Chine 10 - Guangdong

De
Publié par

Ce chapitre Guangdong est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 12 décembre 2013
Lecture(s) : 5
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816142075
Nombre de pages : 115
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Pourquoi y aller

Parfois ignoré par les touristes, le Guǎngdōng (广东) peut pourtant s’enorgueillir d’une histoire passionnante, d’une culture unique et d’une profusion de sites naturels superbes et peu fréquentés. La province est également réputée pour ses fameux dim sum.

Le Nord abrite des paysages de toute beauté, dont les forêts de pins bleus de Nánlǐng battues par les vents et où coulent des cascades. Les amateurs de culture se réjouiront devant les tours de guet de Kāipíng, les sculptures sur bois raffinées de Cháozhōu et l’Opéra de Canton, tous classées au patrimoine mondial de l’Unesco.

Le Guǎngdōng fut jadis le point de départ de la route maritime de la Soie. En témoignent l’épave de la dynastie Song et son fabuleux trésor conservés sur l’île de Hǎilíng, ourlée de jolies plages. Il fut également le berceau des révolutions qui changèrent le destin de la Chine moderne. Au détour des pittoresques chemins du delta de la rivière des Perles, vous découvrirez les gloires et les drames de ce passé récent.

Quand partir


Avril-juin Les rizières verdoyantes autour des villages de Kāipíng et Méizhōu.

Juillet-septembre La réserve de Nánlǐng et ses pins bleus font oublier la touffeur des villes.

Octobre-décembre La meilleure période, quand les typhons et la chaleur ont disparu.



À ne pas manquer

La culture du Lǐngnán, riche et vivante

Les tours de guet de Kāipíng, inscrites au patrimoine mondial de l’humanité

Le pont Guǎngjǐ, à Cháozhōu, avec ses 18 embarcations et ses 24 pontons en pierre

L’architecture communautaire spécifique des villages hakkas autour de Méizhōu

Les pins bleus et les délicieuses cascades du parc forestier national de Nánlǐng

Les plages de sable et l’épave vieille de 800 ans sur l’île au large de Yángjiāng

Un déjeuner sur fond d’opéra dans un restaurant-jardin de Guǎngzhōu

Le musée-mémorial du généralissime Sun Yat-sen à Guǎngzhōu, lieu de pèlerinage pour de nombreux Chinois

Les délices de la cuisine cantonaise


Histoire

Le Guǎngdōng a entretenu des contacts avec le monde extérieur depuis presque deux millénaires. Les Romains, parmi les premiers étrangers venus jusqu’ici, arrivèrent au IIe siècle. Durant la dynastie Tang (618-907), un commerce important s’est développé avec le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est.

Les Portugais furent les premiers Européens à s’installer dans la province en 1557, suivis par les Jésuites qui s’établirent à Zhàoqìng. Les Britanniques firent leur apparition au XVIIe siècle et, dès 1685, des navires marchands de la Compagnie des Indes orientales faisaient escale à Guǎngzhōu. En 1757, un édit impérial accorda au cohong, une guilde de marchands locaux, le monopole du commerce avec les étrangers, cantonnés sur l’île de Shāmiàn. Les échanges favorisèrent la Chine jusqu’en 1773, quand les Britanniques inversèrent la balance en déchargeant 1 000 caisses d’opium du Bengale à Guǎngzhōu. L’addiction se répandit alors dans le pays comme une traînée de poudre et provoqua les guerres de l’Opium.

Au XIXe siècle, le Guǎngdōng s’illustra comme un foyer de réformes et de rébellions. Parmi les élites politiques à l’origine des idées révolutionnaires, figuraient Sun Yat-sen, qui devint plus tard le premier président de la République de Chine.

Au siècle suivant, il fut à la fois le quartier général des partis nationaliste et communiste, ayant à souffrir particulièrement de la Révolution culturelle. Après 1978, lors de la politique d’ouverture économique, ce fut la première province à expérimenter le capitalisme. Le succès économique continu du Guǎngdōng l’a placé au premier rang en termes d’exportation de produits de consommation.

Langue

Les habitants du Guǎngdōng parlent essentiellement cantonais, un dialecte distinct du mandarin. Bien moins promu que la langue nationale, le cantonais est néanmoins plus ancien et beaucoup mieux adapté à la lecture de la poésie classique.

Guǎngzhōu (Canton)        广州

020 / 12 MILLIONS D’HABITANTS

Guǎngzhōu, souvent appelée Canton en Occident, est le principal carrefour de transports et d’échanges commerciaux du pays. Vous y passerez peut-être pour rejoindre d’autres régions chinoises. Évitez la ville pendant le Nouvel An chinois, époque de la plus grande migration humaine annuelle au monde.


INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$         moins de 250 ¥

$$       250-600 ¥

$$$     plus de 600 ¥

Restauration

$         moins de 70 ¥

$$       70-150 ¥

$$$     plus de 150 ¥


Histoire

L’histoire de Guǎngzhōu est dominée par le commerce et la révolution. Sous la dynastie Tang (618-907), elle devint le principal port méridional de Chine et le point de départ de la route maritime de la Soie, une grande route marchande vers l’Occident. Ce fut aussi un comptoir de négoce pour les Portugais au XVIe siècle et pour les Britanniques au XVIIe siècle.

Après la chute de la dynastie Qing en 1911, la ville devint un bastion des forces républicaines conduites par Sun Yat-sen et, plus tard, un centre d’activités pour le Parti communiste (PCC) naissant de Mao Zedong.

Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949, Guǎngzhōu est une plaque tournante du commerce. Même quand le pays s’était coupé du reste du monde, la foire commerciale de Canton restait l’unique institution à entretenir des rapports marchands avec l’Occident.

En 2010, Guǎngzhōu a accueilli les Jeux asiatiques, ce qui a entraîné une amélioration significative de son réseau de transports.

À voir et à faire

ZHŪJIĀNG XĪNCHÉNG (VILLE NOUVELLE DE ZHŪJIĀNG)

Nouveau musée du Guǎngdōng      MUSÉE

(广东省博物馆新馆 ; Guǎngdōngshěng Bówùguǎn Xínguǎn ; carte (Cliquez ici) ; 3804 6886 ; www.gdmuseum.com ; 2 Zhujiang Donglu ; 9h-17h mar-dim ; Ligne 3, Zhūjiāng Xīnchéng, sortie B1). Ce musée ultramoderne évoquant une boîte en laque occupe presque tout un pâté de maisons au bord du fleuve. Si les collections consacrées à l’art cantonais, en particulier les sculptures sur bois de Cháozhōu, retiennent l’attention, les salles illustrant l’histoire humaine et naturelle du Guǎngdōng ont moins d’attrait.

Plan rapproché sur les pages suivantes

Opéra de Guǎngzhōu      BÂTIMENT CULTUREL

(广州大剧院 ; Guǎngzhōu dàjùyuàn ; carte (Cliquez ici) ; 3839 2888 2666 ; www.chgoh.org ; 1 Zhujiang Xilu ; 9h-16h30, fermé lun ; Ligne 3, Zhūjiāng Xīnchéng, sortie B1). La silhouette futuriste de la plus grande salle de spectacle du sud de la Chine a métamorphosé le paysage urbain. Dessiné par Zaha Hadid et construit en 5 ans seulement, l’Opéra se compose de panneaux de verre reliés entre eux pour former des courbes subtiles, ce qui lui a valu d’être comparé aux galets du lit de la rivière des Perles. L’ensemble a coûté 1,3 million de yuans, mais des plaques ont déjà commencé à tomber du toit.

Des visites guidées (30 ¥/pers ; 10h, 11h, 14h, 15h et 16h) de 45 minutes ont lieu tous les jours. Il faut réserver pour celles en anglais et verser un acompte de 200 ¥ la veille. À l’intérieur, vous pourrez admirer le bel auditorium éclairé par 4 200 diodes LED et recouvert d’un parquet en bois de Russie, ainsi que des salles de répétition high-tech.

QUARTIER DE HǍIZHŪ
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi