//img.uscri.be/pth/926609e4919fe883127ba33c7c4846071234bc7b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Bretagne Sud 2 - Belle-île-en-mer, Houat et Hoëdic

De

Ce chapitre Belle-île-en-mer, Houat et Hoëdic est issu du guide consacré à la destination Bretagne Sud.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Belle-Île-en-Mer, Houat et Hoëdic


Dans ce chapitre

Belle-Île-en-Mer


Le top des hébergements

Les Cardinaux hôtel-restaurant-bar (Cliquez ici)

Loft d’hôtes Liber & Co

La Villa de Jade

Le Bitroc

Le top des restaurants

Restaurant-librairie Chez Jean-Paul

Bar-brasserie Le Siata

La Marie Galante

Le Bistrot du port-Chez Carole


Pourquoi y aller

Si l’île d’Houat et l’île d’Hoëdic, le “canard” et le “caneton” en breton, font souvent l’objet d’une excursion à la journée – bien qu’elles gagnent évidemment à être découvertes plus avant –, il serait dommage de consacrer si peu de temps à Belle-Île.

La plus grande des îles bretonnes se savoure comme un bon cru aux multiples facettes. Une côte sauvage pour les paysages ras de lande, battus par les vents. Et une côte douce pour les longues plages et les prés piqués de fleurs.

Plus petites, plus à l’écart aussi, les îles d’Houat et d’Hoëdic savent néanmoins faire parler de leurs charmes, entre silences et mystères. La seconde, plus modeste, donne davantage une impression de bout du monde.

Mais dans tous les cas, ces trois îles pointant au large de Quiberon vous assureront un dépaysement certain. L’insularité n’est pas étrangère à ce bel état de fait.

Quand partir

Avril Quand le puissant parfum de coco des ajoncs en fleur accompagne vos pas sur les sentiers de randonnée et que l’armérie et ses nuances de mauve offrent un contraste saisissant avec l’océan.

Juin et septembre Parce que l’avant et l’arrière-saison permettent de profiter de tout le panel d’activités offert sur l’île avec des températures qui n’ont rien à envier au plein été, la circulation et la foule en moins.

Juillet-août Pour les plus téméraires, parce que ces mois sont aussi ceux de toutes les manifestations culturelles.


À ne pas manquer

1 Les aiguilles de Port-Coton qui ont su inspirer Monet

2 La pointe des Poulains, dont la beauté sauvage conquit Sarah Bernhardt

3 Le port de Sauzon et son petit air de dolce vita bretonne

4 La magnifique plage de donnant et ses dunes

5 La citadelle Vauban qui veille sur le port du Palais

6 Les plages sublimes, tranquilles et sauvages des îles d’Houat et d’Hoëdic



AVEC DES ENFANTS


Retour au début du chapitre

BELLE-ÎLE-EN-MER (ENEZ AR GERVEUR)

Belle-Île est multiple et ne se résume pas, si ce n’est peut-être à travers les contrastes qui la façonnent. Contrastes des lumières, si bien saisies par les peintres et les photographes, et d’une côte déchiquetée et tourmentée à laquelle succèdent un littoral plus doux et une campagne mélodieuse, parfois boisée, où paissent vaches et moutons. Contrastes aussi entre une haute saison saturée de touristes et des hivers désertés, plus encore entre une commune-capitale, Le Palais, un port de carte postale, Sauzon, de discrets bourgs, Locmaria et Bangor, et une centaine de petits villages émaillant le territoire. Pour découvrir ces différents visages, le mieux est de marcher. Un sentier côtier fait le tour de l’île, qui est aussi la plus vaste des îles bretonnes. Au temps où régnaient les fées, on disait de Belle-Île qu’elle s’était échappée du golfe du Morbihan en compagnie de ses voisines Houat et Hoëdic. Et cela va sans dire, Belle-Île porte en elle cette magie qui donne envie d’y revenir.

Histoire

Connue à l’époque romaine sous le nom de Vindilis, Belle-Île est peuplée depuis le néolithique, comme en témoignent les quelques dolmens et menhirs encore debout. Territoire convoité, elle a déjà connu de nombreux pillages et invasions lorsque le duc de Bretagne, Geoffroy Ier, en fait don au début du XIe siècle aux moines de l’abbaye de Redon. Aux XVIe et XVIIe siècles, l’île ne cessera d’exciter les convoitises, en particulier anglaise et hollandaise. Elle passe sous la coupe du royaume de France avant d’être cédée par le roi Henri II à la famille Gondi en 1572. Celle-ci finit par se ruiner à essayer de la fortifier. En 1658, l’île est vendue au surintendant des finances de Louis XIV, Nicolas Fouquet. Lorsqu’il tombe en disgrâce, ses biens sont saisis et Belle-Île, qui s’était peu à peu développée, retourne dans le giron du royaume. Vauban est chargé de renforcer le système défensif de la citadelle à la fin du XVIIe siècle, ce qui n’empêchera pas les Anglais de s’emparer de l’île en 1761 et de l’occuper durant deux ans. Elle revient à la France en 1763 grâce au traité de Paris – l’Angleterre l’échange alors contre Minorque. Une autre époque commence. En 1765, 78 familles acadiennes chassées du Canada s’y réfugient et viennent peupler les villages de Bangor et de Locmaria. Au XIXe siècle, comme de nombreuses îles, Belle-Île sert de bagne. Durant la Seconde Guerre mondiale, elle est occupée et libérée tardivement. Après-guerre, la pêche à la sardine disparaît progressivement et les chantiers navals ferment. Désormais, le tourisme est sa principale ressource.

Renseignements

Cars bleus (02 97 31 56 64; www.les-cars-bleus.com; rue Jules-Simon, Le Palais; avr-sept). Circuits commentés de l’île en bus.

Cars verts bellilois (02 97 31 81 88; www.cars-verts.com; 1 quai de l’Yser, Le Palais; avr-sept). Circuits commentés de l’île en bus.

Office du tourisme (02 97 31 81 93; www.belle-ile.com; quai Bonnelle, Le Palais; lun-sam 8h45-19h et dim 8h45-13h juil-août, lun-sam 9h-12h30 et 14h-18h le reste de l’année, dim 10h-12h30 avr-sept). À deux pas du débarcadère du Palais. Personnel très agréable et compétent. Propose à la vente des guides sur les randonnées pédestres et les randonnées cyclistes (5 €).

Société historique de Belle-Île-en-Mer (02 97 31 77 62; www.belle-ile-histoire.org; mairie de Locmaria). Propose durant l’été des promenades-conférences à thème dans les bourgs, villages et sites fortifiés. Son centre de documentation est ouvert au public.

Fêtes et festivals

Carnaval Mars. Juste avant les vacances de Pâques, une journée de fête pour le retour du printemps.

Lyrique-en-mer – Festival de Belle-Île (02 97 31 59 59; www.belle-ile.net). Mi-juillet à mi-août. Programme depuis 1998 des opéras et des concerts à l’arsenal de la citadelle Vauban, au sein des églises de Bangor, de Locmaria et de Sauzon.

Belle-Île-On-Air Août. Festival de musique actuelle, en plein air sur le site du Bois du Génie au Palais.

Plage musicale en Bangor (www.belleilemusique.com). Juillet. Dix concerts de musique de chambre sont programmés dans différents sites de l’île.

Festival de Bangor Août. Toute une programmation de concerts au sein de l’église de Bangor. Musique de chambre, du monde et baroque.

Activités

L’île se prête à de nombreuses activités, qui permettent de la découvrir sous un jour différent. Outre son sentier côtier, ses pistes cyclables et ses chemins propices à tous types de randonnée, Belle-Île est réputée pour ses nombreux sites de plongée comme la Basse du Palais ou le Cochon au nord-ouest, un haut-fond émergeant à marée basse, sans oublier les épaves comme Le Hanan qui gît à 25 m de profondeur. Reportez-vous à la rubrique Plongée pour plus d’informations sur les sites et les conditions de plongée.

Le surf se pratique quant à lui essentiellement sur la plage de Donnant, spot où vous êtes assuré de trouver des vagues quelle que soit la direction du vent. La plage d’Herlin est également appréciée des surfeurs.

Belle-Île, c’est aussi l’occasion de s’adonner au kayak et à la voile notamment, et pourquoi pas de réaliser une sortie en mer pour une partie de pêche ou une croisière autour de l’île ou jusqu’à ses consœurs : Houat et Hoëdic.

Angélus plongée     PLONGÉE

(06 85 13 83 76; www.angelus-plongee.com; 2 quai Gambetta, Le Palais; tte l’année). Baptêmes (70 €), stages d’initiation et de formation à la plongée – notamment pour les enfants de 10 à 14 ans (210 € les 4 séances, 30 € frais de dossier) –, ainsi que des randonnées palmées (30 €, 2 pers au minimum). En juillet et août, l’école dispose tous les jours d’un stand au marché du Palais, de 9h30 à 12h30.

Ty School     SURF

(06 63 86 75 47; www.tyschool.org). Cours particuliers (60 €/pers., 80 € pour 2), stages “découverte” (2 heures 35 €, 3 séances sur 3 jours 95 €), stages intensifs (10 jours 270 €) ou stages “passion” (5 jours 160 €). Il est aussi possible de louer des surfs et des bodyboards (12/8 € les 4 heures), ainsi que des combinaisons. L’école est présente en saison sur le parking de la plage de Donnant.

Vous pouvez également vous adresser, pour les inscriptions et la location, au surf-shop Telfisaki (02 97 31 29 67; 5 av. Carnot, Le Palais; lun-sam 10h-12h30 et 15h30-19h, dim 10h-12h30).

Horizon Belle-Île     VOILE

(02 97 31 54 71; www.belleile-horizon.com; en saison 9h30-19h, hors saison 10h-17h, ouvert 1er mai-15 sept). Installé sur la plage des Grands-Sables, ce club de voile dispense des stages du lundi au vendredi sur Optimist pour les 7-11 ans (142 € la semaine de stage), New Cat 12 pour les 10-12 ans (153 €), Hobbie Cat Twixxy (163 €) pour les 11-14 ans et, pour les plus de 15 ans et les adultes, sur Hobbie Cat 16 (215 €). Des stages de planche à voile pour les enfants et les adultes (188 €) sont aussi proposés. Les 6-8 ans sont accueillis chez les mousses (130 €), pour une approche ludique et en douceur de la voile. Un stage croisière est aussi proposé (230 €, à partir de 15 ans) sur First 31.7, un bateau de course-croisière de 10 m, idéal pour combiner apprentissage et découverte de l’île, mais aussi d’Houat et d’Hoëdic. Catamarans, planches et kayaks de mer sont également en location.

Vives Eaux     KAYAK DE MER

(02 97 31 00 93, 06 82 05 22 53; www.vives-eaux.fr; chemin de Port-Puce, Sauzon; demi-journée par pers. adulte/enfant/famille 33/23/26 €, stage 5 jours adulte/enfant 145/110 €; mai-oct). Un jeune et dynamique kayakiste s’occupe de cette structure. En plus des sorties spécifiques aux adultes, aux enfants et à la famille, des excursions thématiques à la découverte de la nature (accompagné d’un moniteur de kayak et d’un animateur de la Maison de la nature) sont proposées (à partir de 14 ans). Possibilité de louer des monoplaces et des biplaces (30/50 € la demi-journée).

Atmos’air marine     PÊCHE, SORTIES EN MER

(02 97 31 55 55, 06 82 29 38 95; www.belle-ile-marine.com; 1 route de Bangor, Le Palais). À bord d’une vedette, vous vous initierez aux différentes techniques de pêche (locale, côtière ou au large). Comptez 95 € par pers en haute saison pour taquiner le bar, la dorade ou encore le lieu jaune. Vous pourrez aussi faire le tour de l’île ou voguer vers Houat et Hoëdic à bord d’un bateau à moteur (55-60 €/pers).

Arnaud de Wildenberg     PÊCHE

(06 09 15 15 36; www.peche-belleile.com; Le Gouerc’h, Le Palais). Ce moniteur guide de pêche et ancien journaliste-photographe est spécialisé dans la pêche sportive du bar (250 €/pers la sortie à la journée).