Chine - Guangdong

De
Publié par

Ce chapitre Guangdong est issu du guide consacré à la destination Chine.
Tous les chapitres sont disponibles et vendus séparément. Vous pouvez également acheter le guide complet.



Publié le : jeudi 29 octobre 2015
Lecture(s) : 1
Tags :
Licence : Tous droits réservés
EAN13 : 9782816155136
Nombre de pages : 194
Voir plus Voir moins
Cette publication est uniquement disponible à l'achat
Illustration

Sommaire

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bù’ěrjīn

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Carnet pratique

Transports

La Chine en train

Santé

 

Langues

Index

 

Légende des cartes

 

Sur la route

Illustration
Illustration

Guǎngdōng

93 MILLIONS D’HABITANTS

Les plus beaux sites historiques

Les paysages mémorables

Pourquoi y aller

La culture spécifique au Guǎngdōng Illustration son histoire et sa nature de toute beauté sont souvent méconnus des voyageurs – vous profiterez ainsi des sites pour vous seul. La province est aussi réputée pour sa fameuse cuisine cantonaise et ses dim sum. Le Nord se caractérise par des paysages préservés et sauvages, et de splendides forêts de pins bleus autour de Nánlǐng. Côté merveilles architecturales, ne manquez pas les tours de guet de Kāipíng ni les singulières maisons rondes de Méizhōu et de Cháozhōu. Et puis il y a Guǎngzhōu (Canton), la grande métropole où tout a commencé. Le Guǎngdōng fut jadis le point de départ de la route maritime de la Soie, et le berceau des révolutions qui changèrent le destin de la Chine moderne. Au détour des chemins du fertile delta de la rivière des Perles, vous découvrirez les gloires et les drames de ce passé récent. Plus au sud, l’île de Hǎilíng, est un bijou ourlé de plages, où vous attend une épave de la dynastie Song.

Quand partir

Illustration

Avril-juin

Les rizières verdoyantes mettent en valeur les merveilles architecturales de Kāipíng et de Méizhōu․

 

Juillet-septembre

La réserve de Nánlǐng et ses pins bleus font oublier la touffeur des villes.

 

Octobre-décembre La meilleure période pour visiter la région, quand les typhons et la chaleur ont disparu.

Illustration

À ne pas manquer

1Les tours de guet de Kāipíng (Cliquez ici), inscrites au patrimoine mondial de l’humanité

2Les imposants “dragons enroulés”, caractéristiques de l’architecture hakka à Méizhōu (Cliquez ici)

3Fóshān (Cliquez ici), ville natale de deux icônes des arts martiaux

4Le pont Guǎngjǐ (Cliquez ici), à Cháozhōu

5Le charme d’une cité ancienne comme Cháyáng (Cliquez ici)

6Les pins bleus et les cascades du parc forestier national de Nánlǐng (Cliquez ici)

7Un déjeuner dans un restaurant-jardin de Guǎngzhōu (Canton, Cliquez ici)

8Les plages de sable et l’épave vieille de 800 ans sur l’île de Hǎilíng, au large de Yángjiāng (Cliquez ici)

Histoire

Porte méridionale de la Chine, ouverte sur la mer sur plus de 800 km de littoral, le Guǎngdōng a entretenu des contacts avec le monde extérieur depuis près de deux millénaires. Les Romains prirent contact au IIe siècle. Durant la dynastie Tang (618-907), des marchands arabes s’y rendaient régulièrement et un commerce florissant s’était déjà développé avec le Moyen-Orient et l’Asie du Sud-Est.

Les Portugais furent les premiers Européens à s’installer dans la province en 1557, suivis par les Jésuites qui s’établirent à Zhàoqìng. Les Britanniques entrèrent en scène au XVIIe siècle et, dès 1685, des navires marchands de la Compagnie des Indes orientales faisaient escale à Canton (Guǎngzhōu). En 1757, un édit impérial accorda au cohong, une guilde de marchands locaux, le monopole du commerce avec les étrangers, obligés de demeurer sur l’île de Shāmiàn, à la périphérie de Canton. Les échanges économiques se pratiquèrent en faveur de la Chine jusqu’en 1773, époque à laquelle les Britanniques déchargèrent mille caisses d’opium du Bengale à Canton. L’addiction à cette drogue se répandit alors dans le pays et provoqua ultérieurement les deux guerres de l’Opium des années 1850.

Au XIXe siècle, le Guǎngdōng s’illustra comme un foyer de réformes et de rébellions. Parmi les élites politiques à l’origine des idées révolutionnaires figurait le jeune Sun Yat-sen (1866-1925), qui devint plus tard le premier président de la République de Chine.

Le Guǎngdōng eut sa part de succès et d’épreuves au XXe siècle. Servant à la fois de quartier général des partis nationaliste et communiste, il souffrit particulièrement de la Révolution culturelle. Ce fut en revanche la première province à expérimenter le capitalisme, après 1978, avec la politique de la “porte ouverte” de Deng Xiaoping et la création des zones économiques spéciales de Shēnzhèn, Zhūhǎi et Shàntóu. Depuis, le succès économique continu du Guǎngdōng l’a placé au premier rang en terme d’exportation de produits de consommation.

Langues

Les habitants du Guǎngdōng parlent essentiellement cantonais, un dialecte distinct du mandarin. Bien moins promu que la langue nationale, le cantonais est néanmoins plus ancien, et mieux adapté à la lecture de la poésie classique aux dires des érudits.

8Comment s’y rendre et circuler

Les aéroports de Guǎngzhōu et de Shēnzhèn sont desservis par des vols nationaux et internationaux․ Les aéroports de Zhūhǎi, Méizhōu et Cháozhōu assurent la liaison avec toutes les grandes villes situées à 3 heures de vol. Des trains à grande vitesse relient le Guǎngdōng aux provinces voisines, Guǎngxī, Húnán, Jiāngxī et Fújiàn․

Les trains les plus rapides de l’axe nord-est/sud-ouest sont à destination de Nánchāng (4 heures), Wŭhàn (4 heures), Xī’ān (9 heures) et Běijīng (10 heures). Un réseau développé de trains et d’autoroutes plus ancien, bien pratique, sillonne toute la province․ À Guǎngzhōu, Shēnzhèn, Zhūhǎi et Fóshān, métro et tramway desservent les principales gares et gares TGV․

Le bus longue distance est le principal moyen de transport pour voyager entre les principale villes du Guǎngdōng․

Hong Kong et Macao sont facilement accessibles via Shēnzhèn (en train, métro, bus et ferry) et Zhūhǎi (en bus et ferry)․

Guǎngzhōu (Canton)

Illustration

%020 / 12 MILLIONS D’HABITANTS

Guǎngzhōu, plus connue sous le nom de Canton en Occident, est l’un des principaux carrefours de transports et d’échanges commerciaux du pays. Évitez la ville pendant le Nouvel An chinois, époque de la plus grande migration humaine annuelle au monde. Si cette métrople est plus chaotique que jamais, quelques enclaves conservent çà et là leur charme d’autrefois. Nombre des églises, villas et demeures élégantes de l’ancienne concession étrangère de l’île de Shāmiàn ont été restaurées, et certaines petites rues sont encore bordées de jolies maisons, de temples et de jardins intacts.

Histoire

L’histoire de l’ancienne Canton est dominée par le commerce et l’activité révolutionnaire. Du fait de sa situation à l’extrémité nord de la rivière des Perles, la ville devint, dès la dynastie Tang (618-907), le principal port de la Chine méridionale et le point de départ d’une voie maritime pour le transport de la soie, de porcelaines, du thé et autres marchandises à destination de l’Occident. Les Portugais au XVIe siècle, les Britanniques au XVIIe siècle, puis les Français, y établirent des comptoirs commerciaux.

Après la chute de la dynastie Qing en 1911, la ville devint un bastion des forces républicaines conduites par Sun Yat-sen, premier président de la République de Chine. Il prit la tête de Guomindang (KMT ; le parti nationaliste) à Guǎngzhōu, d’où les républicains lancèrent leurs expéditions contre les seigneurs de la guerre du Nord. La ville fut également le siège actif du Parti communiste chinois (PCC) naissant, Mao Zedong et d’autres dirigeants de premier plan étant venus s’y installer dès 1925-1926

Depuis la fondation de la République populaire de Chine en 1949, Guǎngzhōu n’a cessé d’être une plaque tournante du commerce et un grand centre d’import-export. Même lorsque le pays s’était coupé du reste du monde, dans les premières années de la République populaire, la foire de Canton était le seul lieu d’échanges commerciaux entre l’Empire du Milieu et l’Occident.

En 2010, Guǎngzhōu a accueilli les Jeux asiatiques, ce qui a entraîné une amélioration significative de son réseau de transports.

1À voir et à faire

1 Zhūjiāng Xīnchéng (ville nouvelle de Zhūjiāng)

Nouveau musée du Guǎngdōng

HISTOIRE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Guǎngdōngshěng Bówùguǎn Xínguǎn ; carte Cliquez ici ; %3804 6886 ; www.gdmuseum․com ; 2 Zhujiang Donglu, Zhūjiāng New Town ; h9h-16h mar-dim ; mLigne 3, Zhūjiāng Xīnchéng, sortie B1). FCe musée ultramoderne renferme une collection illustrant l’histoire humaine et naturelle du Guǎngdōng, ainsi que des salles consacrées à la littérature, l’architecture et l’art cantonais (en particulier les sculptures sur bois de Cháozhōu). L’architecture de l’édifice, conçu par l’architecte hongkongais Li Yan, qui évoque une boîte en laque chinoise, contraste en tout point avec le design curviligne de l’Opéra de Guǎngzhōu, plus à l’ouest.

Opéra de Guǎngzhōu

ÉDIFICE CULTUREL

Plan offlineGoogleMaps

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Guǎngzhōu Dàjùyuàn ; carte Cliquez ici ; %réservation visites guidées 3839 9847, 3839 2666 ; gzdjy․org ; 1 Zhujiang Xilu ; 30 ¥, visite guidée en anglais 200 ¥/pers ; h9h-16h30, fermé lun, visites 10h, 11h, 14h, 15h et 16h ; mLigne 3, Zhūjiāng Xīnchéng, sortie B1)․ La silhouette futuriste de la plus grande salle de spectacle du sud de la Chine a métamorphosé le paysage urbain. Dessiné par l’architecte anglo-iraquienne Zaha Hadid, l’édifice se compose de deux blocs de verre reliés entre eux pour former des courbes subtiles, ce qui lui a valu d’être comparé aux galets du lit de la rivière des Perles. L’accès n’est possible qu’en participant à une visite guidée (5/j, 45 minutes). Les visites en anglais sont à réserver la veille. À l’intérieur, vous pourrez admirer le bel auditorium, ainsi que des salles de répétition high-tech.

INDICATEURS DE PRIX

Vous trouverez dans ce chapitre les indicateurs de prix suivants :

Hébergement

$ moins de 250 ¥

$$ 250-600 ¥

$$$ plus de 600 ¥

Restauration

$ moins de 70 ¥

$$ 70-150 ¥

$$$ plus de 150 ¥

1Quartier de Hǎizhū

Musée-mémorial du généralissime Sun Yat-sen

SITE HISTORIQUE, MUSÉE

Plan offlineGoogleMaps

(Illustration ; Sūn Zhōngshān Dàyuán-shuài Fǔ ; carte Cliquez ici ; %8901 2366 ; www.dyshf.com ; 18 Dongsha Jie, Fangzhi Lu ; h9h-16h30 mar-dim ; mLigne 2, Shì Èrgōng). FSun Yat-sen vivait dans cette demeure lorsqu’il mit en place des gouvernements à Canton en 1917 et 1923. Ce bel ensemble architectural comprend deux bâtiments de style victorien, qui abritent des expositions retraçant l’histoire de Guǎngzhōu à l’époque révolutionnaire, ainsi que les appartements de Sun. La course en taxi depuis l’île de Shāmiàn coûte environ 40 ¥, et 20 ¥ depuis la gare de Shì Èrgōng.

Musée de l’école de peinture du Lǐngnán

ARTS

(Illustration ; Lǐngnán Huàpài Jìniànguǎn ; %8401 7167 ; www.lingnans.org ; 257 Changgang Donglu ; h9h-17h mar-dim ; mXiǎo Gǎng, sortie A). FCe remarquable petit musée rend hommage aux fondateurs de l’école de peinture du Lǐngnán (encadré Cliquez ici-571), comme Gao Jianfu, et donne à voir des œuvres d’artistes contemporains versés dans ce style. Il est situé sur le campus verdoyant de l’Académie des beaux-arts de Guǎngzhōu (IllustrationIllustration ; Guǎngzhōu Měishù Xuéyuàn).

Illustration

Soyez le premier à déposer un commentaire !

17/1000 caractères maximum.