Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Bretagne Nord 2 - Côte d'Emeraude, de Cancale à Dinard

De
0 page

Ce chapitre Côte d'Emeraude, de Cancale à Dinard est issu du guide consacré à la destination Bretagne Nord.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Côte d’Émeraude, de Cancale à Dinard


Le top des hébergements

Maison de la Marine

Hôtel de la Rance

Hôtel Quic-en-Groigne

Le top des restaurants

Le Balafon

Côté Mer

Le Chalut


Pourquoi y aller

Elle évoque immanquablement un parfum de vacances : la Côte d’Émeraude, qui s’étend administrativement sur les départements de l’Ille-et-Vilaine et des Côtes-d’Armor, depuis Cancale et la pointe du Grouin jusqu’au cap Fréhel, tient son nom de la couleur de ses eaux, et en dit long sur l’étendue des plaisirs balnéaires qu’elle offre. Sauvage lorsqu’elle s’avance en mer, dentelée et ponctuée de criques cernées de hautes falaises, cette côte est aussi celle des grandes étendues sableuses propices aux activités nautiques.

Mais la Côte d’Émeraude – et en cela réside toute la spécificité de son pan ille-et-vilainois – concentre aussi certaines des plus belles villégiatures du littoral de la Bretagne Nord, dont l’écho dépasse bien souvent nos frontières. Qu’il s’agisse de Saint-Malo, ville corsaire aux remparts fortifiés, de Dinard et de ses somptueuses maisons Belle Époque accrochées aux falaises, ou des stations balnéaires plus modestes que sont Saint-Lunaire et Saint-Briac-sur-Mer, le charme de la Côte d’Émeraude tient sans conteste autant à ses nuances de vert qu’à son patrimoine architectural et à l’histoire de ses eaux.

Les noms de Jacques Cartier, Chateaubriand, Surcouf ou Duguay-Trouin résonnent le long d’une côte sur laquelle souffle un vent d’aventure, que l’on souhaite porteur et contagieux.

Quand partir

Mai et octobre Deux festivals à Saint-Malo pour les amoureux des livres : Étonnants voyageurs à la Pentecôte et Quai des bulles (BD) en octobre.

Printemps Direction la pointe du Grouin pour observer les oiseaux qui nidifient sur l’île des Landes, de l’autre côté de la “vieille rivière”.

Octobre Les cinéphiles se donnent rendez-vous à Dinard pour le Festival du film britannique. Cinq jours d’inédits Made in Britain.


À ne pas manquer

1 Goûter l’air revigorant de la pointe du Grouin, à cheval entre la Côte d’Émeraude et la baie du Mont-Saint-Michel

2 Déambuler dans Saint-Malo, la ville intra-muros et ses remparts

3 Flâner dans Dinard et arpenter ses quartiers de la pointe de la Malouine et du Moulinet

3 Découvrir la petite rade de Saint-Briac-sur-Mer et son château (privé) sur l’île du Nessay


Retour au début du chapitre

CANCALE ET SES ENVIRONS

Cancale (Kankaven)

Cancale est l’étape par excellence des amateurs de fruits de mer. En effet, ce port, situé à une quinzaine de kilomètres de Saint-Malo, vit au rythme de l’ostréiculture, qui occupe plus de la moitié de la ville. Celle-ci est divisée en deux parties : le bourg, sur les hauteurs, appartenait aux notables, aux armateurs et aux commerçants aisés, et le port de la Houle, avec ses maisons accolées les unes aux autres, était le lieu de vie et de travail des pêcheurs de morue. Même si l’on ne pêche plus sur les bancs de Terre-Neuve, la disposition de la ville est, elle, restée la même. Aujourd’hui, les touristes sont le plus souvent concentrés le long du port. Sans forcément dormir à Cancale, réservez-vous au moins une halte pour déjeuner ou dîner dans l’un de ses nombreux restaurants.

Histoire

La légende prétend qu’un Gallois du nom de Conald Mewen aurait débarqué sur ces rives en 548. Avec ses oncles, il aurait évangélisé une partie de la région, avant d’être canonisé sous le nom de saint Méen. La paroisse du village aurait été placée sous sa protection. Après avoir subi les assauts des Vikings aux IXe et Xe siècles, Cancale devint le chef-lieu de la seigneurie de Plessis-Bertrand. Puis, en 1545, François Ier lui décerna le titre de ville. Elle fut bombardée et pillée à deux reprises par les Anglais, en 1758 et en 1779. Ce n’est qu’en 1816 que l’Angleterre relâcha plusieurs centaines de prisonniers cancalais.

Renseignements

La circulation des voitures est parfois limitée sur le port. Le stationnement y est payant tous les jours de 11h à 20h, avec un maximum de temps autorisé de 2 heures (2,40 €). Une astuce : garez-vous sur le parking gratuit situé derrière l’église.


AVEC DES ENFANTS


Office du tourisme (02 99 89 63 72; www.ville-cancale.fr, www.cancale-tourisme.fr; 44 rue du Port; juil-août tlj 9h30-13h et 14h30-19h, sept-juin lun-sam 9h30-13h et 14h30-18h, ouvert jours fériés). L’office se situe dans la ville : pas forcément pratique si vous êtes garé au port de la Houle. Une annexe (02 99 89 74 80; juil-août lun-sam 10h-12h et 16h-19h, dim 16h-19h), établie dans la halle à marée, est ouverte en été .

Centre multimédia Espace Bel Air (02 23 15 12 31; 1 rue du Herpin; un quart d’heure 0,85 €, une demi-heure 1,35 €, 1 heure 2,35 €; vacances scolaires lun et ven 9h-12h30 et 13h30-17h30, mar 15h-22h, mer 13h30-18h, jeu 17h-22h; hors vacances mar et jeu 9h-12h30 et 13h30-17h30, mer 13h-18h, ven 17h30-22h, sam 13h30-17h). Accès Internet.

À voir

Ferme marine     INSTRUCTIF

(02 99 89 69 99; www.ferme-marine.com; adulte/enfant 7/3,70 €; juil à mi-sept visite tlj 11h, 15h et 17h, mi-sept à fin oct et mi-fév à fin juin lun-ven 15h). Étape incontournable d’un passage à Cancale, elle est située sur la route de la Corniche, aux parcs Saint-Kerber. Cancale produit chaque année environ 1 000 tonnes d’huîtres plates draguées au large de la baie, et près de 5 000 tonnes d’huîtres creuses cultivées dans les parcs. Un film d’un quart d’heure, suivi d’une visite de l’atelier ostréicole, permet de comprendre la manière dont on pratique cet élevage. Une exposition présente 1 500 espèces de coquillages du monde entier. Mieux vaut visiter la ferme en semaine pour voir les ostréiculteurs en plein travail.

Musée des Arts et Traditions populaires et du vieux Cancale     HISTOIRE LOCALE

(02 99 89 79 32, 02 99 89 71 26; http://pagesperso-orange.fr/cancamuse; pl. Saint-Méen; tarif plein/réduit 3,50/1,75 €, gratuit moins de 12 ans; juil-août tlj 10h-12h et 14h30-18h30 sauf lun matin, juin et sept ven-lun 14h30-18h30, mai sam-dim et ponts 14h30-18h30). Aménagé dans une partie de l’ancienne église néogothique Saint-Méen, ce musée, à vocation locale et ethnographique, permet de découvrir l’histoire de la ville à travers ses personnages, ses costumes, mais aussi les métiers de la mer et de la terre, sans oublier l’ostréiculture et les expéditions à Terre-Neuve.

Activités

Plages

Cancale possède plusieurs plages agréables. La plus connue est la plage du Verger (surveillée), grande et belle étendue de sable. La plage de Port-Mer abrite un club pour les petits. Les plages qui s’étendent de Cancale à Port-Mer sont toutes des plages de galets. Autres plages de sable : celles de la Saussaye et du Petit-Port.

Sorties en mer

L’Association Bisquine Cancalaise (02 99 89 77 87; www.lacancalaise.org; la halle à marée, 15 pl. du Calvaire; journée adulte/enfant 55/35 €; avr-oct tlj sauf mer et dim) propose des sorties à la journée ou à la demi-journée sur une bisquine, bateau de pêche traditionnel, La Cancalaise. Parmi ses balades : la route des forts de Cancale à Saint-Malo et la découverte de l’archipel de Chausey, avec escale sur la grande île. Embarquement à Port-Mer.

Pour les amoureux de voile, Gilles Lamiré, skipper officiel de la Route du Rhum, vous emmène à bord de son trimaran (06 17 04 02 70, 06 46 48 76 35; lamiregilles@yahoo.fr; Défi Cancale; individuel/groupes 12 pers 90/800 €; mai-oct tlj 9h-12h et 14h-17h) pour voguer sur les flots durant 3 heures. Départ de Port-Briac. L’École de voile (02 99 89 90 22, 06 62 86 90 34; ecoledevoileportmer@wanadoo.fr; en saison jeu-ven matin) de Port-Mer propose également des sorties en trimaran, ainsi qu’une balade ornithologique en kayak le long des côtes de Cancale (adulte 30 €, durée 3 heures, à partir de 11 ans).

Enfin, pour joindre l’utile à l’agréable, pourquoi ne pas aider l’association Al-Lark (06 78 71 41 09; www.al-lark.org; départ plage de Port-Pican; famille/adulte/enfant moins de 15 ans 70/30/15 €; mi-avr à mi-nov sam-dim, tlj juil-août) à compter le nombre de grands dauphins évoluant dans les baies de Saint-Malo et du Mont-Saint-Michel? Cette association étudie les cétacées et œuvre pour leur protection. Elle propose des sorties en mer de 3 heures à bord de son bateau, le Tursiop II (minimum 8 pers).

Où se loger

Auberge de jeunesse     AU GRAND AIR

(02 99 89 62 62; cancale@fuaj.org; Port-Picain; carte Fuaj obligatoire, forfait nuit + petit-déj haute/basse saison 21,60/20,60 €; accueil juil-août 8h-22h, mai-juin et sept 8h-12h et 17h-21h, oct-avr 9h-12h et 18h-20h, fermé déc-jan; ). Située en retrait d’une jolie petite plage, dans un vaste chalet, cette auberge dispose de 72 lits répartis dans des chambres de 2 à 8 personnes. En venant de Cancale, suivez la direction de la pointe du Grouin (D201). À pied, il vous faudra compter 30 minutes de marche. Également accessible en bus par la ligne 10 (5 bus/jour toutes les heures en éte de 7h à 22h). Réservation indispensable.

Hôtel La Houle     BON MARCHÉ

(02 99 89 62 38; 18 quai Gambetta; d 33-58 €; fermé jan). L’adresse la moins chère de Cancale. Les premiers prix sont des doubles avec douche et WC sur le palier. Accueil familial. Propose également des chambres d’hôtes dans la ville, à l’extrémité du port.

Chambres Victor-Hugo     SIMPLICITÉ

(02 99 89 92 81; www.le-victor-hugo.com; 20 rue Victor-Hugo; d 48-58 €; Pâques-11 nov). Une adresse située dans une ruelle parallèle au port. Les 5 chambres (3 avec sdb, 2 avec salle d’eau), quoique petites, sont bien aménagées. Entrée indépendante et petit-déjeuner dans une grande salle au rdc. Préférez les chambres du deuxième étage.

Le Grand Large     HÔTEL-RESTAURANT€€

(02 99 89 82 90; www.hotellegrandlarge.com; 4 quai Jacques-Cartier; d petite/grande 55/79 €, tr/q 94/109 €; menus 14,90-32,90 €; fermé jan et début fév; ). Située au tout début du quai en venant du Mont, cette maison de charme du XVIIIe siècle possède 12 jolies chambres qui ont toutes vue sur la mer. Parking privé, ce qui n’est pas un luxe à Cancale. Le restaurant dispose d’une grande terrasse couverte.


SEMAINIER DES MARCHÉS


Couleurs de mer     CHAMBRES D’HÔTES€€

(02 99 89 73 61, 06 60 89 81 54; www.cancale-vacances.com; 34 rue des Français-Libres, à l’entrée sud de la ville; d 55-66 € selon la saison petit-déj inclus; fermé jan; ). Pour dominer Cancale et sa baie, rejoignez cet hébergement proposé par l’accueillante famille Loisel. Cinq chambres à la décoration raffinée mais simple. Un salon est disponible, ainsi qu’une terrasse pour prendre le – robuste – petit-déjeuner lorsque le soleil est au rendez-vous. Parking privé.

Le Cancalais     HÔTEL-RESTAURANT€€

(02 99 89 61 93; www.lecancalais.fr; 12 quai Gambetta; d avec douche 65/90 € selon la vue, supp 10 € en été; menus 15-38 €; fermé mi-déc à fin jan). Cet hôtel propose 10 chambres spacieuses et confortables (6 vue mer, 4 côté toits). La vue sur le port de la Houle se paie un peu cher, tandis que l’option vue sans mer est franchement économique. Côté table, l’adresse vaut le coup pour ses nombreuses formules autour des produits de la mer : de l’assiette de fruits de mer (28 €) au grand plateau royal avec homard tiède pour 2 (125 €).

Le Duguay-Trouin     GRAND CONFORT€€

(02 23 15 12 07; www.hotelduguaytrouin.com; 11 quai Duguay-Trouin; s-d basse/haute saison 65-75/85-110 €; tte l’année). Ne tournons pas autour du pot : ouverte en 2006, cette adresse est la meilleure option à Cancale dans sa catégorie. Sept chambres claires et spacieuses donnant toutes sur le port et sur la mer, décorées avec goût, et équipement complet (lecteur DVD, lit “king size”…). Le propriétaire a privilégié ici le confort à la rentabilité. Une petite préférence pour les chambres mansardées n° 32 et 33 du 3e étage.

Le manoir des Douets Fleuris     BUCOLIQUE€€€

(02 23 15 13 81; www.manoirdesdouetsfleuris.com; direction Saint-Coulomb par la N355; d basse/haute saison 79/130-170 €; menus 29-49 €, plats 16-27 €; fermé début jan à mi-fév; ). Depuis 2010, il faut distinguer, en ce lieu magnifique, La Table des Douets fleuris, pour la partie restaurant, de l’hôtel Le Chatellier, pour l’hébergement. Le propriétaire a eu la bonne idée d’aménager cette série de petites maisons (du genre manoir) en hôtel trois étoiles, soit 10 chambres rénovées avec beaucoup de goût, mettant en valeur l’architecture et les matériaux des bâtiments. La piscine est accessible aux clients de l’hôtel. Dans le restaurant, une vitrine dans le plancher dévoile toutes les bouteilles de la cave!

Chambres d’hôtes et restaurant Maison de la Marine     COSY€€€

(02 99 89 88 53; www.maisondelamarine.com; 23 rue de la Marine; d/suite 85-105/125-145 €, petit-déj inclus; menus 23-38 €, formule midi 15 € en saison; fermé 2 sem mi-nov et mi-janv; restaurant saison tlj sauf lun, hors saison tlj sauf lun-mar). Vous reconnaîtrez facilement cette charmante maison de la ville haute – cachée derrière l’église – à ses volets jaune crème. Michèle Carriscante a repris en 2010 cet établissement qui était jadis le siège des Affaires maritimes. Les 5 chambres, 2 doubles et 3 suites, ont gardé leur aspect cosy et leur décoration soignée, avec lits à baldaquin et baignoires sabots. Celles donnant côté église sont dotées de triple vitrage, les autres bénéficient d’une vue sur la mer et le beau jardin intérieur. Le bon goût est également de mise dans la partie restaurant, avec fresques sur les murs et chaises en feutrine pourpre, mais aussi dans l’assiette, à l’instar de cet encornet farci au homard breton (30 €). En prime, des expositions et des concerts une fois par mois, ainsi qu’un brunch, l’hiver, un dimanche par mois.

Où se restaurer

Outre les nombreux restaurants de qualité de Cancale, vous pourrez opter pour une dégustation d’huîtres directement au pied des parcs. Pour ce faire, rendez-vous au bout du quai Thomas.

La Crêperie du Port     TRADITIONNEL

(02 99 89 60 66; 1 pl. du Calvaire; galettes 2,20-9 €, crêpes 2,50-5,50 €; tlj, horaires variables selon saison, fermé mi-nov à mi-déc). Cernée par les restaurants de poissons et de crustacés, la crêperie pourrait faire figure de naufragée sur le port. Il n’en est rien. La qualité est au rendez-vous grâce à l’utilisation de produits frais qui agrémentent galettes et crêpes. Vous serez rassasié avec la Capillar, une galette aux pétoncles et au beurre aillé!

Au pied d’cheval     HUÎTRES ET MOULES

(02 99 89 76 95; 10 quai Gambetta; Pâques à mi-nov tlj, sauf mer haute saison). Les Le Moal, producteurs d’huîtres et de moules, vendent une partie de leur récolte dans leur échoppe. L’endroit porte le nom de la plus sauvage et de la plus grosse des huîtres. Vous pourrez en outre y déguster une onctueuse soupe de poisson ou l’assiette du capitaine à 8,50 € (6 huîtres n°2 et un verre de muscadet).

L’Huîtrière     AMBIANCE BISTROT€€

(02 99 89 75 05; 14 quai Gambetta; menus 12-30 €; juil-août fermé lun, le reste de l’année aussi dim soir, fermé 11 nov-fin jan). Vous avez manqué la dégustation au marché aux huîtres à la pointe des Crolles? Rattrapez-vous à l’Huîtrière. Ici, pas de chichis, on sert plateaux de fruits de mer, huîtres et moules sur des tables en bois, dans une ambiance bistrot. Service rapide et efficace en cuisine et dans la salle… Les clients sont priés de ne pas traîner.