Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 3,49 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

sans DRM

Chine 10 - Zhejiang

De
91 pages

Ce chapitre Zhejiang est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.





Voir plus Voir moins

Vous aimerez aussi

Zhèjiāng

47 MILLIONS D’HABITANTS

Pourquoi y aller

Zhèjiāng a pour principal atout sa capitale, Hángzhōu, une ville ravissante et très visitée, facilement accessible depuis Shànghǎi. Mais cette petite province côtière prospère recèle d’autres beautés.

Avec leurs ponts en demi-lune et leurs charmants canaux, les petites villes de Wūzhèn et Nánxún composent un paysage urbain typique du nord du Zhèjiāng (浙江), véritable réseau de rivières et de petites voies d’eau. Quant à l’île bouddhique de Pǔtuóshān, c’est la plus connue parmi les milliers d’autres qui émaillent les eaux proches du littoral aux contours déchiquetés. En été, les versants boisés et brumeux du Mògānshān offrent une fraîcheur appréciable quand Shànghǎi mijote sous la chaleur. Enfin la ruralité du Zhèjiāng est encore plus perceptible à Guōdòng et Yúyuán, deux villages anciens plus méconnus à proximité de Wǔyì.

Quand partir


Fin mars-début mai L’humidité est au plus bas et la végétation s’épanouit.

Août-septembre Quitter les plaines brûlantes pour la fraîcheur de Mògānshān.

Fin septembre à mi-novembre L’hiver n’est pas encore arrivé et on échappe à la touffeur de l’été.



À ne pas manquer

Une balade à vélo autour du splendide lac de l’Ouest à Hángzhōu

Les pentes boisées luxuriantes du Mògānshān, loin de la Chine urbaine

Le charme pastoral du village de Guōdòng, véritable havre de paix

La découverte des pittoresques canaux du Zhèjiāng à Wūzhèn


Histoire

Aux VIIe et VIIIe siècles, Hángzhōu, Níngbō et Shàoxīng comptaient parmi les ports et les centres de négoce les plus importants de Chine. La province, qui faisait partie du grand grenier du Sud, contribuait au ravitaillement des régions défavorisées du Nord, grâce au Grand Canal (Dà Yùnhé), qui entame ici sa longue course. La croissance s’accéléra au XIIe siècle, lorsque la dynastie Song installa sa cour à Hángzhōu à la suite d’une invasion venue du nord. Du fait de la culture intensive, le nord du Zhèjiāng a perdu beaucoup de sa végétation naturelle et se présente pour l’essentiel comme une plaine monotone.

Climat

Le Zhèjiāng connaît un climat subtropical humide, avec des étés chauds et lourds et des hivers glacials. Les fortes pluies de mai et juin cèdent la place à la bruine le reste de l’année. En été, les typhons peuvent provoquer des glissements de terrain.

Langues

Les habitants du Zhèjiāng parlent une variante du dialecte wu, également parlée à Shànghǎi et dans le Jiāngsū. Elle diffère fortement d’une ville à l’autre, et le mandarin est largement utilisé.

Depuis/vers le Zhèjiāng

Le Zhèjiāng est bien relié au reste du pays par des avions, des trains et des bus. Sa capitale, Hángzhōu, facilement accessible par le rail depuis Shànghǎi et Sūzhōu, constitue une première étape pratique pour visiter la province. Des aéroports desservent Hángzhōu et Pǔtuóshān.

Comment circuler

La province, assez petite, s’explore facilement. Les déplacements en train sont rapides et efficaces, néanmoins, certaines destinations nécessitent de prendre le bus (et parfois le bateau). On peut également rallier les grandes villes en avion.

Hángzhōu        杭州

0571 / 6,16 MILLIONS D’HABITANTS

Le merveilleux lac de l’Ouest, étendue miroitante au milieu de vallons verdoyants, est l’un des grands atouts touristiques de la Chine, et pourrait bien vous amener à vous attarder à Hángzhōu. Loué par les poètes et vanté par les empereurs, ce lac occupe depuis des siècles une place importante dans l’imaginaire chinois. Religieusement entretenues par des armées de balayeurs, ses rives plantées de saules, ses pagodes anciennes et ses collines nimbées de brumes, avec çà et là un shíkùmén ou un vieux lǐlòng (ruelle), évoquent une peinture chinoise classique. Malgré l’affluence, c’est un enchantement que de le visiter, à pied ou à vélo. Prévoyez au moins 3 jours pour savourer au mieux le pittoresque Jiāngnán (“sud du Yangzi”).


INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$         moins de 200 ¥

$$       200-500 ¥

$$$     plus de 500 ¥

Restauration

$         moins de 40 ¥

$$       40-100 ¥

$$$     plus de 100 ¥


Histoire

L’histoire de Hángzhōu remonte au début de la dynastie Qin (221 av. J.-C.). Marco Polo, qui traversa la cité au XIIIe siècle, lui donna le nom de Kinsai et nota qu’elle mesurait alors 160 km de circonférence et comptait 12 000 ponts.

Bien que florissante après avoir été reliée au Grand Canal en 610, Hángzhōu n’acquit de l’importance qu’après le renversement de la dynastie Song par les envahisseurs Jürchen, ancêtres des Mandchous.

En 1126, les Jürchen s’emparèrent de Kāifēng, la capitale des Song, et capturèrent l’empereur et les hauts dignitaires de la cour impériale. Le reste de la cour s’enfuit vers le sud et s’établit à Hángzhōu, qui devint la capitale des Song du Sud. Du fait de ses constructions en bois, la ville était constamment victime d’incendies, tel celui de 1237 qui fit partir en fumée 30 000 habitations.

Lorsque les Mongols conquirent la Chine, ils installèrent leur cour à Běijīng. Hángzhōu conserva toutefois son statut de cité marchande prospère. Dotée de dix portes à l’époque Ming, elle fut assiégée et prise par les Taiping en 1861, avant que l’armée impériale ne s’en empare à nouveau, deux ans plus tard. Ces affrontements réduisirent la ville en cendres et causèrent la mort de plus de 500 000 habitants, victimes des épidémies, des famines et des combats. Ainsi s’acheva le rayonnement commercial de Hángzhōu.

Plan rapproché sur les pages suivantes

Peu d’édifices échappèrent au désastre et la plupart des bâtiments sont assez récents.

À voir et à faire

La municipalité offre l’accès gratuit à tous les musées et jardins. Dans les sites payants, les enfants mesurant moins de 1 m bénéficient de la gratuité. Ils paient demi-tarif entre 1 m et 1,30 m.

Lac de l’Ouest      LAC

(西湖 ; Xīhú). Souvent exagérée, la promotion touristique chinoise est dans le vrai quand elle vante la splendeur du lac de l’Ouest (Xīhú). Quintessence de la beauté classique chinoise, ce lac continue d’exercer sa magie. Des collines couronnées de pagodes dominent ses rives plantées de saules, tandis que des bateaux glissent lentement sur ses eaux, dessinant l’image d’Épinal de la sérénité. Bien que ses vestiges historiques aient été lourdement remaniés, mettant à mal l’authenticité du lieu, il reste une vitrine incontournable de la Chine ancienne.

À l’origine une lagune contiguë à la rivière Qiántáng, le lac fut créé au VIIIe siècle, quand le gouverneur de Hángzhōu fit draguer une étendue marécageuse. Au fil du temps, on procéda à son embellissement, avec la plantation de jardins, la construction de pagodes et l’aménagement d’îles et de chaussées.

Le célèbre poète Su Dongpo contribua à l’aménagement du lac en faisant construire la chaussée Sū (苏堤 ; Sūdī) durant son mandat de gouverneur local, au XIe siècle. Il imitait en cela Bo Juyi (ou Bai Juyi), également poète et gouverneur, qui avait fait édifier la chaussée Bái (白堤 ; Báidī) deux siècles plus tôt. Bordées de saules, de pruniers et de pêchers, ces chaussées piétonnes aux ponts en demi-lune offrent d’agréables promenades, notamment à vélo.

Reliée à la rive nord par la chaussée Bái, l’île la plus vaste, l’île Gūshān (孤山岛 ; Gūshān Dǎo), abrite le Musée provincial du Zhèjiāng (浙江省博物馆 ; Zhèjiāng Shěng Bówùguǎn ; 25 Gushan Lu ; entrée libre, audioguide 10 ¥ ; 8h30-16h30 mar-dim) et le parc Zhōngshān (中山公园 ; Zhōngshān Gōngyuán). Au XVIIIe siècle, les bâtiments et les jardins de l’île faisaient partie du palais d’été de l’empereur Qianlong. L’intéressante Société des graveurs de sceaux (西泠印社 ; Xīlíng Yìnshè), qui étudie l’art antique de la gravure des sceaux personnels servant de signatures, est également installée sur l’île.

Un pour Un
Permettre à tous d'accéder à la lecture
Pour chaque accès à la bibliothèque, YouScribe donne un accès à une personne dans le besoin