Chine 10 - Shandong

De
Publié par

Ce chapitre handong est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Publié le : jeudi 12 décembre 2013
Lecture(s) : 4
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816141900
Nombre de pages : 115
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat

La péninsule du Shāndōng (山东), sur la côte nord-est de la Chine, est une terre de mythes et de légendes. Ses paysages saisissants – une plaine fertile inondable arrosée par des rivières et des sources souterraines, dominée par des sommets de granit et bordée par une côte sauvage – ne peuvent que susciter l’émerveillement.

Né dans la province, Confucius y développa une philosophie, fondée sur la vertu et la morale, qu’il enseignait sous un abricotier et qui se répandit dans le monde entier. Trois siècles plus tard, le premier empereur de la Chine, Qin Shi Huang, gravit le Tài Shān, sommet le plus élevé du Shandong, où il proclama l’unité de l’empire en 219 av. J.-C.

Toutefois, l’intérêt de la région ne se limite pas à son histoire. La superbe ville côtière de Qīngdǎo est l’une des agglomérations les plus agréables d’Asie. C’est ce qui fait le véritable atout du Shāndōng : on peut y gravir des montagnes et explorer les vestiges du passé impérial tout en profitant de la plage.

Quand partir


Juin-juillet Vents marins frais et mer chaude : la période idéale pour découvrir Qīngdǎo.

Septembre-octobre La montagne sacrée de Tāi Shān est enveloppée de brume en journée.

Décembre-janvier Les plus sportifs gravissent les pics enneigés du Shāndōng.



À ne pas manquer

L’ascension du Tài Shān, où les rochers témoignent du temps qui passe

Le charme de la vie rurale dans l’ancien village de Zhūjiāyù

Une pause détente à Qīngdǎo, en savourant la bière la plus connue de Chine

Une visite de l’ancienne Qūfù, la ville natale de Confucius

Une randonnée sur le Láo Shān

Une escapade dans la ville de Yāntái

La légende des Huit Immortels et des pirates au pavillon de Pénglái


Histoire

L’histoire tumultueuse du Shāndōng est liée aux caprices du fleuve Jaune, qui traverse la péninsule avant de se jeter dans la mer de Bohai. Le “fleuve-mère” est la mère nourricière de la civilisation, mais lorsque son cours se déchaîne, il entraîne aussi dans son sillage la mort, la maladie et la rébellion. En 1898, le fleuve inonda toute la plaine du Shāndōng, à l’issue d’une décennie de crues et de sécheresse. Ce désastre faisait aussi suite à une longue dépression économique, à des troubles et à l’afflux de troupes démobilisées et de réfugiés en 1895, après la défaite de la Chine face au Japon, en Corée.

Les Européens arrivèrent au même moment. Suite au décès de deux missionnaires allemands durant une révolte paysanne en 1897, les Allemands prirent le contrôle de Qīngdǎo et les Britanniques obtinrent de force la concession de Wēihǎi. Les projets de voies ferrées et le prosélytisme des missionnaires qui suivirent l’arrivée des Européens enhardirent un groupe de nationalistes superstitieux. À la fin du XIXe siècle, les Boxers se soulevèrent, armés de formules magiques et de sabres, et se rebellèrent contre l’Alliance des huit nations. Après la violente prise de Běijīng en 1900 par les puissances étrangères, l’impératrice Cixi abdiqua et le chef des Boxers, ainsi que d’autres chefs de la résistance, furent exécutés. La dynastie Qing s’effondra peu après.

Suite à la capitulation du Japon, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, après des années de guerre, Shāndōng récupéra ses villes.

Aujourd’hui, Jǐ’nán, la capitale provinciale, et les cités côtières en plein essor de Yāntái et de Wēihǎi, jouent les seconds rôles derrière Qīngdǎo, la principale ville.

Climat

Les températures avoisinent les 26°C l’été (mai-août) et chutent jusqu’à –3°C en hiver (novembre-mars). Sur la côte, il fait plus frais l’été et un peu moins froid l’hiver que dans l’intérieur des terres.


INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$         moins de 200 ¥

$$       200-500 ¥

$$$     plus de 500 ¥

Restauration

$         moins de 75 ¥

$$       75-200 ¥

$$$     plus de 200 ¥


Langues

Le mandarin standard est la principale langue parlée au Shāndōng, mais des expressions dialectales se glissent souvent dans les conversations informelles. Bien distincts, les accents des trois dialectes les plus courants – le jìlǔ (冀鲁), le zhōngyuán (中原) et le jiāoliáo (胶辽) – ont tendance à condenser les syllabes et à fusionner les quatre tons standards du mandarin en trois tons seulement.

Comment s’y rendre et circuler

Bus et trains relient le Shāndōng aux autres provinces chinoises. De Jǐ’nán, carrefour des transports, des trains desservent toutes les grandes villes du Shāndōng. Le train express relie désormais Jǐ’nán, Tàishān, Qūfù et Qīngdǎo à Běijīng et à Shànghǎi. Des bus desservent également les quatre coins de la province.

Séparés de la Chine par un simple bras de mer, la Corée du Sud et le Japon sont accessibles par des vols internationaux au départ des aéroports de Jǐ’nán, Qīngdǎo et Yāntái. Des ferrys assurent également la liaison entre Qīngdǎo et la Corée du Sud (Incheon et Gunsan) et le Japon (Shimonoseki), et entre Yāntái et Incheon.

Jǐ’nán        济南

0531 / 2,3 MILLIONS D’HABITANTS

Capitale bouillonnante, Jǐ’nán sert de nœud de transit pour les voyageurs. En surface, la ville semble effervescente, mais sous les constructions se cachent 72 sources artésiennes qui forment des bassins azur et s’écoulent dans le lac Dàmíng (Dàmíng Hú).

Les gares ferroviaires sont à l’ouest, tandis que le cœur de la ville, encerclé par la rivière Húchéng, est plus plaisant pour les touristes, avec sa grande zone commerçante dans Quancheng Lu et sur la place Quancheng.

À voir

Parcs PARCS

(公园 ; Gōngyuán). Une promenade au milieu des saules permet de s’échapper du brouhaha de Jǐ’nán. Les sources les plus centrales sont, notamment, la source Bàotū (趵突泉 ; Bàotū Quán ; Gongqingtuan Lu ; 40 ¥), la source du Tigre noir (黑虎泉 ; Hēihǔ Quán ; Heihuquan Donglu ; entrée libre), qui longe la Húchéng, et le bassin des Cinq Dragons (五龙潭 ; Wǔlóngtán ; Gongqingtuan Lu ; 5 ¥), où observer sereinement la vie locale : on y voit des habitants faire de la calligraphie sur des marches en pierre. Dans une paisible allée non loin de Furong Jie (tournez vers l’est au poste de police) s’étend le bassin de Wángfǔ (王府池子 ; Wángfǔ Chi ; entrée libre), alimenté par une source, où viennent se baigner les habitants du quartier.

Mont des Mille Bouddhas      MONTAGNE BOUDDHIQUE

(千佛山 ; Qiānfó Shān ; 18 Jingshi Yilu ; 30 ¥ ; 5h-21h ; K51). Les dévots ont sculpté des bouddhas à flanc de colline, au sud-est du centre-ville, dès la dynastie Sui (581-618). Les plus anciens se trouvent dans le temple Xīnguóchán (兴国禅寺 ; 5 ¥ ; 7h30-16h30), sanctuaire au toit doré proche du téléphérique (aller/aller-retour 20/30 ¥) et de la descente en luge (25/30 ¥), au sommet de la montagne. Les jours de temps clair, vous pourrez apercevoir au sud le Tài Shān, qui ressemble de loin à une fourmilière géante.

Musées de Jǐ’nán      MUSÉES

Au nord de l’entrée principale du mont des Mille Bouddhas, le musée de Jǐ’nán (济南博物馆 ; Jǐ’nán Bówùguǎn ; 8295 9204 ; 3 Jing Shiyilu ; audioguide 10 ¥ ; 8h30-16h30 mar-dim) abrite une petite collection très intéressante, qui réunit des peintures, des calligraphies, des céramiques, des statues bouddhiques de la dynastie Tang, et un ravissant bateau sculpté dans une coquille de noix.

Le nouveau et immense Musée provincial (省博物馆 ; Shěng Bówùguǎn ; 11899 Jingshi Donglu ; audioguide 30 ¥ ; 9h-16h mar-dim ; 115, 51) – à 7 km à l’est du centre-ville – est consacré à la culture du Shāndōng, du mésolithique à aujourd’hui. Il présente des fragments d’os divinatoires, des poteries des royaumes de Qi et de Lu, des peintures murales de tombeaux des Han ainsi que des vêtements ayant appartenu à la famille Kong (les descendants de Confucius).

Grande mosquée du Sud      MOSQUÉE

(清真南大寺 ; Qīngzhēn Nán Dà Sì ; 47 Yongchang Jie). Cette mosquée, la plus ancienne de Jǐ’nán, se dresse dans le centre-ville depuis 1295. Couvrez vos bras et découvrez vos têtes avant d’y entrer. Au nord s’étend un quartier Hui (minorité musulmane) animé.

Où se loger

Les hôtels bon marché sont regroupés aux alentours de la gare ferroviaire principale, mais tous n’acceptent pas les étrangers.

Silver Plaza Quancheng Hotel      HÔTEL$$

(银座泉城大酒店 ; Yīnzùo Quánchéng Dàjiǔdiàn ; 8629 1911 ; 2 Nanmen Jie ; d/tr 478/680 ¥ avec petit-déj ; ). On reconnaît un hôtel d’affaires chinois au clinquant de la réception de style européen. Son personnel professionnel et son emplacement, sur la place Quancheng, compensent ce côté kitsch et la petitesse des chambres au plafond taché. Optez pour une chambre plus chère dans l’aile B, rénovée.

Shāndōng Hotel      HÔTEL$

(山东宾馆 ; Shāndōng Bīnguǎn ; 8606 7000 ; 92 Jing Yilu ; d/tr 179/209 ¥ ; ). À l’angle de Jing Yilu et de Wei Sanlu, en face de la gare ferroviaire, ce vénérable hôtel, qui a accueilli Mao et d’autres dignitaires, accueille aujourd’hui des voyageurs au budget serré.

Sofitel Silver Plaza      HÔTEL$$$

(索菲特银座大饭店 ; Suǒfēitè Yínzuò Dàfàndiàn ; 8981 1611 ; 66 Luoyuan Dajie ; ch à partir de 1 101 ¥, plus 10% de service ; ). Le premier cinq-étoiles de la ville, dans le quartier commerçant, demeure la meilleure option, mais nous aurions aimé que les chambres standards soient aussi spacieuses que le hall d’entrée le laisse croire. Réductions jusqu’à 50% souvent consenties.

Où se restaurer

Jǐ’nán est réputée pour sa cuisine , qui se distingue par une cuisson à feu vif et beaucoup d’huile. Les meilleures tables se trouvent surtout dans les petites rues.

Cuisine de rue      CUISINE DE RUE$

Dans la soirée, la fumée envahit Yǐnhǔchí Jie (饮虎池街), dans le quartier Hui, près de la grande mosquée du Sud : les vendeurs s’affairent autour des grils au charbon et font cuire des shāokǎo (brochettes). Ils préparent aussi des crêpes à l’oignon croustillantes et des nouilles fraîches.

Près de l’artère commerçante de Quancheng Lu, Fúróng Jie (芙蓉街) est une rue piétonne où se succèdent restaurants et échoppes. Le Fúshúnjūjiācháng Restaurant (福顺居家常饭馆 ; Fúshùnjūjiācháng Fànguǎn ; 188 0640 9638 ; 112 Furong Jie ; plats 8-28 ¥ ; 9h30-22h30) propose toutes les spécialités (carte avc photos).

À environ 1 km au sud de la gare ferroviaire principale, les Dàguān Gardens (大观园 ; Dàguān Yuán ; Jing Silu) sont une enclave chic de restaurants modernes. La rue voisine, Wěi Èrlu (纬二路), est un fouillis de vendeurs ambulants proposant nouilles, shāokǎo et soupe à l’agneau jusqu’à tard le soir. Les bières ne coûtent que 4 ¥.

Lǔxī’nán Flavor Restaurant      SHANDONG$

(鲁西南老牌坊 ; Lǔxī’nán Lǎopáifāng ; 8605 4567 ; 2 Daguan Yuan ; plats 28-98 ¥ ; 11h-14h30 et 17h-22h). Dans les Dàguān Gardens, près de la porte nord, ce restaurant sert des spécialités raffinées. Goûtez les classiques comme le chou doux et épicé, accompagné de nouilles translucides (18 ¥) ou l’agneau (braisé ou sauté, à partir de 38 ¥), à déguster avec des galettes au sésame (2 ¥). Carte avec photos.

Seasons Mínghú      CANTONAIS$$$

(四季明湖 ; Sìjì Mínghú ; 6666 9898 ; 188 Quancheng Lu, Parc66, 6e ét. ; 11h-22h ; ). Les serveurs de cet élégant restaurant au dernier étage du Parc66 (恒隆广场) portent des gants pour servir les mets du sud de la Chine, comme les fleurs de lis à la vapeur et au potiron (32 ¥), le poulet en croûte de sel (48 ¥) et les travers de porc aux haricots noirs (58 ¥). Le poisson à la vapeur peut être cher – jusqu’à 998 ¥ par jīn !

Renseignements

Bank of China (中国银行 ; Zhōngguó Yínháng ; 22 Luoyuan Dajie ; 9h-17h lun-ven). Bureau de change et DAB 24h/24 acceptant les cartes internationales.

Bureau de la sécurité publique (BSP ; 公安局 ; Gōng’ānjú ; 8508 1088 poste 2, service des visas poste 2459 ; 145 Jing Sanlu ; 8-11h40 et 14h-16h40 lun-ven). À l’angle de Wei Wulu.

China Post (中国邮政 ; Zhōngguó Yóuzhèng ; 162 Jing Erlu ; 8h30-18h). Bâtiment en briques rouges à l’angle de Wei Erlu.

Cybercafés Souvent réservés aux citoyens chinois. Ceux ouverts aux étrangers demandent à voir leur passeport. Vous en trouverez autour de la gare ferroviaire (2-5 ¥/heure).

DAB (自动取款机 ; Zìdòng Qǔkuǎn Jī). Dans les halls des hôtels Sofitel et Crowne Plaza ; la ville compte de nombreuses banques.

Thousand Buddha Mountain Hospital International Clinic (千佛山医院国际医疗中心 ; Qiānfó Shān Yīyuàn Guójì Yīliáo Zhōngxīn ; 8926 8018, 8926 8017 ; 16766 Jinshi Lu ; 8-11h et 14h-17h). Anglais parlé. Prenez le bus n°K51 ou n°K68 en direction de nǎnkóu (南口) et descendez à Lishan Lu.

Depuis/vers Jǐ’nán

Avion

Jǐ’nán est reliée à la plupart des grandes villes chinoises. Des vols quotidiens desservent Běijīng (760 ¥, 1 heure), Dàlián (1 050 ¥, 2 heures), Guǎngzhōu (1 790 ¥, 2 heures 30), Hā’ěrbīn (1 330 ¥, 2 heures), Shànghǎi (960 ¥, 1 heure 20), Xī’ān (1 080 ¥, 1 heure 30) et Yāntái (790 ¥, 50 min).

L’attente dans les files à la billetterie de la gare peut être longue. Réservez vos billets à la billetterie pour les avions/trains de Shèngxiángyuán (盛祥源航空铁路售票处 ; Shèngxiángyuán hángkōng tiělù shòupiàochù ; 8610 9666 ; 115 Chezhan Jie, rdc, Quánchéng Bīnguǎn ; avion 7h30-22h, train 8h-20h), située juste au sud de la gare ferroviaire, ou dans le hall du Jǐ’nán Railway Hotel (济南铁道大酒店 ; Jǐ’nán Tiědào Dàjiǔdiàn ; 19 Chezhan Jie ; 8h-24h), juste à l’est de la gare ferroviaire. Ces deux endroits prennent une commission de 5 ¥.

Bus

La gare la plus pratique de Jǐ’nán est la gare principale des bus longue distance (长途总汽车站 ; chángtú zóngqìchēzhàn ; 8594 1472 ; 131 Jiluo Lu), à environ 3 km au nord de la gare ferroviaire. Des bus desservant diverses destinations dans la province partent aussi de la gare routière (8830 3030 ; 22 Chezhan Jie) qui se trouve en face de la gare ferroviaire.

Quelques bus partant régulièrement de la gare principale des bus longue distance :

Běijīng 124 ¥, 5 heures 30, toutes les heures

Qīngdǎo 113 ¥, 4 heures 30, toutes les 40 min

Qūfù 44 ¥, 2 heures, toutes les 50 min

Shànghǎi 266 ¥, 12 heures, 4/jour (9h, 15h, 17h et 18h)

Tài’ān 25 ¥, 2 heures, toutes les 30 min

Tiānjīn 120 ¥, 4 heures 30, toutes les heures

Yāntái 120 ¥, 5 heures 30, toutes les heures

Train

Important carrefour ferroviaire dans l’est du pays, Jǐ’nán possède plusieurs gares très fréquentées. La plupart des voyageurs ne seront concernés que par la gare ferroviaire principale (火车总站 ; Huǒchē ZǒngZzhàn) et la gare ferroviaire Ouest (火车西站 ; Huǒchē Xī Zhàn), à environ 20 km à l’ouest du centre-ville. Le bus n°K156 (2 ¥) relie ces deux gares.

Quelques trains réguliers (assis/couché dur) au départ de la gare ferroviaire principale :

Qīngdǎo 65/109 ¥, 4 heures 30-5 heures, 9/jour

Qūfù 17/71 ¥, 2 heures 30, 3/jour (5h13, 8h11 et 16h)

Tài Shān 12/103 ¥, 1 heure, départs fréquents

Xī’ān 150/274 ¥, 15-18 heures, 4/jour (15h45, 16h32, 18h56 et 22h41)

Yāntái 76/143 ¥, 6 heures 30-8 heures, 5/jour (1h27, 6h45, 7h20, 11h12 et 14h53)

Zhèngzhōu 92/170 ¥, 8 heures 30-10 heures, départs réguliers

Quelques trains express D (assis dur/mou uniquement) au départ de la gare ferroviaire Ouest (des trains G circulent également) :

Běijīng 125/150 ¥, 2-3 heures, 8/jour

Nánjīng 190/228 ¥, 4 heures 30, 7/jour

Qīngdǎo 121/146 ¥, 2 heures 30, départs réguliers

Qūfù 40/48 ¥, 40 min, départs réguliers

Shànghǎi 281/338 ¥, 5-6 heures 30, 6/jour

Comment circuler

Depuis/vers l’aéroport

L’aéroport Yáoqiáng (8208 6666) est à 40 km de Jǐ’nán’s. Les navettes pour l’aéroport (20 ¥) partent du Yùquán Simpson Hotel (玉泉森信大酒店 ; Yùquán Sēnxìn Dàjiǔdiàn ; 96888 ; Luoyuan Dajie) et de la gare ferroviaire principale toutes les heures de 6h à 19h. La course en taxi revient à 100 ¥ environ.

Transports publics

Le bus n°84 (1 ¥) relie la gare principale des bus longue distance à la gare ferroviaire principale. Le n°K51 (2 ¥) part de cette dernière, traverse le centre-ville, puis rejoint au sud la source du parc de Bàotū et le mont des Mille Bouddhas.

Taxi

Les taxis facturent 7,50 ¥ les 3 premiers kilomètres, puis 1,75 ¥ au-delà (un peu plus la nuit).

Bateau-bus
Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi