Chili - Norte Chico

De
Publié par

Ce chapitre Norte Chico est issu du guide consacré à la destination Chili et Ile de Pâques.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 28 janvier 2016
Lecture(s) : 1
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816158113
Nombre de pages : 139
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

PRÉPARER SON VOYAGE

 

 

 

SUR LA ROUTE

 

 

 

 

 

 

 

NORTE CHICO

Le top des restaurants

Le top des hébergements

Pourquoi y aller

Pour un si petit morceau de territoire, le Norte Chico (Petit Nord) présente une incroyable diversité. Sur la côte, La Serena, ville coloniale et capitale de la région, est un passage obligé. De là, on poursuit vers la verte et mystique vallée de l’Elqui, haut lieu de production du pisco, foyer de communautés New Age et point d’accroche d’observatoires ultramodernes. Plus au nord se trouvent de superbes parcs nationaux, un petit coin de plage à la mode et des kilomètres de littoral non cartographiés qui n’attendent que vous, votre tente et votre planche de surf.

Les amoureux de la nature ne manqueront pas les manchots joueurs de la Reserva Nacional Pingüino de Humboldt et du Parque Nacional Pan de Azúcar. Haut perché dans les Andes, le Parque Nacional Nevado Tres Cruces, peu fréquenté, vous invite à rencontrer des vigognes et des flamants. Le Petit Nord s’avère bien plus grand que son nom ne le laisse présager.

Quand partir

Illustration

Jan-fév Les Chiliens sont en vacances. Il y a plus de monde dans les hôtels et sur les sites.

 

Juil-août Les températures chutent la nuit, mais les journées restent chaudes et l’on en profite sans la cohue.

 

Sept-nov La période où admirer le célèbre phénomène du “désert fleuri” – en particulier dans le Parque Nacional Llanos de Challe.

Illustration

À ne pas manquer

1La ravissante Bahía Inglesa (Cliquez ici), petite station balnéaire très agréable où lézarder tranquillement.

2Une dégustation de pisco, de village en village dans la très tendance vallée de l’Elqui (Cliquez ici).

3Les multiples observatoires (Cliquez ici) de la région, pour contempler les nuits étoilées de l’hémisphère Sud.

4La nature qui mène aux lagons andins haut perchés du Parque Nacional Nevado Tres Cruces (Cliquez ici).

5Les colonies de manchots de la Reserva Nacional Pingüino de Humboldt (Cliquez ici), accessible en bateau.

6Le centre colonial de La Serena (Cliquez ici) et sa plage pour les vagues, le soleil et le sable.

7Le camping et les spots de surf du front de mer du Parque Nacional Pan de Azúcar (Cliquez ici).

8Comment s’y rendre et circuler

La Panaméricaine serpentant le long du littoral du Norte Chico, celui-ci est facilement accessible en voiture ou en bus. Près de La Serena et de Copiapó, des aéroports très fréquentés desservent les destinations intérieures. Lorsqu’on quitte la Panaméricaine, on a vite l’impression de s’aventurer dans l’arrière-pays : les routes de gravier ou de terre se détériorent rapidement et les transports publics se raréfient. L’accès à de nombreux parcs nationaux et sites isolés peut alors se révéler ardu, à moins de participer à un voyage organisé ou d’avoir une voiture – parfois seuls certains pick-up surélevés ou 4x4 conviennent.

La Serena

% 051/ 198 160 HABITANTS

Deuxième plus ancienne ville du Chili et capitale en pleine expansion de la région IV, La Serena possède une belle architecture et un superbe littoral. En janvier et février, des foules de Chiliens viennent y passer leurs vacances, mais la cité est assez paisible le reste du temps. Le centre-ville abrite de dignes églises en pierre, des avenues ombragées et de jolies places. Hormis quelques édifices datant de la période coloniale d’origine, les bâtiments sont en majorité de style néocolonial – résultat du “Plan Serena” mené par le président natif de la ville Gabriel González Videla, en fonction à la fin des années 1940.

La campagne alentour est aussi très belle, ponctuée de charmants villages, de nombreux vignobles destinés au pisco, ainsi que d’observatoires astronomiques internationaux qui tirent parti des conditions atmosphériques exceptionnelles de la région et de la clarté du ciel.

1À voir

Plaza de Armas

PLAZA

Plan offlineGoogleMaps

La Serena ne possède pas moins de 29 églises, dont beaucoup sont de très beaux édifices en pierre de style néoclassique ou éclectique. Les plus remarquables se situent près ou sur la Plaza de Armas. Côté est, la jolie Iglesia Catedral (Plaza de Armas ; h10h-13h et 16h-20h), de style néoclassique (1844), abrite aussi un musée des Arts religieux. Juste au nord se trouve la Municipalidad, qui présente des photos du passé de la ville, et les Tribunales (tribunaux ; angle Prat et Los Carrera), construits dans le cadre du Plan Serena de González Videla.

UNE TERRE QUI TREMBLE

Le 16 septembre 2015, un tremblement de terre d’une magnitude de 8,3 sur l’ échelle de Richter – le sixième plus fort jamais enregistré au Chili –, suivit de nombreuses répliques, frappait la région de Coquimbo (région IV). La secousse, ressentie jusqu’à Buenos Aires, créa des mouvements de panique à Santiago, laquelle, à 230 km de l’épicentre, fut fortement secouée. Moins fort que celui de 2010 (voir ), et frappant une région à la densité de population plus faible, ce séisme fut beaucoup moins dévastateur sur les plans humains et matériels que son prédécesseur. Les mesures prises par le gouvernement depuis la dernière catastrophe et la prise de conscience chez les populations du risque encouru furent elles aussi déterminantes : en un temps record, une alerte au tsunami était lancée et 1 000 000 de personnes étaient évacuées des côtes.

Au moment de la rédaction de ce guide, le bilan provisoire s’élevait à 13 morts.

Museo Histórico Casa Gabriel González Videla

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(Matta 495 ; adulte/enfant 600/300 $CH ; h10h-18h lun-ven, 10h-13h sam). Aménagé dans une belle demeure du XVIIIe siècle, ce musée richement doté d’objets anciens de toutes sortes s’attache essentiellement à la figure (controversée) de l’un des plus célèbres enfants du pays : González Videla, qui fut président du Chili de 1946 à 1952. Politicien rusé, il prit le pouvoir avec l’aide des communistes avant de proclamer ce parti hors la loi et de forcer le poète Pablo Neruda à quitter le Sénat et à s’exiler. Hagiographie oblige, ces faits ne sont pas mentionnés dans l’exposition. Ne manquez pas, à l’étage, les salles sur l’histoire générale et les expositions temporaires d’art contemporain.

Museo Arqueológico

MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(Angle Cordovez et Cienfuegos ; adulte/enfant 600/300 $CH, gratuit dim ; h9h30-17h50 mar-ven, 10h-13h et 16h-19h sam, 10h-13h dim). Le Musée archéologique, installé dans un édifice en forme de croissant et doté d’un patio verdoyant, entreprend, non sans ambition, d’embrasser le passé précolombien du Chili. On retient parmi les pièces majeures une momie atacameña, un imposant moaï (grande statue anthropomorphique) de l’île de Pâques haut de 2,50 m et d’intéressants objets diaguitas, notamment un canot en peau d’otarie.

L’entrée pour le Museo Histórico Casa Gabriel González Videla donne accès au Museo Arqueológico, et inversement.

Parque Japones Kokoro No Niwa

PARC

Plan offlineGoogleMaps

(Parque Pedro de Valdivia ; adulte/enfant 5-12 ans 1 000/300 $CH ; h10h-20h été, 10h-18h reste de l’année). Avec le murmure de ses ruisseaux, ses cygnes languides et ses rocailles soignées, ce jardin japonais dépayse agréablement de l’agitation de la ville.

2Activités

Une piste cyclable va jusqu’à Coquimbo ; Vicamawi (%051-222-7939 ; Vicente Zorrilla 990 ; h9h-18h) loue des vélos pour 8 000 $CH la journée.

On peut aussi faire de la voile, du surf et de la planche à voile (mais attention aux baigneurs dans la limite des 200 m du rivage, sinon vous risquez des problèmes avec la Gobernación Marítima). La Playa Totoralillo, au sud de Coquimbo, est très appréciée des surfeurs et des véliplanchistes. Poisson (%portable 9138-2383 ; Av del Mar 1001 ; h8h-21h) loue des planches de surf moyennant 6 000 $CH l’heure.

Illustration

Plages

PLAGE

De vastes plages de sable s’étendent depuis le phare désaffecté de La Serena jusqu’à Coquimbo : elles sont si nombreuses qu’on peut en fréquenter une différente chaque jour pendant deux semaines de vacances. Certaines sont interdites à la baignade à cause des forts courants. Celles où la baignade est sûre commencent en général au sud de Cuatro Esquinas.

Celles situées à l’extrémité ouest de l’Avenida Aguirre et de Cuatro Esquinas (donc le plus près de la ville) sont plus agitées et généralement dangereuses pour les baigneurs. Cherchez les panneaux “Playa Apta” (baignade autorisée) et “Playa No Apta” (baignade dangereuse).

Pour accéder rapidement à la plage, prenez soit le bus Liserco soit l’un des colectivos qui font la navette entre La Serena et Coquimbo, et descendez à Peñuelas et Cuatro Esquinas, à un pâté de maisons de la plage. En janvier et février, des bus directs (500 $CH) descendent l’Avenida Francisco de Aguirre jusqu’à la Playa El Faro. Le reste de l’année, vous devrez prendre un colectivo (600 $CH) ou effectuer à pied les 3 km entre la ville et le phare.

CCours

La Serena School

LANGUE

Plan offlineGoogleMaps

(%051-221-1487 ; www.laserenaschool.cl ; Rodríguez 450). Cours d’espagnol (à partir de 20 000 $CH/heure).

TCircuits organisés

L’offre des agences est variée, allant des visites de parcs nationaux à des excursions astronomiques nocturnes et des circuits de dégustation de pisco en passant par des balades New Age jusqu’à Cochiguaz, où atterriraient des ovnis. Les circuits classiques comprennent des visites de la ville d’une demi-journée (à partir de 5 000 $CH), des excursions d’une journée dans la vallée de l’Elqui (environ 25 000 $CH), au Parque Nacional Bosques de Fray Jorge, au Valle del Encanto (à partir de 35 000 $CH) et au Parque Nacional Pingüino de Humboldt (32 000-35 000 $CH). Les agences proposent également des excursions aux observatoires, au premier rang desquels Mamalluca (16 000-20 000 $CH). À la demande, elles peuvent aussi organiser une sortie à Andacollo et des randonnées jusqu’aux mines des environs (la “Ruta del Quarzo”). Le nombre minimum de participants varie de deux à six.

Tembeta Tours

VISITES CULTURELLES

Plan offlineGoogleMaps

(%051-221-5553 ; www.tembeta.cl ; Andrés Bello 870). Visite de la ville (5 000 $CH/pers à partir de 2 pers).

Elqui Valley Tour

CIRCUITS GUIDÉS

Plan offlineGoogleMaps

(%051-221-4846 ; www.goelqui.com ; Prat 567 ; h9h-18h lun-sam). Départs quotidiens pour la vallée de l’Elqui – avec une remise si vous y ajoutez une visite nocturne à Mamalluca.

Talinay Adventure Expeditions

CIRCUITS AVENTURE

Plan offlineGoogleMaps

(%051-221-8658 ; www.talinaychile.com ; Av Francisco de Aguirre 301 ; h8h30-17h30 lun-sam). Un bon choix pour les sorties sportives – kayak, VTT, randonnée à cheval, plongée, trekking et escalade.

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi