Chine - Gansù

De
Publié par

Ce chapitre Gansu est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 29 octobre 2015
Lecture(s) : 2
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816155228
Nombre de pages : 178
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bù’ěrjīn

 

GᾹNSÙ

 

Lánzhōu et sud du Gānsù

Lánzhōu

Línxià

Xiàhé

Hézuò

Lángmùsì

Sur la route

Illustration
Illustration

Gānsù

26,4 MILLIONS D’HABITANTS

Les paysages inoubliables

Les plus beaux sites bouddhiques

Pourquoi y aller

Traversé par la route de la Soie, le Gānsù Illustration s’étire d’est en ouest le long du corridor du Héxī, étroit passage par lequel les marchandises étaient acheminées vers l’Asie centrale. Les statues bouddhiques, les tours de guet, les forts, les vestiges de la Grande Muraille et les anciennes villes marchandes qui parsèment la province forment l’héritage de ce passé extraordinaire : ce patrimoine intéressera les passionnés d’histoire comme les amateurs d’art. Si vous avez plutôt l’âme d’un aventurier, à vous les randonnées sur les glaciers, les traversées du désert à dos de chameau ou les balades sur les traces des nomades tibétains.

Le Gānsù abrite une grande diversité de populations. À Línxià, les Hui musulmans perpétuent leurs traditions le long de la route de la Soie, tandis que la culture tibétaine prédomine à Xiàhé et à Lángmùsì, même si d’autres groupes minoritaires, comme les Bao’an et les Dongxiang, viennent enrichir cette mosaïque ethnique.

Quand partir

Illustration

Février-mars Pèlerinages tibétains de la fête de Monlam, à Xiàhé.

 

Avril-mai Une bonne période pour visiter la province, avant les fortes chaleurs de l’été.

 

Septembre-octobre Couleurs automnales au nord du Gānsù, ciel d’azur et températures douces.

Histoire

Précédée par la dynastie Qin qui a atteint l’est du Gānsù, la première grande avancée vers l’ouest, le long du corridor du Héxī, fut l’œuvre des Han. Envoyé par l’empereur pour explorer la région, Zhang Qian revint avec un itinéraire en Asie Centrale qui deviendra la route de la Soie. Les Han prolongèrent la Grande Muraille à travers le corridor, agrandissant d’autant leur empire. Les étapes le long de la route de la Soie se développèrent en même temps que les échanges et se transformèrent en cités, pour former aujourd’hui les villes de la province actuelle. Le flux des marchands, venus de l’est et de l’ouest, contribua également à la diversité du Gānsù. Les grottes bouddhiques de Mògāo, du Màijī Shān ou d’autres sites témoignent des courants religieux et artistiques qui s’épanouirent le long de l’itinéraire.

Illustration

À ne pas manquer

1L’exploration des impressionnantes grottes de Mògāo (Cliquez ici)

2Les vénérables grottes du Bouddha au monastère du Sabot de cheval, le Mǎtí Sì (Cliquez ici)

3Une nuit sur les dunes du mont des Sables chantants (Cliquez ici), près de Dūnhuáng

4Le chemin de pèlerinage (kora) emprunté par les pèlerins tibétains autour du monastère de Labrang (Cliquez ici), à Xiàhé

5Une randonnée autour de Lángmùsì (Cliquez ici) et de ses paysages enchanteurs

6L’impressionnant Bouddha endormi (Cliquez ici) de Zhāngyè

7Le vent du désert de Gobi soufflant sur les remparts du fort de Jiāyùguān (Cliquez ici)

8Les terrasses qui jalonnent la route de Bǐnglíng Sì (Cliquez ici)

9Une promenade sur un lac asséché par le désert et un coucher du soleil sur les dunes du parc national de Yǎdān (Cliquez ici)

 

La région possède aussi une face sombre, car la cohabitation fut parfois chaotique et le brassage des cultures engendra des tensions. Celles-ci culminèrent avec les révoltes musulmanes de 1862 à 1877. Le conflit fit des millions de morts et anéantit presque totalement la population musulmane du Gānsù. Le ressentiment n’a pas disparu et les affrontements perdurent, comme on l’a vu lors des manifestations pro-Tibet de 2008 et de 2012 à Xiàhé.

Loin du pouvoir financier et des usines d’assemblage de la côte est du pays, le Gānsù n’est pas pour autant une province pauvre. Son PIB croît à un rythme plus élevé que celui du reste de la Chine. Ces dernières années, des investissements massifs dans l’énergie éolienne ont transformé les paysages de la région.

Climat

Les épisodes pluvieux concernent principalement la partie méridionale, et des tempêtes de sable peuvent survenir, notamment au printemps. Masques et solutions oculaires sont utiles. Les hivers sont froids entre novembre et mars. En été, les températures atteigent parfois 40°C.

Langues

Le Gānsù possède son propre groupe de dialectes chinois, appelé gānsùhuà, qui fait partie de la famille du mandarin lanyin (lányín guānhuà) du Nord-Ouest. Aux frontières du Qīnghǎi et du Sìchuān, une importante population tibétaine s’exprime en dialecte tibétain amdo.

8Comment s’y rendre et circuler

De Lánzhōu, des vols desservent tout le pays. D’autres aéroports, tels ceux de Dūnhuáng, de Jiāyùguān et de Xiàhé, assurent quelques vols vers les grandes villes, moins nombreux l’hiver. Trains et bus relient les divers sites de la route de la Soie. Dans le sud du Gānsù, les bus, parfois très lents, sont le moyen de locomotion dominant.

LÁNZHŌU ET SUD DU GĀNSÙ

Lánzhōu est un carrefour de transports majeur, pratique pour rejoindre d’autres destinations dans la province. Peuplées de Tibétains, les régions autour de Xiàhé et de Lángmùsì constituent des étapes idéales sur la route du Sìchuān.

Lánzhōu

Illustration

%0931 / 2,17 MILLIONS D’HABITANTS

Pivot géographique de la Chine, la capitale du Gānsù se situe à mi-chemin de la traversée d’est en ouest du pays – c’est une référence pour les voyageurs. Bâtie sur une portion stratégique du fleuve Jaune (Huáng Hé) et cernée par les empires rivaux de Chine et d’Asie centrale, Lánzhōu a fréquemment changé de maître. Cernée par les montagnes, elle est aujourd’hui régulièrement plongée dans le smog.

La ville s’étend sur plus de 20 km, le long de la rive sud du fleuve Jaune. Au nord-ouest, on trouve des quartiers agréables et une belle promenade, mais la plupart des voyageurs se cantonnent dans le quartier de la gare ferroviaire, où sont regroupés hôtels et restaurants.

1À voir

Musée provincial du Gānsù

ROUTE DE LA SOIE

(Illustration ; Gānsù Shěng Bówùguǎn ; Xijin Xilu ; h9h-17h mar-dim). FCe musée présente une collection d’objets datant de la route de la Soie (notices en anglais), dont des tablettes de bois gravées, utilisées durant la dynastie Han pour transmettre des messages le long de la Route, ainsi que des squelettes de dinosaures. Le gracieux Cheval volant de Wǔwēi, de la dynastie des Han orientaux (25 av. J.-C.-220), galope sur le dos d’une hirondelle. Découvert à Léitái, on en trouve des reproductions un peu partout dans le nord-ouest de la Chine. Passeport nécessaire pour entrer. Bus n° 1 (1 ¥, 40 minutes) depuis la gare ferroviaire.

Temple de la Pagode blanche

TEMPLE BOUDDHIQUE

Plan offlineGoogleMaps

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Báitǎ Sì ; Binhe Zhonglu, IllustrationIllustration ; téléphérique montée/descente/aller-retour 35/25/45 ¥). FConstruit sous la dynastie Yuan (1206-1368) en hommage à un moine tibétain, ce temple s’élève dans le parc de la Pagode blanche (Illustration, Báitǎ Shān ; Binhe Zhonglu, Illustration ; h6h30-20h30), le long de la rive nord du fleuve Jaune. Accès par un portail après le pont Zhōngshān côté nord, puis à pied ou par le téléphérique (fermé en hiver) sur le côté sud du pont, à quelques rues vers l’est. Le bus n° 34 depuis la gare ferroviaire s’arrête à proximité.

Illustration

Temple du Nuage blanc

TEMPLE TAOÏSTE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Báiyún Guān ; Binhe Zhonglu, IllustrationIllustration ; h7h-18h30). FReconstruit en grande partie, ce temple de la dynastie Qing est une oasis de sérénité au cœur de la ville.

Roues à eau

SITE HISTORIQUE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Shuǐchē Yuán ; Binhe Donglu, IllustrationIllustration ; 6 ¥ ; h8h-18h, jusqu’à 20h en été). Lánzhōu est la seule ville dont le centre est traversé par le fleuve Jaune. Ces imposantes copies de norias en bois, destinées à l’irrigation, donne un aperçu de celles qui jalonnaient jadis les berges. Quelques kilomètres plus à l’est, une dizaine de roues (IllustrationIllustration ; Lánzhōu Shuǐchē Bólǎn Yuán ; 4 Binhe Zhonglu, Illustration ; 10 ¥ ; h8h-22h) sont aussi visibles.

4Où se loger

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.

Diffusez cette publication

Vous aimerez aussi

Chine - Húbei

de lonely-planet

Chine - Húnán

de lonely-planet

Chine - Yúnnán

de lonely-planet