Chine 11edChine - Shandong

De
Publié par

Ce chapitre Shandong est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 29 octobre 2015
Lecture(s) : 0
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816154962
Nombre de pages : 195
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

SHᾹNDŌNG

Jǐ’nán

Tài’ān et Tài Shān

Qūfù

Qīngdǎo

Láo Shān

Yāntái

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bù’ěrjīn

 

 

Shāndōng

95,8 MILLIONS D’HABITANTS

Les sites historiques incontournables

Les meilleurs lieux de baignade

Pourquoi y aller

La péninsule du Shāndōng Illustration sur la côte nord-est de la Chine, est une terre de légendes. Ses paysages saisissants, d’allure presque surnaturelle – une plaine fertile inondable arrosée par des rivières et des sources souterraines, dominée par des sommets de granit et bordée par une côte sauvage – ne peuvent que susciter l’émerveillement.

Né dans la province, Confucius y développa une philosophie fondée sur la vertu et la morale, qui imprégna toute la civilisation chinoise. Trois siècles plus tard, le premier empereur de la Chine, Qin Shi Huang, gravit le Tài Shān, montagne sacrée et sommet le plus élevé du Shandong, où il proclama l’unité de lEmpire en 219 av. J.-C.

L’intérêt de la région ne se limite pas à son histoire. La vivante ville côtière de Qīngdǎo est l’une des agglomérations les plus agréables d’Asie. C’est ce qui fait le véritable atout du Shāndōng : on peut y gravir des montagnes et explorer les vestiges du passé impérial tout en profitant de la plage.

Quand partir

Illustration

Juin-août Vents marins frais et fête de la Bière : un bon programme pour découvrir Qīngdǎo.

 

Septembre-octobre Saison idéale pour voir le Tāi Shān, la montagne sacrée, enveloppée de brume une partie de la journée.

 

Décembre-janvier Les plus sportifs profiteront du froid sec pour gravir les pics enneigés du Shāndōng.

Histoire

L’histoire tumultueuse du Shāndōng est liée aux caprices du fleuve Jaune, qui traverse la péninsule avant de se jeter dans la mer de Bohai. Le “fleuve-mère” est la mère nourricière de la civilisation, mais lorsque son cours se déchaîne, il entraîne aussi dans son sillage la mort, la maladie et la rébellion. Après des crues répétées, une dépression économique et une période de troubles, le fleuve inonda à nouveau toute la plaine du Shāndōng en 1898.

Les Européens arrivèrent au même moment. Suite au décès de deux missionnaires allemands durant une révolte paysanne en 1897, les Allemands prirent le contrôle de Qīngdǎo, les Britanniques obtinrent de force la concession de Wēihǎi et bientôt six autres nations allaient s’approprier des concessions. Ces événements s’ajoutant à une vague de famine enhardirent un groupe de nationalistes superstitieux. À la fin du XIXe siècle, les Boxers se soulevèrent, armés de formules magiques et de sabres, et se rebellèrent contre l’Alliance des huit nations (Empire Austro-Hongrois, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et États-Unis). Après la violente prise de Běijīng en 1900 par les puissances étrangères, l’impératrice Cixi abdiqua et le chef des Boxers, ainsi que d’autres chefs de la rébellion, furent exécutés. La dynastie Qing s’effondra peu après.

C’est seulement à la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec la capitulation du Japon, que le Shāndōng récupéra ses villes après plusieurs décennies de conflits. En 1955, quelques ingénieurs se lancèrent dans un ambitieux projet de régulation des crues sur cinquante ans : la dernière inondation destructrice eut lieu en 1959. Aujourd’hui, le boom économique chinois menace toutefois d’assécher le fleuve Jaune.

Désormais, Jǐ’nán, la capitale provinciale, et les cités côtières en plein essor de Yāntái et de Wēihǎi, jouent les seconds rôles derrière Qīngdǎo, la principale ville.

Illustration

À ne pas manquer

1L’ascension du Tài Shān (Cliquez ici), un mont sacré, vénéré depuis des millénaires

2Une pause détente à Qīngdǎo (Cliquez ici), en savourant la bière la plus connue de Chine

3Une visite de l’ancienne Qūfù (Cliquez ici), la ville natale de Confucius

4Le charme de la vie rurale dans le bourg de Zhūjiāyù (Cliquez ici)

5Une randonnée sur le Láo Shān (Cliquez ici)

6Une escapade dans la ville de Yāntái (Cliquez ici)

7La légende des Huit Immortels et des pirates au pavillon de Pénglái (Cliquez ici)

INDICATEURS DE PRIX

Les références ci-dessous s’entendent pour une chambre standard à deux lits et un repas pour une personne.

Hébergement

$ moins de 200 ¥

$$ 200-500 ¥

$$$ plus de 500 ¥

Restauration

$ moins de 75 ¥

$$ 75-200 ¥

$$$ plus de 200 ¥

Langues

Le mandarin standard est la principale langue parlée au Shāndōng, mais des expressions dialectales se glissent souvent dans les conversations informelles. Les trois dialectes les plus courants – le jìlǔ Illustration le zhōngyuán Illustration et le jiāoliáo Illustration – ont des accents bien distincts.

8Comment s’y rendre et circuler

Bus et trains relient le Shāndōng aux autres provinces chinoises. De Jǐ’nán, carrefour des transports, des trains desservent toutes les grandes villes du Shāndōng. Des trains express relient désormais Jǐ’nán, Tàishān, Qūfù et Qīngdǎo à Běijīng et à Shànghǎi. Des bus desservent également les quatre coins de la province. Séparés de la Chine par un simple bras de mer, la Corée du Sud et le Japon sont accessibles par des vols internationaux au départ des aéroports de Jǐ’nán, Qīngdǎo et Yāntái. Des ferrys assurent également la liaison entre Qīngdǎo et la Corée du Sud (Incheon) ainsi que le Japon (Shimonoseki), et entre Yāntái et Incheon.

Jǐ’nán

Illustration

% 0531 / 3,5 MILLIONS D’HABITANTS

Capitale provinciale pleine d’énergie, Jǐ’nán est aussi un nœud de transit pour les voyageurs de toute la région. Autre particularité : sous les rues et les édifices de la ville se cachent 72 sources artésiennes qui forment des bassins azur et s’écoulent dans le lac Dàmíng. Les gares ferroviaires sont à l’ouest, tandis que le cœur de la ville, bordé par la rivière Húchéng, est plus plaisant pour les touristes, avec sa grande zone commerçante dans Quancheng Lu et sur la place Quancheng.

1À voir

Mont des Mille Bouddhas

MONT SACRÉ

(Illustration ; Qiānfó Shān ; 18 Jingshi Yilu ; 30 ¥, téléphérique aller simple/aller-retour 20/30 ¥, luge 25/30 ¥ ; h5h-21h ; gK51). Les dévots ont sculpté des bouddhas à flanc de colline, au sud-est du centre-ville, dès la dynastie Sui (581-618). Les plus anciens se trouvent dans le temple Xīnguóchán (Illustration ; 5 ¥ ; h7h30-16h30), sanctuaire au toit doré proche du téléphérique et de la descente en luge, au sommet de la montagne. Par temps clair, vous pourrez apercevoir au sud le Tài Shān.

Musée de Jǐ’nán

ARTS

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Jǐ’nán Bówùguǎn ; %8295 9204 ; www.jnmuseum.com ; 30 Jing Shiyilu ; IllustrationIllustration ; audioguide 10 ¥ ; h8h30-16h30 mar-dim ; gK51). FAu nord de l’entrée principale du mont des Mille Bouddhas, le musée de Jǐ’nán renferme une petite collection très intéressante, qui réunit des peintures, des calligraphies, des céramiques, des statues bouddhiques de la dynastie Tang, et un ravissant bateau sculpté dans une coquille de noix.

Musée du Shāndōng

HISTOIRE RÉGIONALE

(Illustration ; Shāndōng Bówùguǎn ; %8505 8201 ; www.sdmuseum.com ; 11899 Jingshi Lu ; IllustrationIllustration ; audioguide 30 ¥ ; h9h-16h mar-dim ; g115, 202, 18). FLe nouveau Musée provincial, à 7 km à l’est du centre-ville, immense, est consacré à la culture locale, du mésolithique à aujourd’hui. À son ouverture en 1904, c’était l’un des premiers véritables musées du pays. Il présente des fragments d’os divinatoires, des poteries des royaumes de Qi et de Lu, des peintures murales de tombeaux des Han ainsi que des vêtements ayant appartenu à la famille Kong (les descendants de Confucius).

Grande mosquée du Sud

ÉDIFICE RELIGIEUX

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Qīngzhēn Nán Dà Sì ; 47 Yong-chang Jie ; gK50, 101). FCette mosquée, la plus ancienne de Jǐ’nán, se dresse dans le centre-ville depuis 1295. Couvrez vos bras et découvrez votre tête avant d’y entrer. Au nord s’étend un quartier hui (minorité musulmane), très animé.

Parcs

Une promenade parmi les saules ondulants et les paisibles canaux des magnifiques parcs de Jǐ’nán permet d’échapper au brouhaha de la ville. Au centre se trouve la célèbre source de Bàotū (Illustration ; Bàotū Quán ; 1 Baotuquan Nanlu ; 40 ¥ ; gK51), le parc Huánchéng (IllustrationIllustration ; Huánchéng Gōngyuán ; 2 Nanmen Jie) F où la source du Tigre noir se déverse dans les anciennes douves de la ville (la rivière Húchéng), et le bassin des Cinq Dragons (Illustration ; Wǔlóngtán Gōngyuán ; 18 Kuangshi Jie, Illustration ; 5 ¥ ; g5, 101), où observer sereinement la vie locale : les anciens font de la calligraphie sur les marches tandis que les enfants poursuivent les poissons rouges.

Illustration

Dans une paisible allée non loin de la rue piétonne Furong Jie (à droite au poste de police), se trouve le bassin de Wángfǔ (Illustration ; Wángfǔ Chizi) F, alimenté par une source, où viennent se baigner les habitants du quartier. La température de l’eau ne dépasse jamais 18°C, tout au long de l’année. N’hésitez pas à profiter d’une bière ou du barbecue dans l’un des stands voisins.

Toutes les sources rejoignent le lac Dàmíng (Illustration ; Dàmíng Hú ; 30 ¥), agrémenté de temples et d’îles à explorer ; il est possible de louer un pédalo.

2Activités

Des bateaux motorisés ouverts (%8690 5886 ; 10 ¥/arrêt ; httes les 20 min, 9h-17h) naviguent sur la jolie Húchéng et sur la partie sud du lac Dàmíng dans le sens des aiguilles d’une montre. Ils marquent dix arrêts aux sites intéressants, notamment au parc de la source de Bàotū, à la source du Tigre noir, au parc du bassin des Cinq Dragons et place Quancheng, et montent et descendent de plusieurs niveaux grâce à deux écluses. Le circuit complet prend environ 1 heure 30.

4Où se loger

Les hôtels bon marché sont regroupés aux alentours de la gare ferroviaire principale, mais tous n’acceptent pas les étrangers, et la qualité des chambres varie grandement.

Chéngběi Youth Hostel

AUBERGE DE JEUNESSE $

Plan offlineGoogleMaps

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Chéngběi Guójì Qīngnián Lǚshě ; %8691 7661 ; w454488201@gmail.com ; 111 Bianzhi Xiang, près de Quancheng Lu ; IllustrationIllustration ; dort 40-45 ¥, d 120 ¥ ; aW ; g3, 5, K50). Le meilleur des (rares) hébergements petits budgets de la ville, installé dans une petite résidence avec cour. Les dortoirs et les sdb communes sont corrects, mais la seule chambre double ne contient rien de plus qu’un matelas au sol. Petit bar, conseils de voyage avisés et excursions à VTT intéressantes à Jǐ’nán et dans les environs, ainsi que du matériel de randonnée à louer.

Suivez le flux de passants dans Quancheng Lu, puis tournez à droite dans l’étroite Bianzhi Xiang. Au niveau du commissariat, tournez à gauche dans une ruelle encore plus étroite. L’auberge est derrière la grille au cheval rouge.

Silver Plaza Quancheng Hotel

HÔTEL $$

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Yīnzùo Quánchéng Dàjiǔdiàn ; %8629 1911 ; 2 Nanmen Jie ; Illustration ; d/tr 360/385 ¥ avec petit-déj ; nai). On reconnaît un hôtel d’affaires chinois au clinquant de la réception de style européen. Son personnel professionnel et son emplacement, sur la place Quancheng, compensent ce côté kitsch et la petitesse des chambres au plafond taché. Optez pour une chambre plus chère dans l’aile B, rénovée.

Sofitel Silver Plaza

HÔTEL $$$

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Suǒfēitè Yínzuò Dàfàndiàn ; %8981 1611 ; www.sofitel.com ; 66 Luoyuan Dajie, Illustration ; ch à partir de 612 ¥, plus 10 % de service ; nais). Le premier cinq-étoiles de la ville, dans le quartier commerçant, demeure la meilleure option, mais nous aurions aimé que les chambres standards soient aussi spacieuses que le hall d’entrée le laisse croire.

5Où se restaurer

Jǐ’nán est réputée pour sa cuisine (voir ), qui se distingue par une cuisson à feu vif et beaucoup d’huile et d’épices. Les meilleures tables se trouvent surtout dans les petites rues.

Fúróng Jie

CUISINE DE RUE $

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Chine - Húbei

de lonely-planet

Chine - Yúnnán

de lonely-planet