Budapest 3ed

De
Publié par

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à Budapest
Un guide tout en couleurs, truffé de photos et ultra pratique.
Le top des meilleures choses à voir et à tester sur place, des itinéraires sur 4 jours, des promenades commentées et des sélections thématiques (musique classique, cafés traditionnels, art nouveau, héritage communiste...).
Un chapitre très fouillé pour se loger à Budapest : les différents types d'hébergement, un tableau pour aider à choisir son quartier et des options pour tous les budgets.
Une mine de renseignements pratiques (des sections ciblées sur les voyages en famille, la gastronomie hongroise, la vie nocturne et le shopping).
De nombreux plans et une carte détachable de la ville.
Un chapitre consacré aux excursions dans les alentours de Budapest, pour compléter son séjour : Szentendre, Gödöllo, Eger, Balatonfüred.
Un focus sur les thermes et les piscines locales.



Publié le : jeudi 7 mai 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816150568
Nombre de pages : 407
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Cover image

map6-1

Plan rapproché sur les pages suivantes

map6-1a

Entre les collines de Buda, à l’ouest, et la Grande Plaine, à l’est, Budapest déploie ses merveilles de part et d’autre du beau Danube.

La main de l’homme

Les hommes ont façonné avec amour ce joyau architectural, génération après génération. Riche en bâtiments baroques, néoclassiques, éclectiques et Art nouveau (ou style Sécession), la ville a de quoi satisfaire tous les goûts. Toutefois, c’est pendant son âge d’or, à la fin du XIXe siècle, que la majorité de ses édifices furent construits, ce qui donne à Budapest son charme “fin de siècle”.

Retour au début du chapitre

Un passé si proche

Le passé n’est jamais très loin à Budapest. En témoignent, sur les immeubles, les impacts de balles et de shrapnel datant de la Seconde Guerre mondiale et de l’insurrection de 1956. La poignante œuvre Chaussures au bord du Danube rappelle un événement tragique de son histoire. Mais Budapest a aussi voulu montrer des symboles d’espoir et de réconciliation, en faisant du bâtiment de l’ex-police secrète sur Andrássy út la maison de la Terreur, où sont exposés les crimes et les atrocités qui y furent commis durant les régimes nazi et stalinien. Et la ville va de l’avant : on construit ou rénove des salles de concerts, les lignes de métro sont prolongées, et les artères animées sont repavées et rendues aux piétons…

Retour au début du chapitre

À table !

La cuisine hongroise ne se réduit pas au goulasch ! C’est l’une des plus élaborées d’Europe. Les Magyars aiment à dire qu’il existe trois cuisines essentielles au monde : la française, la chinoise et la leur. Fierté nationale mise à part, la réputation gastronomique de Budapest s’est faite depuis la fin du XIXe siècle. Après une période d’éclipse sous le communisme, les plats des chefs de Budapest font de nouveau saliver. C’est aussi le cas des excellents vins du pays – des rouges généreux de Villány aux blancs minéraux, sans oublier le suave Tokaj.

Retour au début du chapitre

Dans le bain

Depuis les temps anciens, on vient à Budapest pour y “prendre les eaux”. Aux thermes romains ont succédé bains ottomans, établissements thermaux Art nouveau ou spa modernes, où la détente et la convivialité le disputent largement aux soins que certains y viennent chercher pour apaiser leurs douleurs. En tout cas, c’est sans doute le meilleur remède au monde pour ce que les Hongrois appellent macskajaj (littéralement : “gémissement de chat”) : la gueule de bois !

5-1

CHRISTIAN KOBER / GETTY IMAGES ©

bains Széchenyi


Pourquoi j’aime Budapest

5-2

Steve Fallon, auteur

J’aime Budapest pour de bonnes raisons : son architecture (surtout l’Art nouveau), son côté romantique (surtout vu des ponts) et sa confiture d’abricot. Mais je l’aime aussi pour des motifs plus malicieux : sa redoutable pálinka (eau-de-vie), ses trams bringuebalants et l’observation de la faune de ses thermes. Dès ma première visite, j’ai été intrigué par cette cité parfois triste mais toujours fière, à l’histoire si complexe, par sa langue belle et riche qui me semblait alors impénétrable et par ses habitants qui me paraissaient insaisissables. Je n’ai pas résisté : je suis resté pour tenter de comprendre tout cela.

Pour en savoir plus sur l’auteur, (Cliquez ici).


Retour au début du chapitre

Le Palais royal

1 La première résidence royale, établie au milieu du XIIIe siècle par le roi Béla IV, a été détruite et rebâtie une bonne demi-douzaine de fois. Demeure des rois et reines, le palais a aussi accueilli des occupants comme les Ottomans aux XVIe et XVIIe siècles, et des maîtres fort peu présents comme les Habsbourg. Aujourd’hui, le Palais royal accueille deux musées remarquables, la Bibliothèque nationale et une riche collection de statues et de monuments. C’est le point central de la colline du Château et le site le plus visité de la ville.

redeyesmallColline du Château

6-1

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi