Bretagne Sud 2 - Golfe du Morbihan

De
Publié par

Ce chapitre Golfe du Morbihan est issu du guide consacré à la destination Bretagne Sud.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 2 août 2012
Lecture(s) : 22
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816127966
Nombre de pages : non-communiqué
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Golfe du Morbihan


Dans ce chapitre

Vannes


Pourquoi y aller

Aux dires de tous, anonymes ou artistes, le golfe du Morbihan ensorcelle; la mer, la terre et le ciel s’y mêlent en paysages fluctuants et inattendus. Abritée des houles atlantiques mais traversée de violents courants, cette “petite mer” intérieure (morbihan en breton) est un paradis aux mille facettes. D’une richesse écologique et culturelle indéniable, le golfe surprend avec sa végétation aux accents méditerranéens, ses réserves ornithologiques, l’activité incessante de ses pêcheurs et ostréiculteurs. Dans ce haut lieu de la voile, vous goûterez aussi les plaisirs de la détente et de la marche.

Pour commencer, une visite de la coquette ville de Vannes s’impose. Autrefois tournée vers le commerce maritime, elle a su préserver un riche patrimoine architectural. Ensuite, de Séné jusqu’à Locmariaquer, les petites stations balnéaires se succèdent, frangées de plages propices au farniente et aux activités nautiques. À Séné, ne manquez pas la réserve naturelle et, à Locmariaquer, prenez le temps de découvrir quelques beaux témoins de la préhistoire.

Parmi la cinquantaine d’îles et d'îlots qui parsèment le golfe, la courue et verdoyante île aux Moines et la pudique île d’Arz sont les plus grandes et les plus connues. Avec la petite Berder et l’île de Gavrinis, qui recèle des trésors archéologiques, ce sont les plus accessibles au public.

Face à Locmariaquer, de l’autre côté du golfe, ne manquez pas la superbe presqu’île de Rhuys. Coincée entre les eaux du golfe et celles de l’Atlantique, elle dessine un paysage mi-marin, mi-terrestre qui séduit les visiteurs.

Quand partir

Mars-Avril La saison idéale pour visiter la réserve de Séné : c'est la période de reproduction des oiseaux limicoles.

Fin mai-début juin Assistez à la magie des vieux gréements sillonnant les eaux du golfe durant la Semaine du golfe (prochaine édition en 2013).

Juillet Vous pourrez prendre part au pèlerinage d’envergure du Pardon de Sainte-Anne, à Sainte-Anne-d’Auray.



À ne pas manquer

1 La visite de la vieille ville de Vannes

2 Le petit port du Bono et son pont suspendu (Cliquez ici)

3 La ville d’Auray et le joli quartier de Saint-Goustan

4 Les sites mégalithiques et les plages préservées de Locmariaquer

5 La chapelle du XVIIe-XVIIIe siècle de Saint-Philibert

6 La visite en bateau jusqu’à l’île aux Moines ou à l’île d’Arz

7 Le château de Suscinio sur la presqu’île de Rhuys


Retour au début du chapitre

VANNES (GWENED)

Le chef-lieu du Morbihan est un joyau que l’on vient admirer du monde entier, pour son patrimoine historique préservé, mais également pour sa position privilégiée entre la presqu’île de Quiberon et celle de Rhuys. Certes touristiques, la vieille ville et son port savent livrer leur intimité à qui prend le temps d’arpenter ruelles, remparts et placettes médiévales, et revêtent des allures de station balnéaire dès la belle saison. On ne sait plus qui, de la terre ou de la mer, du passé ou du présent, rend hommage à l’autre, et c’est tant mieux, car le visiteur y trouvera de quoi satisfaire toutes ses envies. Les maisons à pans de bois, les églises, les hôtels particuliers et les musées côtoient des commerces de qualité. En famille, on navigue de fête traditionnelle en festival, et l’on se ressource sur les romantiques plages environnantes où toutes les activités nautiques sont facilement accessibles. Il faut plus qu’une visite express pour saisir l’essence particulière de la “cité des Vénètes”, paisible et coquette – certains diront bourgeoise.

Histoire

Darioritum est le premier nom de Vannes, fondée par les Romains qui défont le peuple celte des Vénètes en 56 avant notre ère. La ville, bâtie à l’extrémité d’un estuaire donnant sur le golfe du Morbihan, se voit dotée dès le IIIe siècle d’enceintes destinées à repousser les invasions. Deux cents ans plus tard, elle devient l’un des premiers évêchés de Bretagne. La cité médiévale en plein essor est mise à mal au XIVe siècle par les guerres de la succession pour le duché de Bretagne. Elle est plusieurs fois assiégée, aussi prolonge-t-on ses fortifications jusqu’au port de commerce pour assurer la pérennité de l’activité importante de ce dernier (importation de vin, bois, exportation de cidre ou de chanvre...). Jusqu’au XVIIe siècle, Vannes assoit son pouvoir politique et religieux : François Ier y signe le traité de rattachement de la Bretagne à la France, saint Vincent Ferrier vient y prêcher la bonne parole (son tombeau est visible dans la cathédrale Saint-Pierre) et les parlementaires bretons exilés sur l’ordre de Louis XIV font construire quantité d’hôtels particuliers. La ville va traverser la Révolution en restant plutôt fidèle aux royalistes. Le développement urbain s’accélère avec l’arrivée du chemin de fer en 1862. La Seconde Guerre mondiale ne l’a pas endommagée et, aujourd’hui, Vannes est une ville dynamique dont l’économie est principalement tournée vers le tourisme, le service et, bien sûr, le nautisme. Après plusieurs années de travaux, la quasi-totalité des façades ont été ravalées et le port de plaisance arbore désormais un visage plus aéré, qui permet au visiteur de s’immerger pleinement dans la vie locale.


AVEC DES ENFANTS


Renseignements

Accès Internet Vannes bénéficie du label “Ville Internet” : de nombreux points d’accès Wi-Fi sont disponibles en ville. Cybercafé Athalie (02 97 47 59 02; 4 rue Poterne; 1 €/10 min, 3,50 €/h; lun-sam 10h-12h30 et 14h-18h) propose quatre ordinateurs neufs pour consulter ses e-mails.

Capitainerie (02 97 54 16 08; port.plaisance@mairie-vannes.fr; VHF canal 9; quai Bernard-Moitessier; lun-sam 9h-12h et 15h-17h jan à mi-avr et mi-oct à déc, 8h-12h et 15h-18h mi-avr à fin juin et sept à mi-oct, tlj 8h-12h et 15h-19h juil-août). Le port de Vannes offre tous les services (Wi-Fi, sanitaires, buanderie, shipchandlers, voilerie, chantiers navals) sauf le gasoil.

Kiosque culturel (quai Éric-Tabarly, esplanade du port; mar-dim 14h-18h; entrée libre). Sur la rive droite du port, ce bel espace accueille des expositions de toutes sortes, souvent liées aux événements culturels organisés par la ville.

Les lavoirs – Service du patrimoine (02 97 01 64 00; patrimoine@mairie-vannes.fr; Les Lavoirs, 15 rue Porte-Poterne; visites adulte/12-25 ans 5/3,50 €, gratuit -12 ans sauf visites spécifiques pour les 4-12 ans à 3,50 €). Des visites guidées et thématiques (1 heure 30) de la vieille ville ou des fortifications – individuelle, adulte, famille et jeune public – sont organisées toute l’année. Un Pass Patrimoine, valable 2 ans, propose 10 visites pour 40,60 €. Le Service du patrimoine anime aussi un Point Info Culturel situé face à la cathédrale Saint-Pierre.

Office du tourisme (02 97 54 57 22; www.tourisme-vannes.com; quai Éric-Tabarly, esplanade du port; lun-sam 9h30-12h30 et 13h30-18h, juil-août lun-sam 9h30-19h dim et jours fériés 10h-18h)

Fêtes et festivals

Festival Photo de mer (début avril à début mai; www.photodemer.fr). Une balade dans les jardins et les plus beaux monuments de Vannes pour admirer les expositions gratuites des plus grands photographes maritimes.

La Semaine du golfe (fin mai à début juin, les années impaires; www.semainedugolfe.asso.fr). Mille bateaux de caractère, de la yole au Pen-Duick de Tabarly, 15 communes-escales et des dizaines d’animations permettent de redécouvrir le patrimoine maritime breton. C’est l’événement à ne pas rater. On peut même embarquer (voir sur le site Internet la rubrique “Bourse aux équipiers”) !

Salon du livre en Bretagne (mi-juin; www.livresenbretagne.fr). La littérature bretonne y est à l’honneur. Au jardin des Remparts, rencontres, dédicaces, conférences, tables rondes, lectures et cafés littéraires.

Fêtes historiques de Vannes (mi-juillet; www.mairie-vannes.fr). En centre-ville, des tableaux costumés narratifs, des animations et des défilés qui permettent d’approcher autrement les 2 000 ans d’histoire de la ville. Festif, avec le feu d’artifice du 14 juillet tiré des remparts en prime.

Jazz à Vannes (fin juillet; www.jazzavannes.fr). Déjà 32 ans que la programmation pointue et internationale de ce festival ravit les amateurs de jazz. Les concerts ont lieu sous les tilleuls du jardin de Limur, mais la ville tout entière se met au diapason avec de multiples animations dans les rues et les bars.

Musicales du golfe (début août; www.musicalesdugolfe.com). Festival de musique classique dans les églises et chapelles du golfe du Morbihan.

Fêtes d’Arvor (mi-août; www.fetes-arvor.org). En centre-ville, musique et danse traditionnelle, élection de la reine d’Arvor, présentation des métiers d’antan… l’occasion de découvrir festoù-noz, binious et délicates coiffes de dentelle.

À voir

LA VIEILLE VILLE

Vannes fait partie des “villes d’art et d’histoire” et c’est à pied qu’il faut la découvrir : comptez deux heures de balade pour apprécier pleinement ce plongeon à travers les siècles, et l’impeccable préservation du quartier.

Port et centre-ville     PROMENADE

La grande place Gambetta, construite en hémicycle (1835) avec ses nombreuses terrasses, couronne le port et l’entrée sud de la vieille ville; elle est marquée par la porte Saint-Vincent – surplombée par la statue du patron de la ville, saint Vincent Ferrier – qui donne sur la rue du même nom, bordée d’immeubles datant du XVIIe siècle. En la remontant, vous trouverez sur votre gauche la place du Poids-Public avec des maisons du XVIIe siècle et l’hôtel de Francheville. De la place des Lices, où se déroulaient joutes et tournois des ducs de Bretagne, vous pouvez rejoindre la porte Calmont, édifiée au XIVe siècle et défendue par une tour jadis agrémentée d’un pont-levis, ainsi que la rue de la Poterne (XVIIe siècle) qui permet d’accéder aux jardins à la française des Remparts, dominés par l’ancien château de l’Hermine du duc Jean IV.

Les remparts     ARCHITECTURE MILITAIRE

Remarquable appareil défensif très bien conservé, les remparts suivent en grande partie la courbe du ruisseau de la Marle, bordé par les splendides lavoirs du XIXe siècle où les lavandières battaient le linge. Au pied du bastion de la Garenne, dernier élément ajouté à l’enceinte médiévale, deux tours sont visibles : la Poudrière (XVIe siècle) et la tour du Connétable (XIVe-XVe siècle), dans laquelle il est possible d’entrer lors d’une visite guidée. Près de la tour Joliette, la muraille comprend des fragments de construction romaine, et mène jusqu’à la porte Prison ((Cliquez ici)). Au-delà des jardins, passé la rue Francis-Decker, la promenade de la Garenne permet de faire une pause dans la verdure et d’admirer la ville dans sa quasi-totalité.


SEMAINIER DES MARCHÉS

Lundi Auray, port du Crouesty (juil-août et avr à mi-mai), Sarzeau (juil-août)

Mardi Arradon, Locmariaquer, Arzon, Port-Navalo (marché artisanal nocturne juil à mi-août), Saint-Gildas-de-Rhuys

Mercredi Sainte-Anne-d’Auray, Vannes

Jeudi Auray (le soir, marché bio place Notre-Dame), Crac’h, Sarzeau

Vendredi Arradon, Auray, île aux Moines, Séné, Port-Navalo (avr-Toussaint), Saint-Gildas-de-Rhuys

Samedi Le Bono, Locmariaquer, Pluvigner, Saint-Philibert, Vannes, Sarzeau

Dimanche Baden, Larmor-Baden, Séné (en été), Saint-Gildas-de-Rhuys


Place Valencia et ses environs     PATRIMOINE ARCHITECTURAL

Sur cette place portant le nom de la ville natale de saint Vincent Ferrier, on peut admirer sa maison, et on trouve les figures sculptées en granit polychrome de “Vannes et sa femme” qui furent longtemps les symboles de la ville. De là, vous pouvez prendre la rue des Halles, dont les maisons médiévales semblent accentuer l’étroitesse (notez l’hôtel de Roscanvec édifié aux XVIIe et XVIIIe siècles); elle donne dans la rue Saint-Salomon, dont les nos10 et 13 présentent des animaux ornant les piliers et les façades des demeures moyenâgeuses. Vers l’est, la place Henri-IV est bordée de maisons en encorbellement du XVIe siècle très bien réhabilitées. Vers l’ouest, la rue Closmadeuc permet d’atteindre la rue Thiers, un axe important de la ville, qui débouche au nord sur l’hôtel de ville, un bâtiment néo-Renaissance de 1886 ressemblant à son homologue parisien et pour lequel la statue du connétable de Richemont a été initialement réalisée. Tout près, notez la chapelle Saint-Yves et sa facade blanche. En prenant la rue Thiers vers le sud, on débouche sur la place de la République. Si vous empruntez la rue du Pot-d’Étain, vous découvrirez l’hôtel de Limur, un magnifique hôtel particulier du XVIIe siècle dans le jardin duquel se déroule le festival de jazz en juillet.

La Cohue – muséedes Beaux-Arts     ART MODERNE ET CONTEMPORAIN

(02 97 01 63 00; www.mairie-vannes.fr; 10-15 pl. Saint-Pierre; billet combiné musée des Beaux-Arts et château Gaillard; tlj 10h-18h juin-sept 6,10 €, tarif réduit 4,10 €, gratuit -18 ans, tlj 13h30-18h oct-mai 4,30 €, tarif réduit 2,70 €, gratuit -18 ans et dim). Un musée renommé – il collabore avec le Centre Pompidou et la Bibliothèque nationale de France – dans les anciennes halles de Vannes, face à la cathédrale. Le lieu vaut le détour, ne serait-ce que pour son architecture du XIIIe siècle tout en voûtes, arcades et piliers de pierre, qui accueillit le parlement de Bretagne exilé à Vannes entre 1675 et 1690. Le rez-de-chaussée était dédié aux étals du marché (la cohue en breton), tandis qu’à l’étage siégeait la cour de justice du duc de Bretagne. Les salles sont magnifiques, spacieuses, mettant parfaitement en scène une belle collection permanente de peintures et d’estampes, modernes et contemporaines, que l’on doit à Jean Bazaine, Jean Le Moal, Alfred Manessier, Tal Coat, Olivier Debré, Geneviève Asse, Thierry Le Saëc ou encore Pierre Soulages. Le point d’orgue en est La Crucifixion d’Eugène Delacroix. Nombreuses expositions temporaires et visites guidées.


VANNES EN MP3

Vous pouvez télécharger la visite audioguidée de la ville (en français, anglais, allemand, espagnol et italien) sur www.mairie-vannes.fr et www.tourisme-vannes.com : la cathédrale Saint-Pierre, les jardins des Remparts, les lavoirs, la porte Saint-Vincent et le port... Et pourquoi ne pas en profiter pour découvrir la ville de nuit ?


Château Gaillard – musée d’Histoire et d’Archéologie     DU NÉOLITHIQUE AU MÉDIÉVAL

(02 97 01 63 00; www.mairie-vannes.fr; 2 rue Noé; tarifs voir musée des Beaux-Arts; mi-mai à fin mai tlj 13h30-18h, juin-sept tlj 10h-18h, groupes sur réservation hors saison). À ne pas confondre avec le château de Richard Cœur de Lion ! Cependant, là aussi, le bâtiment seul mérite qu’on en pousse la porte. Une riche collection archéologique et médiévale vous attend dans cet hôtel particulier en pierre de taille du XVe siècle qui fut le siège du parlement de Bretagne de 1456 à 1532. Boiseries décorées, plafonds Louis XIV, cheminées seigneuriales, lumières chatoyantes et petit jardin posent le décor. Les murs, bleus ou rouges, mettent en valeur les trésors du néolithique ou des églises moyenâgeuses. Pour passer d’un univers à l’autre, on doit vaillamment gravir les marches d’un rude escalier en colimaçon : immersion dans l’Histoire garantie ! Les enfants adoreront le dernier étage, avec son sarcophage et ses casse-tête exotiques. Visites guidées en été.

Cathédrale Saint-Pierre     ARCHITECTURE RELIGIEUSE

(pl. Saint-Pierre). Le cœur médiéval de la ville se déploie autour de la massive cathédrale, véritable condensé architectural de toute l’histoire religieuse bretonne. Avec ses 110 m de long, elle est la plus grande de Bretagne. Construite au début du XIe siècle, elle fut achevée au XVe siècle et restaurée au XIXe siècle. Du XIIIe siècle, il reste la tour romane de la façade; une flèche lui a été adjointe à l’époque romantique. La nef est du XVe siècle (gothique flamboyant), la chapelle ronde est de style Renaissance, le chœur de 1774. On portera aussi attention au buffet d’orgues et au trésor. Dans la salle capitulaire du déambulatoire ont été rassemblées des pièces d’orfèvrerie liturgiques anciennes, notamment un rarissime coffre de mariage du XIIe siècle. En sortant par le portail nord, de style flamboyant, orné de niches abritant les douze apôtres, on pourra emprunter la rue des Chanoines pour se rendre vers l’imposante porte Prison. Au passage, jetez un coup d’œil dans les rues avoisinantes de Saint-Guenaël et de la Bienfaisance, pour découvrir de beaux logis médiévaux décorés.

Porte prison et quartier Saint-Patern     QUARTIER HISTORIQUE

Cette porte fortifiée, anciennement appelée porte Patern et alors flanquée de deux tours, prit son nom actuel au XVIIIe siècle car elle servait effectivement de prison sous la Révolution. Elle fut amputée de l’une de ses tours à la fin du XIXe siècle. Une fois franchi la porte – totalement rénovée en 2011 –, vous voilà dans le sympathique quartier Saint-Patern, qui se situe sur l’emplacement de l’ancienne Darioritum (voir la rubrique Histoire) : c’est le plus ancien quartier de Vannes. Autrefois lieu de débauche, occupé par les tanneurs et les artisans au Moyen Âge, il lui reste aujourd’hui un caractère “canaille”, puisque c’est là que se concentrent la plupart des bars en vogue. On y trouve de belles maisons à pans de bois, et surtout l’église Saint-Patern (1727) qui porte le nom du premier évêque de Vannes et contient des retables des XVIIe et XVIIIe siècles. Elle est l’une des étapes du pèlerinage Tro Breiz – un tour de Bretagne apparu au Moyen Âge en l’honneur des sept saints fondateurs de la Bretagne (voir l’encadré ci-contre). La préfecture (1865), tout au bout de la rue Francis-Decker, montre sur son fronton Nominoë, souverain de Bretagne, et Alain Barbetorte, duc de Bretagne; elle est dotée d’un joli parc à l’anglaise. En face, on peut voir la belle façade hétéroclite de l’immeuble “Petits-Fers” construit à la fin du XIXe siècle, qui abritait une quincaillerie.


TOUT VOIR SANS EFFORT

Le petit train touristique propose une découverte de la vieille ville en 30 minutes, commentée en plusieurs langues (02 97 24 06 29; www.petittrain-vannes.com; adulte/-12 ans 5,50/4 €; tlj juil-août 10h-19h30 sauf mer et sam à partir de 14h, avr-oct 10h-18h30 sauf mer et sam à partir de 14h). Départ place Gambetta. Tickets vendus à bord. Pratique quand les enfants ou les grands-parents sont fatigués de marcher.


LA RABINE

Une sympathique promenade boisée de 4 km au départ du port, le long de la rivière de Vannes, vous emmène jusqu’à la presqu’île de Conleau, aux portes du golfe du Morbihan. Rattaché à la côte par un gué à la fin du XIXe siècle, ce lieu de villégiature où l’on venait “prendre les bains” a même eu son casino. La pointe possède un bassin d’eau de mer ouvert, une plage de sable, et propose une vue imprenable sur Port-Anna et ses sinagots (voir l’encadré (Cliquez ici)). Les maisons bourgeoises, les pins et le spectacle des barques de pêche amarrées près des voiliers rendent l’endroit attrayant. Les Vannetais s’y ruent le week-end. C’est de sa cale qu’on embarque pour l’île d’Arz. En chemin, vous croiserez d’anciennes maisons de marchands à pans de bois, le couvent des carmes, devenu le conservatoire de musique, la gare maritime, le chantier Multiplast (constructeur de bateaux de course; voir l’encadré (Cliquez ici)), ainsi que l’aquarium et le Jardin aux papillons. En amont de la presqu’île de Conleau, on peut aussi faire une jolie balade le long du sentier côtier qui borde la rivière du Vincin, ou pousser jusqu’à la pointe côtière semi-sauvage des Émigrés. Attention, le parking de 150 places à l’entrée de Conleau est payant du 1er avril au 30 septembre.


SAINT PATERN ET LE TRO BREIZ

Au Moyen Âge, on disait qu’il fallait avoir au moins une fois dans sa vie accompli le Tro Breiz, dont les 7 étapes correspondent aux 7 évêchés bretons et aux 7 tombeaux des saints fondateurs de la Bretagne : Saint-Brieuc (saint Brieuc), Saint-Malo (saint Malo), Dol-de-Bretagne (saint Samson), Vannes (saint Patern), Quimper (saint Corentin), Saint-Pol-de-Léon (saint Paul-Aurélien) et Tréguier (saint Tugdual). Environ 600 km à accomplir à Pâques, à la Pentecôte, à la Saint-Michel en septembre ou à Noël. Aujourd’hui, il est plébiscité par les randonneurs. Qu’on ait une âme de pèlerin ou juste de bonnes jambes, c’est un moyen original de redécouvrir le patrimoine religieux breton (www.trobreiz.com).


Aquarium     EN FAMILLE

(0810 406 901; www.aquarium-du-golfe.com; parc du Golfe, 21 rue Daniel-Gilard; adulte/enfant 11,40/6-7,90 €, gratuit -4 ans; tlj 9h-19h30 juil-août, tlj 10h-12h et 14h-18h vacances scolaires + avr-juin et sept, tlj 14h-18h jan-mars et oct-déc). Une visite idéale en famille (mais pas les jours de pluie, tout le monde a eu la même idée que vous !). L’aquarium océanique et tropical permet de découvrir les espèces locales et coralliennes avec 80 000 litres de bassins où évoluent nautiles, hippocampes, méduses, piranhas, tortues et requins. On y voit même le crocodile capturé dans les égouts de Paris en 1984 !

Jardin aux papillons     EN FAMILLE

(0810 406 901; www.jardinauxpapillons.com; parc du Golfe, 21 rue Daniel-Gilard; adulte/enfant 9,50/6,60 €, gratuit -4 ans; tlj 10h-19h juil-août, tlj 10h-12h et 14h-18h avr-juin, 14h-18h sept). Une tranche d’exotisme dans une serre à 28°C et 80% d’humidité : entre 800 et 1 000 papillons évoluent en liberté dans une jungle reconstituée de 500 m2. C’est en milieu d’après-midi qu’on les observe le mieux. Un éclosoir de chrysalides ravira petits et grands. Un pass (adulte/enfant 16,70/11,70 €) permet de combiner la visite de l’aquarium et du Jardin aux papillons.

ENVIRONS DE VANNES

Manoir du Plessis-Josso     DEMEURE MOYENÂGEUSE

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.