Chili - Le Centre

De
Publié par

Ce chapitre Le Centre est issu du guide consacré à la destination Chili et Ile de Pâques.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 28 janvier 2016
Lecture(s) : 0
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816158090
Nombre de pages : 189
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Le Centre

Le top des restaurants

Le top des hébergements

Pourquoi y aller ?

Si vous aimez le vin, la bonne chère, les printemps éternels, l’art urbain, le ski, la randonnée, le VTT, le surf ou tout simplement le farniente sur des rivages perdus, il existe un endroit pour vous dans le centre du Chili. Dans les vallées ensoleillées de Colchagua, Maule et Casablanca, faites voyager vos sens dans les caves et les confortables B&B de la région vinicole la plus importante du pays. Les surfeurs trouveront des vagues de rêve sur toute la côte et une communauté très vivante dans des villes comme Pichilemu et Buchupureo. Les randonneurs et les skieurs adoreront les lacs perdus et les pistes pentues des Andes, à l’est. Quant aux amateurs de culture, ils ne manqueront évidemment pas les fresques et le dédale de ruelles de Valparaíso, ni les temps forts du rock à Concepción. Le tremblement de terre de 2010 a frappé la région de plein fouet, mais celle-ci relève la tête et la plupart des hôtels et commerces ont repris leurs activités.

Quand partir

Illustration

Juin-sept Les chutes de neige fréquentes attirent en masse sur les pistes skieurs et adeptes du snowboard.

 

Oct-déc Avant la ruée estivale, les stations balnéaires sont encore calmes et les hôtels moins chers.

 

Jan-mai Les amateurs de vin convergent vers les vignobles pour les vendanges et leur lot de festivités.

Illustration

À ne pas manquer

1Le labyrinthe des rues pentues serpentant entre les maisons couvertes de fresques sur les collines de Valparaíso (Cliquez ici).

2Les vins rouges puissants et complexes de la vallée de Colchagua (Cliquez ici), à contempler, humer et déguster.

3Les célèbres vagues de Pichilemu (Cliquez ici), raides et ultra rapides.

4La vue panoramique du haut d’El Enladrillado dans la Reserva Nacional Altos de Lircay (Cliquez ici).

5Un pique-nique au soleil couchant sur l’une des plages isolées près de Buchupureo (Cliquez ici).

6Une fête jusqu’au bout de la nuit dans l’une des discothèques endiablées de Viña del Mar (Cliquez ici).

7La descente en ski, parmi les arbres, de la plus longue piste d’Amérique du Sud aux Nevados de Chillán (Cliquez ici).

8L’éveil des sens dans la vallée de Maule (Cliquez ici), entre vins, soins de bien-être et dîners fins.

9L’aventure à la Robinson Crusoé dans l’Archipiélago Juan Fernández (Cliquez ici).

8Depuis/vers le Centre

La position centrale de Santiago permet un accès aisé à cette région à l’international. Concepción, au sud, possède elle aussi un grand aéroport. Les excellents services de bus longue distance qui sillonnent la Panaméricaine constituent la façon la plus rapide et la moins onéreuse de la rejoindre, que l’on vienne de la région des Lacs au sud, de Santiago, du nord du Chili, ou d’Argentine, depuis Mendoza.

8Comment circuler

Des bus locaux et longue distance desservent fréquemment les principales villes de la région, notamment Santiago. Le train permet de rallier les villes de la Panaméricaine entre Santiago et Chillán – les trajets sont aussi longs qu’en bus, et bien plus chers, ils n’ont donc que l’attrait de l’originalité.

Il est parfois plus difficile de se rendre dans les parcs nationaux et les petites villes : la neige condamne certaines zones en hiver, d’autres sont rarement desservies en dehors de l’été, et d’autres encore ne le sont pas du tout.

Disposer d’une voiture permet de se rendre rapidement dans les parcs éloignés et visiter les propriétés vinicoles des vallées de Colchagua, Maule et Casablanca.

VALPARAÍSO ET LA CÔTE

Les villes jumelles de Valparaíso et Viña del Mar dominent cette partie de la côte bien particulière. Au nord et au sud, les destinations balnéaires font le bonheur des Santiaguinos en vacances. Dans l’intérieur des terres, vous pouvez partir à la découverte des meilleurs vins blancs du pays dans les vignobles de Casablanca, ou bien vous enfoncer dans les terres peu fréquentées du Parque Nacional La Campana.

Valparaíso

%032 / 263 500 HABITANTS

Ondulante, décrépite, colorée, poétique… Valparaíso est un merveilleux chaos. Pablo Neruda, qui puisa dans cette infatigable ville portuaire une bonne partie de son inspiration, l’a parfaitement exprimé : “Valparaíso, comme tu es inconséquente… tu n’as pas peigné tes cheveux, tu n’as jamais le temps de t’habiller, tu te laisses toujours surprendre par la vie.”

Pablo Neruda ne fut pas le seul artiste à tomber sous le charme de Valparaíso. Poètes, peintres et candidats-philosophes ont de tout temps été attirés par la ville la plus inattendue du Chili. Cette communauté côtoie la population du port, constituée de marins, de dockers et de prostituées, conférant à “Valpo” (comme la nomment ses habitants) l’impression que tout y est possible. Ajoutez-y l’émouvante beauté un peu fanée de ces cerros (collines) enchevêtrés, un art urbain comme on en voit peu en Amérique latine, un labyrinthe de rues, de passages et d’es-caleras (escaliers) pentus et sinueux où s’échelonnent des demeures branlantes, et vous comprendrez pourquoi certains visiteurs passent davantage de temps ici qu’à Santiago. Beaucoup a été fait pour favoriser l’installation d’hôtels et de restaurants de catégorie supérieure et pour assurer, dans cette ville portuaire à la vie notoirement tumultueuse, la sécurité dans les principaux quartiers fréquentés par les touristes. Le résultat est là et Valpo brille la nuit de tous ses feux.

8VALPARAÍSO EN BUS

On peut certes emprunter les vieux funiculaires grinçants ou gravir les pentes à pied, mais il existe une autre façon, inoubliable, de goûter au charme de Valparaíso. Le bus O (marqué micro O ou parfois micro 612) transporte habitants et touristes à travers les ruelles étroites et certaines collines abruptes. Les passagers montent à bord devant le Congreso Nacional, au sommet du Cerro Alegre et en divers autres points de la ville.

Histoire

L’histoire de Valparaíso et de sa région est intimement liée à la mer. Les premiers habitants, les Changos, vivaient de la pêche, et dès l’arrivée des conquistadors espagnols, Valparaíso devint une étape pour les bateaux qui rapportaient or et autres produits latino-américains en Espagne. D’autres marins ne tardèrent pas à suivre : pirates hollandais et anglais, dont Sir Francis Drake, qui pillèrent plusieurs fois Valparaíso à la recherche d’or.

La ville portuaire s’étendit lentement dans un premier temps, pour ensuite connaître une explosion lors de la flambée de la demande de blé chilien provoquée par la ruée vers l’or en Californie. Première halte pour les bateaux qui avaient contourné le cap Horn, Valparaíso devint un centre commercial pour toute la côte pacifique et le noyau de l’industrie bancaire chilienne naissante.

Après cet âge d’or, Valparaíso connut au XXe siècle des temps difficiles. Le séisme de 1906 détruisit la majorité des bâtiments de la ville, et l’ouverture du canal de Panama eut le même effet cataclysmique sur l’économie. Seule la marine chilienne resta présente de façon constante.

Aujourd’hui, Valparaíso est une escale importante pour les navires de croisière, et les exportations florissantes de fruits chiliens ont également dynamisé le port. La ville, capitale législative du Chili depuis 1990, a été élue capitale culturelle en 2003. L’Unesco l’a inscrite au patrimoine de l’humanité, provoquant une flambée touristique.

1À voir et à faire

Le must : déambuler dans les rues en découvrant les peintures murales et les édifices chancelants. Il faut aussi impérativement prendre au moins une fois ou deux l’un des 15 ascensores (funiculaires) brinquebalants de la ville. Construits entre 1883 et 1916, ils vous hisseront sur les collines et dans les ruelles tortueuses. Les amateurs de plage feront un saut à Viña ou à Zapallar, au nord. Et l’on peut aussi faire une bonne marche sur les plages de San Mateo, Carvallo et Torpederas, juste à l’ouest de la ville.

1Cerros Concepción et Alegre

Leurs rues pavées très raides sont bordées de maisons traditionnelles du XIXe siècle aux façades couvertes de plaques de zinc peintes, qui forment un patchwork de couleurs vives. Elles abritent une partie des meilleurs cafés et restaurants de la ville – mais pas de clubs, la musique tardive y étant proscrite.

Μuseo de Bellas Artes

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(Paseo Yugoslavo 166 ; 2 000 $CH). Énorme édifice Art nouveau situé à l’extrémité ouest de Cerro Alegre, le Palacio Baburizza abrite le musée des Beaux-Arts et sa collection permanente, passablement intéressante. On y découvre aussi des informations détaillées sur les premiers propriétaires du palais. L’Ascensor ElPeral (Plaza de Justicia (El Plan) et Paseo Yugoslavo (Cerro Alegre) ; 100 $CH ; h10h30-17h30 mar-dim) le dessert depuis la Plaza Sotomayor. Pour gravir rapidement le flanc est de Cerro Alegre, l’Ascensor Reina Victoria (250 $CH ; h7h-23h) relie l’Avenida Elias au Paseo Dimalow.

LES PEINTURES ΜURALES DE VALPARAÍSO

En montant et descendant les collines tortueuses de Valparaíso, vous remarquerez partout des œuvres colorées, des peintures murales de femmes glamour aux tags politiques sur des portes de garages. Outre les hauts lieux de l’art urbain que sont les cerros Concepción, Alegre et Bellavista, le Cerro Polanco a été “bombé” par des artistes graffeurs de toute l’Amérique latine lors du premier Festival latino-américain du graffiti et de la peinture murale. Plus de 80 fresques ont été réalisées en quelques jours à cette occasion. Le quartier, fort agréable pour se balader dans la journée, est à proscrire à la nuit tombée.

Repérez lors de vos déambulations les œuvres du Chilien Inti. Sa fresque grand format, qui couvre la surface de plusieurs bâtiments contigus et se voit depuis le Cerro Concepción, a été inaugurée début 2012. Peinte à l’horizontale, celle-ci dépeint un mystérieux personnage fragmenté paré de bijoux exotiques.

Ascensor Concepción

FUNICULAIRE

Plan offlineGoogleMaps

(Prat (El Plan) et Paseo Gervasoni (Cerro Concepción) ; 300 $CH ; h7h-22h). Plus ancien funiculaire de la ville, l’Ascensor Concepción conduit au Paseo Gervasoni, en bas de Cerro Concepción. Il date de 1883 et fonctionnait à l’origine à la vapeur.

Μuseo Lukas

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(%032-222-1344 ; www.lukas.cl ; Paseo Gervasoni 448, Cerro Concepción ; adulte/enfant et senior 1 000/500 $CH ; h10h30-14h et 15h-18h mar-dim). Le caricaturiste local Lukas (1934-1988) avait l’œil pour dépeindre les particularités de Valparaíso. S’il faut parler espagnol pour comprendre ses dessins politiques, les dessins à l’encre iconiques de la ville parlent d’eux-mêmes.

1Cerro Cárcel

Parque Cultural de Valparaíso

CENTRE ARTISTIQUE

Plan offlineGoogleMaps

(www.pcdv.cl ; Castro s/n, Cerro Cárcel). FCe centre culturel édifié sur les ruines d’une ancienne prison offre un peu de tout au voyageur curieux : de superbes fresques dans l’ancienne cour, des expositions temporaires, du théâtre et de la danse, et tout un programme de cours, stages, tables rondes et autres rendez-vous intéressants.

Pour vous y rendre, marchez jusqu’en haut de Subida Cumming.

1Cerro Panteón

Cementerios 1 & 2

CIMETIÈRES

Plan offlineGoogleMaps

(Dinamarca s/n ; h8h-coucher du soleil). Les résidents les plus illustres, les plus riches et de plus sombre réputation reposent en paix dans le Cementerio 1, dont les tombes ressemblent à de véritables petits palais. À côté, le Cementerio 2 englobe le Cementerio de Disidentes (“cimetière des dissidents”), où sont enterrés des immigrés européens de confession protestante.

La vue depuis cet endroit justifie à elle seule le détour. Ceux qui aiment marcher peuvent venir jusqu’ici en montant l’Avenida Ecuador.

1Cerro Bellavista

Les artistes et les écrivains ont de tout temps aimé cette colline tranquille et résidentielle, où une poignée de bons restaurants et cafés méritent aussi le détour.

oLa Sebastiana

MONUMENT HISTORIQUE

(%032-225-6606 ; www.fundacionneruda.org ; Ferrari 692 ; adulte/enfant et senior 5 000/1 500 $CH ; h10h30-18h50 mar-dim jan et fév, 10h10-18h mar-dim mars-déc). L’artiste le plus célèbre de Bellavista fut Pablo Neruda, qui regardait les feux d’artifice du Nouvel An depuis La Sebastiana, sa maison au sommet de la colline. Les premiers arrivés seront les mieux servis, aussi vous recommandons-nous de venir ici le matin.

Préparez-vous à une véritable escalade, qui se poursuit dans la maison ; vous serez récompensé à chaque étage par la vue stupéfiante sur le port. Contrairement aux autres demeures du poète, il est possible de déambuler à sa guise dans La Sebastiana, pour découvrir la collection chaotique de figures de proue, d’objets en verre, les meubles des années 1950 et les œuvres d’art de ses amis célèbres. À côté de la maison, la Fundación Neruda a érigé le Centro Cultural La Sebastiana, avec un petit espace d’exposition, un café et une boutique de souvenirs. Pour vous y rendre, montez Héctor Calvo sur 800 m depuis l’Ascensor Espíritu Santo. Sinon, prenez le bus vert O dans Serrano, près de la Plaza Sotomayor à El Plan, ou sur la place en haut de Templeman dans Cerro Alegre et descendez au bloc 6 900 de l’Avenida Alemania.

Illustration
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.