha, au sud, la vue sur Rio est superbe. Un court mais charmant sentier de promenade s’en évade.

La baie de Guanabara fut l’objet d’une expédition française menée en 1555 par Nicolas Durand de Villegagnon, qui y établit une petite colonie française – nommée la “France antarctique” –, reprise quelques années plus tard par les Portugais. Bien qu’Urca ait été le siège d’une des premières garnisons portugaises de la région, il lui fallut près de 300 ans pour se transformer en quartier résidentiel. Aujourd’hui, ce quartier est l’un des plus sûrs de la ville et, malgré le Pain de Sucre planté en son milieu, encore souvent ignoré des visiteurs.

i0073.jpg

oPão de Açúcar

COLLINE, POINT DE VUE

Plan offlineGoogleMaps

(Pain de Sucre ; carte Cliquez ici ;%2546-8400 ; www.bondinho.com.br  ; Av. Pasteur 520, Urca ; tarif plein/réduit 53/26 R$ ;h8h-19h50). Vue du sommet du Pain de Sucre, Rio est sans conteste la plus belle ville du monde. Les moments propices à l’ascension sont nombreux, mais c’est au coucher du soleil et par temps dégagé que le panorama est absolument spectaculaire.

Inuagurés en 1912 et aujourd’hui centenaires, deux téléphériques mènent au sommet, à 396 m au-dessus de Rio. Le premier monte jusqu’au Morro da Urca, à 220 m d’altitude. De là, on peut admirer la baie de Guanabara et les courbes sinueuses du littoral. Côté océan, la vue plonge sur la Praia Vermelha. Le Morro da Urca possède, entre autres, un restaurant, une boutique de souvenirs, un terrain de jeux, un théâtre en plein air et une piste d’atterrissage pour hélicoptères (possibilité de survols).

Le second téléphérique grimpe jusqu’au Pain de Sucre proprement dit. Du sommet, la vue, impressionnante, s’étend sur la ville, jusqu’au mont Corcovado dominé par la statue du Cristo Redentor, à l’ouest, et la plage de Copacabana, au sud. Le téléphérique part toutes les 30 minutes.

Ceux qui préfèrent escalader ce haut rocher de granit devront s’inscrire à l’un des circuits des agences de voyages (voir Cliquez ici).

Pista Cláudio Coutinho

SENTIER DE RANDONNÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;h6h-crépuscule). Tout le monde adore cette piste pavée de 2 km qui zigzague sur le flanc sud du Morro da Urca. À l’ombre de la végétation, on entend les vagues s’écraser sur les rochers en contrebas. Pour y accéder, parcourez 100 m au nord en longeant la Praia Vermelha (avec la station de téléphérique derrière vous), et vous verrez le début du sentier droit devant, juste après la plage.

Après environ 300 m de marche, un petit sentier non balisé monte au Morro da Urca. De là, vous pouvez grimper en téléphérique au sommet du Pain de Sucre en économisant quelques reais. Vous pouvez aussi grimper à pied, mais l’ascension est déconseillée sans un guide expérimenté et un équipement adapté.

Praia Vermelha

PLAGE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ; Praça General Tibúrcio). À l’ombre du Morro da Urca, la petite et tranquille Praia Vermelha offre des eaux calmes et une vue superbe sur le littoral rocheux et le Pain de Sucre. Elle doit son nom de vermelha (rouge) à son sable épais. La baignade n’y est pas toujours conseillée – renseignez-vous sur la propreté de l’eau.

1Flamengo

Flamengo était autrefois le quartier chic de Rio, mais quand le tunnel reliant Copacabana ouvrit en 1904, il perdit son prestige. Le long des trottoirs ombragés, les restaurants à l’ancienne et les bars traditionnels côtoient les échoppes à jus de fruits et les cybercafés d’où s’échappe la Música Popular Brasileira (MPB). C’est là aussi que le Parque do Flamengo borde une jolie plage, hélas trop polluée pour la baignade.

C’est ici que la petite colonie française de l’explorateur Nicolas Durand de Villegagnon, débarquée sur un îlet de la baie Guanabara (ancien fort Coligny), choisit de s’établir en 1556. Le bourg fut nommé Henriville en hommage au roi Henri II, préfigurant la ville de Rio avant même l’installation définitive des Portugais dans la région en 1567, qui détruisirent l’établissement français pour y fonder la future capitale du Brésil colonial.

Parque do Flamengo

PARC

Plan offlineGoogleMaps

(Parque Brigadeiro Eduardo Gomes ; carte Cliquez ici). Résultat d’un projet de terrassement qui nivela la colline São Antônio en 1965, le Parque do Flamengo s’étend du centre-ville de Rio jusqu’à Botafogo en passant par Glória, Catete et Flamengo.

Les cyclistes et les adeptes du roller filent sur les sentiers qui sillonnent le parc, quand les nombreux terrains de sports, notamment de football, ont l’océan pour arrière-plan. Le dimanche et les jours fériés, les avenues qui traversent le parc sont fermées à la circulation automobile (de 7h à 18h).

Conçu par le paysagiste brésilien Burle Marx, le parc compte près de 170 000 arbres de 300 espèces différentes. Il accueille par ailleurs trois musées, dont celui d’Art moderne, le Monumento Nacional aos Mortos da II Guerra Mundial (mémorial de la Seconde Guerre mondiale) et celui dédié à la chanteuse Carmen Miranda.

Museu Carmen Miranda

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(carte Cliquez ici ;%2334-4293 ; Av. Rui Barbosa 560 ; h10h-17h mar-ven, 13h-17h sam-dim).FSi Carmen Miranda a perdu de sa notoriété dans le reste du monde, la chanteuse et actrice a encore des fans au Brésil ; elle est même une icône pour la communauté gay de Rio. Jetez un coup d’œil aux photos, écoutez les enregistrements et regardez un film composé de quelques clips, le tout à la gloire de cette icône brésilienne.

1Cosme Velho

S’étirant à l’ouest de Laranjeiras, Cosme Velho est l’un des quartiers les plus visités de la ville, sans doute en raison de la présence de la statue du Christ Rédempteur, qui s’élance au-dessus des rues sinueuses.

oCristo Redentor

SYMBOLE

(Christ Rédempteur ;%2558-1329 ; www.corcovado.com.br  ; station du train à crémaillère, Rua Cosme Velho 513 ; tarif plein/réduit 46/23 R$ ; h8h-19h). Perché à 710 m, au sommet du Corcovado (“bossu”), le Christ Rédempteur semble vouloir enserrer toute la baie de ses bras en croix, une expression placide sur le visage. Éclairé la nuit, telle une veilleuse rassurante, il est visible de quasiment tout Rio.

i0076.jpg

1. Carioca da Gema (Cliquez ici)

On danse et on chante au son de la samba dans ce club à l’éclairage tamisé.

LONELY PLANET IMAGES / GETTY IMAGES ©

i0077.jpg

2. Plage d’Ipanema (Cliquez ici)

Une longue étendue sablonneuse appréciée de tous.

LONELY PLANET IMAGES / GETTY IMAGES ©

i0078.jpg

4. Cristo Redentor (Cliquez ici)

Le Christ Rédempteur caresse la ville de son regard bienveillant.

ANDY CAULFIELD / GETTY IMAGES ©

i0079.jpg

3. Santa Teresa (Cliquez ici)

Rues pavées et architecture coloniale caractérisent ce quartier, le plus pittoresque de Rio.

SOUTH AMERICA / ALAMY ©

i0080.jpg

Impressionnante (elle pèse 1 145 tonnes), la statue se dresse de tous ses 33 mètres de hauteur. La réalisation du projet, lancée en 1923, fut confiée au sculpteur français Paul Landowski, qui réalisa dans ses ateliers de Boulogne une maquette en plâtre de 4 mètres de haut, ainsi que la tête (3,75 m) et les mains (3,20 m).

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi