//img.uscri.be/pth/3ffd3d585abd2df575c2245902cdfe6052c1d47a
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Chine 10 - La Grande Muraille

De
62 pages

Ce chapitre La Grande Muraille est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

La Grande Muraille

Qui n’a pas gravi la Grande Muraille n’est pas un homme véritable.

Mao Zedong

Extraordinaire réalisation et site incontournable du pays, la Grande Muraille (万里长城 ; Wànlǐ Chángchéng) serpente à l’infini de ses vestiges mandchous dans la province du Liáoníng à ses décombres érodés par le vent dans le désert de Gobi et ses faibles traces dans les sables du Xīnjiāng.

Les sections les plus connues et les mieux conservées – abordées dans le présent volet – ondulent majestueusement sur les sommets et les collines de la municipalité de Běijīng. Vous pourrez aussi découvrir la Grande Muraille dans de nombreuses provinces du nord de la Chine. Pour plus de détails, consultez les chapitres régionaux concernés. Certains imaginent à tort que le mur constitue un ouvrage continu ; en réalité, des défenses naturelles – telles des montagnes abruptes – alternent avec des pans de muraille.

Histoire de la Grande Muraille

La construction du mur “d’origine” débuta il y a plus de 2 000 ans durant la dynastie Qin (221-207 av. J.-C.), lors de l’unification de la Chine par l’empereur Qin Shi Huangdi. Des remparts séparés, érigés par des royaumes indépendants pour se protéger des nomades, furent reliés entre eux. Ce travail exigea les efforts de centaines de milliers d’ouvriers – dont nombre de prisonniers politiques – et 10 ans de dur labeur sous la direction du général Meng Tian. On estime que 180 millions de m3 de terre furent utilisés pour former le cœur de l’ouvrage, auxquels, selon la légende, s’ajoutèrent les ossements des ouvriers morts à la tâche.

Des tours de guet, les sentinelles avertissaient rapidement la capitale des mouvements des ennemis à l’aide d’explosions de poudre ou de signaux de fumée en brûlant des fèces de loups. À l’ouest, Jiāyùguān, une étape importante de la route de la Soie, comportait une sorte de poste de douane ; de là, les Chinois indésirables étaient expulsés dans l’Ouest barbare.

Les architectes Ming s’efforcèrent de restaurer le bastion érodé, le recouvrant de quelque 60 millions de m3 de briques et de dalles de pierre. Les travaux durèrent plus d’un siècle et le coût en main-d’œuvre et en ressources fut colossal. Les pans en briques de la Grande Muraille que l’on découvre aujourd’hui datent de cette époque.

Si la muraille remplit en partie sa fonction, elle ne fut jamais une ligne de défense impénétrable. Gengis Khan remarqua : “La force d’un mur dépend du courage de ceux qui le défendent.” De fait, les sentinelles pouvaient se corrompre. En dépit du mur, les armées mongoles réussirent à imposer une domination étrangère à la Chine de 1279 à 1368, puis les conquérants mandchous régnèrent sur l’Empire du Milieu pendant deux siècles et demi. La muraille ne fut d’aucune utilité lorsque les “barbares” européens arrivèrent par la mer au XIXe siècle et se trouvait dépassée depuis longtemps au moment de l’invasion japonaise.

La Grande Muraille tomba ensuite dans l’oubli. Mao Zedong encouragea à l’utiliser pour faciliter la construction d’infrastructures, une habitude qui perdure officieusement. Son cœur en terre fut pillé et ses pierres taillées arrachées pour construire des routes, des barrages et d’autres ouvrages.

Sans revêtement, des pans entiers s’effondrèrent et ce fabuleux rempart aurait pu totalement disparaître si le tourisme ne l’avait sauvé. Plusieurs sections importantes ont été reconstruites, équipées de boutiques de souvenirs, de restaurants, de toboggans et de téléphériques, et ouvertes au public.

Retour au début du chapitre

Visiter la Grande Muraille

Bādálǐng est la partie la plus touristique de la Muraille, suivie par Mùtiányù. Rénovés à certains endroits, les tronçons de Sīmǎtái et Jīnshānlǐng sont moins connus, tout comme Huánghuā Chéng. Parmi les secteurs non rénovés, où la Muraille est à l’état brut, on peut citer Jiànkòu et Zhuàngdàokǒu, mais il y en a beaucoup d’autres. La plupart des sites susmentionnés sont accessibles en transports publics. Pour certains, il faut prévoir une course en taxi/minibus pour la dernière partie du trajet.

Les circuits organisés par les auberges de jeunesse ou les tour-opérateurs spécialisés sont préférables à ceux proposés par les hôtels classiques ou les agences de voyages gérées par l’État. En effet, ils répondent souvent mieux aux envies des voyageurs occidentaux et ne s’accompagnent pas de suppléments surprises comme une excursion aux tombeaux Ming (un ajout fréquent) ou la visite d’une fabrique de jade ou d’un centre de médecine chinoise traditionnelle.

Quasiment toutes les auberges de jeunesse mentionnées dans le chapitre Běijīng (Cliquez ici) organisent des excursions à la Grande Muraille.

Voici quelques prestataires indépendants proposant des circuits de bonne qualité :

Běijīng Sideways (www.beijingsideways.com). Pour des circuits en side-car.

Bespoke Běijīng (www.bespokebeijing.com)

Bike Běijīng (www.bikebeijing.com). Pour des circuits en vélo.

Dandelion Hiking (www.chinahiking.cn)

SnapAdventures (www.snapadventures.com)

Retour au début du chapitre

Mùtiányù        慕田峪

Comme Bādálǐng, Mùtiányù (tarif plein/étudiant 45/25 ¥ ; 7h-18h30, hiver 7h30-17h30), à 90 km au nord-est de Běijīng, est un tronçon du mur récemment rénové, assez facile d’accès depuis la capitale, et qui voit défiler un grand nombre de touristes. Il est bien adapté aux familles, avec un téléphérique, un télésiège et un toboggan extrêmement populaire. Il y a beaucoup moins de groupes en circuits organisés qu’à Bādálǐng, et de belles randonnées sont envisageables.

Réputée pour ses 26 tours de guet et ses superbes points de vue, cette section de mur de 3 km de long est une structure édifiée pendant la dynastie Ming sur un ancien rempard des Qi du Nord. Le mur imposant reste accessible malgré les nombreux touristes et la plupart des vendeurs ambulants se cantonnent dans sa partie basse.

Depuis la billetterie, 3 ou 4 sentiers jalonnés d’escaliers mènent à la muraille. Il y a aussi un téléphérique (缆车 ; lǎn chē ; aller/aller-retour 60/80 ¥, enfant moitié prix), un télésiège (索道 ; suǒdào ; aller 50 ¥) et un toboggan (滑道 ; huá dào ; adulte/enfant 60/50 ¥), bienvenu pour les enfants ou quiconque éprouve des difficultés à gravir les marches.

Où se loger et se restaurer

Comme Bādálǐng, Mùtiányù possède un restaurant Subway (en contrebas du parking). Au même endroit sont installés des stands de fruits. Au-dessus de l’entrée principale, Yì Sōng Lóu Restaurant (翼松楼餐厅 ; Yì Sōng Lóu Cāntīng ; plats 20-50 ¥ ; ) sert une cuisine chinoise correcte.

The Schoolhouse      MAISONS DE VACANCES$$$

(小园 ; Xiǎoyuán ; 6162 6505 ; www.theschoolhouseatmutianyu.com ; village de Mutianyu ; maisons 2 600-5 000 ¥/nuit ; ). Le bâtiment principal est une ancienne école primaire, mais vous serez hébergé dans l’une des maisons joliment restaurées et éparpillées dans le village. Luxueuses et comportant plusieurs pièces, elles accueillent des familles ou de petits groupes. Excellente cuisine. À environ 1 km en contrebas du parking de Mùtiányù.

Depuis/vers Mùtiányù

De l’arrêt de bus Dongzhimen (carte (Cliquez ici) ; 东直门外车站 ; Dōngzhímén Wài chēzhàn), le bus n°867 fait un détour spécial par Mùtiányù 2 fois chaque matin (16 ¥, 2 heures 30, 7h et 8h30, du 15 mars au 15 nov). Dans l’autre sens, il repart de Mùtiányù 2 fois dans l’après-midi (14h et 16h).

Vous pourrez aussi passer par la ville de Huáiróu (怀柔). À la gare routière de Dongzhimen (carte (Cliquez ici) ; Dōngzhímén shūniǔzhàn), prenez le bus n°916 (le caractère se prononce “kuài” et signifie “rapide”) jusqu’à Huáiróu (12 ¥, 1 heure, 6h30 à 19h30). Ignorez les rabatteurs qui tenteront de vous faire descendre du bus et attendez l’arrêt Míngzhu Guangchang (明珠广场). Prenez alors la première à droite : vous trouverez quelques minibus prêts à conduire les passagers à Mùtiányù (15 ¥/pers, 30 min).

Pour le retour, il y a beaucoup moins de minibus à partir de 18h. Le dernier bus n°916 à destination de Běijīng part de Huáiróu vers 19h.

Retour au début du chapitre

Jiànkòu        箭扣

Pour de fabuleuses randonnées le long de la plus belle section de “mur brut” des environs de Běijīng, rejoignez le tronçon arrière de Jiànkòu (后箭扣长城 ; Hòu Jiànkòu Chángchéng ; 20 ¥), accessible depuis la ville de Huáiróu. De là, on découvre un beau panorama sur la Grande Muraille : l’édifice en briques délabré serpente le long d’une arête de montagne, dans un cadre sublime. Il est toutefois dangereux et officiellement illégal de marcher sur cette partie de la muraille, car elle n’est pas restaurée. Portez des chaussures aux semelles agrippantes et ne tentez jamais de traverser ce tronçon sous la pluie, en particulier pendant un orage. Par beau temps, le secteur de Jiànkòu permet de marcher et de camper le long du mur.

Depuis la descente abrupte du village de Xīzhàzi (西栅子村 ; Xīzhàzi Cūn), il faut 1 heure pour atteindre le mur en haut de la colline, sur un étroit chemin en terre qui grimpe à travers une belle forêt de pins. De là, marchez vers l’est (à gauche) jusqu’à Mùtiányù (2 heures), où vous trouverez aisément un transport pour regagner Huáiróu, ou même Běijīng. Sachez que le village de Xīzhàzi se compose de plusieurs parties, ou duì (). Toutes possèdent un chemin menant au mur, mais il est plus facile de se rendre dans la première partie du village (一队 ; yī duì), en bas d’une ruelle qui part sur la gauche juste après la billetterie.

Où se loger et se restaurer

Les adresses suivantes sont accueillantes mais rudimentaires. Les enseignes sont en chinois et le personnel ne parle pas anglais.

Jiǎnkòu Chángchéng Nóngjiāyuàn      PENSION$

(箭扣长城农家院 ; 6161 1794, 136 9307 0117 ; ch 80-100 ¥ ; ). La première nóngjiāyuàn (农家院 ; maison rurale sur cour) que vous verrez en arrivant au village de Xīzhàzi. Les chambres, sobres, avec sdb, sont réparties autour d’une cour-potager. Repas possibles.

Guóhuái Dàyuàn      PENSION$

(国槐大院 ; 137 1698 2205, 136 2136 2662 ; ch 80-120 ¥ ; ). Plus avant dans le village, cette pension loue des chambres propres et rudimentaires. Les repas coûtent 30 ¥.

Depuis/vers Jiànkòu

Comme pour se rendre à Mùtiányù, il faut prendre le bus n°916 à la gare routière de Dongzhimen (carte (Cliquez ici) ; Dōngzhímén shūniǔzhàn) jusqu’à Huáiróu (12 ¥, 1 heure, 6h30 à 19h30). Descendez à l’arrêt de bus Mingzhu Guangchang (明珠广场) et négociez un taxi pour le village de Xīzhàzi (西栅子村 ; Xīzhàzi Cūn ; aller 100-130 ¥, 1 heure).

Retour au début du chapitre

Huánghuā Chéng        黄花城

Étonnamment peu fréquenté, Huánghuā Chéng, à 77 km au nord de Běijīng, permet aux visiteurs d’admirer un exemple bien préservé d’ouvrage défensif de la période Ming. Les remparts hauts et larges, les parapets intacts et les robustes tours de guet bénéficient d’un cadre relativement isolé. Les restaurations imparfaites et irrégulières ont permis au mur de rester “dans son jus” ; par endroits, les remparts sont effondrés et certains escaliers sont en ruine.

Depuis la route, vous pourrez choisir de marcher vers l’ouest (à gauche) en direction de Zhuàngdàokǒu, ou vers l’est (à droite), en gravissant la section abrupte qui part du barrage et arrive à Jiànkòu et Mùtiányù (si vous avez 3 jours devant vous). Non seulement la pente est très raide, mais avec le temps, la pierre est devenue lisse et glissante. Vous aurez besoin de chaussures de marche à très bonne adhérence au sol. Par ailleurs, il n’y a pas de barrière de sécurité.

Pour partir direction ouest, le plus simple est d’emprunter le sentier qui part derrière la pension Ténglóng Fàndiàn et monte jusqu’au mur. De ce côté, la muraille est quasiment aussi escarpée, et par endroits, tout aussi glissante. D’en haut, la vue sur le barrage en contrebas et sur le mur s’étendant à travers la montagne est vraiment exceptionnelle.


TAXIS ET LOCATION DE VOITURES

Miles Meng (137 1786 1403 ; www.beijingtourvan.blog.sohu.com) est un chauffeur sympathique, fiable et anglophone, qui dispose de bons véhicules. Pour une excursion d’une journée à la Grande Muraille, comptez 600 à 700 ¥ par véhicule (secteur de Mùtiányù). Il pourra vous laisser à un endroit du mur et vous récupérer à un autre pour vous permettre d’effectuer une balade à pied. Consultez son site Internet.

Mr Sun (孙先生 ; Sūn Xiānsheng ; 136 5109 3753) parle seulement chinois mais il est très fiable et peut trouver d’autres chauffeurs lorsqu’il est déjà pris. Excursions aller-retour à la Grande Muraille à partir de 600 ¥ environ.

Xīn Lǔchéng (新旅程 ; 6235 5003) est une compagnie de taxis de Běijīng. Excursions aller-retour à la Grande Muraille pour 500 ¥. Les chauffeurs ne parlent pas anglais.

Hertz (赫兹 ; Hèzī ; 800 988 1336, 5739 2000 ; www.hertzchina.com ; 8h-20h lun-ven, 9h-18h sam-dim) a une agence au Terminal 3 de l’aéroport de Běijīng. Une location de voiture sans chauffeur (自驾 ; zìjià) coûte à partir de 230 ¥/jour (jusqu’à 150 km/jour : caution 20 000 ¥). Voir (Cliquez ici) pour savoir comment obtenir un permis de conduire temporaire. Un service de voiture avec chauffeur (代驾 ; dàijià) revient à au moins 660 ¥/jour.