Chine 10 - Guangxi

De
Publié par

Ce chapitre Guangxi est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 12 décembre 2013
Lecture(s) : 7
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816142099
Nombre de pages : 100
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

Pourquoi y aller

Le Guǎngxī (广西) est une destination qui fera des envieux. Les amateurs de plein air ne pourront résister à la rude beauté de cette province, réputée pour les fabuleux paysages karstiques de Guìlín et de Yángshuò, dont les vallées verdoyantes se parcourent aisément à pied ou à vélo.

Les puissantes chutes de Détiān et le merveilleux pont du Vent et de la Pluie de Chéngyáng offrent un spectacle éblouissant. Une randonnée dans les rizières en terrasses du Dos du Dragon donne un aperçu des traditions des différents villages, où vivent des groupes minoritaires comme les Zhuang, les Yao et les Dong.

Les visiteurs moins sportifs peuvent découvrir les secrets des peintures rupestres de Huāshān, réalisées à flanc de falaise il y a 2 000 ans, lors d’une paisible excursion en bateau sur le fleuve Zuǒ. Une promenade dans les vieux quartiers pittoresques de Běihǎi permet également d’apprécier le merveilleux patrimoine du Guǎngxī.

Quand partir


Avril-mai Les paysages karstiques de Guìlín et de Yángshuò se couvrent d’une végétation luxuriante.

Juin-septembre Les pluies estivales font scintiller les rizières en terrasses du Dos du Dragon.

Septembre-octobre Pour une promenade sur l’île de Wéizhōu, balayée par la douce brise du golfe.



À ne pas manquer

Une promenade à vélo au bord du Yùlóng pour découvrir les impressionnants paysages calcaires de Yángshuò

Une randonnée pour contempler les superbes panoramas des rizières en terrasses du Dos du Dragon

Parcourir Xīngpíng à pied, à vélo ou en escaladant, et profiter des attraits de Yángshuò

Une halte devant le merveilleux pont du Vent et de la Pluie de Chéngyáng, près de Sānjiāng, et un aperçu de la vie rurale autour des rizières voisines

La fraîcheur des chutes de Détiān, puis la traversée des villages jusqu’à Míngshì Tiányuán

Une excursion en bateau de Pānlóng vers les peintures rupestres de Huāshān

Les vertigineux puits à ciel ouvert de Lèyè, béants et embrumés


Histoire

En 214 av. J.-C., une armée de la dynastie Qin tenta d’assimiler le peuple zhuang, qui vivait dans l’actuel Guǎngxī, au nouvel empire chinois. Les régions est et sud se soumirent, mais les confins occidentaux demeurèrent largement contrôlés par des chefs des tribus montagnardes.

Parmi les violents soulèvements tribaux qui ponctuèrent le XIXe siècle, le plus important fut la révolte des Taiping (1850-1864), qui débuta à Guìpíng et se transforma en une sanglante guerre civile.

Après le soulèvement de Bǎisè conduit par Deng Xiaoping en 1929, des bases communistes furent installées dans le Guǎngxī. Elles furent par la suite détruites par les forces du Guomindang, puis la majeure partie de la province passa brièvement sous domination japonaise après les invasions destructrices de la Seconde Guerre mondiale.

Plus importante minorité du pays, les Zhuang forment aujourd’hui 32% de la population du Guǎngxī, devenu en 1955 la Région autonome zhuang du Guǎngxī. Outre les Zhuang, les Miao et les Yao, le Guǎngxī abrite aussi de nombreux Dong.

Langues

Les voyageurs parlant mandarin (pǔtōnghuà) pourront naviguer sans difficulté dans le vaste océan linguistique du Guǎngxī. Le cantonais (guǎngdōnghuà), appelé ici báihuà, est la langue de prédilection à Nánníng, Chóngzuǒ, Píngxiáng et Dàxīn, mais la plupart des habitants comprennent aussi le mandarin. Vous entendrez également plusieurs langues de minorités, dont le zhuang, le dong, le xiang, le hmong, le sui, le hakka, le jing (vietnamien) et le yi.

Le système romanisé du zhuang, qui ressemble à du pinyin déformé, est très présent, tandis que des inscriptions bilingues sino-vietnamiennes apparaissent dans les régions proches du Vietnam.

Certains habitants de Guìlín et de Yángshuò parlent très bien l’anglais.

Guìlín        桂林

0773 / 826 640 HABITANTS

Que vous soyez en route vers le nord et ses montagnes ou vers Yángshuò et ses environs, au sud, vous devrez sans doute passer une nuit ou deux à Guìlín. Une promenade le long du paisible fleuve Lí (漓江 ; Lí Jiāng) donne un bon aperçu des paysages féeriques du Guǎngxī, avec ses pics karstiques en toile de fond.


INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$         moins de 150 ¥

$$       150-400 ¥

$$$     plus de 400 ¥

Restauration

$         moins de 40 ¥

$$       40-100 ¥

$$$     plus de 100 ¥


Conséquence de l’industrie touristique, la ville est propre et bien organisée, mais pâtit en contrepartie du nombre croissant de visiteurs et d’une augmentation des droits d’entrée sur beaucoup de sites. Avec ses infrastructures modernes et ses nombreux habitants parlant l’anglais, Guìlín reste néanmoins une base commode pour organiser des excursions dans le reste de la province.

À voir

Les sites de Guìlín sont répartis entre les pics karstiques qui l’émaillent. Un billet combiné vous fera économiser entre 10 et 20%, et une balade le long des lacs Róng et Shān ou sur le fleuve Lí se révèle une alternative abordable aux monuments les plus onéreux : de quoi échapper facilement à la récente hausse des prix.

Lacs et remparts      LACS, RUINES

Sur la rive nord du lac Róng (榕湖 ; Róng Hú), la porte Sud (南门 ; Nán Mén) est l’unique portion encore sur pied des remparts (城墙 ; chéng qiáng) de la dynastie Song. Ce secteur animé est un bon endroit pour regarder les gens pratiquer le tai-chi, la calligraphie ou la danse.

À 1 km au nord de la colline du Brocart plissé, la porte Est (东镇门 ; Dōngzhèn Mén), en partie reconstruite, est encadrée de sections délabrées des remparts (城墙 ; chéng qiáng) de la dynastie Song. Prenez le bus n°1 ou 2, descendez à Dōngzhèn Lù, puis tournez à droite dans la rue du même nom. Sinon, effectuez le court trajet à pied ou à vélo vers le nord le long de la rive, juste à l’est de l’entrée de la colline du Brocart plissé.

La porte se tient à la lisière nord-est du parc du lac Mùlóng (木龙湖 ; Mùlóng Hú ; 90 ¥ ; 9h-22h), qui abrite une belle reconstruction d’une pagode (木龙塔 ; Mùlóng Tǎ) de la dynastie Song, et accueille tous les soirs à partir de 20h des concerts de musique traditionnelle chinoise.

Pagodes du Soleil et de la Lune      PAGODES

(日月双塔 ; Rìyuè Shuāng Tǎ ; 30 ¥ ; 8h30-22h30). Rehaussant avec élégance le paysage du lac Shān (杉湖 ; Shān Hú), les pagodes jumelles du Soleil et de la Lune, superbement illuminées en soirée, constituent le point d’orgue d’une promenade autour des deux lacs centraux de Guìlín. Octogonale et comptant 7 étages, la pagode de la Lune (月塔 ; Yuè Tǎ) est reliée par un tunnel qui passe sous le lac à la pagode du Soleil (日塔 ; Rì Tǎ). Haute de 41 m, cette dernière est la plus grande pagode en cuivre du monde et l’une des rares comportant un ascenseur.

Pic de la Beauté solitaire      PARC

(独秀峰 ; Dúxiù Fēng ; 1 Wangcheng ; 王城1 ; 88 ¥ ; 7h30-18h). Le droit d’entrée à ce célèbre pic solitaire, retraite paisible et verdoyante à quelques pas du centre-ville, donne accès à la demeure d’un prince Ming du XIVe siècle (qualifiée, à titre exagéré, de “palais”), et à la réplique d’une salle d’examen de la dynastie Qing. Une vue sur Guìlín récompense la grimpée jusqu’au sommet du pic (152 m). Les bus nos1 et 2 s’arrêtent à proximité.

Parc des Sept Étoiles      PARC

(七星公园 ; Qīxīng Gōngyuán ; 55 ¥, grottes des Sept Étoiles 60 ¥ ; parc 6h-21h30, grottes 8h-17h30). Ce beau parc de 137 ha, l’un des plus anciens sites touristiques du pays, a été ouvert au public durant la dynastie Sui. On peut escalader les pics, explorer les grottes, pique-niquer sur des pelouses et même voir des singes sauvages, notamment en début de soirée sur la colline de la Dent de la Lune (月牙山 ; Yuèyá Shān).

Vous pouvez rejoindre le parc à pied, à vélo ou par le bus n°10 ou 11 depuis la gare ferroviaire. Du parc, le bus gratuit n°58 dessert la Colline qui arrête les vagues, la colline du Brocart plissé et la grotte de la Flûte de roseau.

Autres collines      COLLINES

À l’ouest du pic de la Beauté solitaire, la Colline qui arrête les vagues (伏波山 ; Fúbō Shān ; 25 ¥ ; 7h-18h) offre une vue encore plus belle. En chemin, vous découvrirez des sculptures bouddhiques des dynasties Song et Tang sur les parois de la grotte de la Perle rendue (还珠洞 ; Huánzhū Dòng). Une courte marche au nord conduit à la colline du Brocart plissé (叠彩山 ; Diécǎi Shān ; 35 ¥ ; 7h-18h), où quelques pavillons restaurés datent de la dynastie Ming, tandis que la grotte du Vent (风洞 ; Fēngdòng) renferme une autre belle collection de statues bouddhiques. Au sommet de la colline, la vue sur Guìlín est splendide. Au sud du centre-ville, la colline en Trompe d’éléphant (象鼻山 ; Xiàngbí Shān ; 75 ¥ ; 7h-18h30) se voit mieux depuis les radeaux de bambou (environ 15 ¥) qui descendent le Lí.

Activités

Beaucoup se baignent dans le fleuve Lí en été. Vous pouvez aussi profiter de la piscine en plein air (30 ¥) du Sheraton (喜来登酒店 ; Xǐláidēng Jiǔdiàn ; 282 5588 ; 15 Binjiang Lu ; 滨江路15).

Circuits organisés

Très appréciée, la croisière sur le Lí dure environ 4 heures 30 et comprend le superbe trajet en bateau jusqu’à Yángshuò, le déjeuner et le retour en bus à Guìlín. Comptez 350-450 ¥ pour un bateau avec un guide anglophone ou 245 ¥ avec un guide parlant chinois. Le “Two Rivers Four Lakes” (二江四湖), un circuit en bateau sur le fleuve Lí et les lacs de Guìlín, constitue une alternative. Les prix varient entre 80 et 180 ¥ en fonction du moment de la journée (supp de nuit). Possibilité de réserver ces deux circuits via le CITS (Cliquez ici), ou les hôtels de Guìlín et les offices de tourisme.

Où se loger

Wada Hostel      AUBERGE DE JEUNESSE$

(瓦当旅舍 ; Wǎdāng Lǚshè ; 215 4888 ; www.wadahostel.com ; 212 Huanchengxi Yilu ; 环城西一路 212 ; dort 25-35 ¥, d 110 ¥ ; ). Cette auberge est un peu éloignée du centre mais la ligne de bus n°10 permet de rejoindre rapidement les principaux sites. Tous les bus pour Yángshuò s’arrêtent devant l’entrée principale (demander au chauffeur). Elle abrite un bar-café confortable et des dortoirs avec de grands lits superposés. De la gare ferroviaire, tournez dans la première rue à droite, Shanghai Lu, passez sous le pont et prenez à gauche à l’intersection dans Huanchengxi Yilu. Marchez 10 minutes (600 m) pour atteindre l’auberge, située sur la gauche.

This Old Place Hostel      AUBERGE DE JEUNESSE$

(老地方国际青年旅舍 ; Lǎodìfāng Gúojì Qīngnián Lǚshè ; 281 3598 ; www.topxingping.com ; 2 Yiwu Lu ; 翊武路 2 ; dort 35 ¥, d 120-130 ¥, tr 150 ¥ ; ). Face au lac Róng et à 10 minutes à pied des restaurants et boutiques, cette auberge de jeunesse tenue par les propriétaires du This Old Place à Xīngpíng est bien située. Dortoirs avec 3 lits simples et sdb ; chambres semblables mais moins exiguës. Coin TV et table de billard dans la partie commune, et possibilité de combiner plats chinois et occidentaux. Taxi depuis la gare ferroviaire/routière 8-10 ¥.

Backstreet Youth Hostel      AUBERGE DE JEUNESSE$

(后街国际青年旅舍 ; Hòujiē Qīngnián Lǚshè ; 281 9936 ; www.guilinhostel.com ; 3 Renmin Lu, Xiùfēng district; 秀峰区人民路 3 ; dort 30-40 ¥, d 120 ¥ ; ). Tenue par les mêmes propriétaires que le Wada Hostel, les chambres y sont joliment décorées de meubles en bois, et grandes (les dortoirs également). Merveilleusement situé, à un jet de pierre des bars, restaurants et boutiques. Personnel aimable, partie commune spacieuse, et le café sert à manger.

Shangri-La Hotel      HÔTEL$$$

(香格里拉大酒店 ; Xīanggélǐlā Dàjiǔdiàn ; 269 8888 ; www.shangrila.com/guilin ; 111 Huancheng Bei Erlu ; 环城北二路 111 ; d à partir de 950 ¥ ; ). Cette onéreuse succursale du groupe Shangri-La est, certes, légèrement excentrée, mais la vue sur le paysage karstique au bord du fleuve Lí et le service raffiné l’emporteront.

Riverside Hostel      AUBERGE DE JEUNESSE$$

(九龙商务旅游酒店 ; Jiǔlóng Shāngwù Lǔyóu Jiǔdiàn ; 258 0215 ; www.guilin-hostel.com ; 6 Zhumu Xiang, Nanmen Qiao ; 南门桥竹木巷6 ; s et d 100-220 ¥ ; ). Cette auberge chaleureuse au bord du Táohuā (桃花江) est recommandée par les voyageurs. Le personnel est aux petits soins et les chambres sont confortables. Son annexe centrale de 3 chambres au bord du lac Shān, le Lakeside Inn (背包驿站 ; Bēibāo Yìzhàn ; 280 6806 ; 1-1-2 Shanhu Beilu ; 杉湖北路杉湖综合楼 1-1-2 ; d et lits jum 180-200 ¥, ste 260 ¥ ; ), est de tout aussi bonne tenue. Réservations par téléphone ou Internet indispensables.

Líjiāng Waterfall Hotel      HÔTEL$$$

(漓江大瀑布饭店 ; Líjiāng Dàpùbù Fàndiàn ; 282 2881 ; www.waterfallguilin.com ; 1 Shanhu Beilu ; 杉湖北路 1 ; d sans/avec vue sur le fleuve 1 320/1 480 ¥ ; ). Un fastueux hôtel, fort d’équipements de premier ordre, d’un personnel serviable, et d’une vue splendide sur le fleuve, les lacs et la colline en Trompe d’éléphant. L’établissement possède aussi la plus grande cascade artificielle au monde (45 m de haut), qui fonctionne chaque jour de 20h30 à 20h45 et s’apprécie mieux depuis la place centrale. Remises de 10 à 40%.

Où se restaurer

Au nombre des spécialités locales figurent les nouilles de riz de Guìlín (桂林米粉 ; Guìlín mǐfěn), le canard à la bière (啤酒鸭 ; píjiǔ yā) et les escargots de Guìlín (桂林田螺 ; Guìlín tiánluó). Servi partout, le chǎoguō fàn (炒锅饭 ; riz en cocotte ; à partir de 6 ¥) constitue un excellent en-cas.

Les spécialités cantonaises et occidentales sont assez répandues à Guìlín. Nombre de restaurants se concentrent dans la rue piétonne Zhengyang Lu et les ruelles adjacentes. Plusieurs restaurants de poisson sont installés dans Nanhuan Lu, à l’est du pont Wenchang.

Chóngshàn Mífěn Diàn      NOUILLES$

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.